AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

+18 ASHAZEL » i'm out of my head

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Jeu 16 Juil - 23:17


i'm out of my head

La nuit avait pris le pas sur le jour quand Hazel et moi sortîmes finalement du Hard Rock Caffe. J'avais payé l'addition sans même prendre le temps de terminer mon verre à peine entamé, je sentais dans le corps tendu d'Hazel à mon côté, la même tension que dans le mien, il était à présent l'heure que nous soyons seuls et que nous puissions nous regarder sans retenue, et plus encore si affinité. Le fait était qu'une heure plus tôt je n'avais absolument pas idée que cette soirée allait tourner de cette manière, cette tension animale nous étreignait, c'était plus fort que nous, et j'espérais intimement qu'Hazel ne le regrette pas le lendemain, d'avoir finalement cédé à ce désir plus fort qu'elle. Nous avions envie l'un de l'autre, de nous retrouver comme avant, même si l'illusion ne devait ne durer que quelques heures et que la réalité nous rattraperait bien vite, je voulais qu'on s'enferme dans un cocon pour préserver le rêve quelques instants de plus sans que personne ne vienne se heurter à notre bulle, sans que personne ne vienne nous rappeler la dure vérité du présent.
Alors que nous sortîmes pour la seconde fois, le vent s'était fait plus frais, nous n'avions évidemment pas décelé le changement de température, aussi solidement accrochés l'un à l'autre comme deux obsédés en manque. J'avais adoré cet instant, et rien que d'imagine à nouveau Hazel contre moi, j'oubliais directement la fraîcheur de la nuit qui s'installait bien que j'entourais les frêles épaules d'Hazel de mon bras. Le silence s'était établi, comme si nous avions tout deux envie de profiter de cet instant où tout semblait être « comme avant ».

« Avant » ne reviendrait plus jamais, c'était une certitude. Hazel et moi étions désormais tous deux blessés plus profondément que jamais et rien ne pouvait soulager ces plaies là. Les plaies d'un futur qui aurait été probable si tout n'avait pas foutu le camp. Si tous c'était bien passé, Hazel aurait bu un verre de limonade ce soir, rien d'alcoolisé, et je l'aurais ramené à notre appartement commun, plaisantant avec elle sur les invités qu'il y aurait à notre mariage que nous organisions. J'aurais regardé ce joli ventre rond et aurait eu l'irrésistible envie d'embrasser la tempe d'Hazel, le coeur remplit de bonheur au point de le faire imploser à chaque seconde que je m'en rendais un peu plus compte. Au lieu de ça, nous étions deux âmes brisées qui s'aimaient plus fort que l'entendement mais dont l'amour les détruisait davantage à chaque seconde.

Alors je refourguais toutes ces idées loin en moi, profitant juste de l'air, d'Hazel auprès de moi, m'imaginant la manière dont la soirée allait se dérouler dans ma tête, comme tout homme doté d'un soupçon de désir l'aurait fait dans ma situation, j'imaginais évidemment Hazel nue dans chaque recoin de ma tête, mais le fait était que je l'aimais d'un amour débordant qui me transperçait, et mon désir n'était que plus brûlant, mon corps que plus impatient.
Je ne vivais pas loin, c'était l'avantage, en fait je n'habitais pas tellement loin de Hazel non plus. Son adresse n'avait pourtant pas été un critère dans ma recherche d'appartement, mais sans doute que cette proximité m'avait finalement convaincu pour celui-ci.

Nous arrivâmes finalement devant le petit immeuble qui ne payait pas de mine à l'extérieur, il n'était pas très moderne mais l'intérieur avait été entièrement retapé, mon ancien appartement avait été dans le même goût, et si mon nouveau était plus confortable que l'ancien, je regrettais tout de même ce dernier et tous ces souvenirs que nous y avions vécu, ça avait été un déchirement comme tout le reste de quitter ces pièces remplies d'elle. J'étais bien décidé à me refaire beaucoup de souvenir inoubliables ici aussi, je lui ouvris la porte du hall et la laissa entrer en première. « C'est au premier... Heureusement parce qu'il n'y a pas d'ascenseur », de toute façon l'immeuble discret n'avait que deux étages. Les marches de l'escalier craquaient légèrement sous nos pas, j'aimais ces vieilles maisons de caractère, c'était mon truc, je n'avais jamais aimé les appartement trop lisses et modernes, et Hazel le savait, le lieu me ressemblait.
Je du lutter tout le trajet des escaliers, face au dos et au fessier d'Hazel, je l'aurais bien plaquée contre un mur pour la violer maintenant, mais il ne restait que quelques moments de patience à endurer. Je venais à regretter de ne pas l'avoir prise contre le mur de ce bar sans aucune pudeur, mais il s'agissait de nos retrouvailles, je ne voulais pas qu'elles se fassent de manière si sordide.

J'ouvris la porte de mon appartement une fois arrivé et ajoutais : « C'est encore un peu vide... » Je n'étais pas du tout un homme matérialiste, les seules caisses que j'avais déballées contenait le nécessaire pour vivre et deux trois affaires qui avaient un souvenir fort avec Hazel. Mon univers se limitait à ça. Nous entrions dans le salon à peine coupé de la cuisine, un simple divan un peu ancien était posé parmi les cartons, une table basse et une télévision qui devait au moins dater de l'an 40 que je n'avais pas encore allumée depuis mon arrivée, la cuisine était un peu mieux aménagée. Mais je ne laissais pas le temps à Hazel de visiter les lieux, je ne résistais plus.

Dans un geste habile, je saisis son poignet et la retournais dos contre la porte d'entrée que je venais de fermer, je collais avidement mes lèvres aux siennes, libérant la retenue qui me possédait encore devant le bar, l'agrippant directement avec possessivité, collant mon bassin au sien, j'échangeais un baiser fiévreux avec elle, agrippant parfois ses lèvres entre mes dents, grognant contre ses lèvres chaudes et humides de nos salives communicantes. Après avoir passé mes mains sur son corps dans le reflet de mon désir le plus pur, je saisissais ce chemisier trop transparent pour me laisser indifférent, pas assez pour me laisser voir chaque parcelle de cette peau tant désirée, je la soulevais avec une précipitation non-dissimulée, séparant un court instant nos deux corps et nos lèvres pour lui enlever avant de reprendre ses lèvres entre les miennes, tentant de ne pas imaginer que Max avait été le dernier à les embrasser avant moi, cette idée flotta malgré tout, me rendant d'autant plus possessif, plus passionné, mon désir mêlé à une rage fiévreuse animant mon corps tout entier tandis que ma langue s’entremêlait à la sienne dans un ballet effréné.

Je glissais mes mains sur sa peau, ce contact lançant des décharges dans tout mon corps, le manque était là, je ne pouvais plus lutter, Hazel, dans mes bras, sa peau, son corps, sa respiration s'unifiant à la mienne, nos pêchers accordés. Bien sûr que de l'extérieur elle n'était que la pauvre Hazel qui se faisait manipuler par ce méchant loup qui ne désirait que la manger. Mais je n'en avais plus rien à foutre de l'idée des gens, et elle non plus, mes mains passaient sur son ventre plat, sur sa poitrine, je crevais de chaud, dans mes vêtements, dans ma peau. Je n'avais plus aucun effort à déployer contre mon désir, à part celui qui me forçait à ne pas lui faire trop de mal dans mes gestes précipité, mon excitation était douloureuse, lançant des décharges dans l'entièreté de mon corps.
Je savourais le goût de ses lèvres, la sensation de sa peau douce, de son corps presque en contact avec le mien. Je n'en pouvais plus.


_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Mar 21 Juil - 21:58

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”


Qui suis-je ? Où suis-je ? Que fais-je ? Tout ça n’a plus aucune importance. Tout ce que je sais c’est que je mon cœur bat dans ma poitrine, si fort que j’ai envie de l’arracher de là. Le sang pulse dans mes tempes, m’empêche de penser, mais je n’en ai rien à faire, je me laisse guider par mon corps, par mes besoins, mes envies, mon désir pour … Ash ! Je sens son regard qui me brûle le dos. Nous avons presque couru jusqu’à son appartement, n’obéissants plus qu’à l’appel insistant de nos deux corps. Nous arrivons enfin devant son immeuble, mais je ne l’ai pas regardé une seule seconde. Pour tout dire, je m’en fiche complétement. Tout ce que je souhaite, c’est me retrouver de nouveau enfermée, seule face à Ash. Je veux me retrouver de nouveau coincée entre ses griffes, prise dans ses filets. « C'est au premier... Heureusement parce qu'il n'y a pas d'ascenseur » Je cours presque dans les escaliers, sans tomber pour une fois. Les marches craquent sous mes pieds. C’est un vieil immeuble. La cage d’escaliers sent le renfermé voire presque le moisi, mais ça fait le charme de l’endroit. C’est un lieu atypique, qui a vu passer un nombre incalculable de personne, de familles, de couples en pleine dispute, transits d’amour ou sur le point de faire l’amour comme des bêtes. Un nouveau frisson me parcourt et je me retiens pour ne pas faire volte-face et me jeter contre Ash. Cela serait-il déplacé ? Je ne m’en sentais pas le droit. Il ne m’appartenait plus … Du moins, tout était si flou, si étrange.

Mais je n’eus pas le temps de faire quoi que ce soit. Nous fûmes rapidement devant la porte d’entrée de son « chez lui ». Cette petite pensée me fit un pincement au cœur. Il n’y avait plus de « chez nous ». Une vague de désir ardent balaya cette subtile douleur lorsque la voix d’Ash résonna près dans le silence. « C'est encore un peu vide... » Mon corps frôla le sien lorsque je passais devant lui pour entrer. C’était vieux mais je retrouvais parfaitement l’esprit d’Asbjorn. De la récup’, de la simplicité, le strict nécessaire pour pouvoir « survivre ». Je remarquais furtivement que la cuisine était bien équipée, ce qui signifiait qu’il ne se nourrissait pas exclusivement de plats préparés ou surgelés. Mais toutes ces pensées sans importances furent oubliées lorsque des ondes de désirs à l’état brut mepercutèrent de plein fouet, réveillant mon côté bestial et la passion qui sommeillait en moi.

Ash attrapa mon poignet violemment, m’envoyant voler contre la porte d’entrée. Mon dos percuta le bois avec force mais tout ce que je ressentais c’était ce besoin impérieux de le sentir plus près de moi. Ses lèvres fondèrent sur les miennes. Nos langues ne mêlèrent de nouveau en une danse langoureuse. Mon corps vint à la rencontre du sien en un geste provocateur. Asbjorn me dévorait, me mordillait les lèvres alors que je ne me privais pas pour le mordre plus franchement. C’était bestial, animal, primitif !

Rapidement, mon chemisier sembla le déranger. Il saisit le bas avant de me le faire passer au-dessus de la tête, m’obligeant à séparer ma bouche de la sienne. Ce qui ne me plut pas. Une fois que je fus en soutien-gorge, je me jetais de nouveau sur Ash, emprisonnant son visage entre mes mains, pressant mes lèvres contre les siennes. Je voulais m’imprégner de lui, que nous ne fassions plus qu’un. Comme avant ! Ses mains caressèrent mon corps alors que je tentais de lui retirer sa chemise sans l’endommager. Elle lui allait si bien. Mais le désir montait en flèche en moi, mes veines me brulaient, mes mains me démangeaient, tout mon être le réclamait. N’y tenant plus, j’arrachais littéralement sa chemise avant de la jeter plus loin. Enfin il fut libérer. Son torse s’offrit à moi, parfaitement dessiné. J’écartais mon visage du sien quelques secondes pour le détailler dans toute sa splendeur. Il était comme fait de marbre. Parfait. Mon héros, mon prince, mon dieu.

Mes lèvres furent immédiatement attirées par cette peau parfaite, hâlée et imprégnée de cette odeur que j’aurais pu reconnaitre parmi un million, son parfum de mâle. Du bout des lèvres je déposais des dizaines de baisers sur ses pectoraux, dans son cou puis sur sa mâchoire avant de faire le chemin inverse tout en lui caressant le dos, les abdos, griffant parfois. Je haletais de ne pas le sentir plus proche de moi. Mes mains, comme animée d’une âme dont la faim reste inasouvie, se dirigèrent vers la ceinture de son jean pour l’en libérer. « Je peux plus résister Ash … » Je suffoquais littéralement contre sa bouche. Mes lèvres trouvant les siennes, sa langue caressant la mienne. Je me faisais plus pressante. « J’ai trop besoin… besoin de toi ! » Tout en moi lui hurlait de me prendre sur le champ. De me faire sienne une fois de plus. Mes tétons, mon intimité, mon corps entier était tendu et douloureux de désir.


made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Mar 21 Juil - 23:04


i'm out of my head



_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Mer 22 Juil - 23:41

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”





made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Jeu 23 Juil - 21:33


i'm out of my head



_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Jeu 30 Juil - 16:28

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”





made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Mar 11 Aoû - 12:21


i'm out of my head



_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Jeu 13 Aoû - 23:43

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”




made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Sam 15 Aoû - 1:03


i'm out of my head

Le fait est que je ne peux tout simplement pas rester en elle pour l'éternité, me fondre en elle à jamais, ne formant qu'un seul corps sans aucune limite dans le temps ni l'espace, former un nouvelle univers entre elle et moi enlacés à jamais où nulle pensée, nul passé ne vient nous hanter, ce seul instant où rien n'est plus important que nos plaisirs et nos soupirs associés. Je voudrais n'être que nous mais à la seconde même où nos corps sont séparés, les pensées recommencent à affluer. Et je repense à cette soirée où rien n'a vraiment été réglé, à part le fait que nous sommes toujours aussi éperdus l'un de l'autre, perdus l'un sans l'autre. Et alors qu'elle me quitterait de nouveau, Hazel serait assaillie de doutes quant à moi, quant à la véracité de mes promesses, car le temps et les pensées s'allient toujours pour nous détruire l'un l'autre. Si dans cet instant figé dans l'éternité, Hazel a su que je n'étais encore qu'à elle, depuis toujours et pour toujours, la porte est à présent à nouveau ouverte aux « si » aux « mais », aux maux et mots qui embrouillent notre histoire.

Le fait est que plus aucune promesse sortant de ma bouche ne sonnera juste à son oreille, que si en plongeant son regard dans le mien elle saurait à quel point je suis sincère, une fois le dos tourné elle se remettrait à douter. Et ce serait légitime. Parce qu'avec tous ces mensonges, toutes ces belles paroles, je l'ai laissée mourir 1 seconde, je l'ai laissée mourir 6 mois. Et j'ai emporté avec tout cela le corps trop petit de notre enfant à naître. Non, je sais que ce n'est pas de ma faute, mais indirectement j'ai provoqué cette situation. Que Hazel ait perdu cette confiance, c'est normal, et je ne suis pas sûr de la récupérer un jour. Et cette chienne de vie ne nous permet pas de nous perdre l'un dans l'autre indéfiniment, et elle continuera son court malgré tout.

Le fait est que ma tête se bouscule de pensées alors que mes yeux plânent sur elle, frôlant son corps d'un regard sans doute rempli d'un amour que je ne peux contenir. Hazel m'a appris la tendresse après l'amour, j'étais ce genre d'homme qui une fois les besoins évacués se précipitait sur une clope sans caresse, sans attention. Elle m'avait changé. Et alors que je l'observais, le souffle encore court de mes efforts, ma peau frissonnant sous la fraîcheur de la pièce séchant les gouttes de sueurs sur mon corps tremblant légèrement. Je regarde ce ventre se soulever au rythme de sa respiration, ainsi que sa poitrine, mes yeux glissent sur ses clavicules, et je remonte à son visage magnifique, et je sais qu'en elle, tout se bouscule comme pour moi, même plus, l'intensité de notre plaisir partagé, de cet orgasme que nous n'aurions même pas pu imaginer provoquait une sensibilité accrue due à ce dur choc du retour à la réalité.

Et tandis que mes mots passent la barrière de mes lèvres, ses yeux se rouvrent, laissant une unique larme couler le long de sa joue. Je l'observe, le ventre se serrant à cette vue, mais mon corps reste étonnamment figé, mon sang jusque là bouillant et tourbillonant avec force en moi se glace tout à coup. L'instant était éphémère, et que faisons-nous maintenant ? Et c'est tout ce que cette larme veut dire. Je le sais bien. Et le bonheur de nos retrouvailles, l'intensité de cette force nous terrorise davantage encore. Sauf que mon rôle c'est d'aspirer toutes ces peurs qui doivent te traverser avec autant de violence que cette vague de bonheur précédente. En cet instant, je me sens encore plus amoureux, comme si c'était possible, mais cette unique larme suffit à me procurer mille frissons internes et me vriller la tête davantage. J'ai envie de te serrer à nouveau, avec tellement de force que je te tuerai sans doute. J'ai beau faire, cette rage qui m'anime ne s'éteint pas, malgré tous mes efforts insensés pour y résister. Hazel est le typhon qui me bouleverse à chaque instant. « Je t’aime aussi Ash … Tellement… mais … » Je détestais ses « mais », surtout quand ils suivaient l'expression de ses sentiments à mon égard, je l'aimais tellement, mais je détestais que d'un seul mot elle me détruise autant, que d'un seul « mais », elle enfonce des lames mouillées d'acide dans mon coeur pathétique. Et je détestais encore plus cette voix bousculée qui prononçait ses mots, me ramenant davantage à la réalité : « J’ai peur Asbjorn … J’ai si peur. » Ses yeux se fermèrent mais les larmes passèrent tout de même la barrière de ses paupières. Je détestais ces larmes. Et je me détestais de les faire couler. Combien de celles-ci avais-je fait s'écouler depuis que nous nous connaissions. On aurait dit que c'était avec acharnement que je tentais de la faire souffrir. Pourtant l'intention n'était vraiment pas réelle, et je me sentais toujours aussi démuni face à ce visage défait.

Je glissais doucement mes bras autour d'Hazel en l'attirant, posant sa tête contre le haut de mon torse et glissant mes doigts dans ses cheveux, embrassant son crâne. « Je sais. » Je ne sais pas quoi lui dire d'autre, je ne sais pas comment, mais en tout cas je sais bien que lui promettre des choses serait la dernière chose à faire. Je ne pouvais plus la forcer à me croire maintenant, et tout le problème était là. Hazel ne pouvait plus rien croire,  présent, alors ses espoirs soudains se confrontaient toujours à ce manque de confiance. Et son amour aussi. Parce que tout cela la dépassait complètement. « Ne pleure pas, bébé. Je suis là. » Je me reculais très légèrement et à l'aide de mon index, je la forçais à redresser la tête. Alors maintenant plus que jamais, je savais qu'il s'agissait de l'instant. J'avais rêvé de bien meilleurs manières de le faire, mais tant que cette peur ne m'étreignait plus l'estomac et que je savais juste que j'en étais capable, pour de vrai. Je pris sa fine main au creux de la mienne abîmée par le travail et je fixais ces yeux-là, ceux pour qui je me serais damné. « Epouse-moi, Hazel. Je sais que c'est peut-être inapproprié, mais je n'ai aucune autre preuve pour toi que ça. J'aurais beau dire tous les mots possible, rien ne suffira pour que tu n'aies plus peur, alors il est temps d'agir. Marrie-toi avec moi, épouse-moi. » Je sais que ce que je viens de dire est complètement fou, insensé, et peut-être qu'elle m'en voudra, mais peut-être qu'elle saura, qu'elle saura tout le sérieux que je place en cette phrase, rien n'était prévu, mais dans toute cette énigme qui nous tourmente, je n'ai trouvé que cette solution, et je suis prêt à l'assumer cette fois. C'est la preuve que Ash a changé, que Ash t'aime, et que Ash t'appartiens.

Le fait est que j'ai perdu tout contrôle de ma vie à l'instant où j'ai posé mes yeux sur Hazel pour la première fois. Aujourd'hui est le jour où pour notre avenir à tout deux, j'ai décidé de le reprendre en main. De but en blanc, sas réfléchir. Pourtant c'est à l'instant où j'ai posé mes yeux sur Hazel que j'ai su. Que j'ai su qu'elle ne pouvait être que mienne. Laisse-moi accomplir ce rêve.

_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Dim 23 Aoû - 13:49

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”


Ne jamais rien laissé m’atteindre, ne jamais laisser les sentiments prendre racine en moi, ne jamais laisser qui que ce soit me toucher trop profondément, me barricader, me protéger pour ne plus souffrir. C’était ce que je m’étais juré de faire après la mort de mes parents. Jusqu’à ce qu’Ash perce ma carapace, jusqu’à ce qu’il défonce tout sur son passage, ne laissant plus que des miettes de bunker. Toute ma vie – tout du moins à partir du moment où j’avais compris ce qu’était un garçon, ce qu’étaient l’amour et les sentiments – je m’étais promis de ne laisser aucun homme me rendre vulnérable mais malgré tout, j’étais asservie à Asbjorn, de tout mon être, de toute mon âme. Il était tout. Tout ce qui faisait que j’étais cette Hazel là. Ash m’avait ramassée à la petite cuiller, et jamais il n’avait ployé, jamais il n’avait fui devant ma douleur, ma peine et mon être détruit. Bien au contraire, il m’avait aidé à ma reconstruire, il avait fourni tout l’amour dont j’avais eu besoin pour recoller tous les morceaux de mon âme. Et tout en moi me hurlait que j’aimerais cet homme jusqu’à la fin de mes jours, même si nous devrions nous séparer un jour, il resterait à jamais l’homme qui a su voir en moi celle que j’aurais dû être, qui a su faire de moi une femme épanouie et heureuse malgré les épreuves que j’avais traversé et surtout celui qui m’avait inondé d’amour.

Et à ce moment précis j’avais peur. Peur que tout ne soit qu’illusion, qu’un rêve. Je n’avais plus envie de souffrir, c’en était trop, j’avais déjà épuisé mon cota de douleur. Si les larmes se mirent à couler d’un coup, c’était non seulement dû au fait qu’après cet orgasme qui m’avait littéralement renversée j’étais à fleur de peau, mais aussi parce que je retrouvais enfin l’amour de ma vie. Cette union aurait pu sonner comme un dernier adieu, l’adieu qu’il n’avait pas pu me faire, mais j’osais espérer que nous nous retrouvions après six mois de séparation – presque – involontaire. Ses bras m’étreignent et je suis à nouveau en sécurité. Il m’a toujours fait cet effet-là, comme si, lorsqu’il était à mes côtés, j’étais invincible, que rien ne pouvait m’arriver. Ash a toujours été mon héros, mon protecteur et même aujourd’hui, même si dernièrement j’avais souffert à cause de lui, je n’étais bien que dans ses bras et aucun autre homme ne pourrait m’apporter cette sérénité. « Je sais. » Bien sûr qu’il était conscient de tout ça, bien sûr qu’il savait que je mourrais de peur, que depuis qu’il était parti tout mon monde s’était écroulé en même temps que le constat de son absence m’avait frappée de plein fouet. « Ne pleure pas, bébé. Je suis là. » Il était là, certes, mais pour encore combien de temps ? Ne pus-je m’empêcher de penser tandis qu’il s’écartait doucement de moi. De son index il m’obligea à lever le menton, à plonger mon regard dans le sien, grave. Sa main chercha la mienne pour enfin la prendre. Mon sembla s’arrêter lorsque je lus dans son regard la peur qui semblait lui enserrer la gorge, l’incertitude qui habitait ses yeux bleus alors qu’il semblait toujours être si sûr de lui. ouse-moi, Hazel. Je sais que c'est peut-être inapproprié, mais je n'ai aucune autre preuve pour toi que ça. J'aurais beau dire tous les mots possible, rien ne suffira pour que tu n'aies plus peur, alors il est temps d'agir. Marrie-toi avec moi, épouse-moi. » Mes lèvres s’entrouvrirent, tous mes membres se mirent à trembler alors qu’un douloureux frisson me parcouru l’échine. Je fermais violemment les yeux, incapable de comprendre ce qu’il se passait dans mon corps, cette réaction violente, mes entrailles qui se tordirent, la boule énorme qui se forma dans ma gorge m’empêchant se respirer normalement ou ne serait-ce que d’avaler ma salive. Tout se chamboula dans ma tête, tandis que les scènes de notre rencontre, de ces années de bonheur se rejouèrent devant mes yeux. Mes doigts serrèrent ceux d’Ash tandis que je rouvrais lentement les yeux envahis par les larmes : « Oui… » murmurais-je, incapable de parler plus fort tant la boule de nerf dans ma gorge obstruait le passage. Mon cœur se mit à battre encore plus fort et cette fois il semblait vouloir sortir de ma bouche. Mes tempes résonnèrent et mon regard se perdit dans la contemplation de cet homme qui était, et qui sera à jamais à moi.

Et la plupart des gens qui ont été témoins de ma lente descente aux enfers pendant ces six derniers mois ne comprendront pas, ils se diront que je ne suis qu’une pauvre idiote, encore tombée dans les filets d’un homme qui se joue de moi, et penseront que je n’ai pas compris la leçon, que faire une dépression et tout ça ne m’avait pas suffi, imaginerons que j’aimais souffrir et que j’étais comme toutes ces femmes qui ont une vie de merde parce qu’elles s’entêtent à croire que leur homme est bon, au fond. Mais je ne ferais pas attention, car ces personnes ne pourront donc jamais comprendre. Comprendre ce qui me relie à cet homme, ne comprendront jamais notre histoire et ce qui a pu se passer entre nous. Et ces personnes-là ne seront donc jamais faites pour faire partie de ma vie. Et peut-être que je suis idiote. Peut-être que je signe une bonne fois pour toute mon « arrêt de mort ». Mais au fond… au fond je sais qu’Ash m’aime, je sais qu’il est fait pour moi et que je suis faite pour lui. Alors oui, je veux devenir sa femme, du plus profond de mon être, je n’ai pas hésité une seule seconde car je sais où est ma place.


made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asbjorn Maxwell
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 226
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Colton Haynes

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Dim 13 Sep - 22:08


i'm out of my head

La scène ne se déroule pas comme je l'avais imaginée. Bien sûr, je n'étais pas de ces hommes assez expressifs que pour faire une demande de mariage haute en couleurs et artifices. Je comptais le faire en toute simplicité, à l'image de notre couple, gardant le spectaculaire pour le grand jour. Mais malgré tout cela, je ne m'imaginais pas que cette question franchirait mes lèvres aussi tôt et dans une situation comme celle-ci. On aurait pu croire que cette spontanéité cachait en réalité une certaine manipulation de ma part, choisir le moment où Hazel réfléchirait le moins, ou sa sensibilité serait accrue pour qu'elle réponde à l'affirmative, se laissant embobiner par mes soins de manière plus que subtile. Je savais précisément quelles mauvaises langues pourraient jaser à ce sujet, mais en cet instant, rien de tout cela m'atteignait. Hazel était là, tremblante dans mes bras, les yeux encore humide, et la solution de tout ce malêtre en moi m'était apparu comme une évidence. Lui demander sa main. Je savais qu'Elle saurait. Que même si elle commençait par réagir violemment, m'envoyant bouler, elle réfléchirait et saurait que je ne sortirai pas une telle chose sans être convaincu, sans être sûr de mon choix. J'avais laissé filé Hazel une fois à cause de mon manque de confiance en moi, et cela m'avait mené à la catastrophe, alors aujourd'hui, je ne pouvais plus laisser une telle chose nous arriver, je ne pouvais plus laisser la moindre chose entraver cette relation unique que personne ne semblait comprendre, à part nous.

Pendant cet instant figé dans l'éternité, j'avais l'impression de suffoquer, Hazel me fixait, et je ne savais quel cheminement se glissait en son esprit, quelles pensées se battaient en elle. Son amour se battait-il contre sa raison ? J'avais beau la connaître, et savoir son amour pour moi, je me sentais perdu comme un enfant, face à un problème trop gros à résoudre, ses yeux étaient une énigme, le léger pincement de ses lèvres, le papillonnement de ses paupières, je n'étais plus sûr de savoir ce que tout cela voulait dire, moi qui avait pourtant la certitude de tout lire en elle, Hazel était encore pour moi source des plus grandes surprises. Ses yeux se fermèrent finalement vivement, emportant le reste de mon coeur battant trop vite, trop fort. Je commençais à me convaincre que sa réaction allait défier toutes les tempêtes et qu'elle emporterait avec elle le reste de mon âme, que j'allais sans doute passer le reste de la nuit seul, pathétique, avec mes espoirs fondés dans le vide, et ces 6 mois d'efforts incessants réduits à néant. Pourtant ses yeux se rouvrirent et son regard se planta dans le mien presque violemment, mais cette violence n'était pas celle que je redoutais, et je lus dans ses yeux avant de le lire sur ses lèvres, je ne pouvais nier l'évidence. « Oui... » . Ce murmure confirma mon coeur, et je me rendis compte que j'avais arrêté de respirer pendant ce trop long instant, j'inspirais profondément, tandis que mon esprit enregistrai l'information, l'analysant pour me fournir une réaction, et un sourire interloqué naquit sur mes lèvres, celles-ci s'entrouvrant et se refermant, ne trouvant pas le moindre mot à sortir dans l'immédiat, j'eus les larmes aux yeux mais enlaçait vivement Hazel pour enfouir mon visage au creux de son cou pour cacher mon émotion, la contrôlant un maximum pour ne pas littéralement exploser de joie et fondre en sanglots en même temps. J'avais l'impression d'avoir mis une conclusion à toute cette souffrance, bien que les épreuves étaient loin d'être finies, je savais que nous les vivrions ensemble, contre toute attente, Hazel m'avait compris, Hazel avait reçu mes signaux en plein coeur, et répondait favorablement à mon appel de désespoir.

Et lentement, mon corps intégrait cette nouvelle information. Je n'avais pas arrêté une seule seconde de lui appartenir depuis le jour où j'avais posé les yeux sur elle pour la première fois, mais maintenant, dans cet endroit sans artifice, et sans fioriture, dans cette pièce où nos corps et nos coeurs étaient complètement à nus, j'avais enfin la conviction qu'Hazel était mienne également, que j'avais emprisonné son coeur avec la même intensité qu'elle avait attaché le mien, et qu'elle resterait enchaînée à moi jusqu'à la fin de nos jours. Et cette sensation était aussi terrifiante que magnifique. Pendant toutes ces années où nous avions recherchés tous les deux à nous remplir de cette substance qui nous avait manqué toute notre vie à cause des événements que nous avions du affronter, nous avions trouvé l'un en l'autre de quoi nous compléter enfin.Pour la première fois depuis longtemps, je me sentis serein, et peu importait le court laps de temps que ça pourrait durer, j'appréciais cette sensation qui m'envahissait tout entier. « Merci... »  C'était sorti tout seul, c'était remplit de gratitude, de joie, d'un bonheur insoutenable. C'était juste sorti comme ça. Léger comme une plume et profond comme le trou béant de mon coeur qui s'emplissait à présent à vue d'oeil. Je basculais Hazel sur le dos et embrassait tout son visage, saisissant ses lèvres, et ce baiser n'avait plus rien de désespéré, d'éphémère. C'était le premier d'un nouveau et long chapitre de notre histoire.

Après avoir exploré ses lèvres, passant la barrière de sa bouche de ma langue, après avoir entremêlé nos souffles jusqu'à manquer d'air, après l'avoir embrassée comme jamais, je glissais mes doigts sur son visage si fin, si doux, séparant difficilement ma bouche de la sienne, je la couvrais d'un regard remplit d'un bonheur nouveau, je ne savais même pas comment lui dire, et je savais qu'au fond, elle le ressentait. « Tu viens de faire de moi le mec le plus heureux et le plus chanceux au monde. T'en as conscience ? »  Pendant un court instant, j'oubliais ces 6 longs mois, c'était comme si ce soir là, je n'avais pas merdé, comme si j'étais réellement rentré l'attendre, et que je lui avais fait la surprise à l'arrivée. Pendant ce court instant, j'avais réussi à oublier tous ces événements qui nous poursuivraient sans doute et ne seraient pas facile à gérer par la suite. Je n'étais pas rentré depuis longtemps, et déjà Hazel devrait faire avec mon retour en ville, mais également dans sa vie, sous le regard réprobateur de bien des gens. Ce ne serait pas facile, mais nous avions le droit, maintenant, de profiter un peu de ce bien-être, avant que la réalité ne refasse surface, avant que les difficultés ne reviennent s'interposer.
Je frôlais les lèvres d'Hazel des miennes, y soufflant légèrement : « Je reviens »  avant de me redresser et de quitter le lit. Je me dirigeais vers mon pantalon, elle ne m'avait pas quittée depuis six mois, je sortis mon portefeuille de ma poche arrière, sortant de celui-ci une petite pochette en soie, vidant son contenu dans ma main. J'avais longuement hésité à revendre cette bague pour en acheter une autre, comme si celle-ci avait été marquée par le mauvais sort, mais je m'étais ravisé, justement parce que celle-ci était marquée par notre histoire, j'avais longuement économisé pour lui acheter, elle avait plus de valeur que toute autre bague de fiançailles. Je me redirigeais vers le lit et fit signe à Hazel de se redresser tandis que je m'asseyais à côté d'elle. Je saisis doucement sa main, tâchant de glisser l'anneau au bon doigt, de la bonne main. Moi qui d'habitude si assuré, je tremblais presque face à ce moment si important. Mes yeux s'humidifièrent légèrement tandis que je redressais le regard vers elle, un regard qui en disait de nouveau, je l'imagine, tellement long.

_________________

asbjorn maxwell
vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique ignorez de l’amour, l’empire tyrannique... que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles. tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hazel Bridgestone
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 772
≡ arrivée : 08/04/2015
≡ célébrité : Teresa Palmer

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head Mar 17 Nov - 0:00

i'm out of my head
“It's so hard to forget pain, but it's even harder to remember sweetness. We have no scar to show for happiness. We learn so little from peace.”


Mon cœur s’emballait, tambourinant dans ma poitrine. Les battements de mon corps résonnaient si fort dans mes oreilles que j’avais l’impression d’être aux premières loges d’un concert de rock avec un batteur fou. Tout mon être était en ébullition. Je ne comprenais plus ce qui se passait autour de moi, mise à part que tout mon corps réclamait la chaleur de celui d’Asbjorn, tout ce que je voulais c’était le sentir à mes côtés, contre moi, en moi. Je n’étais pas encore rassasiée, et je savais, évidemment, que je ne le serais jamais. Mais nous avions six longs, et interminables, mois à rattraper. On regard s’illumina soudain lorsque ces trois lettres tant attendues passèrent la barrière de mes lèvres. La lumière ralluma son regard, une sorte de tension quitta son corps – comme si j’avais pu voir cette volute de fumée dense qui s’élevait de son corps, le laissant plus tranquille, plus serein. Comme si un énorme poids qui pesait sur ses épaules venait de lui être retiré. « Merci... » Ces mots sont aussi doux qu’une brise d’été qui caresse ma peau nue. Ils sont légers. C’est une délivrance pour Ash, je le sens, je le vois dans ses yeux, dans sa position. Son corps tout entier semble vibrer à l’instar du mien. Nous sommes fébriles, tous les deux. Nous semblons nous redécouvrir. Pourtant je connais cette homme par contre, sur le bout des doigts. Je pourrais le décrire, le dessiner les yeux fermés, l’imaginer encore et encore. Je serais même capable de recréer son parfum, ce parfum indescriptible que possède sa peau. La plus merveilleuse de odeurs qu’il m’est été donné de sentir un jour. Rapidement, il me fit basculer sur le lit, mon dos se retrouva vite de nouveau en contact avec les draps froissés et imprégnés du mélange de nos odeurs. Ses lèvres avides se baladèrent sur ma peau, sur mon visage, provoquant un long frisson douloureux qui se balada le long de mon échine. Je me mis à rire doucement puis un éclat de rire résonna dans la pièce lorsque la bouche d’Ash caressa ma mâchoire avant qu’il ne me fasse taire en plaquant ses lèvres sur les miennes, sa langue inquisitrice jouant avec la mienne, entamant une lente danse sensuelle.

Douloureusement, il écarta son visage du mien, me privant de mon air, me privant de la vie qu’il m’apportait. Mais le regard qu’il m’adressa, qu’il fit courir sur mon visage qu’il tenait entre ses grandes mains chaudes et rassurantes, mon cœur enfla, si intensément que je crus qu’il allait imploser en moi. « Tu viens de faire de moi le mec le plus heureux et le plus chanceux au monde. T'en as conscience ? » Un sourire, immense, je le sais, car les commissures de mes lèvres me font souffrir, étend mes lèvres. Dieu, il n’est pas le seul à être le plus heureux du monde. Bien que j’ai l’horrible impression que tout ceci n’est qu’un rêve – le plus beau que je n’ai jamais fait – je fais un effort, je laisse mes émotions prendre le dessus, je me laisse happer par cette douce torpeur. Je suis heureuse. Oui, je suis de nouveau, heureuse. Et c’est seulement lorsqu’Ash fait partie de mon paysage, de mon histoire. « Parce que je suis à nouveau heureuse Ash… C’est étrange. Presque douloureux. J’avais oublié la sensation que ça faisait, de t’aimer, d’être à tes côtés … » Je plonge mon regard brillant, brulant dans le sien et je vois l’amour qui déborde de ses yeux comme ça doit déborder du mien également. Mon homme frôla mes lèvres, légèrement, timidement, avant de me glisser à l’oreille : « Je reviens. » Il se leva, se dirigea vers son pantalon duquel il sort son porte-feuille. Je ne vis pas la suite, mais lorsqu’il revint vers moi, qu’il me fit signe de m’asseoir sur le lit, mes yeux s’écarquillèrent, mon cœur rata un battement et je le fixais comme s’il allait se mettre à se transformer en je ne sais quoi. Soudain il s’assit à mes côtés, se saisit de ma main avant de glisser un anneau froid à mon doigt. Lorsqu’enfin mes yeux purent se poser sur ma main, je ne crus pas à ce que je voyais. Tandis que les larmes noyaient mon regard, je portais mon autre main à ma bouche, étouffant un petit cri. Je reportais mon regard sur Ash qui n’avait pas cessé de me fixer, son regard créant une douce chaleur en moi. « Mais … » Les mots me manquèrent. Mon regard fit la navette entre mon doigts, la bague et le visage d’Asbjorn, l’homme de ma vie : « C’est la bague que j’avais vue dans la vitrine… » Je me souvenais parfaitement de cette journée, où j’avais trainé Ash avec moi, dans les rues de la ville, pour une virée shoping. Je me remémore ce moment où je m’étais arrêtée net devant cette vitrine de joaillerie, mon regard fixé sur cette bague qui, il me semblait, nous ressemblait … « Comment … ?! Tout ce temps … ?! Elle coutait si cher … Oh Ash… » Les larmes ruisselèrent sur mes joues, je me mordais la lèvres inférieure et portait ma main à sa joue, rendue légèrement rugueuse par la repousse de sa barbe.


made by LUMOS MAXIMA

_________________


beautiful disaster
Je sais bien que tout nous sépare, je sais qu’il faudrait s’enfuir, mais je n’irai plus nulle part, sans vouloir lui revenir, sans vouloir nous retenir. Mais d’où vient le feu qui s'empare, de mon âme a moitié ivre. Soudain pour un simple regard, je veux vivre au bord du vide. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: +18 ASHAZEL » i'm out of my head

Revenir en haut Aller en bas

+18 ASHAZEL » i'm out of my head

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» +18 ASHAZEL » i'm out of my head
» ASHAZEL - Babe, I'm so crazy in love (flashback)
» ASHAZEL - The moon is the only light we see
» ASHAZEL ∇ No, i won't be afraid
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: Downtown, Mud Island :: Hometown-