AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

oh my sweet darling - Talisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 12:54


oh my sweetdarling

Une journée s’achevait, une soirée commençait, ce qui avait le don de faire sourire Chance, derrière le comptoir de ses bars, à la vue des clients qui entraient dans son établissement. Ce n’était pas finalement comme s’il avait réellement besoin de voir une flopée de personnes venir boire pour sentir son portefeuille se renflouer, parce qu’après tout, il n’était pas un homme obsédé par l’argent. Non, il était un homme qui adorait son établissement et qui faisait tout pour que les personnes se sentent bien à l’intérieur et reviennent, avec une réelle envie, et non pas par dépit ou en trainant des pieds. Non, ce n’était pas dans la mentalité du brun et ce n’était pas prêt de changer, sinon il renierait un bout de lui-même, une partie qui lui avait permis de devenir l’homme qu’il était à présent aujourd’hui, avec ses forces et ses faiblesses, comme tout homme. Mais la vie lui avait assez appris que tout n’était pas rose, voilà sans doute pourquoi il était devenu un peu un loup solitaire, qui se refusait de construire quoique ce soit, même voire surtout à 32 ans. Partant quelques instants dans la réserve, cela lui permit de souffler un peu, alors qu’un serveur prenait le relais et lui laissait ainsi le temps de manger et de quoi tenir pour la soirée qui s’annonçait. Les étudiants avaient repris la direction des universités, et ce n’était pas nouveau que ceux-ci ne viennent passer du bon temps dans son établissement pour rire, s’amuser et surtout oublier les cours. Et tant qu’il n’y avait pas de débordements, cela convenait très bien au propriétaire. Mais il ne se faisait pas de soucis pour cela. Ayant pris son temps et ayant envoyé quelques messages et après avoir vérifié les réserves, il finit par sortir de sa tanière, habillé de manière très classe comme à son habitude. Chance était venu saluer les habitués en leur offrant même une consommation. En même temps, ils lui permettaient de vivre et étaient devenus des amis à force de se côtoyer. Et après avoir servi quelques boissons, il n’avait pu que lever la tête, afin de regarder les clients éventuels qui arrivaient. A l’instant où il avait vu cette brune passer le seuil, un sourire s’était dessiné sur ses lèvres. Talisa avait cet effet sur lui, elle était une personne entière, franche, avec laquelle il ne se prenait pas la tête et qu’il avait l’impression de connaitre depuis des années, même s’ils n’avaient fait connaissance que depuis quelques temps. Mais chacune de leurs rencontres étaient riches en discussion et en fou rire, ce qu’appréciait grandement le brun. Il l’avait salué d’un geste de la tête, accompagné d’un sourire, avant de demander à son serveur de lui porter un verre, offert par la maison, cela va sans dire. Continuant à servir les verres commandés, il ne put que garder un œil protecteur sur la jeune femme, elle que la vie ne semblait pas avoir épargnée également, et ce qu’il vit eut le don de le faire bondir littéralement. Bon sang, pourquoi fallait-il toujours qu’il y ait de ce genre d’hommes qui s’en prenaient toujours aux femmes qui ne semblaient pas être intéressées ? Il serra des dents et laissa faire pendant quelques instants avant qu’il ne perçoive un léger mal-être. Posant le verre sur le comptoir, il ne savait pas ce qu’il devait faire, et il se dirigea vers eux, redoutant les cruelles pulsions qui pouvaient s’emparer de lui. L’air décidé, il s’était avancé vers la demoiselle, lui avait caressé la joue avant de l’embrasser langoureusement. «  Juste pour te dire que je ne t’oublie pas. À plus tard ma chérie » . Lui adressant un clin d’œil ainsi que le plus beau de ses sourires, il ne put que s’éloigner, repartant à ses verres. Chance espérait grandement que cela n’engendrerait aucune complication quant à leur relation qui était plus que simple et que ce geste ne serait nullement pris comme le fait qu’il avait envie d’aller plus loin avec elle, autant dire que l’appréhension était bel et bien présente chez lui. D’ailleurs, il ne put que se servir un verre et le boire cul sec, attendant une réaction qui ne mettrait pas longtemps à arriver, il en avait l’intime conviction….

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 15:39


oh my sweetdarling

Talisa laissa échapper un soupir alors qu’elle se laissait tomber sur son canapé, son chien courant déjà dans sa direction en quête de câlins. Elle esquissa un sourire devant sa manière de faire. Au moins lui, il ne lui demandait pas grand chose et après une journée aussi longue que la sienne, la jeune femme devait bien avouer que c’était agréable. Elle aimait son métier. Elle avait l’impression d’être utile et pour une fois d’apporter quelque chose de bien dans la vie des gens, plutôt que d’y semer le trouble et la désolation. Et ça lui faisait du bien, ça lui permettait d’oublier pendant quelques instants, tout ce qui n’allait pas dans sa propre vie, tout ce qu’elle avait fait et tout ce qu’elle devait changer. Oublier paraissait tellement plus simple et tellement moins douloureux que Tali aurait aimé en être capable. Pouvoir vivre comme elle le voulait et y pensait plus petite, avant que le choix ne finisse par lui glisser entre les doigts. Pour se rassurer, elle se plaisait à dire qu’elle avait pris à vivre avec, que ce n’était que des souvenirs parmi tant d’autres et qu’avec le temps ils se faisaient moins présent. Moins oppressants. De temps en temps, elle arrivait même à se bercer d’illusion, l’espace d’un instant, avant que tout ne lui revienne comme un boomerang. Et la plupart du temps, ça lui arrivait en pleine journée, quand elle devait écouter certaines personnes lui raconter sa vie alors qu’elle n’avait rien d’un psy. Certains étaient plutôt marrants, elle devait bien le reconnaitre. Mais face à d’autres, la jeune femme devait prendre sur elle et faire appel à tout le calme qu’elle pouvait avoir. Mais les entendre se plaindre à longueur de temps n’était pas pour elle. Dans ces moments là, elle ne disait plus rien et Tali essayait simplement de faire abstraction de tout. Elle se fichait bien qu’être cloué au lit pendant une semaine à cause d’une fichue grippe ne soit pas agréable ou que lors des dernières vacances un tel avait perdu trois heures de sa vie à cause de bouchons sur l’autoroute. Si leur problème se limitait à cela, Talisa était prête à échanger sa place avec n’importe qui. Cela dit, elle se doutait bien que personne n’en voudrait, de la sienne. Mais peut-être qu’ainsi ils apprendraient à en profiter plutôt que de toujours voir le mauvais côté des choses. Mais si ce genre de comportement avait toujours tendance à agacer Talisa, elle avait fini par en prendre l’habitude. Il n’était pas possible de changer alors elle devait simplement prendre sur elle et attendre que le temps passe, que le rendez-vous se termine. Elle n’avait plus qu’à penser au moment où elle rentrerait chez elle. Où elle serait libre. Et c’était ce qui marchait le mieux en général. Sauf depuis quelques jours. Peu importait l’endroit ou le moment de la journée, Tali n’arrivait pas à oublier. Elle n’arrivait plus à faire semblant depuis qu’elle avait trouvé Shae derrière sa porte. La revoir avait été étrange. Sur l’instant, la jeune femme avait cru être face à un mirage ou alors juste une fille qui lui ressemblait mais elle n’avait pas cru un seul instant que ça pouvait être elle. Mais Tali avait bien du se rendre à l’évidence et la revoir avait ramené à la surface tout ce pour quoi elle mettait tant d’efforts à oublier. A caser dans un coin de sa tête pour ne plus les ressortir. Mais ce temps là était révolu, son ancienne amie y avait mis fin en débarquant dans sa vie une nouvelle fois. A présent, même chez elle son esprit n’arrêtait plus de tourner à cent à l’heure alors que tout ce qu’elle voulait c’était ne plus penser. Ne plus se poser de questions. Et il ne lui restait plus qu’un moyen pour cela. Passant sous la douche avant de se changer, Talisa récupéra ses affaires, fermant la porte derrière elle avant de se perdre dans les rues. Elle n’avait aucun plan précis et quand il s’agissait de simplement passer le temps, elle savait très bien où aller. Talisa finit par pousser les portes du bar, esquissant un léger sourire en repérant Chance à l’autre bout. Tali ne savait même pas vraiment pourquoi elle appréciait cet endroit, sans doute pour l’ambiance et parce que c’était toujours mieux que de rester seule chez elle. Et puis pour les verres gratuits aussi… et quand elle l’eut entre les mains, elle releva les yeux, adressant au jeune homme un sourire en guise de remerciement. Elle laissait son regard balayer la salle, cherchant de quoi occuper son esprit avec que quelqu’un ne prenne la décision pour elle. Talisa releva les yeux, pas particulièrement adepte des dragueurs présent dans les bars mais elle ne dit rien, c’était une distraction comme une autre. Elle fit mine d’être intéressée l’espace de cinq minutes avant de chercher le meilleur moyen de s’en sortir. Sauf qu’aucun ne lui venait à l’esprit et elle avait la désagréable sensation d’être bloquée et elle n’était pas forcément rassurée de devoir rester en présence d’un tel énergumène. Talisa cherchait une excuse valable quand elle vit Chance approcher du coin de l’œil. Elle essayait de trouver quelque chose à lui dire qui lui permettrait de se sortir de là mais encore une fois elle n’en eut pas vraiment le temps. Ses yeux s’agrandirent sous l’effet de surprise alors qu’il venait l’embrasser, sans prévenir. Et elle le regarda s’éloigner, incapable de prononcer un mot ou de comprendre ce qu’il venait de se passer. Tali se retourna vers son pot de colle, surement l’air encore choqué par ce qu’il venait de se passer. « Je… A un de ces jours. » Ou pas. Elle ne lui laissa pas le temps de répliquer avant de s’éloigner. Maintenant qu’elle en avait enfin l’occasion, elle n’avait pas la laisser passer. Sauf que tout n’était pas terminé. Talisa s’approcha du bar et elle arriva près de Chance sans trop savoir quoi dire. A vrai dire, elle ne savait même pas ce qu’elle devait penser de son geste. « Tu bois pour oublier tes bêtises, chéri ? » Elle avait fait en sorte d’appuyer sur le dernier mot alors qu’un sourire légèrement moqueur s’installait sur ses lèvres. Pour le moment, elle arrivait encore à en rire. « Sérieusement, je peux savoir ce qui t’as pris ? T’as été pris d’une pulsion ou quoi ? Je savais pas que c’était dans tes habitudes de surgir de nulle part pour embrasser les filles, sinon je me serais méfiée. » Talisa releva les yeux, réprimant un sourire. Il lui avait au moins permis de s’échapper, certes d’une façon un peu étrange mais le résultat était le même. « Et puis j’avais pas l’air si désespérée que ça. » Enfin si mais Talisa espérait bien que ça ne se soit pas vu tant que ça. Elle laissa échapper un léger soupir, consciente que la situation lui échappait plus ou moins et qu’elle n’y comprenait pas grand chose. Mais ce n’était peut-être pas mal parce que son esprit était occupé par autre chose.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 15:56


oh my sweetdarling

Chance avait la chance de travailler dans un endroit qui était loin d’être calme. A vrai dire, c’était tout le contraire, il n’y avait jamais un moment de répit, ce qui était loin de déplaire au brun, qui voyait tout ceci comme une véritable aubaine pour le bon fonctionnement de son établissement. Mais là n’était pas forcément le point le plus important, dans la mesure où il n’était pas barman pour l’argent. Mais c’était ainsi, voir les habitués le faisait sourire, comme s’ils faisaient partie de sa famille, une famille qu’il ne cessait d’agrandir, comme pour compenser la sienne qui avait connu quelques soucis ainsi que quelques départs prématurés, en y songeant bien. oui, c’était le résumé de sa vie, entre sa mère, un père absent, heureusement il avait pu compter sur sa tante, la seule qui avait répondu présent jusqu’à maintenant et qui le continuait par ailleurs. Cependant, personne ne connaissait tous ces détails, lui qui savait parfaitement garder son jardin secret ne montrait qu’une infime partie de lui ou du moins le meilleur visage, ce qui convenait à tout le monde. en même temps, qui voudrait connaitre les parties sombres de l’existence de l’homme qui possédait le bar de la ville ? Personne, si ce n’était peut être les langues les plus aiguisées et qui aimaient remuer un peu tout ce qui était loin d’être joyeux. Néanmoins, ce soir, il n’avait pas spécialement envie de penser au pire, il voulait juste être le propriétaire, celui qui servait des verres sans rien de plus. et c’était ce qu’il faisait, discutant avec les premiers arrivés mais restant quand même vigilant avec les nouvelles têtes qui débarquaient. D’ailleurs, il n’avait pu que remarquer l’arrivée de la belle Talisa, à laquelle il avait rapidement offert un verre. A vrai dire, cette brune le méritait bien, dans la mesure où elle devait être une des rares avec lesquelles il parlait sans ressentir le besoin de draguer ou de sortir le grand numéro. Non, la demoiselle était une femme plus que charmante qui en avait dans la tête, contrairement à certaines bimbos qui lui faisaient limite du rentre-dedans. Avec elle, il avait des conversations posées et Chance se sentait bien en sa compagnie, mais pas au point de penser qu’elle allait devenir la mère de ses enfants, parce que oui, il avait beau avoir 32 ans, il était loin de se voir la corde au cou et de s’impliquer dans une relation, parce que le mot sentiment était loin d’appartenir à son langage et à surtout à son vocabulaire. Néanmoins, le gentleman qu’il était refusait de voir une belle damoiselle en détresse, et ayant plus ou moins estimé la situation dans laquelle se trouvait Talisa, il n’avait pu qu’aller à son encontre, ou du moins se diriger vers elle et l’homme qui semblait avoir jeté son dévolu sur elle. le barman détestait de tels hommes, et lorsqu’il s’agissait en plus s’une personne qu’il affectionnait, il ne pouvait pas rester là, les bras croisés. Finalement, après un petit moment à ne pas savoir quoi faire, il avait trouvé la solution imparable, à savoir un baiser et des mots qui ne laissaient planer aucun doute quant à la relation qui les unissait, ou du moins dans un monde parallèle. Autant dire qu’il ne s’était pas attardé et était rapidement parti se servir un verre afin d’oublier le fait qu’il avait surement mis à mal la simplicité de ce qui les liait. Et il n’avait pas fallu longtemps pour qu’elle le rejoigne et il s’attendait déjà à recevoir un sermon, il ne put que sourire à son « Tu bois pour oublier tes bêtises, chéri ? »  . Attrapant un verre, il le lui tendit en prenant un air innocent « quelle bêtise voyons ? Un petit verre pour m’accompagner, toi qui te plains que je t’abandonne tout le temps, ma chérie » . Le brun continuait son petit jeu, au cas où le type n’arriverait. Le sourire aux lèvres de la brune ne pouvait qu’engendrer la même réaction chez lui. Mais si la plaisanterie était dans les premiers propos, la suite allait être plus sérieuse, il s’en doutait. Et il ne s’était guère trompé. « Sérieusement, je peux savoir ce qui t’as pris ? T’as été pris d’une pulsion ou quoi ? Je savais pas que c’était dans tes habitudes de surgir de nulle part pour embrasser les filles, sinon je me serais méfiée. »  . Chance s’était pincé les lèvres, avant de boire une nouvelle gorgée de son verre, et de lever les yeux au ciel, en faisant légèrement la moue. « ce n’est pas dans mes habitudes, enfin si, avec les écervelées. Pas avec toi en tout cas. Et ce n’était pas une pulsion, juste une feinte pour éloigner de nul de toi. » . Chance soupira, il détestait se justifier mais c’était pour la bonne cause. Il savait que cela ne suffirait pas, et il avait déjà une idée pour se faire pardonner, et ses lèvres s’étiraient déjà vers le haut rien que de penser à la tête qu’elle pourrait faire. « Et puis j’avais pas l’air si désespérée que ça. »  . Cette fois ci, le brun explosa littéralement de rire. Elle était adorable quand elle s’y mettait, surtout en sous entendant qu’elle aurait pu s’en sortir toute seule. Posant sa main sur la sienne, il lui adressa un clin d’œil. « Non, du tout. On aurait dit une petite souris, prête à se faire avaler par le méchant matou. Promis, la prochaine fois, je te laisse te débrouiller seule, toi la femme forte que tu es. » . Le barman lui sourit avant de poursuivre « Comment vas-tu sinon ? ça me fait plaisir que tu sois ici, et j’espère que tu viendras toujours, et que ce que j’ai fait ne créera pas un quiproquo entre nous. Parce que sinon, il va falloir que je trouve un moyen pour que tu me pardonnes » . Chance ne tenait pas à ce qu’ils se perdent de vue, non c’était hors de question.  

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 17:20


oh my sweetdarling

Talisa n’avait plus vraiment envie de réfléchir. De repenser à sa journée, l’une des pires selon elle. Ni même à sa vie toute entière et à tout ce qui s’était passé. De bien ou de mal. Même si elle n’avait pas beaucoup de bonnes choses à raconter, elle devait bien l’avouer. Non, pour une fois Talisa voulait juste en profiter, oublier un court instant avec quoi ses journées étaient rythmées et ne plus penser à rien, si possible. Boire pour oublier n’était pas forcement la meilleure des solutions. Et dès le lendemain, elle allait probablement le regretter mais c’était bien tout ce qu’elle avait trouvé. Cela ne demandait pas beaucoup d’effort, c’était dans ses cordes et en plus elle connaissait un bon endroit où normalement personne ne viendrait l’embêter. Elle avait même pensé à appeler une ou deux amies, histoire de ne pas passer la soirée complètement seule et d’assurer ses arrières si jamais quelque chose se passait mal. Mais une fois son téléphone en main, Tali s’était ravisée. Elle n’avait même pas vraiment envie de parler, de s’intéresser à la vie de quelqu’un d’autre et d’entendre d’autres histoires qui allaient lui sembler interminables. Pas aujourd’hui, elle n’en avait plus le courage. Alors elle n’avait composé aucun numéro, envoyer aucun message, se cachant derrière l’excuse qu’elles mettraient de toute façon trop de temps à répondre et qu’ensuite ce serait trop tard. Alors qu’en réalité, la jeune femme voulait simplement être seule. S’éloigner un peu des gens qui l’entouraient au quotidien, au moins le temps d’une soirée. Au moins le temps qu’elle arrive à remettre un peu d’ordre dans ses pensées et qu’elle trouve une solution. D’abord au nouveau problème du retour de Shae et ensuite du reste. A tout ce qui n’allait pas dans sa vie et qui continuait à lui trotter dans la tête, se rappelant à elle de temps en temps. Il fallait définitivement qu’elle se change les idées. Mais si Talisa pensait avoir trouvé le bon endroit pour cela, elle n’avait pas pensé un seul instant aux inconvénients qui allaient avec. Mais quand celui qu’elle avait surnommé, le boulet de la soirée, s’était installé à côté d’elle, la jeune femme avait compris son erreur. Elle s’était même imposée à elle d’un seul coup sans que la jeune femme n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit. Ou de chercher une excuse un tant soit peu valable qui pourrait la sortir de là. D’ailleurs Talisa avait eu beau chercher une idée dans tous les recoins de sa tête, aucune ne lui venait. Du moins, aucune qui était susceptible de tenir la route pour enfin la sortir de là. Elle n’osait même pas imaginer l’image qu’elle renvoyait aux autres personnes dans le bar. Cela ne devait pas être bien joyeux. Et Tali en eut presque la confirmation quand Chance apparut dans son champ de vision comme un espèce de chevalier des temps modernes avec des pratiques pour le moins surprenantes, lui confirmant implicitement qu’elle devait vraiment avoir l’air désespérée. La jeune femme n’avait même pas vraiment eu le temps de comprendre ce qu’il se passait, qu’il était déjà reparti. Mais Talisa n’avait pas pris le temps de se poser plus de questions que ça, c’était le moment ou jamais, la seule chance qu’elle avait pour enfin s’éloigner de son boulet attitré. Elle ne lui avait même pas laissé le temps de dire un mot avant de s’enfuir. Le laisser en placer une aurait été un nouveau coup à devoir demander de l’aide. Et une fois, c’était déjà suffisant. Quoi qu’il y avait toujours pire comme sauvetage. S’éloignant en vitesse, Talisa se rapprocha du bar, esquissant un sourire avant de prendre le verre que Chance lui tendait. Elle le porta à ses lèvres avant de relever les yeux, son sourire s’agrandissant encore un peu plus. « Je ne sais pas. Est-ce que je peux considérer ton comportement comme acceptable ? Enfin, au moins tu revois l’ordre de tes priorités, il était temps chéri. » Talisa eut un sourire avant de détourner les yeux. D’un rapide coup d’œil, elle essayait de repérer son boulet presque attitré même si elle s’attendait à ne plus le voir de toute la soirée. Il avait du repartir aussi vite qu’elle, seulement trente secondes plus tôt. Et même si la situation pouvait être un peu étrange, au moins elle en était débarrassée. Mais Talisa était bien déterminée à comprendre un minimum ce qu’il s’était passé et elle n’était pas prête à lâcher l’affaire tout de suite, même si pour le coup Chance l’avait bien aidé. Son sourire s’agrandissait à mesure qu’elle l’écoutait et Talisa dû serrer les lèvres, réprimant un rire. « Tu sais que je pourrais presque y croire ? Tu t’inquiétais pour moi et t’es venue me sauver en fait, c’est ça ? Dis donc, j’en ai de la chance… N’importe quelle fille serait tombée amoureuse, faut que tu fasses gaffe. » La jeune femme lui adressa un sourire moqueur avant de lever son verre pour en prendre une nouvelle gorgée. « Mais va falloir que tu trouves autre chose quand même… » Le sourire de Talisa semblait s’agrandir encore un peu. D’accord, elle en profitait largement pour l’embêter mais si elle ne pouvait même plus le faire, il n’y avait plus aucun intérêt à venir, franchement… Sauf pour avoir l’air désespéré en attendant de trouver une bonne idée pour s’en sortir. D’ailleurs Talisa se demandait si sans l’intervention de Chance, elle n’y serait pas encore. Peut-être que si, sauf qu’elle n’allait certainement pas l’avouer. Au bout d’un moment, la brune aurait bien fini par trouver une idée. Qu’elle tienne la route ou pas n’aurait plus eu de grande importance tant qu’elle lui permettait de s’éloigner. Talisa releva les yeux, arborant une moue d’enfant. « Même pas vrai. J’avais juste pas encore trouvé d’idée, c’est tout… Je voulais être gentille… » Mais son sourire la trahit rapidement. De toute façon, elle n’aurait pu cacher à personne son état. Mais maintenant qu’elle en était définitivement débarrassée, Talisa préférait laisser cette idée de côté. « Oh ça va, les journées sont longues et pleines de surprises mais normalement venir ici ne comporte aucun risque. C’est ce que je croyais en tout cas. » Elle eut un sourire amusé avant de reprendre. « D’ailleurs, j’étais prête à passer au dessus, oublier ou tout ce que tu veux. Mais je suis bien curieuse de voir ton moyen de te faire pardonner… » Le sourire de Talisa s’agrandit. En réalité, elle n’y prêtait pas plus d’attention que ça. Elle n’était pas le genre de fille à s’imaginer tout un tas de chose simplement parce qu’un homme l’embrasse. Elle était plus du genre à attendre que le temps passe sans trop se poser de questions supplémentaires. « Et toi alors ? Au vu du monde, je suppose que tu n’as pas à te plaindre. Mais ça doit te faire pas mal de filles à secourir quand même… » Talisa laissa échapper un rire, jetant un coup d’œil derrière elle pour évaluer la situation. Imaginer qu’elle n’avait pas été la seule bloquée avec un inconnu avait quelque chose de rassurant quand même. Elle se retourna finalement vers Chance lui adressa un sourire. Peut-être que d’ici quelques jours elle penserait à le remercier, parce qu’il l’avait quand même bien aidé.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 17:46


oh my sweetdarling

Chance était loin d’être le gendre parfait, à vrai dire il se refusait tout simplement de penser à ce cas de figure afin de ne pas reproduire le schéma familial qu’il avait vécu. Ce n’était pas agréable du tout de se voir ballotté entre une mère junkie et une tante qui était plus que parfaite. Il se refusait d’en parler, ainsi que d’y penser trop souvent, parce qu’il se refusait de verser une larme supplémentaire sur ce passé plus que sombre et triste. A présent, il était Chance, Chance le dirigeant du bar qui était là tous les jours ou du moins le plus d’heures possibles dans son établissement. Il faisait un peu partie des meubles, cependant c’était son choix, et surtout parce qu’il se sentait mieux dans le boom de l’action plutôt que d’être calfeutré chez lui avec de possibles demoiselles. Et oui, parce que monsieur Davids pouvait se révéler être un véritable Don Juan, un tombeur de ses dames, mais ce qu’il fallait bien préciser, c’était qu’il ne prenait jamais en traitre ses partenaires, non, il préférait mettre les choses à plat au préalable afin qu’elles soient fixées et ne s’attendent pas à ce qu’il leur offre une bague. Non, le brun préférait sa solitude, cette vie qu’il s’imposait, bien que cela n’en déplaise à certains. D’ailleurs, ce soir, alors que les clients affluaient de manière régulière, il avait fallu que son regard se porte sur une demoiselle qu’il côtoyait de temps à autre, dans l’enceinte de son bar. Et la voir importunée par un idiot l’avait mis quelque peu en rogne, au point qu’il avait rapidement pris les devants et s’était dirigé vers Talisa afin de l’embrasser d’une manière dont il n’avait pas la coutume. C’était complètement stupide, irréfléchi même, mais il ne tenait pas non plus à s’éterniser. D’ailleurs, après avoir goûté aux douces lèvres de la brune et avoir adressé quelques mots qui ne laissaient planer aucun doute quant à la relation qui les liait, il était reparti à son comptoir, comme pour recouvrer tous ses esprits ainsi que son travail. Bien évidemment, la demoiselle l’avait rapidement rejoint, et le petit jeu semblait se poursuivre, ce qui l’amusait réellement. « Je ne sais pas. Est-ce que je peux considérer ton comportement comme acceptable ? Enfin, au moins tu revois l’ordre de tes priorités, il était temps chéri. » . Se mordant la lèvre, il la dévisagea, un regard plus qu’intéressé se portant sur la belle. il était évident que Talisa n’était pas comme les autres, à avoir une demoiselle avec laquelle il espérait connaitre un moment d’intimité. Non, avec elle, c’était un niveau supérieur, une femme qui avait de la répartie, de la conversation et avec laquelle tout semblait simple. Tentant de garder un minimum son sérieux, il avait rapidement rétorqué « mon comportement est tout à fait acceptable. Il n’y a que toi pour réellement penser le contraire. Mais sache que tu es toujours ma priorité ma chérie. Promis, la semaine prochaine, on part en voyage, où tu veux, destination paradisiaque si tu veux. » . Le brun s’amusait et il espérait grandement qu’elle le comprendrait. Néanmoins, ils avaient rapidement retrouvé leur sérieux, et ils mettaient les choses à plat et s’expliquaient du mieux qu’ils pouvaient. Le pire était qu’ils avaient plus envie de rire que de comprendre ce que cela signifiait. « Tu sais que je pourrais presque y croire ? Tu t’inquiétais pour moi et t’es venue me sauver en fait, c’est ça ? Dis donc, j’en ai de la chance… N’importe quelle fille serait tombée amoureuse, faut que tu fasses gaffe. Mais va falloir que tu trouves autre chose quand même…  »  . L’envie de rire s’empara de lui, et il manqua s’étouffer afin de se retenir. Buvant une gorgée de son verre, il tenta de prendre l’air le plus grave qu’il pouvait, afin de rétorquer « mais tu dois y croire. Je plaide innocent, mes pensées étaient 100% pures. » . se pinçant les lèvres, il se mit à sourire, avant d’enchainer « mais tu n’es pas n’importe quelle femme, donc je ne risque rien et surtout pas le fait que tu tombes éperdument amoureuse de moi. Donc c’est moi le veinard. Et je n’ai rien à trouver, mademoiselle l’inquisitrice, je l’ai fait en toute charité.. » . Chance ne tenait pas à se renfermer sur lui, ni à s’expliquer tant et plus. C’était juste un acte fait sans réfléchir, et non pas une pulsion soudaine avec une envie d’aller plus loin en sa compagnie. En plus, ce n’était pas lui qui s’était retrouvé en mauvaise posture quelques minutes plus tôt, non, c’était la demoiselle, et il n’avait pu que lui rappeler gentiment, en la comparant à une souris piégée par un gros matou. Cela faisait certes cliché, mais il s’en moquait pas mal pour le coup. Le plus amusant étant la moue de Talisa et ses propos « Même pas vrai. J’avais juste pas encore trouvé d’idée, c’est tout… Je voulais être gentille… »   qui défiaient la chronique. Il manqua s’étrangler, et se mit à rire au point de ne presque plus pouvoir s’arrêter, en regardant autour de lui, alors que tous les yeux étaient braqués sur lui. Se calmant légèrement, il se frotta la nuque en dévisageant la demoiselle « tu l’es sans doute trop. Lui n’aurait pas fait dans la dentelle et t’aurait quasiment sauté dessus. Mais oui, je veux bien te laisser croire tout ce que tu veux si cela peut alléger ton esprit, très chère.» . Il préférait faire profil bas, plutôt que de vouloir à tout prix avoir raison et lui montrer que l’homme était un véritable loup pour l’homme mais surtout pour la femme. De plus, le barman connaissait très bien ce type d’hommes auquel la brune avait eu à faire. Alors tant pis, il était prêt à sortir tous les moyens pour se faire pardonner si cela était nécessaire, mais ce qui était certain, c’était qu’il avait agi en âme et conscience et surtout pour elle, dans son intérêt à elle. Et ça, ce n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde « Oh ça va, les journées sont longues et pleines de surprises mais normalement venir ici ne comporte aucun risque. C’est ce que je croyais en tout cas. D’ailleurs, j’étais prête à passer au dessus, oublier ou tout ce que tu veux. Mais je suis bien curieuse de voir ton moyen de te faire pardonner… »   . Elle arrivait toujours à le surprendre et cela lui plaisait réellement, même si à l’instant précis, il se devait de trouver le moyen de s’en sortir. Le brun s’était mis à sourire en coin, en regardant le fin fond de son verre, avant de relever doucement les yeux vers elle. « Tu sais que tu peux très bien tout oublier, faire comme si je n’avais rien dit.» . Ou comment trouver un moyen de s’en sortir sans trop de dégâts. La feinte était facile, et il avait préféré réfléchir quelques secondes, la laissant poursuivre dans des questions « Et toi alors ? Au vu du monde, je suppose que tu n’as pas à te plaindre. Mais ça doit te faire pas mal de filles à secourir quand même… » qui eurent le don de se faire se demander comment elle le voyait au juste. Le brun préférait prendre tout ceci à la rigolade. A son tour, il jeta un regard dans son bar à la recherche du fameux inconnu. Mais rien, il avait dû partir, ce qui avait le don de le rassurer, enfin à moitié, parce qu’il partirait sans doute à l’affut d’une autre ‘proie’, et ça, ça lui fichait des sueurs froides. Se concentrant à nouveau sur la discussion en cours, il ne put que sourire. « les autres se débrouillent très bien sans moi, je te rassure. D’habitude, je n’ai pas à sacrifier mes lèvres pour une belle demoiselle, mais il faut croire que tu as eu l’exclusivité.» . Habituellement, il n’agissait pas de la sorte et arrivait à sortir le numéro de drague habituel, mais là, ce n’était pas la peine. Secouant la tête, il poursuivit « après ce baiser totalement inédit, qu’est ce que tu dirais d’un cocktail Talisa ? je crois qu’il vient d’être ajouté à la carte.» . Voilà la manière de se faire pardonner, à voir comment elle allait le prendre et surtout, il était en train de réfléchir comment il allait pouvoir le faire…

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mar 14 Juil - 19:11


oh my sweetdarling

Ne plus penser. Ne plus avoir à réfléchir. C’était bien tout ce que Talisa demandait, tout ce qu’elle voulait pour la soirée. Tout paraissait tellement plus simple ainsi, au moins. Il suffisait d’attendre que le temps passe, de se laisser porter par le vent sans trop se poser de questions et la vie en semblait plus simple et d’un coup plus agréable. En tout cas, c’était ce que la jeune femme se plaisait à croire. Elle aimait se dire qu’arrêter de réfléchir à chacune des conséquences de ses actes ne pouvait qu’être bénéfique. Que rien n’était grave et que dans le pire des cas, ce serait de toute façon rattrapable. La plupart du temps, cela l’était surement mais de temps en temps, il y avait tout de même certaines choses plus ou moins difficiles à rattraper. Comme trouver le bon moyen d’échapper à un type qui ne semblait pas vouloir la lâcher. Pourtant lâcher prise n’était pas aussi évident que cela et ce n’était certainement pas dans ses habitudes. Talisa préférait largement avoir un certain contrôle sur ses actes, sur ses pensées ou sur sa vie en général. Par moment, elle avait l’impression que c’était la dernière chose qui lui appartenait encore totalement alors elle y tenait. Mais de temps à autre, il lui arrivait de faire quelques exceptions et encore parfois de s’en mordre les doigts quand elle se retrouvait dans une situation qu’elle n’avait pas prévu et qu’elle n’avait aucune idée correcte en tête pour pouvoir s’en sortir. Un peu comme maintenant, se perdant dans le fond dans son verre pour pouvoir échapper à une conversation dont elle se fichait royalement, cherchant vainement une idée lumineuse pour échapper au gars qui ne semblait plus vouloir s’arrêter de parler. Une chose était sure, elle n’allait pas recommencer de si tôt la sortie en solitaire, cela semblait finalement bien trop dangereux. Au moins, en groupe, il y avait toujours une de ses amies qui remarquait une scène pareille et qui se faisait un plaisir de venir en aide à la principale concernée. Sauf que là, Talisa n’avait personne susceptible de lui venir en aide. Enfin, c’est qu’elle avait cru au début avant de voir surgir Chance devant elle pour l’embrasser avant de repartir comme si tout cela était normal. Bien que surprenant, la brune n’avait pas vraiment pris le temps de réfléchir à quoi que ce soit, profitant simplement de l’occasion qui lui était donné pour s’éloigner le plus rapidement possible, allant trouver refuge ailleurs. Talisa avait rejoint le bar, mettant le plus distance possible entre elle et ce type. S’installant en face de Chance, la jeune femme eut un sourire amusé face à son répondant. Portant son verre à ses lèvres, Tali le reposa avant de laisser sa tête reposer contre sa main, un faux air rêveur s’installant sur son visage. « Qui t’as dis que je pensais le contraire ? Pourquoi pas les caraïbes ? J’ai toujours rêvé de partir en vacances aux caraïbes. La plage, le soleil, rien faire… » La jeune femme releva doucement les yeux, esquissant un sourire amusé parce qu’elle n’y croyait pas une seule seconde et elle savait très bien que lui non plus. Talisa se redressa, oubliant finalement son petit jeu parce qu’elle était bien décidée à ne pas le laisser sans sortir comme ça. D’accord, elle devrait aussi penser à le remercier de l’avoir sorti de là sans même qu’elle n’ait à le demander mais cela lui semblait trop simple à son gout et maintenant qu’elle avait l’occasion de l’embêter, elle n’allait pas l’abandonner aussi facilement. Un sourire s’installa sur ses lèvres, s’amusant clairement de la situation. « Tu marques un point, sur ce coup là ! » La jeune femme laissa échapper un petit rire, essayant d’imaginer comment une autre aurait réagi à sa place. Il y avait une chance sur deux pour que ce soit de la même manière qu’elle. Et l’autre était…plus embêtante, bien qu’elle ne voyait pas trop comment il était possible de ‘tomber amoureuse ‘ après ce genre de chose. Cela dit, Talisa devait bien reconnaitre qu’elle n’était surement pas la mieux placée pour juger ce genre de chose. Esquissant un nouveau sourire, elle releva les yeux. « Très bien, je vais te croire alors, monsieur je suis animé par des pensées on ne peut plus charitables. » Talisa esquissa un léger sourire. Après tout, il ne valait mieux pas s’éterniser sur le sujet encore et encore. Il n’avait fait que l’aider et elle devait bien reconnaitre que, pour le coup, son idée s’était avérée très utile. Même quand elle partait en sauvetage d’une de ses amies au cours d’une soirée, rien n’avait jamais aussi bien marché. Peut-être que c’était quelque chose qu’elle allait devoir garder en tête, histoire de se débarrasser au plus vite d’un boulet. Bien sur, il y avait toujours l’excuse intemporelle du repoudrage de nez dans les toilettes pour essayer d’atteindre la sortie sans être vue. En général, cela marchait plutôt bien sauf dans certains cas et à force Talisa devait bien reconnaitre que les idées ne se bousculaient pas dans son esprit. Elle avait failli en faire les frais ce soir, d’ailleurs. Et la jeune femme savait très bien qu’elle avait du afficher un air assez désespéré pour que Chance ne lui vienne en aide, il n’avait pas besoin de lui rappeler. Serrant les lèvres, Talisa fit la moue, retenant un sourire de s’installer au coin de ses lèvres. « C’est pas drôle… » Mais elle devait bien admettre que si la blague ne la concernait pas directement, elle aussi en aurait profité pour rigoler. Relevant les yeux, la brune eut un sourire pendant que Chance essayait de se rattraper. « Ça va, je me suis fait avoir comme une débutante. Je le reconnais. » Son sourire s’agrandissait légèrement alors que Talisa levait les yeux au ciel, comme si finalement il ne s’agissait pas de grand chose. Même si au fond, elle espérait simplement ne pas devoir en parler pendant des heures et des heures alors que tout ce qu’elle voulait était oublier ce fâcheux épisode. Elle avait même été prête à oublier l’ensemble de tout ce qui s’était déroulé cinq minutes plus tôt avant que Chance ne réveille sa curiosité, l’obligeant à revenir dessus au moins une dernière fois. « Non, ce serait trop simple sinon… Tu te doutes bien. » Après un nouveau sourire, Talisa porta une nouvelle fois son verre jusqu’à ses lèvres. Quand elle le reposa sur le comptoir, elle releva doucement les yeux, croisant le regard du jeune homme alors qu’elle essayait de reprendre le cours de la conversation. « Je suis définitivement chanceuse alors… » La jeune femme eut un nouveau sourire, préférant s’amuser de toute la situation plutôt que de prendre quoi que ce soit au sérieux. De toute manière, cela n’en valait surement pas le coup, à part compliquer les choses pour rien. Et le sourire de Tali semblait s’agrandir un peu plus quand Chance annonça son idée. Elle se redressa presque fière d’elle alors qu’elle n’y était pour rien, il fallait bien l’avouer. « Je suis totalement pour. C’est une de tes idées que je préfère mais à une condition… » Talisa fit une pause, lui adressant un grand sourire par la même occasion. « Je peux être la première à le gouter ? Si déjà il porte mon nom, tu peux pas me refuser ça… » La brune releva les yeux, penchant légèrement la tête comme si cela allait lui donner un pouvoir de persuasion en plus. « Remarque, je pourrais aussi t’aider à le faire mais ça c’est beaucoup plus dangereux pour toi parce que ça risque de ne pas plaire à tout le monde, après. » Un léger rire s’échappa de la barrière de ses lèvres face à son aveu. Après tout, elle ne s’était jamais amusée à créer de cocktail et Talisa ne savait même pas quoi il fallait commencer, à vrai dire. La jeune femme resta un instant silencieuse avant de reprendre son verre pour cette fois le finir avant de le reposer sur le comptoir. Elle releva les yeux, un léger sourire accroché au coin de sa bouche. « Merci, au fait, pour toute à l’heure… Je t’en dois une, je suppose. » Laissant ses mains jouer avec son verre vide, Talisa eut un nouveau sourire. Après tout, elle lui devait bien ça, il lui avait au moins permis d’échapper à une soirée longue et ennuyeuse à côté d’un homme dont elle n’arrivait même pas à se souvenir du prénom.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Mer 15 Juil - 20:15


oh my sweetdarling

Chance savait pertinemment que les personnes qui se rendaient dans son établissement recherchaient quelque chose : que ce soit un besoin particulier de tout oublier, une bonne ambiance ou alors simplement des verres pour être dans un état relativement pitoyable. Il détestait le troisième groupe, mais il ne fichait nullement ces personnes à la porte, faisant tout simplement attention que le taux d’alcoolémie ne soit pas trop élevé et qu’un taxi vienne chercher ceux qui n’étaient nullement aptes à prendre le volant. Oui, il avait beau avoir une réputation, il était quand même un homme à part entière et ne tenait pas à avoir des morts sur la conscience, malgré tout ce que pouvaient penser ses détracteurs. En vérité, peu le connaissait, et encore moins les épreuves par lesquelles il avait dû passer avant de devenir l’homme qu’il était, et si cela se savait, son refus d’attachement aux personnes se comprendrait aisément, mais c’était son jardin secret, ses blessures enfouies et il ne voulait nullement de la pitié, préférant les propos acerbes à ceux qui exprimaient une sincère compassion et les je comprends alors qu’il n’en était rien au final. Certes, il nouait un très bon contact avec ses clients, il ne comptait ses véritables amis que sur les doigts d’une seule main, ceux pour lesquels il était prêt à tout, y compris à sacrifier sa vie. Pourtant, ce soir, rien ne présageait des évènements, il venait de prouver quel gentleman il était, allait à la rescousse d’une demoiselle qu’il connaissait, dans la mesure où ils se voyaient régulièrement dans son bar. Ce qui l’avait poussé à agir, de manière quelque peu inhabituelle reconnaissons le, était que le brun la voyait mal se dépêtrer de cette situation qui s’annonçait mal engagée par avance. Habituellement, il aurait joué des gros bras ou de son statut de gérant, mais là, il avait misé sur le rôle du petit ami, ce qui était loin d’être le cas, et cela ne l’avait nullement gêné d’avoir agi de la sorte, même lorsqu’il était retourné derrière son comptoir pour servir à nouveau les clients. Lorsque Talisa, la demoiselle en question, l’avait rejoint, un nouveau jeu semblait s’être mis en place, comme pour sauver les apparences et rendre encore plus crédible ce qui s’était passé quelques instants plus tôt. Chance ne put que plaisanter, en tenant des propos dignes d’un couple, et la brunette avait su répondre de la même manière « Qui t’as dis que je pensais le contraire ? Pourquoi pas les caraïbes ? J’ai toujours rêvé de partir en vacances aux caraïbes. La plage, le soleil, rien faire… » , ce qui avait eu le don de le faire rire, et il se remerciait de ne pas avoir la sombre idée de boire une gorgée du verre qu’il avait dans les mains. Le brun s’était pincé les lèvres, et avait fini par soupirer « en même temps, si on parlait plus, on finirait la phrase de l’autre. Ce voyage nous fera du bien, retrouver notre complicité des premiers jours, et le sable ainsi que les eaux turquoises seraient l’idéal. Promis, je ne te ferai pas ma demande là-bas, ça attendra notre retour… ». Le barman n’avait pu que lui adresser un regard digne d’un chien battu, avant d’agir comme si de rien n’était, et avait fait tomber le masque de l’amoureux transi à celui de gérant, rôle qui le faisait se sentir beaucoup plus à l’aise. Il n’avait pu qu’expliquer la raison de tout ceci, et la confirmation de la jeune femme « Tu marques un point, sur ce coup là ! »   avait eu le don de le faire sourire. En même temps, il connaissait parfaitement ce genre d’hommes, qui se montraient collants et qui ne souhaitaient qu’une seule chose, et c’était loin de ressembler à une partie d’échecs. Ce qui était certain, c’était qu’avec Talisa, il ne craignait nullement une gifle ou alors le contraire à savoir qu’elle ait le béguin pour lui, quitte à le suivre partout, non là il n’avait aucun risque, et il adorait totalement la demoiselle tout en percevant chez elle un passé quelque peu tourmenté. Autant dire que sur ce point, ils se ressemblaient. « Très bien, je vais te croire alors, monsieur je suis animé par des pensées on ne peut plus charitables. »  . Chance avait soufflé, en passant une main sur sa nuque et en levant les yeux au ciel. Comment pouvait-elle faire de telles insinuations ? Alors qu’il avait plongé son regard dans celui de la demoiselle, il ne put que lui lancer, d’un ton amusé « tu peux me croire. Je ne suis pas le même genre d’hommes que cet abruti ». Bon, il taisait bien évidemment le fait qu’il avait quelques aventures, mais toutes étaient consentantes, et honnêtement, il ne tenait pas spécialement à étaler sa vie privée sur le comptoir, et prouver ainsi à la jeune femme qu’il n’était pas forcément le gendre idéal que tous les parents souhaitaient pour leur fille. Pourtant, à cet instant précis, il se sentait différent et bien plus attentionné et beaucoup moins tordu que certains hommes, alors même si elle lui faisait la moue, cela se voyait clairement qu’elle n’était en rien sérieuse « C’est pas drôle… » , il ne put que lui tirer la langue, avant de sourire. « si, ça l’est… après tout dépend du point de vue duquel tu te places », murmura-t-il avant de lui adresser un clin d’œil. Elle n’était en rien sa cible, et si tel avait été le cas, cela aurait été gentil et juste dans le but de la taquiner, loin l’idée de la blesser volontairement. A son « Ça va, je me suis fait avoir comme une débutante. Je le reconnais. » , il avait préféré ne pas renchérir, acquiesçant d’un simple signe de la tête, en réfléchissant à un moyen de se faire pardonner, et rapidement il l’avait trouvé. Cependant, il avait gardé le silence sur tout ceci, optant pour une autre des vérités qui le concernait directement, et elle aussi. C’était assez impressionnant la facilité avec laquelle il pouvait communiquer sans ressentir la moindre crainte d’être jugé ou qu’un de ses mots ne soit mal interprété. « Je suis définitivement chanceuse alors… »  . Décidément, Talisa ne perdait pas une seule seconde de le chercher, et il dut faire mine de faire les gros yeux afin de l’inciter à ne pas poursuivre sur cette voie. « Enfin, la prochaine fois, je ne viendrai pas à ta rescousse, comme ça, finie la chance. Et j’espère que tu auras un bon trèfle à quatre feuilles. ». Ben quoi, il fallait bien qu’il la taquine, à force qu’elle le cherchait, là elle le trouvait, néanmoins, cela n’avait été que temporaire, dans la mesure où elle était revenue sur le marché ou la proposition que le brun lui avait faite, à savoir un cocktail à son nom. Bon, pour l’instant, il ne savait pas du tout comment il allait le faire, mais cela arriverait dès lors qu’il aurait tout sorti et se concentrerait. « Je suis totalement pour. C’est une de tes idées que je préfère mais à une condition…  Je peux être la première à le gouter ? Si déjà il porte mon nom, tu peux pas me refuser ça… » . Chance lui avait alors adressé un petit sourire, en glissant « en effet, cet honneur te revient, c’est évident et non négociable. » . Une idée avait émergé à son esprit, et il était prêt à ouvrir la bouche pour la lui suggérer que la demoiselle avait penché la tête légèrement, lui faisant une proposition « Remarque, je pourrais aussi t’aider à le faire mais ça c’est beaucoup plus dangereux pour toi parce que ça risque de ne pas plaire à tout le monde, après. » , la même qu’il allait lui faire. Son rire fut communicatif, et il n’avait pu que lui tendre la main, pour l’inciter à le rejoindre. « Tu te sens capable ? Parce que j’allais te le demander. Après tout, ça sera ton prénom, ton invention. Mais si tu veux, je peux t’apporter mon aide. Allez, rejoins moi derrière le bar, plus tôt on commence, plus vite on pourra gouter et le mettre à la carte » . néanmoins, le barman n’avait pu que sourire, ne sachant pas comment cela allait être interprété, avant qu’il ne finisse pas finir son verre à son tour. Mais il n’avait pas quitté son amie du regard, et il essayait de ne pas analyser chacun de ses gestes, surtout lorsque ses mots « Merci, au fait, pour toute à l’heure… Je t’en dois une, je suppose. » étaient parvenus à ses oreilles. Là, comment devait-il l’interpréter ? S’il avait un esprit tordu, il aurait pu imaginer bien des choses, mais avec elle, il se refusait d’avoir de telles réflexions. Il avait posé sa main sur celle de Talisa, qui jouait avec son verre. « Tu ne me dois rien du tout. et d’ailleurs, une ? À quoi penses-tu ? ». La curiosité lui faisait bien évidemment poser la question, cependant, là n’était pas la priorité, du moins pas à ses yeux. Plongeant son regard dans le sien, il continua à lui caresser le dos de la main, et lui sourit « c’était naturel, je n’allais pas… bon, oublie, et si on se mettait au travail, mademoiselle. Viens vite que tout le monde pense que soit j’ai une nouvelle employée, soit qu’une magnifique femme a réussi à passer derrière mon bar, chose que je n’accorde jamais en temps normal… ». Oui, parce que monsieur était ainsi, on ne passait pas derrière son comptoir, mais là, c’était différent. Et pour une fois, il était heureux d’accueillir un nouveau visage.

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Sam 18 Juil - 11:50


oh my sweetdarling

Talisa ne savait même plus vraiment comment elle en était arrivée là. Ne plus vouloir réfléchir était une chose, se retrouver bloquer avec un illustre inconnu à ne même pas faire semblant de l’écouter s’en était une autre. Et elle ne savait plus vraiment comment elle avait pu laisser cela arriver. Pourtant ce n’était pas vraiment son genre, de se laisser faire, de se laisser embarquer dans des histoires et dans des conversations dont elle se fichait royalement. Et généralement quand elle s’en fichait, elle ne se gênait pas pour le faire comprendre ou pour s’éclipser le plus rapidement possible sans se demander si son excuse était valable ou non. Et la jeune femme se demandait pourquoi elle ne l’avait pas encore fait. Pourquoi est-ce que pour une fois, elle se souciait de ce qu’elle devait faire, de ce qui était acceptable ou non. Surtout qu’elle ne le connaissait pas et que pour être honnête elle n’avait aucune intention de le revoir un jour, qu’il soit lointain ou pas. Cela dit, Talisa ne s’était toujours pas enfuie, sous le coup d’une excuse trop tirée par les cheveux pour être réelle et elle en était encore à la phase recherche. Et dire qu’elle commençait doucement à désespérer n’était sans doute pas exagéré parce qu’aucune idée digne de ce nom n’arrivait à se former dans son esprit. D’ici quelques instants, elle allait finir par rendre les armes et sortir une phrase, n’importe laquelle, avant de courir jusqu’à la sortie et regagner son appartement le plus rapidement possible. En tout cas, ça c’était son plan initial. Avant que Chance ne débarque, avec visiblement autre chose en tête, ne l’embrasse et ne reparte presque aussi vite. Bien que surprise, la jeune femme n’avait pas voulu réfléchir bien longtemps parce que cela signifiait laisser passer sa seule chance de sortir de là et ça il en était hors de question. Elle se souvenait avoir essayé de trouver quelque chose à dire de cohérent et de logique avant de partir mais elle doutait avoir réussi. En réalité, tout ce qu’elle avait en tête c’était s’en aller et ne pas gâcher, par la même occasion, la seule chance que Chance venait de lui donner. Depuis le temps qu’elle attendait de sortir de là, ce n’était pas vraiment le moment de se poser trente-six questions différentes. D’ailleurs, elle n’avait pas laissé à son voisin de table l’occasion de prononcer un seul mot avant de s’échapper, l’idée lui semblait bien trop risquée pour lui donner l’envie d’être polie. Elle s’était simplement contenter de partir le plus rapidement possible et de rejoindre le bar sans vraiment savoir ce qu’elle allait bien pouvoir y faire. S’amuser et jouer le jeu au moins cinq minutes, histoire de sauver les apparences et de sauver elle-même lui semblait être assez adapté. Et puis elle pouvait toujours compter sur Chance pour ne pas la laisser tomber. L’avantage c’est que tout cela n’était pas pris au sérieux et ça avait au moins le mérite de la faire penser à autre chose et de lui faire oublier les minutes les plus longues qu’elle venait de vivre. Talisa n’avait pu s’empêcher d’esquisser un sourire, s’amusant de la situation. « Non quand même, il ne faudrait pas rentrer dans les clichés. Ah tu vois que j’ai de bonnes idées de temps en temps. Mais c’est dommage… je vais devoir patienter jusqu’à ce qu’on revienne alors… » La jeune femme serra les lèvres, l’air presque triste à cette idée même si ça ne dura pas longtemps. Maintenant qu’elle se sentait enfin libre, Talisa avait bien du mal à rester sérieuse plus de quelques secondes. En même temps, si elle était venue là, à la base, c’était bien pour décompresser, oublier un peu sa journée. Elle préférait se dire que sa soirée ne commençait que maintenant plutôt que de garder en mémoire tout ce qu’il s’était passé jusqu’à présent. Mais la curiosité n’étant jamais très loin, la jeune femme n’avait tout de même pas pu s’empêcher de poser la question. Même si tout cela avait tendance à plus l’amuser qu’autre chose, c’était plutôt inhabituel de voir débarquer un gérant de bar pour embrasser une cliente et lui permettre de se débarrasser du boulet qui trainait dans le coin. Ils se connaissaient certes mais ce n’était pas le genre de chose auxquelles Tali s’était attendue. Qu’il le mette dehors pourquoi pas ou qu’il la fasse passer pour une serveuse même si le subterfuge n’allait pas durer bien longtemps mais l’embrasser. C’était bien la dernière idée qui lui serait passé par la tête. Cela dit, elle ne pouvait pas nier que c’était plutôt efficace. Et Talisa préférait largement s’amuser de son geste et en profiter au passage pour l’embêter. Tant que ça marchait, elle ne voyait pas vraiment pourquoi elle devrait s’en priver. Un sourire amusé au coin des lèvres, elle releva les yeux. « Je sais. Encore heureux, j’ai envie de dire. » Son sourire se fit plus présent alors qu’elle jetait un rapide coup d’œil, derrière elle. Il ne manquait plus que cet idiot l’ait traumatisé, maintenant. Mais c’était souvent le problème le soir et ce peu importe l’endroit. Les hommes en manque d’affection ou d’autres choses d’ailleurs, ou les femmes ça arrivait aussi étaient bien trop nombreux pour réussir à tous les éviter. Et à la fin, cela devenait même fatiguant de toujours devoir trouver des idées pour les repousser. D’où l’option : sortir en groupe. Parce que les autres pouvaient toujours soit vous servir d’excuses, soit vous aider à vous sortir d’une situation désespérée, tout en passant une bonne soirée. Dans tous les cas, c’était gagnant. Et quand on était seule, c’était bien plus compliqué de s’en sortir, Talisa en avait fait l’expérience. Ce que Chance semblait bien décidé à lui rappeler. La jeune femme dut retenir un sourire pour paraitre un minimum sérieuse bien que ce ne fut pas évident, pendant que le jeune homme s’amusait à ses dépends. Chacun son tour, surement. Cela dit, elle devait bien reconnaitre qu’elle s’était fait avoir et que d’un point de vue extérieur ça avait surement du être beaucoup plus drôle que pour elle. Heureusement qu’elle avait eu de l’aide. Aide qui semblait terminer, d’ailleurs. « Eh. T’es pas sympa ! Moi qui pensais que je pouvais compter sur toi… En plus tu devrais savoir que j’ai jamais de chance. » Mais ça, ça ne datait pas d’aujourd’hui même si elle n’allait pas se risquer à le dire. Au pire, elle trouverait bien un autre moyen de s’en sortir la prochaine fois. Quoi que le mieux c’était sans aucun doute qu’il n’y ait pas de prochaine fois. Vraiment, c’est l’idée qu’elle préférait. Cela dit, Talisa devait bien avouer qu’elle n’avait pas complètement perdue sa soirée puisqu’elle allait avoir un cocktail à son nom et rien que ça lui faisait oublier tout le reste. Elle eut un sourire, presque fière à l’idée de pouvoir être la première à le tester. Cela dit, au niveau de la conception elle avait quand même des doutes. Elle baissa les yeux, regardant la main que Chance lui tendait, complètement hésitante. « Euuh, si je dis non tu vas me forcer ? Parce que sans être une alcoolo, je sais les boire les cocktails, pas les faire… » Son sourire s’agrandit devant sa propre bêtise et pourtant c’était la réalité. Cela dit, la brune savait très bien qu’elle finirait par accepter. Mais avant cela, il fallait simplement prendre un peu de courage et elle en avait profité pour finir son verre. Et de le remercier aussi, par la même occasion. Sans doute aurait-elle du commencer par ça même mais Talisa avait souvent tendance à faire les choses à l’envers. Mais elle ne s’était pas attendue à la réaction de Chance et un rire s’échappa de la barrière de ses lèvres alors qu’elle relevait les yeux pour le regarder. « Quoi ? A rien du tout, c’est juste une expression. Un service ou ce genre de chose, rien de… bizarre. » Elle lui adressa un sourire amusé avant de finalement délaisser sa place derrière le bar pour en faire le tour. « Est-ce que je ne peux croire qu’à la version magnifique femme ? Je préfère ça à l’employée, en fait… » Talisa finit par le rejoindre, un sourire accroché au coin des lèvres. Son regard curieux ne savait plus vraiment où regarder, un peu comme si elle découvrait l’endroit pour la première fois. Cela dit, c’était pas totalement faux, elle ne s’était jamais amusée à passer derrière le comptoir d’un bar ni ici ni ailleurs, en fait. La jeune femme releva les yeux, croisant le regard de Chance avant d’esquisser un sourire. « Alors c’est à ça que ça ressemble de ce côté-là… C’est étrange d’être là en fait. » Mais Talisa préférait abandonner toutes réflexions sachant très bien que cela ne la mènerait à rien. Elle se retourna vers Chance lui adressant un sourire. « Bon on commence par quoi alors ? Je suis à tes ordres. Enfin presque hein, va pas en profiter de trop non plus ! » Son sourire eut tendance à s’agrandir. Elle avait l’impression d’être une enfant le jour de noël, à la fois impatiente et en même temps redoutant ce qui pouvait lui arriver. Même si elle devait bien admettre qu’elle ne risquait pas grand chose en compagnie de Chance.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Sam 18 Juil - 17:46


oh my sweetdarling

Chance se faisait à sa vie, à vrai dire, il l’avait choisie et cela lui convenait à merveilles. Il n’avait de comptes à rendre à personne, si ce n’est qu’à lui-même. Et ça, c’était le mieux, au moins, personne ne venait lui faire de reproches quant à son mode de vie, lui qui avait choisi une vie loin de toute attache, sans nul doute afin d’éviter d’être déçu ou de se voir les personnes à qui il tenait, se consumer doucement. C’était d’ailleurs très ironique de penser à cela alors qu’il possédait un bar, lieu dans lequel s’enchainaient les clients de tous horizons : entre les habitués qui venaient parler, les demoiselles qui recherchaient bien plus et auxquelles le brun avait accordé quelques faveurs sans rien sans leur promettre la lune ou le mariage ; et surtout il y avait aussi ceux qui venaient pour poursuivre dans leur vice. Seulement même si le brun voyait tout ceci d’un mauvais œil, il n’était en rien un magicien et n’allait pas être une sorte de justicier, à vouloir éradiquer l’alcoolisme de cette Terre. il n’en avait pas la prétention ni l’envie de se lancer dans la lutte contre de quelconques moulins à vent. Il se contentait de temps à autre venir en détresse à de charmantes demoiselles, et ce soir, cela était tombé sur Talisa, la brune avec laquelle la simplicité était présente à chacun de leurs échanges. Et le barman espérait secrètement que l’acte irréfléchi dont il avait fait preuve ne viendrait nullement entacher ce qu’ils partageaient. Et bien que tous les deux poursuivaient le petit jeu commencé par ce baiser, il fallait bien reconnaitre que le sérieux était loin d’être au rendez-vous, le barman s’enfonçant dans des dires, dignes d’un amoureux éperdu. La réponse qui s’en était ensuivie était loin d’être triste « Non quand même, il ne faudrait pas rentrer dans les clichés. Ah tu vois que j’ai de bonnes idées de temps en temps. Mais c’est dommage… je vais devoir patienter jusqu’à ce qu’on revienne alors… » , au point que Chance s’en était mordillé la lèvre, en la dévisageant. Qui aurait pu dire que la brunette pouvait être de cette trempe là, à entrer rapidement dans la peau d’un personnage qui était loin de lui coller à la peau, sans vouloir la vexer ? Se raclant la gorge afin de garder son sérieux, il n’avait pu que rétorquer « oui, parce que ce n’est pas du tout nous, ça. Après, je pourrais te la faire ici, mais imagine, tout le monde nous féliciterait, et on n’aurait pas un brin d’intimité pour la suite. Donc, ce sera notre retour, à moins que tu ne veuilles que je mette un genou à terre dès à présent, parce que je peux te prouver que je tiens à toi, ici et maintenant, pour toujours et à jamais... » . Autant dire que le barman ne faisait nullement dans la dentelle, étant donné qu’il était limite à lui faire une demande en mariage dans son propre établissement alors qu’il n’y avait qu’une simple amitié qui les liait. Toutefois, tout avait été bien rapidement balayé d’un revers de la main, et ils avaient su retrouver la réelle nature de leurs échanges, étant beaucoup plus à l’aise. Mais Maxim se sentait étrangement bien en sa compagnie, ne regrettant nullement son geste qui avait été plus qu’inapproprié, et visiblement, sa culpabilité grandissante ne faisait qu’attirer les taquineries incessantes de Talisa « Je sais. Encore heureux, j’ai envie de dire. »  . Heureusement que la demoiselle avait un sourire aux lèvres, sinon il serait volontiers parti en réserve, prétextant par exemple le besoin rapide d’aller chercher des bouteilles, mais cela n’était tout simplement pas nécessaire. Il n’avait pu que surprendre la demoiselle en train de chercher celui qui l’avait collée quelques instants plus tôt, et automatiquement lui avait fait de même, le repérant déjà pressé à parler à une autre, au point qu’il ne put que soupirer. Il avait l’habitude de voir ce genre de spectacles, ces hommes qui s’ennuyaient et recherchant ainsi une charmante compagnie, sans parfois se rendre compte qu’ils étaient trop insistants envers des demoiselles qui n’arrivaient pas à les remettre à leur place ou s’en débarrasser. Chance veillait quand même au grain, afin qu’aucun accident fâcheux ne soit à déplorer, si bien qu’il avait reporté son attention sur la demoiselle, en soupirant « oui, sinon je ne tiendrais pas le bar » . il se sentait mal et n’avait pas envie d’épiloguer des masses ni d’étaler sa vie privée sur la place publique. En même temps, c’était normal, il n’était pas du genre sensible et encore moins à se lamenter, alors il se sortit de la tête tous les points désagréables de la tête, afin de n’en garder que l’essentiel, ce qui fonctionna à la perfection. Et voilà qu’à son tour il se permettait de se jouer d’elle, de la taquiner gentiment, sans pour autant avoir une quelconque envie de la mettre dans l’embarras, surtout pas avec la répartie dont elle faisait preuve. « Eh. T’es pas sympa ! Moi qui pensais que je pouvais compter sur toi… En plus tu devrais savoir que j’ai jamais de chance. »  . Encore heureux qu’il n’était pas susceptible le brun, sinon il aurait encore pris la poudre d’escampette en la laissant seule face à son verre. Il avait préféré croisé les bras brièvement, et la regarder d’un air étrange. « Tu peux compter sur moi. Après tu vois que les apparences peuvent être plus que trompeuses, mais n’oublie pas que tu as un excellent flair, donc continue de t’y fier. » , avait-il ajouté avec un clin d’œil. Le barman ne lui avait jamais donné une quelconque raison d’avoir peur de lui, ou de lui montrer une part de lui qu’il gardait profondément enfouie. Parce que malgré tous les mots qui pouvaient être prononcés à son égard, personne n’avait tort et personne n’avait raison, à vrai dire, ils possédaient tous des bribes d’informations sans toutefois prendre le soin de tous les assembler afin de découvrir qui il était. et ajoutons à cela le fait qu’il se refusait de se poser et construire quelque chose avec une femme, autant dire qu’il était bien trop secret et complexe pour se sentir quelque peu débusqué ou offensé par Talisa ainsi que les remarques qu’elle pouvait faire. Cependant, pour se faire pardonner, il avait bien vite trouvé une solution, à savoir créer un cocktail au nom de la belle brune, après tout, c’était un privilège et le minimum qu’il pouvait faire. Après ajouter un nom sur la carte, c’était facile, quasi un jeu d’enfants, les faire boire, également, alors que la partie la plus difficile se révélait être la création du breuvage, autant dire que la jolie brune n’allait pas s’en sortir par une pirouette « Euuh, si je dis non tu vas me forcer ? Parce que sans être une alcoolo, je sais les boire les cocktails, pas les faire… »  . Secouant la tête, même face à son sourire, il fit légèrement la moue avant de prendre un air innocent « moi te forcer ? ça ne serait tellement pas mon genre.. mais il faut un début à tout, très chère.. ». En même temps, c’était toujours amusant d’essayer de combiner différents éléments afin d’avoir le résultat tant attendu, et même lui avait bien du mal parfois à se montrer créatif et à réussir à faire quelque chose de concluant, lui l’éternel insatisfait. Et voilà qu’après s’être plus ou moins rattrapé, il l’avait invitée à la rejoindre derrière le bar, alors que sa curiosité maladive avait été de sortie. En même temps, Talisa s’était arrêtée, et il fallait bien reconnaitre que tout ceci pouvait être relativement ambigu. « Quoi ? A rien du tout, c’est juste une expression. Un service ou ce genre de chose, rien de… bizarre. »  . Bon là, la demoiselle devait sérieusement des questions quant à ce qui avait pu lui passer par la tête, mais tant pis, il préférait obtenir de réelles réponses plutôt que de rester avec le moindre doute. Alors, à cette réponse, il n’avait pu qu’acquiescer d’un signe de la tête, se refusant de prononcer le moindre mot, de peur d’en rajouter une couche, qui serait absolument mal venue. Et s’il s’était senti quelque peu maladroit, le fait qu’elle ait finalement accepté sa proposition en le rejoignant l’avait fait se sentir mieux, beaucoup moins coupable pour le coup, et un sourire s’empara de ses lèvres, lorsqu’elle avait mentionné un léger détail « Est-ce que je ne peux croire qu’à la version magnifique femme ? Je préfère ça à l’employée, en fait… » . Sondant son regard, il n’avait pu que se sentir comme envahi d’une curieuse sensation, une satisfaction personnelle combinée à la curiosité de voir comment elle pouvait s’en tirer dans son domaine de prédilection à lui. « Oui, on peut en rester à cette version. Mais attends-toi à avoir des réflexions nous concernant… » . Le brun avait l’habitude de ses clients et des remarques quelque peu déplacées, surtout s’ils avaient déjà des verres au compteur. Alors, il croisait les doigts pour que rien ne soit prononcé, pouvant les mettre un peu plus dans l’embarras, surtout avec l’épisode qui s’était produit quelques instants plus tôt. Bien que certains regards ne se portent sur eux deux, le barman les avait intimé, de par un regard, de garder leurs réflexions pour eux, surtout qu’ils allaient avoir besoin de concentration afin de mener à bien leur projet de cocktail. « Alors c’est à ça que ça ressemble de ce côté-là… C’est étrange d’être là en fait. »  . Chance avait acquiescé d’un signe de la tête, sachant pertinemment ce qu’elle voulait dire. Elle finit par se retourner vers lui et ses propos « Bon on commence par quoi alors ? Je suis à tes ordres. Enfin presque hein, va pas en profiter de trop non plus ! »   vinrent le ramener à la réalité, et il se racla la gorge, devenant ainsi le parfait barman. « Déjà, la question que tu dois te poser. Avec ou sans alcool ? Parce qu’il faut bien qu’on réponde à cela pour éliminer ou non ce qui va être utile à sa fabrication. »  . Se plaçant à ses cotés, il avait sorti les différentes bouteilles de sirop, et se retenaient quand même de faire de même avec les alcools, ces derniers étant bel et bien nombreux, au point de s’y perdre. « Après, il y a aussi une partie imagination. Ferme les yeux et dis moi ce que tu verrais rien qu’en mentionnant ton cocktail. Ça pourrait nous aider ». bon après, c’était gagner un peu de temps, mais surtout il était en train de faire une bonne dose de rappel quant à tout ceci, et essayait à son tour de voir comment il l’aurait fait, rien qu’avec tout ce qu’il connaissait de la demoiselle…

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Dim 19 Juil - 22:14


oh my sweetdarling

Le regard de Talisa balayait la salle comme si elle voulait s’assurer qu’elle avait bien échappé à son mauvais rêve de la soirée. Une partie d’elle s’attendait encore à le voir débarquer à côté d’elle pour continuer à l’ennuyer et à lui parler en espérant qu’elle soit un minimum intéressée. Ou pire qu’un autre se décide à ne prendre à sa place et l’ennuie de la même manière que la premier l’avait fait. Il ne manquerait plus que cela et la jeune femme était définitivement prête à qualifier cette journée toute entière comme la plus nulle de toute sa vie. Enfin presque. Cela dit Talisa était à deux doigts de faire demi-tour pour rentrer chez elle le plus vite possible et de se terrer sous sa couette en priant pour que personne ne vienne l’en sortir avant au moins deux semaines. C’était bien le temps qu’il allait lui falloir pour oublier tout cela. Ou peut-être seulement une semaine. Etant donné que Chance l’avait sorti de là d’une façon pour le moins étrange mais qui avait au moins eu le mérite de marcher, la jeune femme devait bien le reconnaitre. Mais Tali ne se voyait franchement pas réfléchir pendant dix ans à ce que cela pouvait signifier ou non. L’occasion était bien trop belle pour la laisser passer sous son nez comme ça et surtout, ça allait probablement être la seule de la soirée alors mieux ne valait pas réfléchir et simplement agir. Elle avait finalement rejoint Chance près du bar, rentrant dans son jeu avant que l’autre ne réapparaisse en comprenant que rien de tout cela n’était vrai. Et même si elle le savait, Talisa préférait s’en amuser d’autant plus que ça avait le mérite de lui changer les idées. De lui faire oublier sa longue journée et son début de soirée… pas tout à fait réussi. Elle adressa un sourire amusé au jeune homme, ravie de pouvoir enfin se changer les idées sans avoir à se prendre la tête pour un oui ou pour un non. Et son sourire eut tendance à s’agrandir face aux paroles de Chance. Talisa releva les yeux comme si elle s’amusait à la défier. « Tu n’oserais pas ? » Cela dit, elle n’avait même pas vraiment envie de le savoir et l’idée même de le voir faire ça ne l’enchantait pas des masses. Non seulement il faudrait qu’elle y assiste sans pouvoir l’en empêcher et en plus toutes les autres personnes présentes dans ce bar le verrait aussi. C’était définitivement de trop pour une simple soirée. Semblant reprendre ses esprits d’un seul coup, Talisa se redressa avant de continuer. « Non, non, non. Oublies ce que j’ai dis, je tiens pas à le savoir, en fait. Je te crois. Je suis sure que t’es assez fou pour faire ce genre de choses de toute façon… » Du moment qu’elle n’était pas la principale concernée, en fait. Dans le contraire, ça l’aurait même surement amusé de le voir faire mais bizarrement pas cette fois-ci. Elle préférait largement qu’il s’abstienne plutôt que de voir des dizaines et des dizaines de visages tournés dans leur direction alors qu’elle ne saurait absolument pas quoi faire : à part courir jusqu’à la porte et ensuite courir jusqu’à son appartement. Ça par contre, elle l’avait déjà envisagé. En réalité qu’il l’ait embrassé ou pas, la jeune femme préférait ne pas y porter une grande importance. Elle préférait plutôt voir ça sous l’angle où il lui avait apporté son aide et ensuite tout s’arrêtait là. Non seulement c’était beaucoup plus simple dans son esprit ainsi mais ça lui éviterait d’avoir à changer de comportement avec lui ou d’avoir un trouvé un nouvel endroit où sortir. Au fond même s’ils passaient une bonne partie de leur temps à s’embêter tout était simple entre eux et de temps en temps, cela faisait du bien de ne pas avoir à se poser trente six questions sur telle ou telle relation. Et Tali préférait largement voir les choses rester ainsi plutôt que de les voir changer sans savoir si c’était dans le bon sens ou pas. Même si Chance profitait largement du faire de l’avoir aidé et « sauvé » pour se moquer d’elle. Cela dit, elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir si elle avait été à sa place, elle aurait surement fait pareil. Alors elle se contentait de sourire, d’attendre que le temps passe et fasse son effet. Elle savait bien qu’à un moment ou un autre cela finirait par s’arrêter. Toutes les bonnes blagues avaient une fin et celle-ci ne pouvait pas faire exception ou alors elle n’avait vraiment vraiment pas de chance. A ce compte-là, la brune aurait mieux fait de rester chez elle. Cela dit, Talisa préférait voir le bon côté des choses. Se dire qu’il l’avait aidé et lui avait évité d’avoir à chercher une quelconque excuse pas crédible pour s’en sortir alors elle pouvait bien le supporter un peu après ça. Surtout qu’elle n’était pas vraiment du genre à se laisser faire. La jeune femme eut un léger sourire en le voyant croiser les bras et se demanda pendant un instant si elle avait finalement réussi à le vexer. Pas que ce soit son but premier mais ce serait quand même une grande première. Mais son sourire s’était agrandi devant sa répartie et elle dut se retenir de lever les yeux au ciel. « Je vois ça. J’essaye de m’y fier, la plupart du temps. Mais même quand il me dit de fuir c’est pas toujours évident de le faire dans la seconde, tu sais. A moins de passer pour une mal élevée, cela dit je dois plus être à ça près. » La brune esquissa un sourire avant de laisser définitivement tomber le sujet. Maintenant qu’elle en était débarrasser et vraiment libre, elle avait bien l’intention de profiter de sa soirée et d’avoir au moins quelques bon souvenirs pour supporter la journée du lendemain. Même si Talisa devait bien avouer que participer à la création d’un cocktail ne faisait pas partie de ses passes temps favoris, même si le cocktail en question allait porter son nom. A la limite, elle se portait volontaire pour le gouter en premier et se la jouer testeuse professionnelle mais ses capacités n’allaient pas beaucoup plus loin, elle devait bien le reconnaitre. Elle finit par croiser le regard de Chance avant de sourire doucement. Il n’allait certainement pas la forcer mais il devait surement la connaitre assez bien pour savoir qu’elle finirait par accepter. Ce que Tali ne tarda pas à faire, d’ailleurs. « Bien chef ! » Délaissant la sécurité de sa place, la brune avait fait le tour du bar tout en prenant son temps, comme ça si jamais il lui prenait l’envie de fuir elle aurait encore le temps de le faire. Même si elle savait très bien qu’elle ne le ferait pas. Et alors qu’elle faisait le tour, Talisa évoqua l’idée de simplement s’arrêter à l’option « jeune femme » plutôt qu’à l’option « employée ». N’importe qui choisirait la même chose à sa place, après tout. La jeune femme se contenta d’hausser les épaules face à la réponse de Chance. « C’est pas comme si je faisais attention à ce que les gens racontent hein et comme si ça m’intéressait vraiment. Et puis il me semble que toi non plus, je me trompe ? » Tali lui adressa un léger sourire. C’était presque habituel dans ce genre d’endroit. Au moindre évènement un peu particulier ou peu commun, les personnes présentes laissaient libre court à leur imagination mais Talisa n’y faisait pas attention. Elle préférait les laisser parler dans leur coin plutôt que de s’y intéresser. « Et puis on m’a déjà prêté des relations avec pire que toi, alors… » La jeune femme eut un rire alors qu’elle se retrouvait derrière le bar, essayant de retrouver un peu de sérieux et s’empêchant surtout de toucher à tout ce qui pouvait lui passer sous les mains. Talisa resta silencieuse un instant, essayant de cherchant une idée tout en savant par avance qu’elle n’en trouverait aucune. Elle avait passé la moitié de son adolescence dans les bouquins de médecine alors au niveau de la conception de cocktail elle avait surement du retard à rattraper. « Hm, je dirais avec. Mais pas trop, le but c’est pas d’être à l’ouest au bout du premier verre quand même. Oh et surtout pas de vodka. J’ai pris ma première cuite à la vodka et franchement c’était terrible et… » La brune s’arrêta d’un seul coup avant de froncer les sourcils. Elle leva les yeux au ciel alors qu’un air désespéré commençait à s’installer sur son visage. « Pitié, ne me dites pas que j’ai dis ça… » Mais il lui avait suffi de jeter un simple regard à Chance pour comprendre que c’était bien le cas. Talisa laissa échapper un léger soupir tout en priant pour disparaitre dans la seconde qui suivait. Mais comme c’était impossible elle allait plutôt essayer de faire comme si elle n’avait rien dit. Elle lança finalement un regard suspect à Chance, hésitant à faire ce qu’il disait avant de finalement se résigner. « D’accord. » et Talisa ferma les yeux, sans pour autant savoir ce qu’elle était censée chercher. Ou même trouver. Il y eut un instant de silence comme si elle était en pleine réflexion et qu’elle ne prenait rien de tout cela à la légère. « Franchement, je ne sais pas. Je dirais un truc frais et sucré. On peut pas mettre des fruits, c’est bon ça. Genre des fraises ou des fruits rouges ? » Talisa ouvrit ses yeux au même moment alors qu’un sourire complètement amusé s’installait sur ses lèvres. « Te moque pas, je t’avais prévenu que j’étais pas douée… Et puis normalement, c’est toi l’expert… » La brune arqua un sourcil avant de croiser ses bras sur sa poitrine. Après tout, chacun avait son domaine de prédilection et celui-ci n’était définitivement pas le sien. Mais elle était persuadée que Chance trouverait de quoi faire.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Lun 20 Juil - 15:10


oh my sweetdarling

Chance ne savait plus où donner de la tête, dans la mesure où il voulait protéger Talisa de cet abruti qui avait tenté de la mettre dans ses draps, en lui sortant le baratin habituel, du moins même s’il ne l’avait pas entendu, le barman aurait pu mettre sa main à couper qu’il avait dit les phrases habituelles, le même refrain. Il était à deux doigts de penser qu’il faudrait réellement qu’il mette un panneau pour interdire certaines paroles, certains comportements, mais ce serait inutile, et mis à part le faire le 1 avril, il savait par avance que ses clients le verraient comme un fou, un réel fou qui avait de drôles d’idées, des pensées tout à fait fantasques. Mais dans le cas échéant, cela pourrait éviter de telles situations, même si le fait de passer pour le preux chevalier était loin de lui être désagréable, surtout lorsque la belle princesse en détresse était aussi sublime et naturelle que la brune. A présent, les deux se complaisaient dans le rôle qu’ils s’étaient attribués, afin de se tirer de cette mésaventure. Au lieu de faire comme si de rien n’était, qu’ils étaient de simples connaissances, ils jouaient au petit couple qui faisait des plans pour le futur, comme s’ils allaient franchir un cap, à savoir celui du mariage, et bien plus. Le sourire de la demoiselle le faisait se sentir étrangement bien, lui laissant entrevoir une soirée bien plus agréable que ce qu’il n’avait réellement pensé. « Tu n’oserais pas ? »  . Le barman sentait comme une pointe de défi dans les paroles de la demoiselle, et il aurait pu aisément mettre un genou à terre et lui montrer qu’il avait de quoi la surprendre un peu plus, toutefois, cela ne les concernerait pas qu’eux deux, et vu le nombre de personnes présentes dans le bar, les rumeurs se répandraient rapidement quant à une éventuelle liaison entre eux. Se penchant légèrement vers elle, il lui avait caressé la joue « je pourrais aisément, mais je serai obligé de payer une tournée à tout le monde et imagine si nous devions inviter ton enquiquineur à notre mariage, je ne pourrais plus me concentrer sur toi, mais à ce qu’il ne s’approche plus de toi jusqu’à ce que tu deviennes madame Davids » . Le brun avait souri une nouvelle fois, alors qu’il se sentait plus que capable de lui faire une demande digne de ce nom, bien qu’il n’ait pas du tout le bijou adéquat sur lui. Et visiblement, les deux semblaient être sur la même longueur d’onde à présent, se refusant bel et bien de poursuivre dans une comédie qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences pour la suite. « Non, non, non. Oublies ce que j’ai dis, je tiens pas à le savoir, en fait. Je te crois. Je suis sure que t’es assez fou pour faire ce genre de choses de toute façon… »  . Il n’avait pu que hocher la tête, comprenant aisément la situation. D’ailleurs, c’était une raison pour laquelle il avait préféré s’abstenir et ne pas tenter le diable, en s’affichant devant tous les habitués de son établissement. Baissant alors les yeux sur son comptoir, il tentait tant bien que mal d’assembler ses esprits et trouver les bons mots afin de lui faire comprendre qu’il n’était nullement présent pour la mettre dans l’embarras. Relevant son regard bleu, il avait sondé celui de la belle, et n’avait pu que murmurer « bon, tu vois que je ne suis pas assez fou que cela, et que ton bien-être passe avant le moindre défi que je pourrais relever. » . Le passé avait démontré qu’il était capable de faire des choses plus qu’abracadabrantes lorsqu’on le poussait au vice, mais dans le cas présent, ce n’était pas ça qui l’emportait, bien au contraire. Que valait-il mieux ? Passer pour l’homme qui n’avait peur de rien ou celui qui pensait au bien des personnes qu’il affectionnait ? Dans le cas échéant, c’était la seconde option qui primait, et il en était fier, sans doute plus que du baiser. Mais ce n’était pas le plus important, dans la mesure où ce geste n’avait pas de signification particulière, et il préférait penser à l’instant présent que de se triturer l’esprit, surtout qu’à cet instant précis, il avait d’autres choses à songer, comme par exemple répondre rapidement aux petites piques gentillettes de Tali, qui avait un flair incroyable. « Je vois ça. J’essaye de m’y fier, la plupart du temps. Mais même quand il me dit de fuir c’est pas toujours évident de le faire dans la seconde, tu sais. A moins de passer pour une mal élevée, cela dit je dois plus être à ça près. »  .  C’était toujours plus ou moins compliqué, mais il comprenait ce qu’elle voulait dire, lui agissant à peu près de la même, sauf que c’était pour d’autres raisons, un moyen de se protéger en quelque sorte, tant son passé était loin d’être idyllique. Et on ne pouvait pas dire qu’il adorait s’étaler sur une partie de sa vie, trop obscure. Haussant les épaules, il n’avait pu que glisser un « c’est évident. » , pour clore ce sujet qui semblait les faire marcher sur des œufs. Ses propos étaient loin d’être constructifs, mais il ne savait pas quoi ajouter. Finalement, Talisa avait fini par le rejoindre derrière le comptoir, et il n’avait pu qu’être heureux de l’avoir à ses cotés, malgré son « Bien chef ! » , qui le faisait passer pour un commandant très dur, alors qu’il pouvait être un véritable mouton, tendre, mignon, c’était l’effet yeux bleus à coup sûr. La demoiselle n’était en rien une employée, à laquelle il demandait de porter un tablier. Non, il ne lui imposerait pas du tout cela, sinon ce serait quelque peu mesquin de sa part. « C’est pas comme si je faisais attention à ce que les gens racontent hein et comme si ça m’intéressait vraiment. Et puis il me semble que toi non plus, je me trompe ? »  . Encore un point gagné pour la brunette, parce qu’il s’en fichait pas mal, au point que son regard balayait la salle alors qu’il restait silencieux pendant quelques secondes durant. Toutes ces personnes allaient et venaient, consommaient sans se soucier de ce qui les entourait réellement, c’était peut-être le seul avantage de posséder un bar, et non un salon de coiffure. Les discussions étaient nombreuses, les ragots s’échangeaient mais au final, tout le monde recherchait la même chose : passer un bon moment autour d’un verre, que ce soit d’alcool ou d’une boisson chaude. Maxim ne se contentait que de répondre à la demande en quelque sorte. Il avait finalement reporté son attention sur celle qui se trouvait à ses cotés. « Non, on me prête assez de rumeurs folles, et je m’en moque totalement. Mais si tu ne prêtes pas attention aux on dit, nous sommes sauvés.» . C’était le coté pratique finalement que tous les deux se ressemblent à ce point, cela les empêchait de croire en certains faits qui étaient loin d’être véridiques, après tout, de combien de rumeurs avait-il été la victime ? Beaucoup trop pour qu’il ne s’y attache vraiment. Et il ne semblait pas être le seul « Et puis on m’a déjà prêté des relations avec pire que toi, alors… »  . Cela avait eu le don de le rassurer, mais tout homme normalement constitué aurait réagi de la même manière que lui, vu qu’il avait quelque peu tiqué sur les paroles qui venaient de sortir de la bouche de la belle. «Heureux de constater que je ne suis ni le gendre idéal ni le pire des hommes.» . Chance s’était renfrogné, en se rendant compte qu’il n’y avait pas mort d’hommes, loin de là. En même temps il avait bien dit pire que lui, c’était non négligeable, mais lui avait pensé à autre chose, trop impulsif qu’il était. Et voilà que finalement, leur attention s’était reportée sur la conception du fameux cocktail en question, autant dire qu’ils allaient devoir unir leurs cerveaux pour arriver à un excellent résultat afin de pouvoir le mettre sur la carte du bar. Et si lui avait généralement l’habitude, Chance avait comme un coup de mou, une incapacité de trouver les bons éléments pour le réaliser. En plus, ce n’était pas du tout le cocktail Max qu’il devait créer, c’était le Talisa.  « Hm, je dirais avec. Mais pas trop, le but c’est pas d’être à l’ouest au bout du premier verre quand même. Oh et surtout pas de vodka. J’ai pris ma première cuite à la vodka et franchement c’était terrible et… » . Chance n’avait pu que regarder la brune d’un air surpris, non pas qu’il la voyait comme un petit ange qui n’avait jamais pris de cuite de sa vie, mais sortant de sa bouche, c’était quasiment de l’exclusivité, si bien qu’avant qu’il n’ait le temps de rétorquer quoique ce soit, elle avait repris la parole  « Pitié, ne me dites pas que j’ai dis ça… »  , alors qu’il le lui confirmait d’un signe de la tête. Le brun n’avait pas envie de se montrer indiscret ou d’en savoir bien plus, après tout, c’était sa vie ainsi que des détails qui ne le regardaient nullement. Le regard qui lui lança semblait dire rien ne sortira de ce bar , c’était préférable de ne pas s’étaler longuement, ce qu’il pouvait noter était juste qu’il ne fallait tout simplement pas de vodka dans le cocktail. Seulement, il fallait qu’elle ferme les yeux, qu’elle le visualise afin qu’ils puissent se mettre au travail. Chance l’observa, essayant de lire sur son visage de quelconques émotions, à vrai dire, ils n’avaient jamais été aussi proches, c’était tout nouveau et ce n’était pas désagréable.  « Franchement, je ne sais pas. Je dirais un truc frais et sucré. On peut pas mettre des fruits, c’est bon ça. Genre des fraises ou des fruits rouges ? »   . C’était une excellente idée, et le brun ne put que sourire, plus qu’amusé par son idée. Bien évidemment que c’était possible, et il lui adressa un clin d’œil alors que la brune poursuivait  « Te moque pas, je t’avais prévenu que j’étais pas douée… Et puis normalement, c’est toi l’expert… » . Maxim l’avait embrassée tendrement sur la joue, pour lui montrer qu’il ne se moquait pas du tout d’elle, au contraire, c’était un véritable génie. « c’est tout à fait possible. Bon pour les fraises, tu vas me faire dépenser des fortunes, mais après, je verrai bien du pamplemousse, du jus de pamplemousse, comme ça, on pourrait rester sur cette notion de sucré » . Au fur et à mesure qu’il parlait, il voyait le cocktail se former sous ses yeux, si bien qu’il commença à chercher le fameux jus en question, en attrapant des bouteilles d’alcool, son shaker et divers verres. « Voilà de quoi nous amuser, qu’en dis tu ? On se met au travail, ou je te laisse faire. Après tout, tu as des doigts de fée dans ton métier, maintenant, tu vas faire des miracles autrement, j’ai confiance en toi. » . Chance s’était ben gardé de se positionner derrière elle, non, il ne voulait pas la mettre mal à l’aise, et dans son esprit, il savait déjà quelle tête avait le précieux sésame, ce qui lui plaisait. Mais est ce que les esprits allaient se rencontrer, là était la question. En attendant, le brun posa son regard sur Tali, attendant tout simplement la suite, et ce qu'elle allait faire…

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Sam 25 Juil - 22:35


oh my sweetdarling

Un sourire amusé s’installait au coin des lèvres de la jeune femme. Elle devait bien avouer que la soirée avait plutôt mal commencé. Pour être honnête,  Talisa n’avait même pas vraiment trouvé d’idée pour s’en sortir et pour retrouver un semblant de tranquillité. Elle avait presque eu l’impression d’être enfermée dans une cage, à simplement pouvoir tourner en rond jusqu’à ce que quelqu’un ne s’en rende compte. Pourtant et en temps normal, elle n’était jamais la dernière quand il s’agissait de trouver une idée pour fuir le plus vite et le plus loin possible. Au contraire, elle faisait même surement partie de celles qui avaient le plus d’imagination pour ce genre de chose. Sauf ce soir. Sauf à un moment où ça aurait vraiment été utile. Dans un certain sens heureusement qu’elle avait pu compter sur Chance bien qu’elle n’ait jamais envisagé de l’appeler à l’aide. Cela dit qu’elle y ait pensé ou non le résultat était le même et Talisa en avait profité pour s’éloigner. Fuir serait plus exact. Elle n’avait pas laissé une seule chance à ce pauvre homme de s’expliquer avant de s’éloigner. En même temps elle doutait fort qu’il ait pu dire quoi que ce soit qui l’aurait fait remonter dans son estime. La jeune femme avait finalement rejoint le bar et si elle n’avait pas su que tout ce qui avait suivi n’était qu’une blague elle aurait presque pu avoir peur. A se demander finalement quelle situation était vraiment la pire. Cela dit quelque chose lui disait que la réponse à cette question n’allait pas changer de si tôt. Elle préférait largement rentrer dans le jeu de Chance plutôt que de risquer de tomber sur un autre boulet incapable de la regarder dans les yeux. Elle en avait assez supporté pour la soirée voire même pour les prochaines soirées à venir. Mais Tali se disait qu’il valait mieux penser à autre chose et laisser ce fâcheux épisode de côté. Pour peu qu’elle le raconte à une ou deux de ses amies elle savait très bien qu’elle allait en entendre parler pendant des semaines. A moins de ne rien dire, ce qui pour le coup lui semblait être une option bien plus envisageable et bien plus agréable pour elle. La brune semblait reprendre contact à la réalité alors qu’un nouveau sourire s’installait sur ses lèvres. Même si le sujet n’était pas sérieux et qu’aucun d’eux ne l’était, Talisa devait bien avouer que ça avait au moins le mérite de la faire penser à autre chose. Elle avait enfin l’impression de passer une bonne soirée. Et vu comment c’était partie, ce n’était pourtant pas gagné. Elle finit par hausser les épaules devant la remarque du jeune homme. « On est pas obligés de l’inviter, loin de là… Et puis crois-moi tu n’aurais rien à surveiller du tout, je me chargerais toute seule de vérifier qu’il ne m’approche pas. » En tout cas, elle ferait en sorte de ne jamais se retrouver seule et à moins de cinq mètres de lui. Cela dit, Talisa préférait envisager l’option où elle ne le reverrait pas. Pas du tout, ni ici ni ailleurs. Mais au-delà de ça, la jeune femme n’avait pas vraiment envie de devenir le centre d’attention pour la soirée. Que ce soit réel ou simplement par amusement elle n’était pas le genre de fille à se faire remarquer à chaque coin de rue pour être certaine que tout le monde se souvienne bien d’elle. Au contraire tant qu’elle pouvait se fondre dans la masse, cela lui allait. Alors même si elle devait bien avouer que le voir faire son numéro d’amoureux transi aurait pu être divertissant et amusant, Talisa fut presque soulagée en le voyant abandonner l’idée. Elle avait relevé les yeux, esquissant un sourire. « Merci… » Tali avait alors peut-être une chance de retourner à sa soirée tranquille. Celle où dans sa propre idée elle pouvait passer inaperçue et rester dans son coin sans que personne ne vienne l’en sortir. D’accord elle n’était pas complètement fermée à la discussion mais tout dépendait des personnes qui cherchaient à l’engager en fin de compte. Mais avec son expérience malheureuse, elle n’avait pas vraiment envie de retenter le coup. Peut-être que rester dans son coin était alors la meilleure solution. Elle pourrait commander autre chose et essayer d’oublier la journée qu’elle venait de vivre, ce avait quand même été son objectif premier en venant ici. Mais Talisa ne bougea pas pour autant. Elle restait simplement là à discuter avec Chance et dans un sens ça lui permettait de se changer les idées. Elle savait très bien qu’elle n’avait pas de souci à se faire avec lui, que rien de ce qu’elle pourrait dire ne serait mal interprété ou mal perçu. Elle pouvait être elle-même sans avoir à se demander ce qu’il allait en penser ou s’il allait la juger. Même si c’était le cas la jeune femme s’en ficherait pas mal mais elle savait que ce n’était pas le cas. Sans réellement savoir pourquoi ou comment, Talisa avait même délaissé sa place derrière le comptoir pour en faire le tour. Elle n’y connaissait strictement rien et ne s’en était même pas caché mais la curiosité l’avait poussé à se déplacer et elle espérait simplement ne pas le regretter. Dans le fond, ça lui importait peu que quelqu’un remarque qu’elle n’était pas à sa place. Il est vrai qu’elle n’avait rien à faire derrière le bar mais ça ne regardait personne d’autre qu’eux deux et peu importe les rumeurs qui pourraient en sortir Tali savait déjà qu’elle les entendrait et qu’elle les oublierait probablement aussi vite. Cela l’amusait plus qu’autre chose d’entendre ce qui pouvait circuler sur elle surtout quand elle savait que c’était entièrement faux. « Non je m’en fiche. Enfin parfois ça m’amuse de les entendre, je me tiens au courant comme ça mais ça ne change rien à ma vie… » Elle lui adressa un sourire rassurant avant de retourner à son inspection du bar. Peu importait finalement ce que les gens présents trouveraient à dire, la jeune femme n’allait pas y prêter une grande attention et ça ne risquait surement pas de la transformer en fille complètement obsédée par l’image qu’elle renvoyait. Talisa releva les yeux au son de la voix de Chance alors qu’un sourire amusé s’emparait de ses lèvres face à sa réponse. Elle aurait du se douter que sa phrase n’était pas aussi anodine qu’elle l’aurait voulu. Mais les mots lui avaient échappé sans qu’elle ne prenne le temps de penser au double-sens. « Oh te vexe pas. Fallait prendre ça comme un compliment, pas chercher à analyser. » Elle dut retenir son rire alors qu’elle relevait les yeux. La prochaine fois il faudrait qu’elle pense à ce qu’elle était sur le point de dire avant de se lancer. Qui sait si elle se retrouvait devant un mec encore plus susceptible ce qui pouvait se passer. Quoi que voir son air renfrogné était plutôt amusant. Mais la jeune femme n’avait pas pu réfléchir à la question plus longtemps, Chance l’obligea à fermer les yeux et à penser à ce qu’elle voulait. Ou à ce qui la représentait, comme si elle était à même de répondre à cette question. Cela dit fermer les yeux ne la dérangeait pas, ça lui évitait d’avoir à le regarder après avoir lui avoir avoué que sa première cuite avait eu lieu après une surconsommation de vodka. Oui, finalement ça pouvait être une bonne chose de réfléchir avant de parler peut-être qu’ainsi elle réussirait à ne pas tout dévoiler à chaque fois qu’elle le voyait et à sauver encore un peu les apparences. Talisa s’était finalement décidée sur ce qu’elle voulait et elle ne put que regarder Chance commencer à s’affairer et sortir des bouteilles de tous les coins. « Une fortune peut-être au départ mais vu qu’il va marcher, tu vas vite rentabiliser ton achat… » A vrai dire elle n’en savait rien mais elle n’allait quand même pas avouer qu’un cocktail à son nom pouvait ne pas marcher et ne pas se vendre. Un éclair d’inquiétude traversa ses yeux bruns quand il lui proposa de la laisser faire. Elle se retourna vivement vers Chance comme s’il était déjà sur le point de disparaitre. « Quoi ? Non non, tu me laisses pas toute seule... Je suis seulement apprentie moi, pas professionnelle. Mes doigts de fée seront d’aucune utilité là, je sais masser les gens, les soigner dans une certaine limite ou appelle ça comme tu veux mais c’est tout. Tu vas pas m’abandonner ! » Talisa semblait ne pas avoir repris son souffle depuis le début et elle ne s’en rendait compte que maintenant. « T’as vu dans quel état tu me mets, en plus… » Elle finit par lever les yeux au ciel avant de repousser une mèche de ses cheveux bruns et de se retourner. A présent elle allait devoir faire abstraction qu’elle venait sans doute de passer pour une folle. « Sinon tu me dis ce qu’il faut faire et moi j’exécute ? » Talisa tourna le visage dans sa direction lui adressant un sourire avant d’essayer de se concentrer. Elle avait encore du mal à croire ce qu’elle était en train de faire. Peut-être qu’elle aurait mieux faire de rester chez elle finalement mais ça aurait surement été moins amusant. « Je crois que je sais par quoi commencer… » Attrapant une bouteille, Talisa se retourna entièrement et montra la bouteille de Tequila qu’elle tenait dans les mains à Chance. De toute manière un peu d’alcool ne pouvait faire de mal à personne, le tout était de ne pas en abuser. 

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Sam 25 Juil - 23:48


oh my sweetdarling

On pouvait clairement dire que Chance aimait régner sur son bar et veillait également à ce qu’aucun souci ne vienne troubler la tranquillité des clients, qui étaient présents pour décompresser d’une journée difficile ou seulement pour passer un bon moment entre amis. C’était une des raisons qui avait poussé le brun à tenir un tel établissement, en chassant par la même occasion les vieux démons qui ne cessaient de le hanter. Cela serait toujours le cas, et personne n’en saurait jamais rien, du moins c’était ce qu’il espérait. Et ce soir, il n’avait pas envisagé une seconde qu’il ait à enfiler le costume de super-héros afin de venir à la rescousse d’une demoiselle qu’il appréciait grandement et qui avait été quelque peu harcelée par un sombre individu. Il n’avait même pas essayé de parlementer comme à son habitude, non, il avait agi sans réellement réfléchir au préalable, et c’était ainsi qu’il se devait de vivre à présent avec la culpabilité ou le souvenir de ce geste si particulier. A vrai dire, il n’avait pas envie de tergiverser éternellement là-dessus, surtout qu’il se devait de recouvrer tous ses esprits et affronter celle qu’il avait littéralement embrassée. En même temps, il était clair et net qu’il valait mieux passer outre tout ce que cela pouvait engendrer comme bien des questions. Et il fallait reconnaitre que l’humour était la meilleure clé pour lutter contre une gêne apparente, et continuer de jouer au couple était relativement amusant, surtout avec les propos tenus par Talisa. « On est pas obligés de l’inviter, loin de là… Et puis crois-moi tu n’aurais rien à surveiller du tout, je me chargerais toute seule de vérifier qu’il ne m’approche pas. » . Se mordillant la lèvre afin de réprimer un fou-rire naissant, il se pencha pour caresser tendrement la joue de la demoiselle, avant de rétorquer « ben j’espère bien qu’on n’ait pas à l’inviter, il ne manquerait plus qu’il me pique la femme de ma vie le jour J. s’il le faut, je suis prêt à te payer des chiens de garde, afin que tu n’aies rien à craindre. ». En même temps, le barman ne pouvait que redouter que l’individu ne revienne à la charge, et c’était pour cela qu’il préférait continuer cette mascarade, bien que les mots puissent être relativement porteurs à confusion, pouvant mettre leur lien à mal ainsi que la facilité habituelle de leurs échanges. Toutefois, tant qu’ils restaient sur la même longueur d’onde, tous les deux ne risquaient pas de se méprendre et se perdre en chemin. Le brun savait au fond de lui qu’ils étaient semblables et que de ce fait, ils ne se perdraient pas dans des futilités. Et puis, la raison l’avait emportée sur cette envie irrépressible de relever n’importe quel défi, et il avait mis fin au jeu du couple, ce qui semblait soulager Talisa de par sa réponse « Merci… » . Lui aussi préférait cesser tout ceci, et il acquiesça d’un signe de la tête, sans rajouter le moindre mot, tant cela lui s’avérait inutile, vu que leurs points de vue se rejoignaient. Et puis, il fallait bien reconnaitre que les valeurs essentielles l’emportaient grandement sur un jeu qui pouvait faire plus de dégâts que ce qui n’avait pu être envisagé au préalable ou mettre mal à l’aise son interlocuteur, chose que Chance ne tenait pas, tant il adorait passer du temps et discuter avec la jeune femme, qui ne ressemblait nullement à toutes ces filles qui s’amusaient, se faisaient passer pour ce qu’elles n’étaient pas afin de paraitre, d’être comme tout le monde et qui n’avaient aucune conversation, vu qu’elles n’allaient pas chercher plus loin que le bout de leur nez. Autant dire que la simplicité de leurs échanges le ravissait et le réconfortait sur le fait qu’il existait encore des personnes normales avec lesquelles converser était possible, sans qu’il n’y ait aucune arrière-pensée ou la quelconque crainte d’être jugé ou mal-interprété. Et là c’était bel et bien le cas et avec une facilité plus qu’étonnante, soit dit en passant, ce qui faisait que Chance avait invité Tali à le rejoindre derrière le comptoir, imaginant au passage les déductions qui pourraient s’ensuivre. Toutefois, les rumeurs et les on-dit avaient tendance à lui passer par-dessus la tête, surtout que c’était monnaie courante et que tout le monde oubliait, dès lors qu’un autre évènement plus important était relaté. Avec le temps, le brun avait su passer au dessus de tout cela, surtout qu’avec son établissement, il était plus ou moins au courant de tout ce qui se colportait. « Non je m’en fiche. Enfin parfois ça m’amuse de les entendre, je me tiens au courant comme ça mais ça ne change rien à ma vie… »  . Le sourire rassurant de la jeune femme avait eu le don d’attirer la même réaction chez le barman, dont le regard avait fait le tour de la salle sentant déjà les yeux se portaient déjà sur eux, ce qui avait le don de le faire soupirer. Comme s’il avait besoin qu’on lui prête une quelconque aventure, qui plus est avec une des femmes qu’il estimait le plus. Reportant son attention sur Tali, et finit par hausser les épaules en glissant « nous sommes sauvés alors. Parce que crois-moi, tu ne dois pas savoir toutes les rumeurs. Enfin la prochaine risque de nous concerner directement…  » . Après tout, il avait pleinement conscience qu’il ne pourrait nullement changer les gens, et nier en bloc ne ferait que leur donner raison, bien qu’aucun geste ne soit équivoque et n’aille dans la direction de ce qui sera colporté dès le lendemain. Le barman avait réussi à passer outre ce petit détail, pour rebondir sur un autre détail, à savoir les propos tenus par son amie. En même temps, il savait très bien qu’il n’était pas le gendre idéal, et il n’avait pas la prétention de le penser, vu le passé plus que tumultueux qu’il se trainait et qu’il s’évertuait à taire. « Oh te vexe pas. Fallait prendre ça comme un compliment, pas chercher à analyser. »  . Certes, il n’aurait pas dû réagir de la sorte, mais c’était plus fort que lui, et il s’était légèrement renfrogné, bien malgré lui, et il n’avait pu que surprendre son sourire, ce qui avait eu le don de le tenter à prendre la fuite. Mais il était adulte, mature et il n’allait pas faire son susceptible pour quelque chose qui n’était pas méchant. Essayant de faire disparaitre la moue qui s’était affichée sur son visage, le brun avait réussi par esquisser un sourire. « Je ne suis pas vexé… » . Non, à peine, surtout que cela se lisait sur son visage et à travers ses propos tout comme le ton de sa voix. Il n’était pas dupe, et s’attendait à une légère moquerie, cependant Chance avait rapidement repris le dessus, en lui demandant de fermer les yeux et à imaginer à quoi ce fameux cocktail allait ressembler. Après tout, là était l’objectif, et non pas créer un blanc glacial qui les mettrait mal à l’aise et les empêcher de mener à bien leur tâche. Et les ingrédients cités n’avaient pu que le faire réfléchir quant aux dépenses qu’il devrait faire, barman et chef de son budget oblige. « Une fortune peut-être au départ mais vu qu’il va marcher, tu vas vite rentabiliser ton achat… »  . Cependant, la brune n’avait pas tort sur un point, si le cocktail fonctionnait bien, il n’aurait aucun souci, comme à présent, dans la mesure où ses comptes étaient loin d’être dans le rouge. Se mordant la lèvre, il avait fini par éclater de rire, avant de se reprendre, et avec un certain sérieux, il avait glissé « je l’espère bien, et je vais en faire une telle publicité que tu devras venir expliquer tes choix, et par contre, ne compte pas sur moi pour te reverser un certain pourcentage des ventes, juste des cocktails gratuits à chacune de tes visites, cela te convient-il ?» . Chance s’avérait être malin et relativement taquin, mais c’était bon enfant, sans volonté de se venger de ce que la kiné avait pu dire précédemment. Et c’était avec une certaine rapidité qu’il avait tout sorti afin de la laisser maitresse de ce qui, habituellement, était son espace, et pourtant, il le lui laissait, sans crainte. « Quoi ? Non non, tu me laisses pas toute seule... Je suis seulement apprentie moi, pas professionnelle. Mes doigts de fée seront d’aucune utilité là, je sais masser les gens, les soigner dans une certaine limite ou appelle ça comme tu veux mais c’est tout. Tu vas pas m’abandonner ! ». Le brun ne put que lui sourire, il ne tenait pas partir, surtout qu’il percevait une peur chez Talisa, à savoir de devoir se débrouiller seule, sans aucun repère dans un domaine qui n’était pas celui de prédilection de la jeune femme. D’un ton rassurant, il répondit « je ne t’abandonne pas, je te laisse juste les rênes du comptoir pendant que je vais servir les autres clients. Alors, aie confiance en toi, nos métiers sont certes diamétralement opposés, mais être barman ou barmaid pour toi, il y a de l’instinct et un peu de technique également. Et si tu as besoin de moi, je ne suis pas loin. » . Il ne voulait pas la déranger ou la rendre plus fébrile que ce qu’elle n’était déjà, tant elle semblait être stressée « T’as vu dans quel état tu me mets, en plus… » . Soupirant, il s’était avancé vers elle, et n’avait pu que lui glisser à l’oreille, amusé. « Et là, je ne dois pas analyser non plus, ou bien…» . le brun aux yeux bleus n’avait pu que l’embrasser une nouvelle fois sur la joue, afin d’éviter qu’elle ne se pique et qu’elle ne se sente mal à l’aise, avant de faire un pas en arrière, tout en la surveillant du coin de l’œil alors qu’il servait un client. « Sinon tu me dis ce qu’il faut faire et moi j’exécute ? »  . Il avait secoué la tête de gauche à droite, afin de la pousser à se débrouiller seule. Certes, il n’était pas méchant, et ne pensait qu’à son bien, sans qu’elle n’ait besoin de lui, et si lui intervenait en lui donnant de quelconques ordres, elle ne serait pas l’auteur du cocktail à son prénom, alors que c’était l’objectif premier, non ? Servant le verre, il lança un regard à son habitué pour que celui-ci taise les moindres remarques qu’il avait en tête. C’était alors que son attention fut attirée à nouveau par la brune, qui s’était emparée d’une bouteille de Tequila. « Je crois que je sais par quoi commencer… »  . C’était ce qu’il avait précisément en tête, et il ne pu qu’acquiescer. « Excellent choix. Je n’aurais pas dit mieux. Et après, que comptes-tu mettre ? » . Le barman avait croisé les bras, plus que curieux de connaitre la suite. Revenant vers elle, il avait essayé de mettre dans un shooter un peu de tequila et du jus de pamplemousse, avant de boire cul sec son contenu. Ce n’était pas top, mais cela lui fit du bien, un moyen comme un autre de se donner du courage. « Allez mademoiselle, j’ai hâte de gouter à votre délicieux nectar » . Pressant, non pas du tout…

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Dim 26 Juil - 16:53


oh my sweetdarling

«ben j’espère bien qu’on n’ait pas à l’inviter, il ne manquerait plus qu’il me pique la femme de ma vie le jour J. s’il le faut, je suis prêt à te payer des chiens de garde, afin que tu n’aies rien à craindre. » Talisa haussa un sourcil alors qu’un sourire amusé s’installait sur ses lèvres. L’espace d’un instant elle eut presque envie de se demander comment elle en était arrivée là. Assise au bar à parler d’un mariage qui, en plus de cela, n’allait jamais arriver. Et puis finalement elle avait renoncé à essayer de comprendre ou à essayer d’y chercher une certaine logique. Elle n’avait besoin que de retenir l’essentiel : elle avait passé une longue journée et pas la plus agréable qui soit. Elle avait eu envie de se changer les idées mais personne n’avait voulu l’accompagner. Elle avait cru devoir mettre fin à ses jours pour enfin échapper à celui qu’elle appelait son boulet de la soirée, mais avant qu’elle ait eu le temps de mettre son plan en œuvre Chance était arrivé, sorte de héros des temps modernes mais sans cape et sans super pouvoir. La jeune femme n’allait probablement parler de cette soirée à personne si ça continuait de la même manière. Cela dit, elle avait quand même l’impression d’avoir échappé au pire et puis s’il fallait choisir, elle préférait largement passer son temps avec Chance, même si c’était pour raconter tout et n’importe quoi, que de se retrouver seule avec le même genre de type que toute à l’heure. Sérieusement le choix est très vite fait. « A ce point ? Tu sais faudra penser à prévenir ta future femme que t’aimes pas partager… La vraie je parle, hein. On sait jamais, ça pourrait la faire fuir. » Le sourire de la jeune femme semblait s’agrandir encore un peu, trop fière qu’elle était de pouvoir l’embêter un peu. Talisa savait très bien qu’elle n’avait pas finit d’entendre parler de toute cette histoire. Elle était même persuadée qu’il la ressortirait à un moment ou un autre pour l’embêter alors finalement elle ne faisait que prendre un peu d’avance dans sa vengeance. C’est tout. Mine de rien leur petit jeu lui avait aussi permis d’oublier son début de soirée désastreux. Cela lui avait permis de penser à autre chose et dans le fond ce n’était pas si mal. D’autant plus que la brune savait très bien qu’elle n’avait même pas à avoir peur qu’une de ses phrases soient mal interprétées alors elle n’avait même pas besoin de réfléchir à ce qu’elle disait. Pas vraiment en tout cas. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et Tali préférait largement voir leur petit jeu s’arrêter ainsi avant de voir les choses aller trop loin. Avant que tout cela ne finisse par la rendre mal à l’aise et qu’elle ne sache plus où se mettre. Ou encore pire qu’elle ne soit plus à même de trouver une bonne réplique et qu’elle soit obligée de s’avouer vaincue. Non c’était bien la dernière chose qu’elle serait prêt à accepter. Mais Talisa n’avait pas pensé pour autant se retrouver à faire le tour du bar et de se retrouver à la place de Chance. Enfin à côté de lui. Elle avait simplement changé de côté et pour autant elle avait l’impression que tout était différent. Elle aurait même facilement pu rester là pendant dix minutes à tout observer en détail s’il ne l’avait pas obligé à se concentrer. Elle finit par sourire doucement alors que son regard balayait la salle. Dans le fond ils pouvaient bien penser d’elle, ou d’eux, ce qu’ils voulaient Talisa s’en fichait pas mal. Elle avait pris l’habitude de ne plus faire attention à ce que les gens disaient. Bien sur elle restait une fille et par définition elle aimait bien les potins. Elle faisait toujours en sorte de se tenir un minimum au courant, histoire de pas tomber des nues quand elle apprenait quelque chose de nouveau. Mais quand ça la concernait la jeune femme n’y accordait pas beaucoup de crédit. La plupart du temps, tout ce qu’elle entendait avait même tendance à la faire sourire, parce qu’elle connaissait la vérité et parfois elle devait bien admettre que les gens ne manquaient pas d’imagination. Bizarrement elle était presque curieuse de savoir ce qu’ils allaient pouvoir inventer pour Chance et elle parce qu’elle ne se faisait pas d’illusion. Une cliente qui passe derrière le bar en plein milieu de la soirée, ça ne pouvait pas passer inaperçu et elle ne connaissait personne capable de ne pas en parler. Se tournant vers le jeune homme Talisa afficha un air curieux. « Quoi, y’en a tant que ça ? Dans ces moments là, ça doit être cool d’être barman… Enfin si tu entends un truc nous concernant, je compte sur toi pour me le dire. » La jeune femme releva les yeux, affichant un léger sourire devant le regard que Chance venait de lui lancer. « J’ai toujours été curieuse. » Elle haussa simplement les épaules comme si son explication pouvait se passer de tout commentaire. Ce qui n’était pas totalement faux d’ailleurs. Et puis il valait sans doute mieux se tenir au courant quand les rumeurs vous concernaient au premier plan. Cependant Talisa n’avait pas pensé à seul instant à la portée de ses propos et elle ne semblait s’en rendre compte qu’au moment où la susceptibilité du jeune homme commençait à refaire surface. La jeune femme serra doucement ses lèvres, voulant s’empêcher de rire pour ne pas aggraver la situation. Elle était presque tentée de continuer sur le même chemin pour voir jusqu’où il allait tenir avant d’admettre que ce n’était sans doute une très bonne idée. « Dans ce cas je me demande à quoi ça ressemble quand t’es vraiment vexé… » D’accord, ça avait été un peu trop tentant pour elle. Talisa finit par sourire doucement, il fallait bien qu’elle essaye de se rattraper un peu maintenant. « Sérieusement, je l’avais pas dit pour ça. » Elle aurait certainement pu trouver d’autres explications, peut-être même d’autres excuses mais Tali préférait ne pas s’attarder de trop sur le sujet. D’autant plus qu’il semblait un peu délicat. Elle avait finalement abandonné la partie, essayant de se concentrer alors que Chance lui parlait cocktails, entre d’autres choses qu’elle ne saisissait pas tout à fait. Elle n’était même pas certaine d’être la plus à même de se décrire, si ça se trouve les personnes extérieures la voyaient de manière différente. Cela dit Talisa préférait ne pas trop y penser. Elle préférait même ne pas tout savoir. Elle s’était finalement décidée, ouvrant les yeux en essayant de faire valoir le futur succès d’un cocktail à son nom. En vérité la brune n’en savait strictement rien  et elle espérait ne pas se planter totalement sinon elle aurait l’air bien, tiens… « Tu sais j’ai un travail aussi, je peux pas passer tout mon temps ici non plus. Bon… puisque c’est si gentiment proposé va pour les cocktails gratuits mais… » La jeune femme fit une pause, arquant un sourcil alors qu’elle retenait un sourire amusé. « Si quelqu’un te demande d’où vient le nom du cocktail, tu devrais leur dire que c’est parce que je suis la fille la plus cool que t’aies jamais rencontré. Tu gardes tout le bénéfice, j’ai bien droit à ça non ? » Talisa releva finalement les yeux, arborant pour une moue d’enfant pour avoir plus de chance de son côté et pour le voir dire oui. Quoi que même s’il refusait, elle trouverait bien autre chose. Mais l’amusement de la jeune femme avait bien vite disparu quand elle avait compris qu’elle allait se retrouver toute seule, d’ici peu de temps. Après tout elle n’y connaissait rien alors il ne pouvait pas l’abandonner complètement à son sort. Ce qui apparemment ne semblait pas déranger Chance plus que cela, même son monologue dû à la panique n’avait pas eu d’effet. Elle se contenta de lever les yeux au ciel face à la réponse du jeune homme, comme s’il en fallait plus pour la convaincre. Et il était clair qu’il en fallait plus. « Surtout pas non… ! » Il valait sans doute mieux pas analyser quoi que ce soit, surtout pas quand cela sortait sous le coup de la panique ou de l’inquiétude. Par contre il fallait sérieusement qu’elle travaille sur le « réfléchir avant de parler », ça pouvait être utile. Chance commençait à s’éloigner alors elle fit une dernière tentative mais son espoir disparut aussitôt quand elle vit hocher la tête. Elle attendit qu’il se retourne, tirant la langue face à son dos. Elle se retourna à son tour attrapant la bouteille de tequila et elle fut presque tentée de l’ouvrir pour la boire comme ça. Elle s’accrochait à la bouteille comme elle se serait accrochée à une bouée de sauvetage alors qu’il revenait vers elle. « J’en sais strictement rien… » Un léger rire s’échappa de la barrière de ses lèvres alors qu’elle essayait de réfléchir. Plus jeune elle avait déjà tenté l’expérience des cocktails mais elle s’était surtout contentée de regarder ses amis faire et de les boire ensuite. Ou alors quand c’était à son tour, elle reproduisait un de ses cocktails avec les recettes toutes faites pour éviter toutes mauvaises surprises. Elle releva les yeux vers Chance au son de sa voix avant d’esquisser un sourire. « Tu ne veux pas m’aider mais alors quand il s’agit de gouter t’es le premier c’est ça ? T’es bien un mec, tiens. De toute façon je suis sure que ça sera meilleur que ton truc là… » En réalité Talisa n’en savait rien mais elle ne comptait pas l’avouer aussi facilement. Elle récupéra la bouteille de Tequila et un shaker. Sans vraiment réfléchir à ce qu’elle faisait elle ajouta du jus de pamplemousse et quelque chose qui lui était inconnu mais l’odeur des fruits de la passion l’avait convaincu alors elle l’avait pris. Elle referma le shaker avant de le tendre à Chance. « Tiens ça tu peux le faire quand même ? Oh et tu sais faire tous les trucs comme dans les films ? Tu sais quand ils le font voler, ils le passent sous la jambe et ils le récupèrent ? » Un éclat de rire lui échappa alors que son esprit essayait d’imaginer la chose. Nul doute que ça pouvait être plutôt marrant à voir. « Allez vas-y. Et je te laisserais l’honneur d’y gouter en premier, c’est promis. » Enfin un honneur, ça elle n’en était pas tout à fait certaine. Il ne manquerait plus que ça soit imbuvable et elle aurait probablement tout gagné.

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chance Davids
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 126
≡ arrivée : 11/07/2015
≡ célébrité : Ian somerhalder

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Dim 26 Juil - 17:17


oh my sweetdarling

" A ce point ? Tu sais faudra penser à prévenir ta future femme que t’aimes pas partager… La vraie je parle, hein. On sait jamais, ça pourrait la faire fuir. » . Chance avait l’impression de se retrouver dans un rêve, alors qu’il était plus que réveillé. Non pas qu’il était choqué par les propos qu’il était en train d’échanger avec Talisa, bien au contraire, il était plus qu’amusé de constater à quel point il était facile de rester dans une supercherie ou du moins un alibi qui était plus qu’improbable lorsqu’on connaissait le barman. Lui se caser et se marier ? Autant dire que cela serait la blague du siècle, ou alors il aurait fallu qu’il ait mis un mouchoir sur ses croyances et ses besoins de solitude qui existaient depuis un bon moment déjà. alors cette comédie était plaisante, était même assez ironique en un certain sens, sans qu’il n’y ait aucun qui pro quo, qui pourraient apparaitre, en oubliant les clients témoins de leur petit jeu, et ce détail se révélerait plus difficile que prévu, du moins sans doute. Amusé, il n’avait pu que sourire en regardant la brune droit dans les yeux. « Quel homme aimerait partager ? Sauf ceux qui ont des mœurs quelque peu particulières, mais je n’en fais nullement partie. Et la vraie n’a pas de visage, si cela peut te rassurer, histoire que tu ne sois pas effrayée d’un potentiel combat dans la boue. Par contre, ne pense pas que je te fasse subir un interrogatoire, mais est ce qu’il faut que je craigne de me prendre un poing en pleine figure ? » . Le barman se montrait relativement prudent, et curieux par la même occasion quant à la vie privée de la demoiselle. Après tout cela ne le concernait nullement, étant donnés les rapports que les deux entretenaient. Cependant, bien qu’elle ne soit ‘qu’une’ cliente, le barman percevait très bien le caractère quelque peu taquin de la demoiselle, et il se promettait intérieurement de lui rendre la pareille dans un avenir proche ou lointain, du moins s’ils continuaient à se côtoyer. Parce que cette soirée allait quelque peu changer la donne, ou du moins les propos qui pourraient sortir de la bouche des personnes présentes et qui pourraient relater à leur manière ce qui se passait entre eux, alors qu’il n’en était rien du tout. Certes, Chance avait l’habitude d’entendre tout et n’importe quoi, que ce soit le concernant ou les habitants de la ville, mais si lui s’en moquait, il pensait à Talisa qui n’apprécierait que moyennement que de se retrouver au milieu des conversations. D’ailleurs la curiosité de la brune « Quoi, y’en a tant que ça ? Dans ces moments là, ça doit être cool d’être barman… Enfin si tu entends un truc nous concernant, je compte sur toi pour me le dire. » le fit sourire, alors qu’il commençait à laisser travailler son esprit, loin d’être des plus innocents. Le fait qu’elle ajoute rapidement « J’ai toujours été curieuse. »    eut le don de le faire éclater littéralement de rire. Le brun découvrait des facette de la demoiselle, et ce n’était pas déplaisant, loin de là même. Espiègle, il n’avait pu que répondre, le sourire aux lèvres « tu n’as même pas idée. Ici, c’est le coin où tout se fait, au point même que je préfère partir en réserve pour ne pas crouler sous tous les potins. Tu voudras vraiment le savoir ? Il se pourrait que cela arrive à tes oreilles également. » . Le barman lui avait adressé un clin d’œil, en enchainant « curieuse, toi ? Je t’aurais à peine mis ce trait de caractère… » . Il avait pris un air innocent, alors qu’il s’amusait à la taquiner, après tout, qui aimait bien châtiait bien, ce proverbe prenant alors tout son sens avec elle. Le brun n’avait pas pu s’en empêcher, bien qu’il ne soit pas friand de mettre les autres dans l’embarras. Cependant, il se doutait que Talisa avait assez de répartie pour lui rétorquer un argument ne laissant nulle place à un possible commentaire. Déjà que là, elle l’avait fait se refermer voire même se renfrogner. Il avait toujours été ainsi, pouvant prendre aisément la mouche, et même tous les efforts fournis, voilà qu’il avait laissé filtrer un trait de caractère quelque peu particulier. Le barman avait essayé de se reprendre, mais c’était sans compter la demoiselle qui en avait rajouté une couche « Dans ce cas je me demande à quoi ça ressemble quand t’es vraiment vexé… Sérieusement, je l’avais pas dit pour ça.» . Bon sang, il avait envie de tourner les talons et aller s’enfermer dans son bureau, comme un gamin. Il n’avait pu que hausser les épaules, seule réponse valable, tant il ne tenait pas à en s’enfoncer un peu plus. Il avait son passé, qui expliquait qu’il était ainsi, et d’un certain sens, il gardait un coté enfantin, celui qui faisait croiser les bras, tirer la langue et garder une moue quelques secondes voire minutes durant. Chance préférait penser ainsi que se dire qu’il avait un caractère de cochon, en étant légèrement asocial. Il avait fini par soupirer, en chassant ces diverses pensées afin de se concentrer sur l’essentiel et chasser les futilités de l’instant. Rapidement, les deux étaient revenus sur la création du fameux cocktail, et de tout ce qui se cachait derrière. Il n’était pas dupe, chacun essayait à chaque fois de savoir la source d’inspiration et ce qui se cachait derrière une simple boisson. C’était l’habitude du barman, surtout lorsqu’il rajoutait un verre avec un nom qui sortait de l’ordinaire. Que dire de celui-ci qui allait quand même porter le prénom de sa créatrice, ce qui allait attiser encore un peu plus les rumeurs. Tali le surprit encore « Tu sais j’ai un travail aussi, je peux pas passer tout mon temps ici non plus. Bon… puisque c’est si gentiment proposé va pour les cocktails gratuits mais… »  , après tout, il s’était montré des plus malins, en monnayant aucun pourcentage sur les cocktails, se contentant en quelque sorte de lui offrir ses consommations, quand elle viendrait dans son établissement. Il avait surpris son sourire amusé, et cela fut communicatif. « Si quelqu’un te demande d’où vient le nom du cocktail, tu devrais leur dire que c’est parce que je suis la fille la plus cool que t’aies jamais rencontré. Tu gardes tout le bénéfice, j’ai bien droit à ça non ? »  . Le brun ne pouvait rien promettre, et il se doutait qu’au moins quelques personnes n’allaient pas se contenter d’une telle réponse. Gardant tant bien que mal son sérieux, il ne put que répondre malicieusement « mais ça serait bien si on combinait nos deux activités, tu imagines le succès ? Je plaisante, ne t’offusque surtout pas. tu es et seras toujours la bienvenue, et je n’oublierai pas la gratuité promise. Par contre, on peut faire ça, enfin je peux vanter tous tes mérites, mais j’en connais au moins une qui va essayer de creuser, et tu risquerais de te retrouver pour un interrogatoire si elle connait ton prénom. Alors oui, tu as droit au titre de la femme la plus cool du monde » . Il ne tenait pas à l’effrayer, mais la vérité était là. Celle qu’il considérait comme sa sœur était tenace voire même très curieuse lorsqu’elle s’y mettait. Et jamais Chance ne pourrait renier cette demoiselle, cette Heather qui appartenait à sa vie depuis un bon moment, cependant, il redoutait le fait que Tali ne soit quelque peu prise au piège et ne préfère prendre la poudre d’escampette en se pensant assimiler à la case petite amie. Déjà que l’embarras était bel et bien là, s’amusant à reprendre ses propres propos sur une potentielle analyse, et il était quelque peu mitigé entre une petite satisfaction de tenir une certaine revanche, et un certain malaise quant à sa réaction soudaine et ses propos « Surtout pas non… ! » . Chance secoua la tête, se contentant de murmurer « ne t’en fais pas, je ne comptais pas le faire » , préférant miser sur une potentielle solution afin de ne plus la brusquer, et la laisser se concentrer sur la concoction du breuvage. Surtout que la brune semblait ignorer ce qu’elle comptait faire ou mettre par la suite, alors que lui avait préféré agir de son coté, ingurgitant par la même occasion une petite dose d’alcool afin de lui donner du courage pour la suite et la soirée. « Tu ne veux pas m’aider mais alors quand il s’agit de gouter t’es le premier c’est ça ? T’es bien un mec, tiens. De toute façon je suis sure que ça sera meilleur que ton truc là… »  . Il leva les yeux au ciel. Certes, il ne tenait pas à lui dicter ses gestes, préférant laisser parler sa créativité, tant pis si elle lui faisait de tels commentaires, il pourrait aisément passer outre et continuer à vivre comme il le faisait actuellement. « Qui est le pro entre nous deux, ma belle ? En plus susceptible, un tempérament de feu, je comprends la couleur de ce cocktail alors. A toi de me le prouver, ce qui est certain, c’est que la tequila est parfaite. » . Un peu trop même, pouvant facilement délier les langues si elle était consommée en grande quantité, et même là, lui avait tendance à parler librement, comme habituellement, bien qu’il se soit quelque peu retenu jusqu’à maintenant. Chance croisa les bras, se contentant de regarder Tali ajouter jus de pamplemousse à ce qu’elle avait déjà préparé, et mettre le tout dans le shaker qu’elle lui tendait. « Tiens ça tu peux le faire quand même ? Oh et tu sais faire tous les trucs comme dans les films ? Tu sais quand ils le font voler, ils le passent sous la jambe et ils le récupèrent ? »  . C’était une blague, tout comme son rire. Il avait pleinement conscience que les films donnaient des idées particulières et certains préjugés ou fantaisies, tout comme le fait de s’amuser à faire mumuse avec le shaker pour amadouer toute la gente féminine ou du moins celles qui se contentaient des artifices. Faisant la moue, il rétorqua habilement « Talisa, je ne pensais pas que tu appréciais cela. Tu as trop regardé de films, tu le sais ça ? Parce que va encore pour Las Vegas, et toutes les villes touristiques, mais ici, on va dire que ce n’est pas monnaie courante. » . Le brun ne tenait pas à mentir et se vanter d’exploits qu’il trouvait quelque peu futiles, mais il ne pouvait que plier face aux assauts de la kiné « Allez vas-y. Et je te laisserais l’honneur d’y gouter en premier, c’est promis. » . Avait-il un don pour tomber sur des femmes de caractère qui se ressemblaient étrangement ? C’était à se le demander, Chance s’empara alors du shaker, en expirant fortement et en s’exécutant. Secouant ce qu’il avait dans les mains énergiquement et réussissant à effectuer quelques figures dont il pouvait être fier, il n’avait pu que glisser en direction de la demoiselle « Est-ce que tu pourrais attraper deux verres à cocktail, juste derrière toi, s’il te plait ? Histoire que tu puisses gouter aussi. » . Non pas qu’il n’ait peur de mourir étouffé ou empoisonné, mais il tenait à ce que Tali y goute à son tour. Les deux verres sur le comptoir, il les avait remplis, en souriant à la brune. Et alors qu’il levait son verre en dévisageant la brune, un client l’avait hélé, le stoppant net dans son élan de vouloir déguster le Talisa. « À la tienne ma belle. Je reviens vite. » . Il n’avait pu que souffler, en se décidant quand même à ne pas laisser cet intrus le couper et il avait fini par boire une gorgée d’un cocktail qui était plus que parfait, et s’étant retourné vers elle, le brun avait commencé à lui adresser un sourire plus que satisfait, avant de le faire disparaitre rapidement, vu que la demoiselle était occupée. Ses mâchoires se crispant, il descendit cul sec le restant de son verre avant de s’occuper de son client, les affaires reprenaient, la seule chose qui ne le frustrait pas…

_________________


Hopeless
You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Talisa Lockstone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 254
≡ arrivée : 12/07/2015
≡ célébrité : nikki reed

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa Lun 27 Juil - 21:39


oh my sweetdarling

Talisa n’arrivait pas à définir si elle devait regrettait sa soirée ou bien si, au contraire, elle devait simplement profiter du moment présent. Sans se prendre la tête. Sans même vraiment penser aux conséquences de ses actes. Elle préférait se dire que tout ce qui pouvait se passer ne sortirait de toute façon pas d’ici et si elle était venue pour oublier sa longue journée de travail, la jeune femme pouvait être certaine d’une chose, c’est que c’était réussi. Certes la soirée n’avait pas commencé sous les meilleurs hospices et elle voyait encore passer le visage de l’inconnu trop lourd devant ses yeux. Elle se souvenait encore qu’elle cherchait un moyen pour s’en débarrasser et rentrer directement chez elle. Et finir la soirée devant la télévision, enroulée dans une couverture dans son canapé, un pot de glace à la main. En fait, elle préférait être n’importe tout tant que ce n’était pas avec lui et Tali savait pertinemment que si elle faisait mine de changer de place, il la suivrait. Alors à défaut, elle avait songé à quitter l’endroit le plus vite possible. Jusqu’à ce que Chance et son attitude d’apprenti chevalier ne débarque sans qu’elle ne s’en rende compte. Enfin si elle s’en était bel et bien rendue compte, plutôt difficile d’ignorer quand quelqu’un vous embrasse mais Talisa avait bien mit deux minutes avant de comprendre ce qu’il s’était passé et de profiter de l’occasion qu’il venait de lui donner pour s’enfuir. Sauf qu’au lieu de rentrer chez elle, elle s’était rapprochée du bar, s’installant sur un tabouret pour faire face au jeune homme et préférant s’amuser de la situation plutôt que d’y chercher une quelconque explication. C’était beaucoup plus simple ainsi et cela lui permettait de profiter encore un peu de la soirée plutôt que d’avoir une autre raison de rentrer chez elle. « Il n’y en a pas beaucoup, c’est vrai. Pour qu’il y ait un combat de boue il faut qu’il y ait conflit d’intérêt ce qui, désolée de te décevoir, n’est pas le cas. » Talisa eut un sourire amusé avant de se reprendre. « Non rien à craindre, t’en fais pas. Enfin j’ai un chiot mais il court plus après les câlins que les combats, tu devrais être tranquille… » Le sourire de la jeune femme n’avait pas faiblit, préférant continuer à s’amuser de toute cette situation un peu étrange plutôt que de laisser son esprit s’envoler vers des questions qui, en plus de rester sans réponse, seraient capables de la faire douter d’après tout. Et elle n’avait pas envie de ça. L’espace d’un instant, Talisa préférait oublier la vie normale qui l’attendait dès que son réveil sonnerait le lendemain matin. Elle l’avait voulu, pourtant. Pendant des années, elle s’était demandée ce qu’elle avait fait pour perdre ses parents. Pour n’avoir personne à qui faire confiance. Pour qu’on l’oblige à changer de maison tous les trois mois. Elle avait longtemps imaginé ce que ce serait d’avoir une vie simple. Celle de madame tout le monde. Un travail, une maison, des habitudes. Elle en avait eu envie pendant longtemps. Pourtant et maintenant que Tali savait à quoi ça ressemblait vraiment, elle trouverait presque cela ennuyeux. Sans doute parce que contrairement aux autres, elle était toujours seule. Elle n’allait pas rendre visite à sa famille une semaine sur deux. Mais la jeune femme avait fini par s’y habituer. La solitude ne la dérangeait pas outre mesure puisque c’était elle qui se l’était imposée. « Je me suis trompée de vocation, je le savais ! Bien sur que je veux savoir, j’assume complètement ma curiosité débordante et puis je suis une fille, tu devrais savoir que les potins c’est comme si c’était inscrit dans mes gênes… » Talisa eut un sourire. Elle était curieuse, ce n’était pas vraiment un secret et elle préférait largement l’assumer pour que de se faire passer pour une de ces filles qui se fichaient des ‘on dit’. Comme si ça pouvait être vrai de toute manière. L’esprit de la jeune femme était déjà parti au quart de tour, imaginant à présent tout ce que les gens pouvaient avoir à se raconter. Etre barman devait être vachement pratique dans ce genre de moment, cela dit Tali aimait trop son métier pour accepter d’échanger sa place. Et puis certains patients aussi étaient bavards, prenant parfois le bureau de Talisa pour un confessionnal. Son regard balaya rapidement la salle, essayant de trouver qui pouvait être en train de s’échanger des histoires croustillantes, sans faire attention aux oreilles indiscrètes qui trainaient à côté. Talisa aurait certainement pu passer le reste de sa soirée à observer les gens si Chance ne l’avait pas sorti de ses pensées. Lui proposant une sorte de deal dont elle n’était pas certaine de comprendre les enjeux. Elle avait essayé de se défiler une fois, peut-être deux, avant de quitter sa place pour contourner le comptoir du bar, presque résignée. Elle n’aimait pas vraiment ne pas savoir à quoi s’attendre. Son besoin de contrôle et d’anticipation était rarement à l’aise dans ce genre de situation, même si elle essayait de se prêter au jeu. Elle secoua doucement la tête en signe de résignation alors qu’un sourire s’accrochait au coin de ses lèvres. Elle avait accepté de participer à la création d’un cocktail mais elle n’était pas complètement certaine qu’aller plus loin soit vraiment recommandé. Mais la jeune femme préféra ne rien dire, cherchant simplement une contrepartie amusante. Pour elle, en tout cas. Avoir droit à des cocktails gratuits, c’était déjà bien mais dans le fond ce n’était pas vraiment ce qu’elle préférait. « Cool… ! » Talisa eut un sourire avec un léger haussement d’épaule, comme si elle ne craignait rien de la suite. « Je suis sure que je saurais me débrouiller et puis elle n’est pas obligée de savoir à quoi je ressemble… » Elle dut se retenir de demander qui cela pouvait bien être. S’il ne lui avait pas dit le contraire quelques minutes auparavant, Talisa aurait supposé qu’il s’agissait de sa petite amie mais maintenant… Elle préféra ne pas s’aventurer sur ce terrain là, se concentrant sur ce qu’elle devait faire. Elle essayait de calmer les battements de son cœur après sa mini crise de panique à l’idée de se retrouver toute seule. Nul doute qu’elle allait en entendre parler pendant longtemps de celle-là, si bien que Tali n’eut pas vraiment de remords à répliquer. Elle savait parfaitement que Chance ne serait pas du genre à se laisser faire. Elle eut un sourire en relevant les yeux. « Je commence à me poser la question, figure toi. » D’accord, elle n’avait strictement rien d’une pro mais elle aimait trop avoir le dernier mot pour se laisser faire aussi facilement. A sa grande surprise, Talisa finit par se prendre au jeu, réfléchissant à ce qu’elle aimait avant de l’ajouter. Essayant de doser comme si elle s’y connaissait. Elle ferma le shaker avant de le tendre à Chance avec une demande particulière. Son sourire s’agrandit alors qu’il semblait chercher une excuse pour y échapper mais Tali n’allait pas lâcher l’affaire pour autant. Elle leva même ses mains devant elle, ses deux pouces en l’air. « Tu vois que tu y arrives. »Elle le remercia d’un sourire, consciente qu’après tout il n’était pas obligé de le faire avant de se tourner pour récupérer les deux verres. Elle récupéra le sien, s’apprêtant à y tremper ses lèvres avant d’être interrompu. Talisa releva les yeux, une moue boudeuse accrochée à ses lèvres. Tant pis, elle allait le gouter quand même. En relevant la tête, elle croisa le regard d’un autre client qui ne se fit pas prier pour entamer la conversation. Au moins il ne ressemblait pas à l’autre type de toute à l’heure et Talisa avait envie de croire que ce ne pouvait pas être pire. Elle passa les cinq minutes suivantes avec lui, finissant son cocktail avant de se décider à rentrer. Elle retrouva Chance un peu plus loin et se rapprocha avec le sourire aux lèvres, sans remarquer qu’il y avait un problème quelque part. « Je dois y aller. Merci pour le verre et pour… le sauvetage. S’il y a quelque chose que je peux faire hein… » Même si elle savait qu’il ne lui demanderait probablement jamais rien, elle ne pouvait pas s’empêcher de se sentir redevable. Elle se rapprocha, posant ses lèvres sur la joue de Chance avant de s’éloigner dans un dernier sourire.


FIN DU SUJET

_________________
life is precious.
Some of the greatest moments in life come from moments that are incomplete. And part of being young is making mistakes. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: oh my sweet darling - Talisa

Revenir en haut Aller en bas

oh my sweet darling - Talisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» malika ☇☇ sweet darling.
» You have failed this city ! •
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: Downtown, Mud Island-