AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

What is your excuse ? (Erwan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: What is your excuse ? (Erwan) Sam 15 Aoû - 17:45


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

Sydney regardait attentivement le tableau, un marqueur entre les doigts, elle s'amusait avec instinctivement tout en regardant son élève retrouver les différents organes du corps humain. Il avait pratiquement fait un sans-faute, en même temps, pour le début, Sydney ne faisait pas trop compliquer. Ça devenait de plus en plus dur, au fur et à mesure. Elle le remercia et lui dit que tout était correct avec un grand sourire sur son visage, elle aimait cette façon de travailler, de donner des questions aux élèves du cours d'avant, avant d'entamer un nouveau sujet. Elle se remit derrière son bureau et regarda sa classe, qui était plus ou moins calme. Cela faisait maintenant trois ans quelle était enseignante et elle était toujours aussi enthousiaste par son travail. Une bonne chose en soi. On pourrait croire que le métier d'enseignant était redondant, mais chaque année, elle avait de nouveaux élèves et elle avait plusieurs niveaux, bien qu'elle ne soit encore perçue par sa direction toujours comme la petite nouvelle. Elle avait tout de même pris ses marques, les premiers cours avaient été laborieux, mais maintenant elle avait pris le rythme. Et même, elle savait calmer les élèves, elle était perçue comme une prof assez sympa et plutôt cool ce qu'il l'enjouait. Elle aimait que les élèves viennent lui parler sans aucun complexe. Ce qu'elle faisait de mieux ? Changé, l'ordinaire, elle adorait dire à ses élèves qu'il était prévu aujourd'hui une petite ballade en forêt pour découvrir la faune environnante. Et surtout différencier, les différentes roches, l'argile, le calcaire, ce genre de choses. Elle passa une main dans ses cheveux puis se racla la gorge dans l'espoir de capter un peu plus leurs attentions, elle devait leur annoncer une petite nouvelle qui allait surement en ravir certain et voir dégoûter d'autre. « La semaine prochaine, nous allons disséquer une grenouille alors préparée vos blouses ! »  Quand elle finit sa phrase comme prévu certains étaient totalement enjoués quand d'autre devenaient déjà tout blanc. « Du calme, nous allons maintenant nous pencher sur les fonctions... » Son téléphone se mit à vibrer et le numéro l'interpella, c'était celui du poste de police. Elle se demanda tout de suite s'il n'était pas arrivé quelque chose à Kyle. Son petit-ami, chanteur dans un groupe de rock souvent en vadrouille pour ses concerts. Elle prit son téléphone, s'excusa auprès de ses élèves et elle alla dans le couloir prendre l'appel. « Allo ? »  

Elle était là devant l'entrée du poste de police à se demander si elle devait vraiment rentrer. Ne devrait-elle pas le laisser un jour de plus en prison ? Cela lui ferait les pieds et peut-être le ferait réfléchir à son comportement. Enfin, c'était bien la première fois qu'on l'appelait pour récupérer quelqu'un au poste de police. Il devait avoir des problèmes, il n'avait pas contacté sa mère, mais elle. Elle n'avait vraiment réfléchi avant de venir ici, elle avait juste tout planté en prétextant un important problème familial. Ça ne lui ressemblait pas de tout plaquer comme ça. Mais c'était son frère tout de même. Même s'ils n'avaient aucun lien de sang, elle le considérait tout de même comme son frère. Et elle était là pour l'aider, bien qu'il ne veuille peut-être pas de son aide. À vrai dire, ça faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vu. Elle arriva à l'accueil pour demander les modalités pour faire sortir son demi-grand-frère. « Vous avez dit combien ? » Elle regarda l'officier de police d'un air interrogateur, elle avait eu peur de bien comprendre. « Madame, la caution s'élève a 1000 dollars, à payer maintenant, en liquide. » « En liquide ? » Comment ça, on ne peut pas payer en mastercard ? Elle poussa un long soupir, elle n'avait pas cette somme sur elle, elle espérait que son frère la rembourse. Elle leva les yeux au ciel, quand l'officier lui indiqua la localisation d'un distributeur. Cinq minutes plus tard, elle revient et paya avec un grand sourire la caution pour faire sortir son frère. Elle ne savait même pas pourquoi il avait été arrêté. Elle se pencha sur le comptoir pour demander à l'officier en face d'elle qui avait l'air plongé dans ses petites affaires. Il ne prit même pas la peine de la regarder pour annoncer le verdict : outrage à agent.

Sydney s'assit alors sur les chaises dans l'accueil en attendant qu'ils le relâchent. Elle espérait juste une chose, que cette nuit lui avait servi de leçon, elle ne viendrait pas toujours le sortir du trou, surtout pour ça. Elle croisa les bras, se demandant ce qu'elle allait lui dire ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Dim 16 Aoû - 17:13

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
« Va te faire mettre pauvre con. » La phrase de trop, le geste qui accompagne ces mots n'aide en rien sa situation. Il repousse violemment l'agent de police. L'homme réplique, l'attache de ses menottes et le fourre dans sa voiture pour l'amener au poste. Erwan est en colère contre le monde entier et ce soir, le seul moyen qu'il a trouvé pour l'exprimer, c'est de s'en prendre à cet agent qui lui demandait gentiment de ne pas uriner sur la voix publique. Un coup de fil, il n'a droit qu'à un coup de fil. L'année dernière, ça aurait été un choix très simple: Noah. Son meilleur ami serait venu le chercher en se marrant et se serait foutu de sa gueule. Aujourd'hui, il ne sait plus. Il ne veut pas appeler quelqu'un de la bande. Il ne voulait pas avoir droit à la morale à deux balles de Talia ou aux regards réprobateurs de Shana. Sa mère s'inquièterait beaucoup trop. C'est là qu'il pensa à Sydney. Elle ne l'épargnerait pas de son ton moralisateur mais c'est la solution la plus douce. Elle est surprise de l'entendre mais elle accepte de venir le chercher, sans savoir à quoi s'attendre. Erwan est resté flou au téléphone. Il ne lui a absolument jamais rien demandé, c'est bien la première fois. Les relations entre elle et lui ont toujours été tendues. Il ne l'a jamais vraiment laissé entrer dans sa vie. Il s'est toujours montré très dur avec sa cadette. Sa haine était disproportionnée, irraisonnée mais il n'a jamais accepté que sa mère refasse sa vie aussi rapidement après le décès de son père. Dans le fond, il a apprit à l'aime sans trop le montrer et il accouerait sans hésitation pour lui porter secours si elle avait besoin de lui. Les minutes défilent lentement, trop au gout du bel irlandais. "tu peux sortir." fit l'officier de police présent dans la pièce après avoir ouvert la cellule. Le jeune homme rejoint l'entrée du commissariat où se trouve sa demi sœur, visiblement pas ravie d'avoir été réveillée à une heure aussi tardive. Les bras croisées sur sa poitrine, elle lui jette un regard réprobateur et avant qu'elle ne prenne pas parole, il choisit de commencer: "Je te rembourserais." Il aurait pu commencer par merci ceci dit. Il récupère ses affaires auprès de l'agent à l’accueil sans le remercier et il fourre son portefeuille et son portable dans la poche arrière de son jean. Il se tourne et fait face à Sydney. Elle a les traits tirées, la fatigue sans doute. Il comprend alors qu'il ne s'en sortira pas si facilement. Il ne peut pas juste la remercier et rentrer chez lui. Elle doit attendre des explications. "On peut sortir ?" fit il sans attendre de réelles réponses. Il pousse la porte et la maintien ouverte pour laisser la brune sortir avant lui. Une fois dehors, il insulte mentalement ce putain de flic qui l'a foutu au trou pour des raisons qui pour lui ne sont pas mérités. Un sourire timide se dessine sur ses lèvres et il reprend: "Merci." Il espère qu'elle se contentera de ça et qu'elle n'en demandera pas plus. Il se pourrait très bien qu'elle reprenne le volant de sa voiture sans rien dire non ? Il la fixe un instant, presque anxieux de sa réponse. Ce qui est sure, c'est qu'il lui recommandera de garder ça pour elle, il n'a aucune envie que cette histoire s'ébruite et de recevoir un coup de fil de sa mère par exemple mais il lui fait confiance pour comprendre que la discrétion est de mise. S'il l'a appelé elle, c'est pour ça non ?

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Lun 17 Aoû - 18:59


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

Elle fut soulagée de le voir arriver, bien qu'ils eussent mis un temps fou pour le libérer. Ils n'étaient pas vraiment pressés, on dirait. Arriver à sa hauteur la jeune femme le regarde avec un regard noir, elle se demandait ce qu'il lui avait pris pour se faire arrêter. Elle n'eut même pas le temps de répondre qu'il commença. "Je te rembourserais." Encore heureux, manquerait plus qu'elle lui fasse crédit en plus de venir le chercher au poste de police. Elle haussa les épaules et se mit debout en récupérant son sac pendant qu'il récupérer ses affaires auprès du gentil policier de l'accueil. En l'attendant, elle se dit qu'il aurait pu au moins lui dire merci non ? Il l'avait dérangé et elle n'avait même pas eut le droit à un sourire ou a un remerciement de sa part. Mais bon, elle compter, bien le faire, parler un peu avant qu'il ne s'évanouisse encore une fois dans la nature sans lui donner aucune nouvelle. Les seules nouvelles de lui, venaient de sa mère quand Sydney rendait visite à son père et sa belle-mère. Parfois, la conversation divagué sur Erwan, enfin pas souvent. "On peut sortir ?" Sydney regarda d'un air interrogateur vers l'agent de Police qui lui fit un petit signe que tout était bon. Erwan lui n'attendit même pas sa réponse et s'avança vers la porte de sortie. Il lui tient la porte et la brune sortie du bâtiment, elle baissa la tête en l'attendant devant l'immeuble qu'il sorte lui aussi. Enfin, un sourire timide se dessine sur les lèvres de son demi-frère et il la remercie. Elle ne peut s'empêcher de lui rendre son sourire, mais elle voulait absolument savoir pourquoi il avait fait ça. Il avait peut-être des problèmes ?
Elle pourrait sans doute l'aider. Il a l'air anxieux, mais elle n'a pas vraiment envie de le ménager. Il l'a ménagé elle pendant leur adolescence ? « Erwan, pourquoi t'a fais ça ? Tu peux m'expliquer ? » Elle avait parfois des attitudes de professeurs sévères, on dirait presque qu'elle s'adresse à ses élèves parfois, c'était une vraie déformation professionnelle chez elle. Elle se demanda s'il allait lui expliquer ou non, elle pencha plus pour la deuxième solution. Il lui dira sans doute de se mêler de sa petite vie. Elle savait qu'il l'avait appelé, car il ne voulait pas que sa mère soit au courant de son comportement. Alors, elle décida de lui mettre un petit coup de pression. « Si tu ne me le dis pas, je serai peut-être obligée de le répéter à mon père. » Intérieurement, elle était fière de son petit coup, elle était contente d'avoir les rennes pour une fois. Elle lui fit un petit regard de défi, avec un grand sourire. Elle n'allait surement pas le raconter, il faisait ce qu'il voulait de sa vie, c'était juste pour qui lui raconte ce qu'il n'allait pas chez lui pour insulter les flics. Au final, elle s'inquiétait juste pour lui, de son comportement. Elle jeta un coup d'œil à sa voiture puis au brun et elle sortit ses clefs de voiture. Son regard devient plus doux et elle se demanda s'il n'était pas fatigué de son petit périple tout en le scrutant, il devrait aussi prendre une bonne douche. « Tu veux que je te ramène chez toi ? » Elle lui montra sa voiture d'un coup de tête, une petite citadine qu'elle avait pu s'acheter grâce à ses premiers salaires. À vrai dire, elle lui demandait si elle pouvait le ramener, mais elle n'avait aucune idée d'où il habitait, si c'était assez loin ou s'il pouvait largement rentrer chez lui à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Lun 17 Aoû - 19:35

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
«  Erwan, pourquoi t'a fais ça ? Tu peux m'expliquer ?  » Il pourrait essayer de trouver une raison, une excuse à ce comportement abjecte qu'il a eu ce soir mais il n'est pas sur de trouver quoi que ce soit de valable. Lui même ne sait pas exactement ce qui lui a prit, la colère l'a submergé et il a laissé ses émotions prendre le dessus. Sa demi-sœur ne plaisante pas, un rictus sévère assombri son visage alors qu'elle réclame des explications. Le jeune informaticien reste silencieux comme le marbre et finit par poser son regard sur la brune. Elle le met mal à l'aise avec ces questions. Il avait justement pensé qu'en faisant appel à ses services, elle ne poserait pas de questions. Il pensait même qu'elle ne viendrait pas. Pas aussi vite en tout cas. Il s'était trompé. Il lui avait pourtant fait toutes les crasses possibles et imaginables pendant l'adolescence, se servant de la plus jeune comme d'un bouc émissaire. « Si tu ne me le dis pas, je serai peut-être obligée de le répéter à mon père. » Il est fatigué, épuisé par cette nuit qui ne ressemble en rien à celle qu'il avait espéré. Un rire jaune s'échappe des lèvres de l'irlandais, il a l'impression de remonter dans le temps et de se retrouver à l'époque du lycée, où elle le menaçait de tout répéter s'il ne cédait pas à ses exigences. Ou la situation était elle inversé ? Il ne se rappelle plus très bien. "J'en sais rien." lâche t-il, lascif. C'est la vérité, il ne sait pas vraiment pourquoi toute cette haine entoure son cœur, pourquoi il a un trou béant à la place du cerveau ces derniers temps. Si, il sait, il ne veut juste pas l'admettre, il ne veut pas en parler, il voudrait juste que le 25 aout dernier ne soit jamais arrivé. Il donnerait tout pour revenir en arrière, même sa vie pour sauver celle de son ami. Tout ce qu'il sait, c'est que ce soir, la douleur s'est transformé en agressivité et ce policier avait subit toute cette rage. Il pourrait essayé de mettre des mots sur sa peine, sur son irritation, il a même essayé chez un psychologue mais il fuyait ses phrases toutes construites qu'il avait osé sortir. Le truc, c'est qu'il ne comprend pas. Sydney non plus ne pourrait pas. Elle ne sait pas ce que c'est de l'avoir perdu. C'est insoutenable, une douleur lancinante. Il lève les yeux au ciel. « Tu veux que je te ramène chez toi ? » C'est tout ? Pas plus de questions ? Il s'en sort plutôt bien, il s'était attendu à un interrogatoire plus poussé. Elle a peut être eu pitié, avec ces cernes flagrantes et ses yeux rouges et bouffis. Sa proposition est alléchante, il en aurait pour une bonne heure s'il décidait de rentrer à pieds. Il en a plein les pattes et il n'a qu'une envie, rejoindre son lit pour essayer de trouver le sommeil. Celui ci se fait désiré ces temps ci. "Je veux bien. Si ça ne te gène pas, je t'ai assez dérangé comme ça." Est elle déjà venue chez lui ? Pas dans son souvenir, il ne l'a jamais invité en même temps. Il a coupé les ponts après avoir quitté la maison, même sa mère n'a le droit qu'à quelques visites annuelles, rien de plus. Son visage est plus détendu. "Combien je te dois au fait ?" fit il en voyant un distributeur juste en face de lui. Autant la rembourser tout de suite, cette histoire risque de trainer. Il n'a pas idée de la somme qu'elle a déboursé pour le faire sortir de cette sordide affaire. Loin de se douter que plus de la moitié de son salaire mensuel va passer dans cette connerie.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Mar 18 Aoû - 1:05


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

A ujourd'hui, on aurait pu croire que la grande sœur, c'était elle, elle avait un travail stable, elle était plutôt heureuse dans sa vie, elle avait un petit-ami depuis six ans, elle rêvait de mariage et d'enfant. Alors qu'Erwan, elle devait venir le chercher à des heures tardives au poste de police. Sa vie n'avait pas l'air des plus heureuses en tout cas. "J'en sais rien." Comment ça ? Il en sait rien ? Comment on ne peut pas savoir pourquoi on agresse des policiers dans la rue. La jeune femme était déçue de cette réponse  et même un peu colère. Mais en voyant sa tête, ses yeux bouffis et son air fatigué, elle se calma un peu. Elle lui reposerait ses questions plus tard. Ce n'était pas encore fini pour l'interrogatoire. Elle allait découvrir, pourquoi et elle aviserait, bien qu'elle ne soit pas vraiment psy. Sydney, était curieuse, elle adorait tout savoir, après pour ce qui était de réconforter les personnes, c'était une autre histoire. Mais peut-être qu'en parler lui ferait déjà un grand bien. Sydney joua avec ses clés de voiture en détaillant tous les porte-clés qu'elle avait accumulé depuis maintenant trois ans. C'est-à-dire beaucoup. "Je veux bien. Si ça ne te gêne pas, je t'ai assez dérangé comme ça." Au moins, il avait accepté, une petite voix dans sa tête se dit qu'elle devrait le laisser là. Elle l'avait déjà bien assez aidé comme ça non ? Mais bon, elle ne pouvait se résoudre à le laisser comme ça. Si elle le laissait là, elle s'en voudrait toute sa vie. Foutue conscience. Elle roula ses yeux, dire qu'il pense l'avoir assez dérangé comme ça, oui quand même un peu. Mais bon, elle avait sa voiture à moins de deux mètres et s'il n'habitait pas trop loin, elle serait vite fait rentré chez elle, alors non ça ne la dérangeait absolument pas. « Soit pas idiot. Si je propose, c'est que ça ne me dérange pas. » Logique, ce n'était pas de la politesse, pas avec lui. "Combien je te dois au fait ?" A cette question, elle se mit à rire, d'un coup l'atmosphère tendue qu'ils les entouraient avait disparu. Comme par magie. Elle le regarda sérieusement, avait-il vraiment de quoi la rembourser ? « J'espère que tu gagnes bien ! Car ils ne rigolent pas pour faire sortir des criminels ! » Elle laissa un peu de suspens, cela allait surement le faire flipper un peu. Enfin, oui, il pouvait, vu ce qu'elle avait payé, elle se sent encore mal d'avoir retiré autant d'argent de son compte en banque. Elle le fixa d'un air sérieux et lâcha d'une traite pour que la réponse fasse moins mal : « 1000 dollars. » Elle ne savait pas s'il allait lui rembourser tout de suite, pour se débarrasser d'elle tout de suite après qu'elle l'a ramené chez lui ou alors il pouvait peut-être la rembourser petit à petit. « Si tu peux pas tout me rembourser tout de suite, tu pourras me payer plus tard pour le reste. » Un petit sourire s'afficha sur ses lèvres, avant qu'elle ne déclare. « A moins que, tu m'appelles juste quand t'es au poste de police ? » Ça voulait clairement dire, qu'elle avait envie de plus, avec son frère, elle ne lui demandait pas non plus la lune, juste de se voir de temps en temps. De partager un dîner ou même juste un café. Ça ferait plaisir à la brune de lui raconter un peu sa vie, de lui parler de son petit-ami, enfin de tout et de rien, de la vie quoi. Ils pourraient toujours s'engueuler de temps en temps aussi, d'un côté sa relation avec lui, avait manqué à la brune, bien que la plupart du temps, ils se reprochaient des trucs ou alors se hurler dessus ou alors il lui faisait les pires crasses. Sydney en tout cas proposer sans vraiment y croire, elle avait arrêté d'y croire qu'une vraie relation pourraient se faire entre eux pendant son adolescence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Mar 18 Aoû - 18:05

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
Cette soirée est officiellement merdique, elle avait déjà mal commencé alors que l'irlandais cru pouvoir laissé sa solitude de côté en avalant quelques produits toxiques pour son corps: clope, alcool, un demi cacheton de LSD pour tenir le coup avoir une nuit blanche la veille. « J'espère que tu gagnes bien ! Car ils ne rigolent pas pour faire sortir des criminels ! » répond elle en riant devant l'air interloqué du délinquant. Il n'a aucune idée de la somme qu'elle a pu débourser et il est trop épuisé pour son petit jeu, il ne dit rien, il se contente d'attendre la sentence, stoïque. « 1000 dollars. » il manquerait presque de s'étouffer à ces mots. Mille dollars ? Ils se font pas chier les enculer. pense t-il sans oser prononcer ces mots à haute voix, de peur qu'un officier l'entende et le remette au trou quelques heures. Les minutes passés en compagnie d'un charmant clochard qui sentait l'urine à plein nez lui avait largement suffit. Il lève les yeux au ciel. « Si tu peux pas tout me rembourser tout de suite, tu pourras me payer plus tard pour le reste. » Il gagne pas trop mal sa vie, disons qu'il ne se trouve pas dans la mauvaise moyenne mes cela reste exagéré, une telle amende pour si peu, il y réfléchira à deux fois avant d'insulter un officier désormais. « A moins que, tu m'appelles juste quand t'es au poste de police ? » Elle lui sourit sincèrement, tendrement, portant sur ses frêles épaules un amour qu'Erwan s'applique a piétiner. A chacun des efforts qu'elle a pu faire, il l'a repoussé avec véhémence. Pourtant, elle n'y pouvait rien, elle n'était que le dommage collatéral. La véritable cible de sa colère, c'était sa mère, il n'a jamais accepté que celle ci soit heureuse avec un autre homme que son père, persuadé qu'elle ne l'avait finalement pas aimé pour pouvoir l'oublier si aisément. Elle fait un peu vers lui, il en fait deux en arrière. "Donne moi juste les infos sur ton compte et je te ferais un virement." C'est plus judicieux que de se balader avec mille dollars en liquide sur soi. Surtout dans un quartier comme celui ci. Il baisse la tête, maladroit, en ce moment, il est bien incapable de fournir de l'amour à qui que ce soit mais dans l'idée de reconnaitre les efforts de sa demi sœur, Erwan ajoute: "Je peux t'offrir un petit déjeuner si tu veux. Je meurs de fin et je connais une boulangerie au coin de ma rue qui fait les meilleurs baguettes de Memphis." Il conçoit qu'il est un peu tôt mais il est persuadé que le lieu sera ouvert, il a pour habitude d'y passer en fin de soirée. C'est surtout une excuse pour la remercier. Être redevable, ce n'est pas quelque chose qui lui plaie. Il lui doit bien ça. Il lui doit sans doutes plus après toutes ses années à la martyrisé. Il ne l'a jamais ménagé, parfois même, il la blessait volontairement, juste pour assoir son mécontentement quant à la situation. Finalement, il n'aurait jamais mit les pieds à Memphis si le père Jenner n'avait pas existé. Il n'aurait pas rencontrer Noah. Il se demande alors ce qu'aurait été sa vie sans la bande. Il chasse cette idée de son esprit, ça ne sert à rien, on ne peux pas effacer ou changer le passé. Il est là et on doit faire avec et subir -dans son cas-.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Mer 19 Aoû - 22:03


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

"Donne moi juste les infos sur ton compte et je te ferais un virement." Le maigre petit espoir qu'elle avait mis dans sa phrase n'avait visiblement pas marché. Était-elle déçue ? Pas vraiment, elle s'était attendue à cette réponse, dire qu'après tant d'années, elle tentait toujours de rentrer en relation avec son demi-frère alors qu'il ne faisait que la repousser. À l'adolescence, parfois, elle lui avait rendu ses coups, un vent de rébellion avait germer dans son cerveau, elle lui avait rendu chaque coup, chaque insulte. Elle aussi, lui avait certaines crasses, c'était du donnant. Quand il partit, la jeune femme avait été soulagée, un poids en moins sur les épaules. Ce n'était jamais vraiment drôle de rentrer chez soi dans une atmosphère pesante au sein du cocon familiale. Elle en avait beaucoup souffert, même si elle ne l'avait que très peu montré. Mais maintenant qu'ils avaient grandi, elle trouvait cela vraiment trop con de ne pas pouvoir s'encadrer pour des querelles d'enfants. Sydney baissa la tête évitant son regard, elle n'avait pas envie de lui montrer que ça lui faisait quand même de la peine. Elle ne voulait pas de sa pitié. Elle prit alors un air comme si elle en avait rien à faire. « Ok, je te donnerais ça. » C'était tout, elle allait le raccompagner et sa petite vie reprendrait comme elle l'avait laissé avant qu'il ne téléphone. Ils se croiseraient aux anniversaires, peut-être l'invitera telle à son mariage et leur relation en restera là. "Je peux t'offrir un petit-déjeuner si tu veux. Je meurs de fin et je connais une boulangerie au coin de ma rue qui fait les meilleurs baguettes de Memphis." Sa phrase, fait sourire la brune, enfin, il se décide de faire un pas vers elle. Il avait fallu attendre vingt-quatre ans pour avoir un geste de sa part. Ce n'était pas trop tôt. Elle se dit qu'elle aurait dû enregistrer ses dires.
Elle n'y croyait presque pas, c'était vraiment réel pour le coup ? Bon, elle n'allait quand même pas sauter de joie pour un petit-déjeuner, mais c'était énorme venant de lui. Alors, elle ne put qu'accepter. « Avec plaisir, moi aussi, je meurs de faim et si elle fait les meilleures baguettes en plus ! » Qui n'est pas gourmand ? Quand on lui propose un petit-déjeuner, en plus qu'on lui paye, c'était la cerise sur le gâteau. Son ventre ne disait pas non en tout cas. Surtout qu'elle s'était ruinée pour le sortir de prison, alors il lui devait bien ça. Cette proposition avait évanoui sa fatigue et la mettait de bonne humeur, quoi qu'il n'en fasse pas beaucoup pour mettre en joie la jeune femme. Son copain, lui préparant le petit-déjeuner au lit, elle était déjà folle de joie. Imaginer quand il lui offre des fleurs. « C'est loin ? » Sydney secoua alors ses clés restées dans sa main et appuya le sur le bouton pour déverrouiller sa voiture à distance. Elle s'installa sur la place conducteur et invita son frère à monter. « Bon, indique-moi le chemin ! » Oui, elle ne savait toujours pas où il habitait, une aide serait la bienvenue et elle n'avait pas de GPS. Se guidant en général, grâce aux panneaux. Mais elle connaissait bien la ville, elle avait toujours vécu ici, alors elle avait ses petites habitudes dans cette ville. Une fois, dans la voiture, le malaise revient, elle ne savait pas vraiment quoi dire, elle fit démarrer sa petite citadine et mit son clignotant. Pour faire passer le silence, elle décida de mettre la radio en route, ne savant pas ce que son frère écoutait comme musique. En réalité, elle ne savait pas comment se comporter avec son frère, c'était quoi une vraie relation frère sœur ? Elle n'en avait jamais connu une normale.
Sa vie ? Elle ne savait presque rien sur lui. Et elle avait bien trop peur d'aborder des sujets sensibles avec lui, il pourrait mal le prendre et décidait de ne plus lui offrir un petit-déjeuner, il fallait y aller doucement. Dompter l'animal sauvage. « Ça va dans ton travail ? » La mère d'Erwan l'avait évoqué plusieurs fois qu'il était informaticien dans une grosse boite et a vraie dire elle ne savait pas vraiment de quoi parler avec lui. Elle avait décidé de commencer doucement.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Jeu 20 Aoû - 21:56

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
Le visage de sa demi-soeur s'illumine alors qu'il propose un petit déjeuner. Il n'avait jamais pensé avoir autant d'impact sur elle. Il n'avait jamais comprit qu'elle ne demandait en réalité qu'à l'aimer. Juste un peu. Il ne lui avait pas offert cette chance, l’assenant d'insultes toujours plus mesquines pour justifier une douleur dont elle n'était pas responsable. Elle prenait sans broncher, parfois, elle répliquait mais seulement pour se défendre, ses intentions n'étaient pas mauvaises, contrairement à celles d'Erwan. Aujourd'hui, alors qu'elle vient le récupérer, il comprend. « Avec plaisir, moi aussi, je meurs de faim et si elle fait les meilleures baguettes en plus ! » Les yeux ouverts par l'étonnement, elle sourit. Il sait qu'elle ment un peu en prétextant avoir faim mais il s'en fout. Il ne veut pas lui être redevable. Et puis, les enfantillages n'ont plus lieu d'être n'est ce pas ? Ceci dit, ce n'est pas le meilleur moment pour le prince de glace, il n'a plus d'amour à donner ces temps ci. « C'est loin ? » Il hausse les épaules. "Pas tant que ça, quelques minutes, une dizaine je dirais." Il ne se déplace qu'en transports en communs ou à pieds, alors il est difficile pour lui de jauger. Elle l'invite à grimper dans la voiture et il ne se fait pas prier. Le confort de ces sièges le ravi, après avoir passé quelques heures sur le sol froid d'une cellule de prison, il se vautre dans le fond comme si c'était son canapé. « Bon, indique-moi le chemin ! » C'est étrange, il a vécu durant de longues années avec elle et pourtant, pas une seule fois il ne s'est intéressé à son cas, trop égoïste, trop enfermé dans une colère irraisonnée, il n'avait pas su ouvrir son cœur à sa nouvelle famille. Il voulait juste retrouver l'ancienne. Il fait office de GPS, et indique la route à la brune avec précision. La radio s'allume dans un silence de marbre -en dehors des quelques indications qu'il veut bien fournir sur la destination finale- qu'elle choisit de briser: « Ça va dans ton travail ? »"Bien." ment il. Dire que ça se passe bien est un gros mensonge. Les jours où il ne se pointe pas bourré, il n'est pas efficace, il a la tête dans les nuages et a fait perdre beaucoup d'argent à son patron. Ce dernier s'est montré gentil pour le moment mais jusqu'à quand supportera t-il les frasques de son employé ? Surtout que l'irlandais ne peut se permettre de perdre son job alors qu'il paye un loyer exorbitant pour un appartement fait pour deux. Il n'avait jusque là, pas eu le courage de commencer les recherches pour un nouveau colocataire, choisissant de vivre seul. "Maman m'a dit que tu allais te marier." Les félicitations sont de mises. Il est content pour elle. C'est vrai. Après tout, il n'a jamais souhaité son malheur. Il aimerait lui dire de profiter, parce que le bonheur ne dure pas mais son pessimisme n'est pas utile. "Tu as l'air heureuse en tout cas." Elle rayonne de milles feux. Lui aussi, avait cette lueur de joie dans les yeux, plus aujourd'hui. Non, maintenant, il admire les gens qui arrivent encore à sourire, lui n'en ai plus vraiment capable, pas sincèrement en tout cas. "Gare toi ici." fit il en indiquant un emplacement libre, à deux pas de chez lui. Une baguette ne suffira pas à la remercier mais il n'a rien d'autre à offrir que de dégout et de l'amertume ces temps ci.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Sam 22 Aoû - 0:16


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

Durant le trajet, elle suivait ses indications et la brune ne loupait pas le fait qu'il appréciait visiblement les sièges de sa voiture, c'était assez drôle de voir ça. À l'évocation de son travail, il ne répondit que par un mot : bien. Sydney devrait-elle s'inquiéter ? Enfin, ce n'était toujours pas ses affaires. Elle laissa doucement le silence retomber dans voiture, juste la musique venait troubler ce silence. "Maman m'a dit que tu allais te marier." Sa belle-mère avait dû s'enthousiasmer un peu trop par les paroles que Sydney aurait pu lui dire. En réalité, la demoiselle attendait l'a tant attendue demande en mariage par son petit-ami. Elle n'avait pas de bague, pas de demande en vue, mais elle savait que cela arriverait. C'était certain même, voilà pourquoi elle avait dû le lâcher dans une conversation. Avec son petit-ami, cela faisait six ans qu'ils étaient ensemble, parfois, elle se demandait ce qu'il attendait encore pour lui demander sa main. Mais bon, elle le comprenait, elle savait qu'il était très pris par sa musique. Son groupe avait maintenant du succès, Sydney regretter parfois quand il ne jouait que dans des petits bars miteux. Au moins, il était plus disponible pour elle, rien que pour elle. Maintenant, elle devait le partager avec des fans hystériques. "Tu as l'air heureuse en tout cas." Alors, là, elle ne savait pas vraiment comment le prendre, il lui faisait réellement une sorte de compliment ? Elle jeta un coup d'œil vers lui pour voir s'il ne se moquait pas d'elle. Mais non ça n'avait pas l'air d'être le cas, il devait être dans un bon jour. Comme quoi, passer du temps en prison ça vous remet les idées en place, il devrait peut-être y passer un peu plus de temps. Elle sourit tout en regardant la route devant elle. « Merci, je devrais peut-être venir te chercher plus souvent au poste ! » Elle ne pensa pas ça méchamment, mais c'était juste comme elle le ressentait. Elle ne put lui retourner le compliment, il n'avait pas l'air franchement heureux et la question d'une petite-amie était peut-être proscrit ? Sa belle-mère n'en avait jamais parlé. Il devait enchaîner les filles ou alors ne pas prendre l'amour très sérieusement pour le moment. « Ne t'emballe pas pour le mariage, tu sais ta maman, était trop excitée quand j'ai évoqué un peut-être mariage, mais en réalité, il n'a toujours pas fait sa demande. » A chaque fois, elle ne savait pas vraiment comment appeler sa belle-mère en présence d'Erwan. Elle ne pouvait dire « notre mère » cela risquerait de le mettre en colère. Même si la brune la considérait comme étant sa propre mère. De l'autre côté, la question ne se posait même pas, son père n'avait jamais eu de relation avec le fils Taggart. C'était bien dommage. "Gare toi ici." Elle lui obéit alors, se gara et sortit de sa voiture en observant le quartier. C'était donc là, où il vivait, tant de mystère pour si peu. Downtown, en plein centre-ville de Memphis. Elle leva les yeux vers l'immeuble devant elle et imagina qu'il habitait dans celui-ci. « C'est donc ici, que tu vis. » Elle pointa l'immeuble d'un air songeur, c'était pas mal comme quartier, près des commerces, de l'ambiance de la ville.« Faudra me faire visiter à l'occasion ! » Il fallait en profitait, il avait l'air de bonne humeur. Mais bon, elle ne s'emballa pas trop, elle savait que leur relation était toujours fragile, il y a des choses qu'elle ne pourrait lui pardonner. Surtout son comportement avec son père, Sydney est une femme très protectrice et elle n'aime pas qu'on s'en prenne à son père. Elle l'aime, alors elle n'aime pas le voir attrister par des conflits. Elle poussa un long soupir, puis prit un air sérieux. « Erwan, tu sais, je dirais rien pour ce soir. Mais tu peux me parler quand tu as un problème. Ça sert à ça non les petites sœurs ? » Elle lui fit un léger sourire, elle ne savait pas comment il allait le prendre. Il avait surement des amis avec qui parlait. Mais pourquoi l'avoir appelé elle, ce soir alors s'il avait quelqu'un avec qui parler de ses problèmes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Sam 22 Aoû - 22:52

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
Erwan peut se montrer aussi désagréable que sympathique. Il a deux visages, un peu comme dans ces vieux dessins animés, vous savez où un ange et un démon se trouvent sur chacune des épaules du personnages et le pousse à prendre une décision. Ces derniers temps, c'est plus le courroux du diable que celui d'un ange qui l'anime mais il arrive encore à éprouver un peu d'humanité. « Merci, je devrais peut-être venir te chercher plus souvent au poste ! » Ou pas. Il n'a pas l'intention d'y retourner. La prochaine fois, il usera d'hypocrisie et de stratagème pour duper le policier et ne pas se retrouver dans cette situation inconfortable. Il la regarde et l'admire, il aimerait retrouver cette lumière en lui. Elle est rayonnante et malgré le manque de sommeil, ça se voit. Lui n'est même plus capable de sourire sans se forcer. «  Ne t'emballe pas pour le mariage, tu sais ta maman, était trop excitée quand j'ai évoqué un peut-être mariage, mais en réalité, il n'a toujours pas fait sa demande.  » Avec le temps, à force de s'éloigner, l'aspect familial était devenu secondaire dans la vie d'Erwan. Avec le temps, sa mère avait remplacé son fils par une fille. Il ne lui en voulait plus aujourd'hui même si ça l'avait poussé à partir à l'époque, cette jalousie malsaine qu'il nourrissait vis à vis de celle qu'il aurait du aimer mais qu'il chahutait. "J'ai sans doute mal comprit." Non, il avait bien comprit, sa mère avait toujours eu la fâcheuse tendance de mettre la charrue avant les bœufs. Gamin, il avait sauvé un chat errant d'une mort certaine -tout comme caramel d'ailleurs- et elle voyait déjà son fils vétérinaire ou pompier.  « C'est donc ici, que tu vis. Faudra me faire visiter à l'occasion ! » Il sourit, presque choqué devant tant de naïveté. "Je comptais te faire monter, à moins que tu ne veuilles manger dans ta voiture." fit il, rhétoriquement. Il avait été si froid avec elle pendant toutes ses années qu'elle pensait qu'il ne l'inviterait pas à entrer après ce qu'elle a fait pour lui. « Erwan, tu sais, je dirais rien pour ce soir. Mais tu peux me parler quand tu as un problème. Ça sert à ça non les petites sœurs ? » Pas elle par pitié. S'il l'avait justement appelé elle, c'était pour ne pas avoir à supporter ce genre de remarque. Il pousse un soupire, son visage se referme légèrement alors qu'ils prennent la direction de la fameuse boulangerie. "Je vais bien, j'aimerais juste que tout le monde arrête de me poser cette putain de question à la con." ses mots dépassent sa pensé, sa colère le submerge et il ne contrôle rien de ce qu'il dit. Très vite, la tension redescend. "Désolé... C'est juste que depuis... Noah." Il n'arrive pas à prononcer le mot mort, c'est plus fort que lui. Et puis, elle connait l'histoire non ? Ca avait fait la une des journaux et maman le savait, elle avait du tout lui raconter en omettant aucuns détails. "tout le monde s'attend à ce que je pète un plomb je crois mais je vais bien." Non, il ne va pas bien et ce depuis près d'un an. Il est désespéré, il n'arrive pas à remonter la pente, il se noie dans un océan de tristesse et n'accepte aucune des mains qu'on peut lui tendre, il n'en veut pas de l'aide des autres. Finalement, il se complait dans sa douleur parce que c'est la seule chose qui le retient encore un peu à son ami. Il s'est arrêté sur le trottoir pour exprimer tout ça. C'est surement la plus grande conversation qu'ils aient eu jusqu'à aujourd'hui.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Mar 25 Aoû - 23:30


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

"J e comptais te faire monter, à moins que tu ne veuilles manger dans ta voiture." Quelle conne ! Sur le coup, elle se sentit vraiment stupide. C'est vrai qu'elle n'avait pas pensé une seconde à ce qu'il la fasse monter dans son appartement, elle était vraiment naïve parfois. Elle n'avait pas vraiment l'habitude de tant de gentillesse en une journée de sa part, alors il fallait la comprendre. Et il faut le dire, elle est assez naïve. Sydney sentit ses joues s'empourprait un peu, elle se sentit un peu honteuse d'un coup ramener 17 ans plus tôt. Car il l'avait souvent fait ressentir honteuse, mais le passé, c'est le passé non ? "Je vais bien, j'aimerais juste que tout le monde arrête de me poser cette putain de question à la con." Son regard se posa sur lui, il avait l'air de plus en plus énerver. Elle aussi d'ailleurs, elle n'avait plus 10 ans et lui 13, elle pouvait très bien lui mettre un coup-de-poing pour lui remettre les idées à sa place, même si elle souffrirait le lendemain. Ça vaudrait peut-être le coup, mais ça n'arrangerait pas leurs relations. Il fallait qu'il comprenne qu'elle ne lui voulait pas non plus l'embêter avec ses questions con, c'était juste pour l'aider. Il n'avait l'air de vouloir de l'aide de personne en tout cas. "Désolé... C'est juste que depuis... Noah." Elle desserra les poings l'entendant s'excuser. Elle sentit sa colère redescendre tout doucement, elle avait entendu l'histoire de la bouche de sa belle-mère. Elle avait été bouleversée par cette nouvelle, elle aurait voulu savoir quoi dire à son frère. Elle avait même hésité à l'époque à l'appeler, mais il l'aurait surement envoyé sur les roses vu son caractère. Elle n'était pas le genre de fille à savoir quoi dire dans ce genre de situation, elle resta juste là sur le trottoir où il s'était arrêté sans savoir quoi vraiment faire. "tout le monde s'attend à ce que je pète un plomb je crois mais je vais bien." Il allait vraiment bien ? Que dire après ça ? Sydney, n'ayant jamais vraiment connu la mort, sa mère était morte, bien avant qu'elle ait pu avoir des souvenirs d'elle. Pourtant, dans sa vie, il lui avait toujours manquée quelque chose. Enfin, quelqu'un, bien qu'elle fût entourée d'amour durant sa jeunesse. Mais ce n'était pas pareil, pour Erwan, lui avait subi de vraies pertes, elle ne pouvait comparer son histoire avec la sienne et il savait très bien pour sa mère. Que dirait-elle à un de ses élèves en difficultés ? Elle suivit son instinct et elle le prit dans ses bras, elle le serra fort et évita qu'il ne la repousse. Tout le monde avait besoin d'un câlin dans la vie. Elle savait que ça n'allait rien résoudre du tout, mais elle en avait aussi besoin. Ça lui fit du bien et elle s'écarta doucement de lui avec un petit sourire. « Je me fiche que tu pètes un plomb ou non. Veille juste à ne pas finir en prison ou pire et cela ira pour moi ! » Enfin, s'il avait envie de se confier à elle, il pouvait toujours, mais tout ce qu'il l'importait le plus c'est qu'il ne meurt pas et qu'il ne finisse pas en taule pendant plusieurs années. Enfin, son mental compter aussi, qu'il aille bien, ça serait l'idéal, mais il fallait du temps pour ce genre de choses. Elle pourrait peut-être l'aider justement en le laissant se confier quand il le voulait, elle n'allait pas le pousser, cela ne ferait qu'empirer leur relation. Elle avait vraiment l'impression de marcher sur des œufs avec lui. Elle s'aperçut qu'ils étaient plantés en plein milieu du chemin. « Bon, j'attends toujours mon petit-déjeuner moi ! » Son ton était redevenu léger, elle le voulait son petit-déjeuner offert par son frère. Peut-être, une des premières fois qu'il lui offre un truc, alors elle allait bien en profiter ! Et puis, mince, elle voulait le voir son appartement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Jeu 27 Aoû - 11:24

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
Sydney se montre patiente avec lui, elle vient de se lever aux aurores pour venir le récupérer chez les policiers et en plus de ça, il s'avère être un peu con. Il ne supporte pas, il ne supporte plus qu'on lui demande comment il va. Peut être parce qu'il en a marre de mentir à tout le monde, de se mentir à lui même: il ne va pas bien. Il va même très mal, subjuguer par la peine, il ne voit plus le bout du tunnel, il s'est enfoncé profondément et seuls les ténèbres l'entourent. Et ça, même avec toute la bonne volonté du monde, même Sydney n'y pourra rien. C'est à lui de faire le premier pas vers la rédemption. Lui seul. Maintenant qu'il se souvient, qu'il observe, il se rend compte, qu'elle a toujours essayé Sydney, qu'elle ne l'a jamais haït. A chaque moment important, elle était là, pour le soutenir au début. Puis il est parti, abandonnant une famille qu'il pensait fortuite. Il n'avait pas comprit qu'en réalité et malgré tout ces efforts, il tenaient à eux. «  Je me fiche que tu pètes un plomb ou non. Veille juste à ne pas finir en prison ou pire et cela ira pour moi ! » Pire hein ? Il y avait pensé, être à la place de Noah. Il aurait voulu prendre sa place et si c'était possible, il serait déjà enterré, malheureusement pour lui, ça ne fonctionne pas ainsi. Il ne se réjouit par pour autant d'être en vie, ceci dit, il est bien incapable de mettre fin à ses jours, trop lâche. "désolé de t'avoir appelé, c'est juste que..." il laisse un léger silence avant de reprendre: "je voulais pas inquiéter maman." Quant à ses amis, ils ne l'étaient plus vraiment, tout été parti en ville, le groupe n'avait plus rien de soudé. Erwan avait choisi de les rejeter, eux qui voulait tant le voir pleurer, hurler son désespoir. Il a le sentiment de ne plus leurs ressembler, comme si la mort de leurs amis commun avait casser un truc entre eux. Comme si l'entité n'était plus possible sans Noah, la glue qui les reliaient les uns aux autres. « Bon, j'attends toujours mon petit-déjeuner moi ! » Il sourit, elle change de sujet pour choisir quelque chose de moins lourd et cela lui plait. Il n'a pas envie de parler, de se confier, il sait bien que c'est ce que tous exigent mais il ne le sent pas. Parler ne l'aidera pas. Au contraire. "attend moi là." fit il dans un sourire avant de s’engouffrer dans la boulangerie. L'odeur est délectable, un vrai régal, il s’enivre les narines et ressorts quelques minutes plus tard avec ce qui constituera un repas excellent. Il invite sa sœur à le suivre à l'intérieur du bâtiment pour monter les trois étages qui les sépare de la porte d'entrée. Elle a de la chance, il a fait un brin de ménage avant de partir hier, pas de cadavres de bières ou de restes de chips sur le canapé. C'est pas nickel, mais c'est propre. Il pose les baguettes sur le plan de travail et il retire sa veste pour la laisser pendre sur une chaise. "café, thé, chocolat, jus d'orange ?" C'est à peu près tout ce qu'il peut lui proposer. Sans alcool en tout cas mais il doute fortement qu'elle est envie d'une bière ou d'un verre de vodka après avoir été réveillée au beau milieu de la nuit. Il commence à s'affairer et sortir les affaires du frigo: beurre, confiture... Tout le nécessaire pour se régaler. Il prend ensuite quelques couteaux et les dépose devant eux. "installe toi." dit il, plus calme que quelqu'un minutes plus tôt. Il se gratte l'arrière de la tête et lui propose de se servir à manger. Lui ne tarde pas à faire de même, il meurt vraiment de faim. Son dernier repas remonte à hier midi.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Dim 30 Aoû - 19:48


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

I l avait l'air de réaliser, qu'elle ne voulait que son bonheur, qu'elle s'inquiète pour lui."désolé de t'avoir appelé, c'est juste que..." Elle le fixe, il s'excuse encore une fois, mais à vrai dire, elle ne peut pas vraiment lui en vouloir. "je voulais pas inquiéter maman." Ça, elle pouvait le concevoir, si sa mère avait su, elle aurait surement été totalement inquiète. Sydney en aurait entendu parler, c'était certain. Voilà, pourquoi elle ne le répétera pas et elle ne voulait pas faire de mal à sa belle-mère. Elle pouvait gérer sans faire du souci à sa belle-mère. A vrai dire, si son frère, lui referait un coup du genre, elle ne se priverait pas, pour cette fois-ci être très en colère. Elle pouvait très bien accepter une erreur, mais il ne fallait pas abuser de sa gentillesse non plus. "attend moi là." Elle l'écouta et lui fit signe qu'elle l'attendait ici. Elle le regarda s'engouffrait dans la boulangerie. Quand il ouvrit la porte, une bonne odeur se firent un chemin jusqu'aux narines de la brune. Ça lui ouvrit tout de suite l'appétit. Son frère ressortit de la boulangerie quelques minutes avec sous le bras, un excellent petit-déjeuner en perspective. Il lui fit signe de le suivre et elle obéit, entrant dans le bâtiment ou le brun avait élu domicile. Son regard se porta un peu partout, surtout sur les marches à gravir. Troisièmes étages plus tard, ils étaient arrivés devant la porte du brun. Ils entrèrent et elle put, enfin voir son appartement, un coup d'oeil rapide rassura la jeune-femme ce n'était visiblement pas en chantier. Un garçon, vivant seul, les préjugés sont assez durs à notre époque. "café, thé, chocolat, jus d'orange ?" Elle l'imita en enlevant sa veste et la jetant sur la chaise préposée à cet effet. Elle jeta un coup d'œil circulaire à la pièce. « Du café, s'il te plaît. » Elle continua sa petite inspection, la pièce était assez agréable, un canapé, une table-basse, rien d'extraordinaire. Cela étonna un peu la jeune femme, son appartement était visiblement plus en fouillis que celui de son frère. Elle avait toujours une tonne de paperasse entassée dans un coin, ses factures, qu'elle faisait toujours au dernier moment. Après, quelques tasses de café vide et des livres devaient traîner. Elle le regarde, tout sortir du frigo. Un petit sourire se dépose sur ses lèvres, il a l'air d'y mettre du cœur, ça lui fait chaud au cœur d'un coup, qu'il se préoccupe d'elle pour une fois. Car, oui ça n'était jamais arrivé, il avait fallu qu'il se fasse arrêter puis enfermer pour qu'ils aient un semblant de relation. "installe toi." Elle s'installa devant tout ce qu'il avait préparé. Il l'invite à manger et lui ne se prive pas pour attaquer, il avait l'air d'avoir vraiment faim. En prison, il n'avait pas dû avoir de quoi dîner. Alors, elle attaque-t-elle aussi, attrapant un couteau et se coupant un morceau de pain qu'elle badigeonne de beurre et de confiture. Une fois, sa tartine prête, elle croque dedans, elle ne put réprimer un petit gémissement de bonheur. Ce pain, était vraiment trop bon. « Tu n'avais pas menti ! C'est délicieux ! » Elle le regarda, un grand sourire sur les lèvres, telle une gamine découvrant la mer pour la première fois. Elle continua a manger sa tartine, tout en regardant distraitement l'appartement. C'était presque bizarre d'être là, avec lui, seuls. Ils ne s'étaient jamais véritablement retrouvés seuls tous les deux dans la même pièce. Il n'y avait toujours pas loin la belle-mère ou le père. « Tu vis ici, tout seul ? » Simple question, son appartement avait l'air assez grand pour qu'il ait des colocataires. Et puis elle voulait savoir s'il avait une petite amie. Sydney, elle est curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Jeu 3 Sep - 0:10

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
La soirée s'est mal terminé, il a passé la quasi totalité de sa nuit en prison. Une nuit de merde. Il avait choisi d'appeler la seule personne qui serait venue le chercher sans lui faire la morale. L'appartement manque clairement de décoration. C'est un garçon vous me direz, ils ne sont pas réputés pour avoir l’œil fin pour décorer avec gout. Il s'en fou à vrai dire. Les murs sont blancs, pas de tableaux ou autres bibelots, juste le strict nécessaire. S'il ne l'a jamais invité à venir avant, c'est parce qu'ils ne sont pas proche. A cause d'Erwan en grande partie d'ailleurs, il a jamais ouvert de porte pour lui laisser un peu de place, pas avant ce soir en tout cas. « Du café, s'il te plaît. » Il file vers la machine, il n'en boit pas, jamais. Cette boisson a un goût trop amer, il ne la supporte pas. Et puis, son cœur palpite plus vite, trop vite, trop fort. Il ne se fait pas prier pour manger de son coté, il meurt de faim, vous connaissez l'expression, manger comme un taulard sorti de prison. Ca le représente très bien à cette seconde. « Tu n'avais pas menti ! C'est délicieux ! » « Tu en doutais ?" fit il, un sourire aux lèvres. Depuis qu'il y avait gouter, il ne pouvait plus s'en passer, si bien que le boulanger l'appelait aujourd'hui par son prénom. « Tu vis ici, tout seul ? » Depuis que son dernier colocataire, Steven était parti faire le tour du monde avec son sac à dos. Il n'avait pas eu le courage d'entamer les recherches pour avoir quelqu'un d'autre pour combler ce vide. Il n'en avait pas nécessairement envie non plus finalement. Il se complaisait dans cette solitude à double tranchant qui le minait à petit feu. Le combat était devenu obsolète, ses démons avaient remportés la partie haut la main et ce depuis très longtemps. « Ouais. Depuis quelques semaines. C'est pas si mal, je peux faire ce que je veux quand j'en ai envie, j'ai de comptes à rendre à personne. » On pouvait plutôt compter cela en mois mais à vrai dire, il préférait taire cette information. Surtout qu'il n'aimait pas réellement ça, il avait toujours été entouré, toute sa vie, il l'avait passé avec des colocataires, plus ou moins nombreux. Savoir que quelqu'un d'autre est là, même sans parler, ça avait un côté rassurant. On ne peut pas dire qu'il ai fait le moindre effort pour accueillir quelqu'un de nouveau. Sa cousine a bien essayé de passer une annonce dans le journal mais il n'a jamais répondu aux coups de téléphone qui ont suivit. Le café se termine et il pose la tasse juste devant sa demi-sœur. « Maman va bien ? » Parce que oui, le fils ingrat qu'il est n'a pas donné la moindre nouvelle depuis des semaines. Elle l'appelle de temps à autre, pour prendre des nouvelles rapides mais il y a bien longtemps que la mère de famille a abandonné l'idée de se rapprocher de son fils. Il est vivant, heureux -de ce qu'elle sait- et c'est tout ce qui lui importe dans le fond. Déjà qu'il n'était pas très présent avant l'accident mais depuis, c'est carrément un fantôme. Sydney a du être plus qu'étonnée quand elle a reçu un coup de fil provenant de la prison à l'égard de l'irlandais. Il n'a jamais trop pardonné sa mère d'avoir refait sa vie, il n'a jamais vraiment digéré que son père soit mort trop tôt. En fait, il est comme ça Erwan, il vit les choses à fond et forcément, il en souffre d'autant plus.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Dim 6 Sep - 3:43


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

Un bon repas, ça fit du bien à la brune, elle avait un petit coup de fatigue et manger la remettrait surement d'aplomb. Elle le regarda manger comme un ogre, dire qu'il l'avait appelé elle. « Tu en doutais ?" Peut-être un peu, il lui avait fait tellement de crasse qu'elle ne pouvait pas le croire sur parole. Elle n'était pas masochiste non plus, elle n'avait jamais aimé son comportement envers elle. « Un peu. » Elle lui fit un petit sourire malicieux, il savait très bien de quoi elle parlait, pourquoi elle en doutait. C'était la première fois qu'il ne lui faisait pas un coup-bas. Elle continua alors ses tartines tout en regardant l'appartement de son demi-frère. « Ouais. Depuis quelques semaines. Ce n'est pas si mal, je peux faire ce que je veux quand j'en ai envie, j'ai de comptes à rendre à personne. » Ça lui rappela ses années qu'elle avait passées seules quand elle était à la faculté. Elle avait pris un petit appartement pour être indépendante, loin de son cher papa. Elle pouvait rentrer à des heures pas possibles, faire des fêtes dans son appartement ridiculement petit. Elle avait même passé des vacances loin de chez elle à faire le tour de l'Europe. C'était la belle époque, la jeunesse dans toute sa splendeur. Mais bon, elle avait 29 ans, un presque fiancé, un appartement bien plus grand et un salaire fixe qui tombait tous les mois et des tonnes de responsabilités. Il y avait un temps pour tout, elle s'était assez amusée et elle le pouvait encore, elle sortait souvent entre copines ou avec son petit-ami. Elle n'était pas du genre à rester chez elle, le soir à lire un bon livre. Son frère lui posa sa tasse devant et elle en profite pour souffler sur le breuvage d'où s'échappe une petite fumée blanche. « Maman va bien ? » Sydney leva les yeux au ciel quelque peu excédé, c'était bien lui ça, il n'avait même pas pris la peine d'appeler sa mère pour lui demander des nouvelles. Elle poussa un léger soupir en lui répondant. « Elle va bien. » Elle ne lui en dirait pas plus, s'il voulait tous savoir devrait l'appeler, ça ferait plaisir à sa mère, à chaque fois que Syd passé les voir ou appeler elle demandait si elle avait eu des nouvelles d'Erwan. Mais Sydney, n'était pas vraiment la personne à qui demandait des nouvelles du brun. Dire qu'il ne voulait pas qu'elle s'inquiète, mais il n'était même pas fichu d'aller lui donner des nouvelles. Cela énerva un peu Sydney. « Pourquoi tu ne l'appelles pas plus souvent ? » Cette question la torturait depuis un moment, c'était plus pour dire, c'est quoi ton problème avec nous ? Pourquoi tu ne donnes jamais de nouvelle à ta famille ? Surtout pourquoi repousser Sydney et son père ? Elle pouvait comprendre le fait qu'Erwan, c'était senti trahi par sa mère de s'être remarié si rapidement, mais cela fait maintenant plusieurs années que le père de Sydney avait épousé la mère d'Erwan, pourquoi il ne lui pardonne pas ? Elle avait juste besoin de savoir le pourquoi de son comportement envers elle. Sydney, aurait pu très bien, elle aussi rejetée sa belle-mère et son demi-frère, mais elle était heureuse de les avoir. Ne pouvait-il pas l'être lui aussi ? Elle but une gorgée de son café, elle se dit qu'il allait surement la mettre dehors bientôt, alors elle ne se priva pas de finir ses tartines. Au moins, elle avait fait quelque chose avec son demi-frère et une activité agréable pour une fois. "C'est quoi le problème ?" Elle reposa sa tasse sur la table devant elle, tout en le regardant dans les yeux, l'air sérieux.

_________________

Smile at life
Better not look down, Cause it's gonna be a long way to fall, This is our last chance, And it's everything or nothing at all, Don't make me a fool, darling don't make me crawl ~byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Dim 6 Sep - 19:06

What is your excuse ?
Un jour, nous trouverons ce que nous cherchons. Ou peut-être pas. En fait peut-être que nous trouverons quelque chose bien mieux que ça.
Il demande des nouvelles de sa mère, son sort l'inquiète même s'il ne se montre pas présent du tout. C'est plus fort que lui, il s'est éloigné gamin, sous le coup de l'impulsivité, de la colère et même si aujourd'hui, ça n'a plus tellement de sens, la fierté joue un rôle de mur entre lui et sa mère. « Elle va bien. » Le voilà rassuré. Il tient à sa mère malgré tout. « Pourquoi tu ne l'appelles pas plus souvent ? » Il croque dans sa tartine une fois de plus, cette question l'agace, la réponse lui semble être l'évidence même. Un silence s'installe et Sydney reprend: « C'est quoi le problème ? » Il lève les yeux au ciel, pousse un large soupire et prend son courage à deux mains. Il lui doit bien ça après l'avoir réveillé au beau milieu de la nuit pour le récupérer en prison alors qu'il a toujours agit comme un véritable connard avec elle. Ces mots qu'il n'a jamais dit. Ces phrases qu'il a préféré gardé pour lui depuis tant d'années mais qui l'ont beaucoup fait souffrir durant l'adolescence. Toutes ses choses que sa mère n'a jamais comprit. Parce que finalement, c'est à elle qu'il en veut, pas aux deux autres. « Elle a même pas attendu un an pour rencontrer quelqu'un d'autre. C'est comme s'il était insignifiant. Elle a agit comme s'il existait plus. Elle a même pas pleuré le jour où il est mort ! » La respiration saccadé, il baisse la tête, c'était sorti tout seul et ça faisait un bien fou. La suite est évidente non. Il ne supportait pas cet homme qui prenait la place de père, celui qui prenait celle de mari dans le cœur de sa mère. Sydney elle, n'était qu'un dommage collatéral. « Je sais, c'est con mais une part de moi n'arrive pas à pardonner. » Il hausse les épaules et lève les yeux vers sa demi-soeur. Il prend une gorgé de jus d'orange. Il baille. Il est épuisé par cette nuit. Le reste du petit déjeuner se fait plus calme, il coupe court à cette conversation qui ne lui plait pas vraiment, il en a trop dit. Trop ou pas assez. « Je vais aller me coucher... » ajoute t-il, soudainement plus froid envers elle. « Merci encore pour ce soir. Je t'en dois une.  » Il récupère un bout de papier et y note son numéro de portable. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas. » Il lui tend le bout de papier. Il est sincère. Déjà parce qu'il n'aime pas l'idée de lui être redevable mais surtout parce qu'il se rend compte que Sydney tient à lui. Qu'il tient à elle. Il l'embrasse sur la joue et l'invite à sortir de chez lui, enfin, elle peut bien rester mais elle a surement besoin de quelques heures en plus de sommeil de son côté. Il ouvre la porte de sa chambre et Caramel vient lui caresser les jambes. C'est après avoir retiré son jean et son tee shirt qu'il s'enfonce sous sa couette pour rejoindre les bras de Morphée. Pas vraiment ce à quoi il s'était attendu pour cette soirée. Un mal pour un bien dans le fond, puisque ce rapprochement lui a fait un bien fou, pendant quelques minutes, il n'a plus pensé à Noah. Elle a même réussi à le dérider un peu même si son inquiétude est disproportionnée.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sydney Ackerley
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 119
≡ arrivée : 11/08/2015
≡ célébrité : Emmy Rossum

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan) Jeu 17 Sep - 21:59


What is your excuse ?

Erwan & Sydney

Elle ne le lâche pas des yeux, elle veut savoir, la raison. Pourquoi ce comportement ? Pourquoi ne peut-il tout simplement tourner la page ? Parfois, les sentiments sont complexes, mais Sydney, n'a jamais vraiment été dans ce cas. Elle avait une relation normale avec son père et sa belle-mère, il n'y avait qu'avec son demi-frère que les sentiments ne passaient pas. Mais, à vrai dire, pour elle ça lui parait presque normal. Elle a déjà observé une relation entre frère et soeur, mais elle savait qu'entre eux, il y a du respect et un peu d'amour fraternel, bien qu'ils ne soient pas proches. Elle le savait au fond d'elle-même. « Elle a même pas attendu un an pour rencontrer quelqu'un d'autre. C'est comme s'il était insignifiant. Elle a agit comme s'il existait plus. Elle a même pas pleuré le jour où il est mort ! » Sydney baissa le regard, sa mère avait peut-être ses raisons pour ne pas montrer sa peine. Mais de là à tous lui mettre sur le dos, c'était abusé. On ne choisit pas quand on rencontre l'être aimée, il fallait qu'il s'en rende compte et qui lui pardonne. « Je sais, c'est con mais une part de moi n'arrive pas à pardonner. » Le fils et la mère devaient probablement discuter ensemble, mais Sydney pensa qu'Erwan ne ferait jamais le premier pas, alors. Elle va peut-être devoir pousser le destin. « Tu devrais lui dire. » Elle voyait bien que son frère n'était plus vraiment intéressé par cette conversation, enfin, elle voyait que cette conversation l'agacer et qu'il ne voulait pas continuer à parler de cela. Au moins, elle se félicita d'avoir un peu percé sa carapace, il lui en avait dit beaucoup pour aujourd'hui. Elle finit sa tasse de café et se dit qu'il serait temps de rentrer quand Erwan montra des signes fatigues. « Je vais aller me coucher... » Le ton était redevenu froid, mais elle lui fit tout de même un petit sourire comme quoi elle comprenait tout à fait. Elle aussi était fatiguée et avait bien envie de rentrer chez elle. « Merci encore pour ce soir. Je t'en dois une. » Il lui doit surtout ses 1 000 dollars, mais par pure sympathie, elle ne lui rappela pas ce petit détail. Il lui donna son numéro de téléphone sur un bout de papier. Surement pour qu'elle lui donne ses coordonnées bancaires. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas. » Elle ne put s'empêcher de lui sourire. Elle avait été heureuse de le retrouver, même si le contexte de la rencontre avait pu être meilleur. Dans sa tête elle remercia silencieusement le flic qui l'avait arrêté. Sans lui, leur retrouvailles n'aurait pas eu lieu. « Merci. » Merci de m'avoir invité chez toi et dit tout ça, voilà ce qu'elle voulait dire. Elle est plus que choqué quand il l'embrasse sur la joue et se retrouve sur le pas de la porte plus vite qu'elle n'avait pu réagir. Lui dire qu'elle était là, s'il avait besoin de quoi que soit ? Elle baissa la tête en scrutant ses chaussures puis se dit qu'il le savait. Il l'avait bien appelé aujourd'hui. Il savait qu'elle serait toujours là pour lui, quoi qui lui arrive. Elle n'avait pas besoin de lui faire de grands discours pour qu'il le sache. Elle regarda un instant le numéro, elle espéra que c'était bien le bon. Elle le rangea dans sa veste et se mit en route pour son appartement. Son petit ami ne devrait pas tarder à rentrer et elle avait hâte de le retrouver après ses quelques jours de séparation.

_________________

Smile at life
Better not look down, Cause it's gonna be a long way to fall, This is our last chance, And it's everything or nothing at all, Don't make me a fool, darling don't make me crawl ~byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What is your excuse ? (Erwan)

Revenir en haut Aller en bas

What is your excuse ? (Erwan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui s'explique, s'excuse, et qui s'excuse s'accuse. | Élodie de Froulay
» erwan no galerie
» Répartition d'Erwan Gourmelin (fiche refusée)
» BLÂME SÉVÈRE ET DEMANDE D'EXCUSE AU PRÉSIDENT MARTELLY PAR LE SÉNAT
» Galerie d'Erwan [oui c'est ma 4em galerie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 05 + POWER IT UP :: les rps-