AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

One more night [Bethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: One more night [Bethan] Jeu 20 Aoû - 13:48


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Cumuler deux emplois peut avoir des avantages et des inconvénients. Beth de son côté essayait plutôt de le voir comme un plus. Deux fois plus de collègues. Deux fois plus de chances de se faire des amis. Car si sa règle était de ne jamais mélanger les sentiments avec le travail, elle adorait par contre faire de ses collègues des amis plus ou moins proches. Les journées passaient plus vite, les fous rires n’étaient pas rares, et c’était bien plus simple de s’arranger avec ses horaires en cas de contretemps. Mais surtout, entretenir de bonnes relations avec tout le monde lui permettait de pouvoir fréquenter ces lieux en dehors de ses heures. Elle aimait passer au Marnie’s Coffee quand elle n’était pas de service pour manger un morceau de tarte, leur pâtissier était vraiment doué, et elle aimait passer des soirées tranquilles Fifty Seven, à écouter les nouveaux groupes et à profiter de l’ambiance du bar.

Ses amis venaient parfois l’écouter chanter. Le stress était toujours plus grand ces soirs-là alors qu’elle savait très bien qu’ils n’étaient pas là pour juger. Mais en perfectionniste qu’elle était, elle trouvait qu’elle chantait toujours moins bien devant des proches. Mais comme elle appréciait de les voir dans son monde, son univers, elle aimait réserver la banquette du fond du bar lors de ses soirées de repos pour profiter de leur compagnie et leur faire découvrir de nouveaux groupes de musique. Ce soir étaient déjà présents Caitlin, son ancienne  colocataire, et son petit ami Darren, Niels le danois, un ami d’enfance qui habitait la maison d’à côté à Fayetteville, qui avait voyagé un peu partout aux Etats-Unis pendant les dix dernières années, qu’elle avait perdu de vue, puis recroisé en ville il y avait moins de six mois et Sara, la jolie mais timide Sara, une des clients du café avec qui elle avait bien sympathisé et qu’elle espérait caser avec son ancien voisin aux airs de Viking. Erwan, son colocataire devait les rejoindre un peu plus tard.  Les premiers verres que le serveur avait posé sur la table étaient déjà vides depuis un certain temps, il était temps d’enchaîner sur les suivants. « Je me charge des commandes. » Beth zigzagua entre les personnes debout qui bougeaient sur la musique d’ambiance et accéda enfin au bar, un peu essoufflée. Il y avait déjà des personnes qui attendaient d’être servies, mais par chance pour la jeune femme, le barman l’avait aperçue et venait déjà vers elle. « Salut Ezio ! Dis tu peux me servir deux cosmo, trois Duff et un virgin mojito ? » « Tu as ramené du monde ce soir à ce que je vois … » « Oui, quelques amis. Depuis le temps que je leur parle du bar … certains n’étaient jamais venus avant. » Il commença par poser les deux bières sur un plateau. « Si tu m’embrasses sur la joue, je te fais tout à moitié prix … » L’italien avait toujours été taquin avec elle, ce qui ne la dérangeait pas le moins du monde. Mais ces derniers temps, il devenait plus insistant. Elle le trouvait même lourd par moment. « Ezio, on en a déjà parlé. Pas de plan drague entre nous, on est collègues point. » « Soit. » Il s’empara d’un shaker et commença à le remplir de vodka et de triple sec. « Au fait, je finis mon service dans une demi-heure … je pense que je vais me joindre à vous … » Comment lui faire comprendre que non, elle ne voulait pas vraiment qu’il se joigne à eux. Parce qu’il essayerait encore avec elle. Parce qu’il risquait d’essayer de draguer Sara aussi. « Hum … pour le coup, je ne préfère pas. Mais si tu veux demain soir, après ma partie, on ira boire un verre … » Il posa les deux verres à cosmo sur le plateau et y versa le cocktail qu’il venait de finaliser.  « Allez Beth, sois mignonne … » Il s’attaqua au dernier cocktail demandé, le virgin mojito de la jeune femme. « N’insiste pas. Ce soir, mes amis passent avant. » « Ça pourrait te dérider si je rajoutais un peu de rhum dans ton verre si ça se trouve … » « N’essaye même pas … » « Tant pis. Ta commande est prête. » La jeune femme se mit légèrement sur la pointe des pieds pour pouvoir plus facilement attraper le plateau, bien chargé avec ses cinq consommations, dans les bras. Ezio choisit ce moment délicat pour se pencher vers l’avant et lui attrapa le bras. « Un petit baiser pour me remercier de t’avoir fait passer avant les autres ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Jeu 20 Aoû - 21:26

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Si Erwan avait apprit une chose dans son existence, c'est que le bonheur est fragile comme le verre. Un faux pas et il se brise. Croire que les rires ne s’envoleront pas, que les sourires ne se dilueront pas dans le goût amer des larmes, c'est se bercer d'illusion. Je bois un verre avec des amis au Marnie's, si ça te dit. Depuis qu'elle est entrée dans sa vie, l'existence est plus douce. Beth insuffle un nouveau souffle chez lui. C'était peut être ça qui manquait à sa vie depuis un an: un nouveau départ, de nouveaux amis, un tout qui redémarre. Il s'était contenter de continuer sa vie, incapable de recommencer à zéro. Finalement, voir ses amis, passer du temps avec eu lui rappelait sans arrêt cet souffrance atroce au coin du coin, la perte inacceptable de l'être le plus important. Je serais là dans une petite heure. répond t-il. Pour la première fois depuis un bout de temps, il a envie de sortir, il ne fait pas l'effort à contre cœur pour éviter les supplications de Talia. Il se prépare, pas de chichis, ce n'est pas son genre, une douche, un brin de parfum et il prend la route. Quelques minutes seulement le sépare du lieu de rencontre. Sur la route, il s'allume une cigarette. Le paradoxe de son addiction à la nicotine est que cette sale habitude était devenu une bouffée d'air alors qu'elle avait plutôt tendance à le polluer. Arrivé devant, il écrase sa clope sur le trottoir. Il pousse la porte de l'établissement pour y découvrir une atmosphère chaleureuse. Une décoration atypique, simpliste mais envoutante. Les rires y ont leurs places. Il y a un monde fou en ces lieux. Son regard s'arrête sur la silhouette de sa colocataire. Dire qu'il ne la désire pas serait mentir, pourtant, il se contenterait de l'avoir dans sa vie sans rien demander de plus. Un sourire presque niaiseux se dessine sur son visage enfantin. Sourire qui disparait bien vite quand il voit ce type serrer son bras et le visage presque effrayé de la blonde. Se frayant un chemin à travers la foule, il s'approche. « Ca va ? » lâche t-il en regardant simultanément la jeune femme puis le barman. Son regard sombre se fait plus insistant sur l'homme d'allure latino. Mâte de peau, séduisant mais qui pense avoir le monde à ses pieds, incapable d'accepter un refus. Un cliché ambulant. « Vous devriez la lâcher je crois. » Il ne sait rien de la situation entre ces deux là, il pourrait être un ex un peu jaloux ou juste un gros lourd. De ce qu'il observe, la position de Beth est inconfortable et c'est tout ce qui compte pour le bel irlandais. Ce n'est pas comme ça qu'il avait imaginé la retrouver. Il pensait la voir entourée de ses amis. Il espérait secrètement qu'ils ne soient pas trop nombreux, Erwan n'est pas à l'aise en société depuis le décès de son ami. Il ne sait plus comment se comporter, c'est comme si la mort de son pote avait retirer toute sa joie de vivre. Il n'était pas comme ça avant. Il n'était pas si froid. Au contraire, c'était le premier à faire des conneries, à danser sur les tables, à proposer un karaoké et amuser la galerie. Tout était tellement différent, il était méconnaissable et ces amis le lui reprochait trop souvent. Une chance pour lui, Beth ne le connaissait pas avant tout ça et elle semble l'apprécier malgré tout.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Jeu 20 Aoû - 22:16


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Elle n’en crut pas ses yeux. Erwan, debout devant elle, arrivé de nulle part, le regard bien plus sombre que d’habitude. « Vous devriez la lâcher je crois. » Il tombait à pic pour le coup, car personne à leur table ne devait se douter qu’elle prenait bien plus de temps que prévu à revenir du bar avec les boissons. « Erwan, tout va bien. » Même si vue de l’extérieur, la situation ne devait pas renvoyer une image très positive de l’italien. Elle sourit à son colocataire pour tenter de le détendre. « Ezio est mon collègue, et il va me laisser ramener les commandes à notre table. » Il desserra son emprise sur le poignet de la jeune femme. «  De quoi il se mêle l’irlandais ? C’est qui lui ? Ton nouveau petit ami ? » Son petit ami ? Dans d’autres circonstances, elle aurait éclaté de rire. Elle appréciait énormément Erwan, malgré le peu de temps qu’ils se fréquentaient, mais elle n’imaginait pas vraiment qu’il pourrait se passer autre chose avec lui. Même si elle le trouvait plutôt beau garçon, il lui avait bien fait comprendre lors de sa première visite qu’elle n’avait pas à s’inquiéter qu’il ramène trop souvent quelqu’un chez eux, ou qu’il se mette en couple et la fasse se sentir de trop ces prochains temps. Mais maintenant qu’Ezio parlait de petit ami, Erwan allait peut-être pouvoir devenir la solution à son problème. Celui qui l’embêtait de plus en plus ces derniers temps car il dégradait quelque peu - c’était le moins qu’on puisse dire - la relation qu’elle entretenait avec le barman. Elle croisa intérieurement les doigts pour qu’il joue le jeu. « Tu me connais trop bien Ezio. T’as deviné tout de suite on dirait … » Elle jeta un œil discrètement dans la direction de son colocataire, pour être sûre qu’il n’allait pas battre en retraite. « C’est encore tout récent, donc je ne le crie pas sur les toits. En même temps, il vaut mieux que les clients ne le savent pas, ça rapporte plus de croire que la chanteuse du soir est célibataire. Pour mes pourboires surtout en fait ... » Elle était lancée. Mode menteuse activée. Tout pour qu’Ezio cesse de la draguer à tout va. « J’ai emménagé avec Erwan parce qu’on est ensemble en fait. Mais si tu pouvais ne pas trop le divulguer comme dit ... » Personne ne disait plus rien. S’il n’y avait pas eu de la musique en fond, et une centaine de personnes en train de discuter autour d’eux, ils auraient pu entendre une mouche voler. « Je ne vais pas t’empêcher de travailler plus longtemps, on va retourner s’asseoir. Je peux te laisser prendre le plateau Erwan et je te guide jusqu’à notre table ça te va ? » Sans vraiment lui laisser le temps de répondre, elle leva le plateau et lui posa dans les mains. En même temps il n’était pas très léger ainsi chargé et elle était bien contente d’avoir quelqu’un pour le porter.« Merci, t’es un amour. » Elle l’embrassa sur la joue, comme elle pourrait le faire avec un petit ami réel. « Bonne soirée Ezio, et à demain. Je serais là aux alentours de 21h30 je pense … » S’emparant du bras d’Erwan pour continuer la supercherie le plus longtemps possible, elle marcha à ses côtés et le dirigea vers le coin où ses amis étaient tranquillement installés sur la banquette. Quand elle se sut hors de portée du barman, elle fit une petite halte. Elle ne pouvait pas laisser son colocataire arriver à table sans lui avoir expliqué la folie qu’elle venait de faire. Il la prendrait pour une folle, c’est sûr. Elle lâcha son bras et soupira légèrement, avant de relever la tête et de laisser un grand sourire envahir son visage.« Désolée de m’être servie de toi. Mais je me suis dit que ce serait plus simple pour qu’il lâche l’affaire. Ezio peut être un peu lourd parfois … » Lourd, insistant, les qualificatifs ne manquaient pas pour décrire son comportement de ce soir. Il avait dû boire, c’est sûr. « Tu ne m’en veux pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Ven 21 Aoû - 15:15

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Il arrive, témoin d'une scène qui ne lui plait pas. Il se doit de réagir, l'instinct protecteur du mâle en lui prend le dessus sur tout le reste. « Ezio est mon collègue, et il va me laisser ramener les commandes à notre table. » Il agit en coq et si Beth n'avait pas calmé le jeu, il aurait pu en venir aux mains rapidement. Ces derniers temps, le contrôle qu'il a sur ses émotions est réduit à néant. A voir le bellâtre italien, il aurait perdu, plus musclé qu'Erwan, plus grand aussi. Il n'aurait pas hésité une seconde malgré l'inégalité du combat. «  De quoi il se mêle l’irlandais ? C’est qui lui ? Ton nouveau petit ami ? » Le regarde menaçant, Erwan a envie de lui en foutre une. Son collègue est un crétin doublé d'un abruti. Il s'apprête à répliquer, à lui expliquer que ce n'est pas une façon de se comporter avec une femme mais une fois encore sa colocataire prend la parole: « Tu me connais trop bien Ezio. T’as deviné tout de suite on dirait … C’est encore tout récent, donc je ne le crie pas sur les toits. En même temps, il vaut mieux que les clients ne le savent pas, ça rapporte plus de croire que la chanteuse du soir est célibataire. Pour mes pourboires surtout en fait .... » La suite, Erwan ne l'entend pas. Abasourdi par les mots qui sortent de la bouche, les bras ballant le long du corps, il se tourne vers elle. Égaré. Il doit avoir l'air bien bête. Son regard s'est adoucie, emprunt de stupéfaction face à un retournement de situation qu'il n'a pas vu venir. Il revient à lui quand elle pose le plateau dans ses mains. Un baiser vient souffler sur sa joue, délicatement. Son parfum l’enivre. Elle sent bon. Il ferme les yeux pour cet instant de courte durée. Déjà, elle l'entraine au loin, prenant son bras et il la suit comme une vulgaire marionnette. C'était quoi ce bordel ? « Désolée de m’être servie de toi. Mais je me suis dit que ce serait plus simple pour qu’il lâche l’affaire. Ezio peut être un peu lourd parfois … » La stupeur redescend comme s'il comprenait seulement maintenant la raison de ses agissements. C'était pourtant évident. Ces yeux ne brillent pas quand elle le regarde. Sa voix ne tremble pas et son cœur ne bat pas plus vite. Rien à voir avec ce qui lui est en train de vivre à ce moment précis. Ses yeux fixent ses lèvres, ce sourire le foudroie. Il comprend. Cette certitude au creux de son être: elle est celle qui l'arrachera à ses tourments. Il n'a pas grand chose d'autre à offrir en retour. « Tu ne m’en veux pas ? » Il hoche la tête négativement. Elle peut l'utiliser à son gré si c'est pour la protéger de ce genre de brutes. L'idée d'être son petit ami n'est pas inconfortable. Au contraire. Elle n'aurait qu'un pas à faire vers lui pour qu'il se lance dans l'aventure. « Tu devrais faire attention avec ce genre de mecs.  » Il juge abruptement, il ne sait rien de la relation entre eux. S'il est prêt à l'empoigner pour la convaincre, qui dit qu'il n'ira pas plus loin la prochaine fois. Personne n'est à l’abri du chaos. Même pas elle. Sa joie de vivre, son sourire et sa gentillesse ne la sauveront pas si elle n'est pas plus précautionneuse. Erwan ne sera pas toujours là pour jouer les petits amis transi. « Tu vas bien ? » finit il, véritablement inquiet pour elle. Le plateau toujours dans les mains, un sourire s'arrache à ses lèvres: « Tu comptes boire tout ça ? » Il sait bien que non mais l'atmosphère est devenu lourde, chargé d'une électricité qu'il n'apprécie pas.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 23 Aoû - 11:19


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Une fois passée la stupeur du comportement étrange de Beth, et après les explications de son geste, Erwan semblait effectivement un peu plus à l’aise. Ouf, elle avait eu un instant peur qu’il ne la prenne pour une folle, et qu’il regrette de l’avoir acceptée en tant que colocataire. Elle aurait peut-être dû lui expliquer qu’il lui arrivait de jouer aux faux- couples avec ses amis, masculins ou féminins d’ailleurs, pour se sortir de situations délicates. Mais pas ce soir, demain, à tête reposée, autour d’un bon petit-déjeuner. « Tu devrais faire attention avec ce genre de mecs. » Le voilà qui jouait les protecteurs. Elle ne put s’empêcher de sourire. Beth le trouvait attendrissant à ce moment. « Ezio n’est pas méchant. Un peu lourd parfois j’avoue. Mais il m’a déjà aidée plus d’une fois à me débarrasser d’un client un peu trop collant en fin de soirée. En ce moment, il n’a pas trop la forme … je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs … » Elle ne pouvait s’empêcher de le défendre. Elle le considérait comme un ami, certes moins proche que Caitlin ou Erwan dans quelques semaines - elle l’espérait –, et  ils se rendaient des services pratiquement depuis que la jeune femme travaillait au Fifty Seven. « Tu vas bien ? » Elle avait beau le rassurer, il continuait de s’inquiéter pour elle. Un peu comme un grand frère sauf qu’elle ne connaissait pas vraiment ce type de relations vu qu’elle était fille unique. Ce qui l’avait un peu dérangée plus jeune, mais elle pouvait à présent jouer elle-même à la grande sœur attentionnée avec son amour de petite-fausse-demie-sœur. « Mais oui, ne t’inquiète donc pas. Il s’excusera demain et se sentira bien bête, je le connais bien. » S’il pouvait se détendre un peu … Il sembla se rendre compte qu’il en faisait peut-être un peu trop, car son visage s’éclaira d’un coup. « Tu comptes boire tout ça ? » La musique commençait à devenir un peu plus forte, communiquer devenait plus compliqué. Il fallait soit parler plus fort, au risque de faire participer toutes les personnes alentours en cas de baisse impromptue de la musique, soit se rapprocher de son interlocuteur. Ce fut la deuxième solution que choisit Beth. « Je ne bois pratiquement pas d’alcool, je ne t’avais jamais dit ? » Ils n’avaient pas vraiment eu l’occasion de passer beaucoup de soirées ensemble, la faute aux horaires complètement farfelus de la jeune blonde. « Je préfère les mojito en mode virgin, bien meilleurs. » Elle se rendit compte qu’il n’aurait pas de verre devant lui quand ils prendraient place dans leur coin, mais il n’était pas vraiment question de retourner au bar pour le moment. Même s’ils s’approchaient d’un autre vendeur, Ezio les verrait et se rapprocherait à nouveau. Elle enverrait Niels lui chercher une bière dans quelques minutes. Elle aurait mieux fait de l’envoyer tout de suite d’ailleurs, ça aurait pu éviter ce moment un peu délicat, penser que les choses iraient plus vite avec elle n’était pas l’idée du siècle. « Viens, on va les rejoindre. Si ça peut le rassurer, j’ai aussi demandé à une amie de venir ce soir, qui ne connait personne non plus. Je comptais tenter de la faire se rapprocher de mon Viking, mais si tu la trouves à ton goût … » Elle lui avait vite fait un petit topo sur qui elle avait invité, pour qu’il se sente plus à l’aise. Venir à une soirée avec un groupe déjà formé n’était jamais évident. Il y avait toujours des appréhensions, des doutes, des envies de faire machine arrière. Elle jeta un dernier coup d’œil vers le bras tout en passant sous bras sous celui de son colocataire, dans l’idée de l’emmener au fond de la salle. « Mince il regarde par ici … qu’est-ce qu’on pourrait … embrasse-moi ! Sur la joue ou dans le cou … ce qui le fait le mieux … »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 23 Aoû - 12:05

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Il n'est pas convaincu par ses explications, c'est un sale type, il le sent. C'est peut être une forme de jalousie qui s'empare de lui et dramatise une situation visiblement réglée mais il n'en a nullement conscience. Elle s'approche et murmure à son oreille, ce qui a pour effet de l'emmener dans une autre dimension. Que peut bien avoir cette fille que les autres n'ont pas pour lui faire ressentir tout ça. « Je ne bois pratiquement pas d’alcool, je ne t’avais jamais dit ? Je préfère les mojito en mode virgin, bien meilleurs. » Il ne s'attarde pas sur ce détail, ça la regarde. Il ferait bien mieux de prendre exemple sur elle pour le coup. Ces cuites sont de plus en plus fréquentes. Il a sombré au fil des mois un peu plus dans l'alcoolisme et il ne se rappelle pas avoir passer plus de trois jours sans consommer d'alcool. Ce soir ne fera pas exception à la règle. La mort de son amie avait prit le dessus, sournoise et déloyale. Il avait rendu les armes il y a longtemps, abandonnant sa santé. Parfois même, il se surprenait à faire preuve de lâcheté, parfois même, il aurait aimé être dans cette voiture ce jour là et succomber lui aussi. Il n'a parlé de tout ça à Beth, ce mal être qui le ronge, il arrive à dissimuler, duper la belle blonde parce qu’entre amis, il est bien parfois de ne pas tout se dire. Surtout parce qu'il ne veut surtout pas qu'elle le regarde avec cette pitié dans les yeux. Ca l’achèverait.  « Viens, on va les rejoindre. Si ça peut le rassurer, j’ai aussi demandé à une amie de venir ce soir, qui ne connait personne non plus. Je comptais tenter de la faire se rapprocher de mon Viking, mais si tu la trouves à ton goût … » Un sourire étire ses lèvres. Elle est en train d'essayer de le caser. « Et je fais comment pour jouer les petits amis et draguer en même temps ? » dit il, taquin. Pour ne pas dire qu'il n'a aucune envie de séduire son amie. « Mince il regarde par ici … qu’est-ce qu’on pourrait … embrasse-moi ! Sur la joue ou dans le cou … ce qui le fait le mieux … » Ca l'amuse cette histoire, il pose le plateau qui est dans ses mains depuis tout à l'heure sur une table adjacente, se foutant pas mal que ça dérange les occupants et son regard se plante dans celui de Beth. Effleurant sa joue de sa main, les lèvres d'Erwan se posent directement sur celle de sa colocataire avec la lenteur d'une caresse. Un frisson parcourt son échine, se heurte contre sa nuque, tandis que son cœur s'emballe, réveillant en lui des sentiments qu'il pensait perdus depuis longtemps. Il en fait trop, il en rajoute volontairement pour emmerder le barman et achever de le convaincre que Beth ne sera jamais sienne mais ce n'est pas tout, il se délecte de cet instant, ce baiser doucereux, il n'a aucune envie de le rompre. C'est à l'instant où quelque chose se réveille dans son pantalon qu'il recule. Il manquerait plus qu'elle s'en rende compte. Il ne peut pas s'éprendre d'elle. L’aimer, se serait s’enfoncer un poignard dans cet organe pulpeux qui permet d’exister, puisqu'elle est assez claire depuis le début, elle ne ressent pas la même chose. Il est un peu retourné, il lui faut quelques secondes pour reprendre ses esprits et reprendre forme dans ce contexte étrange. Jouer les faux petits amis, duper ce barman accaparent. « Ca devrait suffire à le comprendre, tu ne crois pas ? » dit il finalement, reculant d'un pas.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Lun 24 Aoû - 22:31


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
«  Et je fais comment pour jouer les petits amis et draguer en même temps ? »  La jeune femme ne put retenir un sourire. « Je ne pense pas qu’Ezio aura le temps de se promener dans tout le bar pour nous surveiller. Il y a tellement de monde à servir ce soir, c’est les samedis qu’on fait le plus de recettes … au pire, on changera d’endroit … »  Elle l’attira légèrement vers le fond de la salle. Ses amis devaient commencer à s’inquiéter du temps qu’elle mettait à revenir. Elle s’étonnait même qu’il n’y ait pas déjà eut une expédition pour partir à sa recherche. Taquine, elle continua de chercher un peu Erwan. « Mais attends de voir Sara avant de dire que tu ne veux pas draguer ce soir … »  Sa bonne humeur, qu’elle avait un peu perdue à cause d’Ezio, était en train de revenir. Hors de question de le laisser gâcher sa soirée. Et s’il continuait demain, elle n’hésiterait pas à gentiment lui faire la morale. Après tout, son « petit ami » n’avait pas apprécié la situation. Sauf qu’elle lança un dernier coup vers le barman, et qu’elle le vit les chercher du regard. Ils faisaient beaucoup moins petit couple tout de suite. Il fallait réagir. Rapidement. Elle proposa à Erwan de lui embrasser la joue. Sauf qu’il décida de se montrer plus acteur qu’elle ne l’était. Elle s’attendait à ce qu’il pose ses mains dans son dos ou autour de sa taille pour l’attirer à lui, un peu comme dans les films où les personnages principaux doivent parfois en faire plus pour donner le change, mais il la surprit par la douceur de ces gestes. Sa main frôla légèrement sa joue avant de se poser à la naissance de sa nuque, et au lieu de suivre ses idées, ses lèvres se posèrent sur les siennes, à peine quelques secondes, mais qui semblèrent bien plus longues à la jeune femme en réalité. Quand il s’écarta d’elle, elle eut toutes les difficultés du monde à redescendre les pieds sur terre, se souvenir d’où elle était et ce qu’elle faisait. «  Ça devrait suffire à le comprendre, tu ne crois pas ? »  Ses joues devenaient être devenues bien rouges, elle les sentait toutes chaudes, mais espérait que la pénombre du lieu pourrait camoufler son trouble. Piégée à son propre jeu, voilà la réalité. Jouer les faux-couples risquait un jour de se retourner contre elle, elle le savait, mais essayait de faire taire la voix de la raison à chaque fois. Peut-être aurait-elle du continuer son jeu avec des amis plus proches, avec moins de risques d’attachement, qu’avec son nouveau colocataire dont elle ne connaissait en réalité pas grande chose. « Euh … oui, on devrait avoir la paix pour la soirée. » Elle se retourna quelques secondes, le temps de fermer les yeux et de souffler, de laisser rebaisser les battements de son cœur. « Je ne te savais pas si bon comédien. » Elle lui fit à nouveau face, un sourire sur les lèvres. Elle se pencha pour récupérer le plateau qu’il avait posé sur une table voisine quelques instants plus tôt. « On ... on va rejoindre les autres ? » Elle avança un peu vite, comme pressée de ne plus être seule avec Erwan. Mais arrivée, à la table une surprise l’attendait … Son objectif de la soirée avait été atteint, Sara et Niels s’étaient rapprochés. Plus que dans ses espérances d’ailleurs, ils s’embrassaient à présent à pleine bouche. Dire que quand elle les avait quittés, ils discutaient timidement du programme du prochain festival de musique. Enfin, il lui semblait. Quant à Caitlin et Darren, ils devaient se sentir un peu seuls et s’étaient tout simplement éclipsés, laissant un petit mot griffonné sur un coin de serviette, dont la jeune femme se saisit après avoir déposé le plateau pour le déchiffrer. « Avons laissé les nouveaux amoureux entre eux. Tu semblais bien occupée aussi. On vous laisse. Bonne soirée. C & D » L’air bête, le carré en papier toujours en main, elle se retourna vers son colocataire. Niels et Sara ne semblaient pas encore avoir remarqué leur retour. « Euh … tu … tu veux rester ou … ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Lun 24 Aoû - 23:32

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
 « Mais attends de voir Sara avant de dire que tu ne veux pas draguer ce soir … » Elle lui arrache un sourire d'une sincérité troublante. Depuis qu'elle est entrée dans sa vie, c'est plus fréquent, il se surprend même à ressentir ce à quoi il ne croyait plus depuis longtemps: le bonheur. Peut importe qui est cette Sara, il se sentirait mal à l'aise à l'idée de draguer une de ses amies, surtout devant elle. Il a bien comprit que ces chances de la séduire étaient compromises, qu'il allait probablement s'enfoncer une fois de plus dans la case 'bon copain' mais tant pis, il ne voulait pas ruiner la possibilité qu'elle s'intéresse à lui. D'ailleurs, s'il était là ce soir, c'était pour la voir elle, pas cette Sara. Histoire de faire fuir Ezio une fois pour toute, il l'embrasse. Il respire à peine. Ses jambes flageolent comme si elles hésitaient entre s’effondrer et s’accorder. Il ne montre pourtant rien extérieurement. Il recule, déstabilisé par ce baiser qu'il a trop apprécié pour que ça soit sain. Bien incapable de détourner les yeux des siens. Depuis toujours, il avait cru les voir noisettes dans la pénombre du bar dans lequel elle chante parfois mais ils tirent en réalité sur le vert. Il tente un peu d'humour pour détendre l'atmosphère devenue électrique. « Euh … oui, on devrait avoir la paix pour la soirée. » Il l'espère aussi. Si ce type continu d'être aussi lourd, il n'est pas sur de réussir à se contenir très longtemps. Un regard satisfait en direction du bar, il va jusqu'à provoquer son adversaire en lui offrant un clin d'oeil bien placé que Beth ne voit pas puisqu'elle tourne le dos. Pas sur qu'elle apprécie ce comportement pour le moins puéril. Et puis, elle n'est pas plus à Erwan qu'elle n'appartient à ce barman. Sauf que les seuls détenteurs de ce secret sont les deux colocataires. « On ... on va rejoindre les autres ? » Il hoche la tête mais elle ne le voit même pas, elle est déjà partie devant, prête à rejoindre ses amis, bien occupés apparemment. « Euh … tu … tu veux rester ou … ? » Il sourit et lance, taquin: « Je crois que mes chances de séduire Sara sont réduites à néant. » Elle a les joues rosies. La chaleur ambiante, il y a un monde fou dans cet endroit. « Je vais aller fumer, tu m'accompagnes ? » Ca leurs laissera le temps de reprendre un peu leurs respirations à ses deux là. Il la guide vers un couloir étroit, au delà des toilettes, puis il pousse la porte qui les mène vers le coin fumeur. Ils sont dans une impasse, enfermés, retirés dans un coin. « Tu es toujours une si bonne entremetteuse... Tu devrais peut être changer de métier ? » Il tire une cigarette de son paquet et le tend à la jeune femme. Il n'a pas souvenir de l'avoir vu fumer à l'appartement mais peut être fait elle partie de ses personnes qui se contentent d'en allumer une en soirée. Il range finalement le paquet dans la poche arrière de son jean et alors qu'il s'apprête à allumer la cigarette qu'il tient entre ces dents, un homme derrière lui le pousse et son équilibre précaire l'envoie directement dans les bras de la jeune femme. Une odeur agréable émane d'elle, il se perd quelques secondes dans sa longue chevelure avant de se relever, visiblement gêné. « Désolé... » Dire qu'il a perdu sa cigarette en lambeaux dans la bataille. Gêné, il lui adresse un sourire timide et il sort une nouvelle clope, et celle là, il parvient à l'allumer.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Mar 25 Aoû - 13:29


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
«  Je vais aller fumer, tu m'accompagnes ? » Bonne idée. Prendre l’air lui permettre de revenir complètement sur terre, se remettre de ses émotions, et surtout, de la rafraîchir. Elle avait toujours cette impression d’avoir les joues en feu. La chaleur qui régnait dans le bar n’arrangeait pas les choses. « Je te suis. » Elle saisit une des deux bières et son virgin mojito, à présent posés sur la table basse. Hors de question de les oublier vu l’aventurer que venait de se dérouler pour les rapporter jusqu’ici. Elle se laisse guider dans une petite ruelle par Erwan, bien qu’elle connaisse surement mieux les lieux que lui. Il n’y a qu’une autre personne dehors à part eux. Le silence, relatif puisqu’ils étaient en plein centre-ville, disons l’ambiance plus calme, était bien plus qu’agréable. Elle avait laissé son blouson au vestiaire, mais elle n'avait pas froid. «  Tu es toujours une si bonne entremetteuse ... Tu devrais peut être changer de métier ? » Elle fit non de la tête. «  Détrompe toi, ça marche rarement de jouer les entremetteuses. » C’était connu. Elle posa leur boisson sur un bout de muret pour ne plus les porter. «  Les copines que j’essaye de caser finissent le plus souvent la soirée avec une toute autre personne que celle avec laquelle je les imaginais. » Elle réfléchit pendant quelques secondes. « Je me demande même si ce soir n’est pas l’une des premières fois que j’arrive à faire s’embrasser deux personnes qui ne se connaissaient pas au début de la soirée. » Erwan sortit son paquet de cigarettes de la poche arrière de son jean et lui en proposa une. Elle ne fumait pas. Elle avait essayé pendant l’adolescence, comme beaucoup de monde, mais n’avait pas aimé la sensation et le goût que la fumée âcre avait laissé dans sa gorge. Il allait allumer la sienne quand l’homme qui était à l’extérieur avec eux, visiblement un peu éméché, trébucha avant d’atteindre la porte et cogna le jeune homme, qui atterrit dans les bras de Beth. « « Hé ! » Rapprochement non prévu qui fit rougir à nouveau les joues de la jeune femme. L’individu était déjà retourné dans le bar. «  Désolé... » « Y’a pas de mal. » Heureusement que les boissons étaient posées, ils auraient été trempés sinon. Et que le mur l’avait soutenue, ils auraient fini par terre, lui sur elle à même le sol. « On a la ruelle pour nous maintenant. » La blonde songea à instant à bloquer la porte avec un pavé, pour avoir la paix. Que personne ne les importune, mais elle ne savait pas comment Erwan allait prendre son geste. Il valait mieux éviter, tout était question à mauvaise interprétation ce soir elle avait l’impression. Elle sourit légèrement avant de prendre place à son tour sur le muret. Pendant que son colocataire sortait une seconde cigarette et la portait à ses lèvres une fois allumée, elle tendit le bras pour prendre son verre en main et en but une gorgée. Elle fit une légère grimace. Ce n’était pas vrai, Ezio avait mis du rhum dedans. Quel imbécile ce soir ! « Ce ne sera décidément pas la soirée du siècle … » Elle était un peu déçue, elle avait vraiment envie de lui faire rencontrer ses amis, de l’intégrer davantage à son monde. Elle le connaissait assez peu au final. Que les banalités. Elle avait l’impression qu’il y avait quelque chose de triste en lui, un deuxième être qui avait souffert. Tout le monde avait ses fantômes. Elle aussi. Ce n’était pas parce qu’elle n’avait pas fait de cauchemars ces dernières semaines qu’elle avait réussi à oublier qu’elle avait causé un accident qui avait surement blessé, voire causé la perte d’au moins une personne. Deux abimés de la vie dans une ruelle un peu glauque un samedi soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Mar 25 Aoû - 18:52

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
La douleur, il avait finit par s'y habituer, une compagne indésirable qui le suivait. Cette peur que quelque chose de terrible va encore lui tomber sur la gueule. C'était omniprésent. Chaque instant de solitude le plongeait dans un désarroi immense. Il tente de convaincre, il promet qu'il va bien à tout va, mais personne ne le croit vraiment. Certains s'en contente et ne s'acharnent pas sur son cas, d'autres, plus redoutables essayent d'exorciser ces démons, sa peine. En vain. En parler, crier, pleurer, ça ne changera rien. Noah est partie et rien ne le ramènera en vie. Il lui manque tellement qu'il a l'impression de vivre dans un vide immense. Parfois, son absence pèse sur son moral à tel point qu'il rêverait de s'endormir et ne jamais se réveiller puis, il y a des journées plus douces. Des moments où la vie lui semble moins fragile, que le jeu en vaut la chandelle. C'est une de ses soirées. En tête à tête avec elle, seuls dans cette ruelle où le crépuscule est tombé, la gêne s'installe doucement. Après un baiser hasardeux et un rapprochement non recherché, l'ambiance s'est largement électrifiée. « Y’a pas de mal. » Il sent son cœur s’emballer. Effet secondaire de l’alcool ? Impossible, il n'en a pas avaler une goutte aujourd'hui. « On a la ruelle pour nous maintenant. » Le silence, le calme, celui qu'il redoute, d'habitude perturbé par des souvenirs douloureux, il semble enfin l'apprécier. Il tire une première taffe sur la cigarette qu'il vient d'allumer et de la fumée blanche s'échappe de ses lèvres. Il prend soin de la rejeter le plus loin possible de son interlocutrice. « Ce ne sera décidément pas la soirée du siècle … » dit elle tandis qu'une grimace inonde ce visage angélique quand elle porte la boisson à ses lèvres. « Ton cocktail n'est pas bon ? » demande t-il, perplexe. Il récupère la bière de sa main libre, celle qu'elle a gentiment prit pour lui et la porte à son gosier. Les iris bleus incandescents du bel irlandais se plantent dans ceux de sa colocataire. Elle lui plait, ce depuis le premier jour, depuis l'instant même où sa voix a résonné dans l'enceinte du bar. Un truc qu'il ne saurait pas expliquer avec des mots. Comme une évidence. A ses côtés, il agit naturellement, il n'a pas besoin de feindre ou encore de duper son monde. Peut être parce qu'elle ne sait pas qu'il est brisé. « Le défaitisme ne te va pas si bien. » ajoute t-il dans un sourire timide. Elles respire la bonne humeur cette nana. La simplicité, la sérénité de ce moment m'enivre. Il préfère de loin la voir sourire, trop joyeuse pour paraitre malheureuse, il ne se doute pas qu'elle cache des cailloux dans ces chaussures. Elle cache bien son jeu. « Surtout qu'elle commence à peine. » Et puis, elle avait réussi à réunir deux de ses meilleurs amis ensemble. C'est un beau début non ? Le seul hic c'est ce crétin de barman dans le fond. Pourtant, il réalise que sans lui, il n'aurait jamais pu sentir la chaleur de la blonde contre lui, la sensation délicate de ses lèvres contre les siennes. Il devrait presque le remercier. Il termine rapidement sa cigarette et l'écrase contre le mur avant de la fourrer dans la poche de son jean, à défaut de poubelle. « Tu veux rejoindre tes amis ? » demande t-il, poli. Il pourrait bien passé sa soirée seul avec elle, ça ne le gênerait pas.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Jeu 27 Aoû - 21:53


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Un mètre les séparaient. Erwan était debout, en face d’elle, une cigarette entre les doigts, qu’il portait de temps en temps à ses lèvres. Elle était assise, son verre à la main, réfléchissant à la tournure que prenait la soirée. Pas vraiment ce qu’elle imaginait. Elle les avait imaginé rire tous les six, un peu danser, discuter pour apprendre à se connaître, écouter le son de ce nouveau groupe dont tout le monde parlait comme d’une révélation, peut-être terminé par chanter si un karaoké s’organisait en  fin de soirée. Finalement, les six compères du début, en comptant son colocataire, s’étaient scindés en trois groupes distincts : un couple devenu colocataires, concubins mêmes, deux personnes étrangères il y avait encore une heure qui pouvaient tout à fait former un couple dans la soirée s’ils se trouvaient à leur goût, littéralement, et les deux dernières personnes, jouant au faux couple pour avoir la paix mais n’étant que des colocataires depuis même pas quinze jours. Une belle brochette. Et un mauvais mojito. « Ton cocktail n'est pas bon ? » « Ezio y a mis du rhum. » Elle reposa son verre sur le muret. Elle n’avait pas vraiment envie d’en boire plus. S’il continuait à agir en parfait imbécile, elle allait devoir parler de son comportement à Chance. Elle espérait ne pas devoir en arriver juste là … « Il m’arrive de boire du vin, ou une bouteille de bière de temps en temps … mais les alcools forts … sont trop forts pour moi. » Parfois, elle se demandait si effectivement elle n’aimait pas ce genre de boissons ou si elle préférait s’en persuader parce qu’elle n’avait pas envie de perdre le contrôle sur elle-même. Toutes les filles aiment les cocktails apparemment après tout. Elle poserait le sien sur la première table sur son passage en retournant dans le bar. Elle n’avait même pas envie d’aller se plaindre de suite. « Le défaitisme ne te va pas si bien, surtout qu'elle commence à peine. » Bethany sourit, il commençait déjà un peu à la cerner. Elle était plutôt du genre bout en train, le genre de filles à voir le côté positif dans toutes les situations, celle qui donnait facilement des secondes chances car elle n’aimait pas les aprioris. « Ce n’est effectivement pas dans mes habitudes de l’être … » Raison de plus pour se ressaisir. Elle prit appui sur ses genoux pour se redresser et faire complètement face au jeune homme. « Je peux ? » Elle lui emprunta sa bière des mains pour en boire une gorgée avant de la lui rendre. « Tu veux rejoindre tes amis ? » Elle n’était pas sûre qu’ils aient remarqué leur absence. « Non. Pas vraiment. J’enverrais un sms à Niels un peu plus tard je pense. » Autant les laisser seuls, qu’ils puissent conclure plus facilement s’ils en avaient l’envie, qu’ils puissent s’éclipser sans avoir à se justifier. Elle demanderait un compte-rendu de la soirée dans le week-end, elle restait curieuse de savoir quel avait été l’élément déclencheur de leur rapprocher, et surtout, elle voulait les entendre la remercier de les avoir fait se rencontrer. Juste pour son égo. « J’ai envie de changer d’air. Et si toi tu me faisais découvrir un endroit que tu aimes bien ? » Sortant un élastique d’une des poches de son jean, elle attacha ses longueurs ondulées en un chignon flou pour libérer sa nuque. « On passe juste récupérer mon blouson au vestiaire, et je te suis où tu veux … » Elle avait envie de se laisser surprendre ce soir. De bousculer ses habitudes un peu trop établies. Et surtout, de découvrir son colocataire autrement que dans l’intérieur de leur salon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Sam 29 Aoû - 13:38

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
« Ezio y a mis du rhum. » Sérieusement mais c'est quoi ce mec, un vrai gamin. Il ne comprend pas qu'elle puisse s'intéresser à un type de ce genre, elle est tellement plus mature, plus... Il n'en sait trop rien mais la simple idée que Ezio pose ses mains sur sa colocataire lui glace le sang. Il s'abstient de tout commentaires, il a bien saisit tout à l'heure que le sujet était sensible et puis -malgré le jeu dangereux qu'ils ont débutés tout à l'heure- il n'est ni son petit ami, ni son frère et n'a donc aucune raisons de se montrer aussi protecteur n'est ce pas ? « Il m’arrive de boire du vin, ou une bouteille de bière de temps en temps … mais les alcools forts … sont trop forts pour moi. »« Tu as peur de perdre le contrôle ? » demande t-il du tac au tac. Avant, il se modérait pour cette raison. Maintenant, il s'en foutait de perdre le contrôle, il s'en foutait de beaucoup de choses à vrai dire, la vie n'avait plus la même saveur et les boissons alcoolisés étaient souvent un doux remède face à la douleur qu'il ressent. Le temps de quelques heures en tout cas. Il s'avère que la jolie Beth est elle aussi un remède efficace. Il demande finalement si elle veut retrouver ces amis, après tout, elle était là pour eux et elle avait gentiment demandé à Erwan s'il voulait se greffer à la soirée. Tandis qu'elle prend une gorgée de bière -qu'elle avait payé-, il la regarde, amusé et attendrie. Elle lui fait un bien fou et elle ne s'en rend même pas compte. « Non. Pas vraiment. J’enverrais un sms à Niels un peu plus tard je pense. J’ai envie de changer d’air. Et si toi tu me faisais découvrir un endroit que tu aimes bien ? » Elle lie ses cheveux dans un chignon en ajoutant: « On passe juste récupérer mon blouson au vestiaire, et je te suis où tu veux … » Ils retournent tout deux à l'intérieur afin qu'elle récupère sa veste et Erwan se permet de poser une main sur sa hanche lorsqu'ils arrivent près du bar. Il se dit qu'elle comprendra la supercherie, loin de lui l'idée de profiter de la situation, il ne supporte juste pas le fameux Ezio et rêverait de lui clouer le bec une bonne fois pour toutes. Une fois dehors, sa main n'a plus de raisons d'être et il la retire après de prendre à droite. Il sait très bien où il va l'emmener. Quelques rues plus loin. Il ne leurs fallut que quelques minutes pour arriver devant l'immense bâtiment, l'un des plus grand de la ville, celui où il travaille: pharma ludsen. S'il y a accès la nuit, c'est parce qu'il est d'astreinte en cas de soucis informatique. Chose qui n'arrive jamais. Il pousse la porte d'entrée et file vers le distributeur automatique avant de se tourner vers Beth: « Tu veux quoi ? » Il avait l'habitude de faire ça avec Noah et Talia à l'époque. Du haut de l'immeuble qui surplombe toute la ville, la vue est proche de la perfection. Pour le moment, elle doit bien se demander où je veux l'emmener, elle n'a pourtant pas l'air inquiète. Ceci dit, ça ne le surprend pas, elle est du genre à donner sa confiance en fermant les yeux. C'est vrai quoi, elle ne le connait pas beaucoup son colocataire, il pourrait très bien être un tueur en série.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 30 Aoû - 11:29


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
« Tu as peur de perdre le contrôle ? » Lisait-il dans ses pensées ? « Quelque chose comme ça. » Elle n’en dirait pas plus. Non, elle ne voulait pas perdre le contrôle. Elle avait vécu le fait de ne rien maitriser une fois dans sa vie, pas à cause d’une soirée trop arrosée, juste à cause de trop de fatigue accumulée, et il était hors de question qu’un second événement la ronge de l’intérieur. Elle n’avait parlé de l’accident à personne, pas même à ses parents. Le garagiste à qui elle avait confié sa voiture croyait qu’elle avait bu un coup de trop et qu’elle s’était trompée de pédale avant de foncer dans un mur, tout comme le médecin qu’elle avait consulté pour des douleurs dans la nuque. Tant de mensonges accumulés qui la rongeaient. Juste parce qu’elle n’avait pas su garder les yeux sur la route si près de l’arrivée. Erwan lui demanda si elle voulait retourner dans le bar, elle lui avoua qu’elle n’en avait plus très envie. Elle sentait que le fait de ne pas continuer la soirée au Fifty Seven lui convenait, l’effet Ezio certainement. Elle sentit son regard sur eux alors qu’ils passaient devant le bar en direction de la sortie. Erwan semblait bien avoir cerné le personnage, puisque sans un mot, il glissa sa main gauche le long de sa hanche, elle se colla à lui et sentit son souffle se rapprocher de sa nuque. Bon acteur, il était parfait. Trop bon acteur ? Il y avait de la queue devant la préposée au vestiaire, une rouquine qui ne travaillait que depuis quelques jours et que Beth connaissait à peine se débattait avec un cintre. La pauvre semblait avoir du mal à tout gérer toute seule. Au lieu d’attendre sagement son tour, la jeune blonde se faufila par les coulisses pour récupérer son blouson, avant de glisser un « bon courage » accompagné d’un grand sourire à sa nouvelle collègue en signe d’encouragement. Une fois dehors, elle se laissait entraîner par son colocataire sans se poser de questions. Ils marchaient côté à côté sans échanger un mot. Elle ne lui avait pas demandé ce qu’il avait dans la tête, elle se laissait tout simplement guider. Mais elle ne put cacher son étonnement de se retrouver quelques minutes plus tard devant l’immeuble qui contenait les locaux de Pharma Ludsen. Elle savait qu’il y travaillait dans le service informatique, il le lui avait dit lors de leur première rencontre. Mais tout était fermé à cette heure-ci. Etait-ce une étape ? Voulait-il juste longer l’immeuble avant de filer vers l’ouest ou le sud ? Beth le vit s’approcher de la porte d’entrée et l’ouvrir avec son badge. L’obscurité cachait ses traits, il ne la verra pas froncer les sourcils. Un immeuble, entièrement vide, en plein milieu de la nuit, c’était plus glauque non ? Elle s’attendait à un bar, un restaurant, un théâtre, tout sauf ça finalement. Mais docilement, elle continua de le suivre. De nature optimiste, elle fait confiance aux gens. Aucune raison qu’il ne la coince dans un coin pour la violer. Il fit une pause devant un distributeur automatique. « Tu veux quoi ? » Les gens ne se rendent compte qu’ils ont faim que lorsque quelqu’un leur propose à manger, c’est drôle. « J’ai envie de sucré … mais je n’ai pas de monnaie sur moi … » En soirée, elle avait pris l’habitude de troquer son énorme sac à main dans lequel il y avait bien trop de choses vu son poids, pour une pochette qu’elle portait en bandoulière, dans laquelle elle glissait juste son portable, ses clés, sa carte d’identité et un ou deux billets de banque suivant le contenu de la soirée. Son imposant portefeuille restait toujours bien sagement dans son sac « de jour ». « C’est bien la première fois qu’on m’emmène dans ce genre d’endroit ... » Elle laissa son regard vagabonder un peu partout autour d’elle, il faisait sombre, on ne voyait pas grand-chose. Elle n’avait pas peur du noir, mais n’aurait pas été contre un peu de lumière. En même temps, pas sûr qu’ils resteraient seuls et tranquilles bien longtemps si l’envie leur prenait d’illuminer tout le building. Elle fit un peu en direction d’Erwan, pour se rapprocher de lui et de la faible lumière qu’émettait le distributeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 30 Aoû - 16:26

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Perdre le contrôle hein ? Il connait trop bien ce sentiment pour ne pas le déceler chez les autres. Il n'a laissé aucune place à ses sentiments cette dernière année, parce que s'il laisse la douleur s'insinuer dans son cerveau un tant soit peu. Il finira par en crever. C'est déjà bien assez compliqué comme ça alors qu'il est en charge de ses émotions. Les gens n'ont pas arrêtés de dire à Erwan qu'il devrait pleurer une bonne fois pour toutes, essorer ce grand corps triste pour enfin pouvoir tourner la page. Pas oublier, mais réussir à vivre avec sans devoir picoler ou avoir envie de crever. Puis il y a les phrases bateaux: la vie continue, il sera toujours dans ton cœur, secoue toi. Il y arrive pas Erwan. Il est peut être trop faible. Il pousse la porte de l'endroit où il bosse, peu de chance qu'ils se fassent coincé. Et puis si jamais quelqu'un lui pose une question, il trouvera bien un subterfuge pour s'en sortir sans égratignure, il est devenu très fort dans l'art du mentir-vrai. Il trompe. Il dissimule. « J’ai envie de sucré … mais je n’ai pas de monnaie sur moi. » Il sort son portefeuille de la poche arrière de son jean et insère les pièces les unes après les autres pour sortir des trucs tous plus chimiques que les autres de la machine. « C’est bien la première fois qu’on m’emmène dans ce genre d’endroit ... » Sans la regarder et en continuant son bazar il répond:  « Tu voulais découvrir un endroit que j'aime. » Les bras pleins de trucs, il en file un ou deux à sa colocataire qui s'approche doucement. « Viens » dit il en rejoignant l'ascenseur. En temps normal, il prend l'escalier pour éviter de croiser ses collègues et discuter avec eux mais ce soir, il va faire une exception. Il pousse le bouton et rentre avant d'appuyer sur le dernier étage. Il ne compte pas la violer et encore moins lui montrer son bureau mais son regard inquiet. « T'inquiète pas, tu vas adorer. Fais moi confiance. » Avec elle, il redevient doucement celui qu'il était avant et cette idée lui plait. Il se sent bien, pas de faux semblant, il est heureux et ça ne lui était pas arrivé depuis près d'un an. Les étages défilent les uns après les autres alors qu'ils arrivent enfin tout en haut. L'invitant à le suivre dans un couloir étroit, il pousse une porte qui mène sur de petits escaliers pour enfin arriver sur le toit de la battisse. Le seul hic serait qu'elle ait le vertige, sinon, elle ne peut qu'aimer cet endroit qui surplombe le tout Memphis. La nuit, avec les éclairages de la ville, ça donne l'impression d'être tout petit. C'est le cas finalement mais cette idée de n'être qu'un point infime parmi tant d'autres le réjouit. « Alors ? » demande t-il finalement. Elle est privilégiée même si elle n'en a sans doutes pas conscience, en dehors du groupe, personne n'a connaissance de ce petit secret. Il pose la ribambelle de friandises achetée quelques minutes plus tôt sur le sol et vient se mettre debout sur le bord. De là, il respire la bouffée d'air qui s'insinue dans ses narines. Il aime cet endroit. Il n'y était plus venu depuis la mort de Noah, il ne pensait pas en être capable. Après tout, chaque lieu, chaque mot, chaque personne, tout lui rappelait étrangement son ami. Il se disait que c'était comme pour le maintenir en vie, les vestiges de leurs amitié étaient intactes.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 30 Aoû - 20:00


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Un doughnut dégoulinant de chocolat, voilà ce dont elle avait envie en ce moment. Curieux en sachant qu’elle avait démarré cette soirée pensant boire des virgin mojito et des mango breeze, et grignoter des pretzels, entre deux pas de danse. Elle se retrouvait finalement dans le hall d’entrée de l’entreprise pour laquelle travaillait son colocataire, en pleine nuit, avec Erwan en train de dévaliser le distributeur de sucreries. Complètement irréel. « Tu voulais découvrir un endroit que j'aime. » Elle ne put s’empêcher de sourire. « Pas faux. » Il lui tendit un paquet de m&m’s au beurre de cacahuète qu’elle ne put s’empêcher d’ouvrir de suite. « Merci. » Elle en croqua quelques-uns par gourmandise avant de suivre son colocataire dans l’ascenseur. Sans pour autant être claustrophobe, elle n’avait jamais aimé ce moyen de grimper. Dans les petits immeubles, elle prenait toujours les escaliers. Pour rester en forme qu’elle disait. La perspective de rester dans cet endroit susceptible de tomber en panne à un moment ou à un autre, les laissant enfermer ici, puis devoir expliquer ce qu’ils y faisaient en plein milieu de la nuit ne l’enchantait guère. Il la vit hésiter.  « Viens. » Sans rien dire, elle le suivit dans l’ascenseur. «  T'inquiète pas, tu vas adorer. Fais-moi confiance. » « Je n’aime juste pas vraiment les ascenseurs. Je sais, c’est bizarre. » Les étages défilaient. Beth s’était adossée à une des parois. Elle jette un coup d’œil dans sa direction, il semblait être perdu dans ses pensées. Mais serein aussi. Après tout, il était dans son élément. L’ascenseur s’arrêta enfin, et les portes s’ouvrirent. A nouveau, Beth suivit Erwan. Trente secondes plus tard, il ouvrit à l’aide de son pass une porte donnant sur l’extérieur, sur le toit même de l’immeuble. D’abord un peu intimidée, la jeune femme avança à petits pas. De n’importe quel côté, qu’importe où son regard portait, Memphis s’étalait devant elle. Il y avait des tours ouvertes au public d’où on pouvait avoir de jolies vues de la ville, mais elle n’y avait jamais mis les pieds. Mais souvent, ce genre d’observatoire fermait tôt en soirée. Impossible de voir la ville de cette façon. Ses lumières. Sa tranquillité. « Alors ? Elle sentit son regard dans son dos, elle était à présent tout à bord du toit, les mains sur la barrière de sécurité. Elle ne put s’empêcher de faire preuve d’un peu d’humour. « Tu as déjà emmené beaucoup de filles ici, avoue. Ça doit bien marcher comme plan de drague … » Elle se tourna vers lui, un grand sourire sur les lèvres. « Ok, je te taquine. » Elle posa à nouveau ses yeux sur la ville.  « C’est superbe comme vue. On se sent toute petite alors qu’on domine tout, c’est fou … » Elle profita qu’il ne puisse pas voir ses joues rougir pour ajouter : « Au fait, merci d’avoir joué le jeu avant dans le bar. » Et tant que j’y suis, tu embrasses plutôt pas mal aurait-elle pu ajouter. Mais elle risquait fort de passer pour une fille qui ne savait pas ce qu’elle voulait, qui clamait être célibataire, que ça ne lui posait d’ailleurs pas de problème de n’avoir personne dans sa vie en ce moment, et qui aimait faire croire aux autres qu’elle était en couple pour qu’on lui fiche la paix. Mais qui en même temps appréciait les marques d’attention, et dont le dernier baiser, reçu il n’y avait même pas une heure, lui avait donné bien plus de frissons que prévu. Elle songea à un moment qu’elle ne le repousserait pas s’il tentait quelque chose ce soir. Mais que d’elle-même, elle ne tenterait surement rien. C’était peut-être bête. En fait, elle n’était pas vraiment douée pour les premiers pas. Et si rien ne se passait, elle serait tout simplement heureuse d’avoir découvert un peu mieux son colocataire, de s’être rapprochée de lui. Elle se rappela le paquet de friandises qu'elle avait glissé dans sa poche dans l’ascenseur. Elle y plongea la main et en croqua quelques uns. Ethan était encore dans son dos. « Tu ne veux pas te rapprocher ? Je me sentirais presque seule là ... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Lun 31 Aoû - 17:50

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Il ne sait pas pourquoi il l'emmène là, il ne sait pas pourquoi elle plutôt qu'une autre. Une seule certitude: elle provoque chez lui une bouffée d'oxygène, elle lui fait un bien fou. Elle peut guérir les cicatrices du passé, elle peut combler le vide qui le torture. Peut être parce qu'elle ne sait pas, elle n'est pas au courant de ce qui le mine depuis un an, qu'il est usé par cette vie rongée, par les hurlements qu'il n'a pas poussés, par la solitude qu'il s'impose pour ne pas craquer. Elle ne l'a pas vu déplorable, pathétique, une bouteille de vodka dans le gosier. Ses côtés sombres, il les a masqués jusque là. Elle le croit fort, solide et bien dans sa tête, mais cette image, c'est juste pour donner le change. La vérité, c'est qu'il est désarmée, à la merci d'un deuil qu'il n'arrive pas à gérer, un décès qui lui a fait perdre tous ses repères. Il n'a pas non plus connaissance du fait qu'il fait parti de ces personnes qui ont la chance d'avoir rencontré l'amour. Celui qui vous donne tout avant de tout vous reprendre. Celui qui illumine une vie avant de la dévaster pour toujours. Beth est sa bouée de sauvetage, il reprend pieds à ses côtés, sauvé de la noyade. « Tu as déjà emmené beaucoup de filles ici, avoue. Ça doit bien marcher comme plan de drague … » Son regard devient interrogateur. Non. il n'a jamais emmené aucune fille ici, pas une qu'il aurait voulu séduire en tout cas. Pas avant aujourd'hui. « Ok, je te taquine. » Un sourire timide sur le visage, il l'observe, attendrie, il est content de son effet. Le visage de Beth s'illumine comme une enfant devant un sapin de noël. « C’est superbe comme vue. On se sent toute petite alors qu’on domine tout, c’est fou …  » Elle prononce les mots, ils auraient aussi bien pu sortir de sa bouche à lui. C'est exactement ce qu'il ressent quand il vient aussi, le plaisir de n'être qu'un infime point dans l'immensité. Si grand et si petit à la fois. Il suffit d'un instant. Un regard. Une rencontre. Pour bouleverser une existence. La bonne personne, le bon moment. Peut être que la vie lui offrait une seconde chance, celle d'être heureux à nouveau. « Au fait, merci d’avoir joué le jeu avant dans le bar. » Tout le plaisir était pour lui. Il serait malvenu d'avouer qu'il a profité de la situation pour s'approcher d'elle, pour l'embrasser. Elle reste sa colocataire. Elle a affirmé ne pas vouloir de relations en ce moment, en tout cas, c'est ce que lui en a comprit. Elle a débarqué dans sa vie  à l'improviste et chamboulé tous ses projets -ou plutôt son manque de projets-. « quand tu veux. » Être sa marionnette ne le dérange absolument pas. Bien au contraire. Il avait apprécié ce baiser, plus qu'il ne le devrait sans doutes. Rien pour laisser entendre qu'elle pense la même chose. « tu as souvent des crétins à tes pieds ? » il utilise le mot crétin pour qualifier son collègue, c'est ce qui lui correspond le mieux. « Tu ne veux pas te rapprocher ? Je me sentirais presque seule là ... » Un pas, puis un deuxième, il arrive à son niveau et s'appuie sur la rambarde à son tour. Les regards qui se croisent et un signal qu'il semble percevoir. La tête à l'envers, les mains tremblantes, les jambes flagellantes. Les yeux qui se ferment, les deux corps qui se rapprochent et les lèvres qui se frôlent avant d'être interrompus par la sonnerie de téléphone d'Erwan. Il recule et sort l'objet de la poche de son jean: Shana. Immédiatement, le visage de Noah, la tristesse le submerge. Il déglutit et son regard s'assombrit. Il comprend à cet instant qu'il ne vivra plus jamais de la même façon. C'est une douleur qu'il porte au fond de son cœur et dont il n'était plus sûre de vouloir guérir. Il pousse le bouton rouge sur la droite. Il n'a aucune envie de lui parler, la dernière conversation qu'il avait eu avec elle c'était mal terminé. Soudainement plus fermé, il pose son regard sur l'horizon sans dire un mot. Il n'était finalement peut être pas prêt, pour ça. Pour laisser quelqu'un de nouveau entrer dans sa vie merdique, celle qu'il ne contrôle pas. Et la peur qui le prend au ventre. Un long soupire d'exaspération quand le téléphone sonne de nouveau. Il l'écrase contre le sol tandis que la brise fouette son visage.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Lun 31 Aoû - 18:48


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Depuis qu’ils avaient quitté le bar, qu’ils s’étaient éloignés d’Ezio et du couple en formation devant leurs yeux, Beth trouvait que son colocataire avait les yeux bien plus pétillants. Comme si quelque chose avait changé en lui. Elle ne lui connaissait pas ce côté rêveur qui avait du plus d’une fois braver les interdits – les heures de fermeture de l’entreprise pour laquelle il travaillait – et monter ici rien que pour la vue. Pour se laisser aspirer par la nuit. Il lui demanda de but en blanc, alors qu’elle pensait l’incident clos, si d’autres crétins lui tournaient autour. Elle sourit un peu tristement. « Il n’est pas comme ça en temps normal, je ne sais pas ce qui lui a pris ce soir … »  Elle savait qu’il lui arrivait de se servir des verres en douce pendant qu’il était au bar, sans les payer, ce qui risquait de lui poser des soucis si Chance l’apprenait. En avait-il bu un de trop ? Ou y avait-il rajouté d’autres substances qui ne lui réussissaient pas ? Elle n’en savait rien. Elle ne put s’empêcher de soupirer. « Mais ce n’est pas mon type si ça peut te rassurer. J’ai déjà été en couple avec des hommes issus du milieu de la nuit, et ça ne m’a pas réussi. »  C’était la seule relation qu’elle regrettait. La rupture n’avait pas été facile. Il y avait eu des cris, des larmes. Elle préférait oublier. « Je préfère les gens simples, normaux, qui sauront me surprendre. »  Un peu comme semblait l’être son colocataire. Quelqu’un qui avait les pieds sur terre. Elle avait d’ailleurs envie qu’il arrête de rester dans l’ombre, elle avait l’impression d’être observée, et lui tendit une perche pour lui proposer de se rapprocher d’elle. Même s’il devait connaître cette vue par cœur, elle le sentait. Il ne lui a suffi que de trois pas pour apparaître à ses côtés. Beth se tourna vers lui et lui sourit. Il la regardait aussi. A vrai dire, ils ne s’étaient jamais vraiment regardés droit dans les yeux avant. La pénombre les entourait, seules quelques fenêtres allumées dans les buildings alentours les éclairaient, et pourtant, elle aperçut les paillettes dorées qui semblaient illuminer ses yeux de l’intérieur. Une folle envie de se rapprocher encore plus la saisit. Comme une adolescente timide, elle fit glisser sa main vers la sienne et la frôle de ses doigts. La distance qui les sépare semble diminuer. Il lui fait à présent face. Savait-il que cet endroit était propice à de tels rapprochements ? Elle ne le saurait sans doute jamais. Elle ferme les yeux et le laisse s’approcher encore plus près d’elle. Elle sent son souffle sur ses joues, devine ses lèvres qui frôlent les siennes. Plus que quelques millimètres … Une sonnerie retentit, brisant le silence et l’instant. Elle se détourne, les joues rouges, un peu gênée. Le moment est interrompu, la magie s’est envolée. « Tu peux décrocher si tu veux. »  Quelques pas en arrière, comme pour se réfugier dans le noir, Beth s’éloigne de la rambarde. Un regard à la dérobée lui apprend qu’il vient de refuser l’appel et il range à nouveau son téléphone dans la poche. Elle se tourne à nouveau vers lui. Pour autant, aucun des deux ne bouge. Aucun n’ose à nouveau s’approcher de l’autre. Cette fois-ci, le silence devient pesant. A nouveau, la même sonnerie se fait entendre. Cette fois-ci, comme au ralenti, la jeune femme le voit sortir l’appareil et le jeter sur le sol. Elle ne peut s’empêcher de sursauter. Le vent qu’elle avait oublié la fait frissonner, et par instinct, elle remonte ses bras sur ses bras pour se réchauffer. Se protéger aussi. Son colocataire semble transformé. Mélancolique, triste, impuissant. « Erwan, je … »  Je ne sais quoi dire ou quoi faire aurait-elle pu prononcer, mais elle ne savait quels mots utiliser pour le rassurer, pour le comprendre. C’était une toute autre personne qui se dressait devant elle à présent. « Est-ce que … tu préfères que je te laisse ? »  Elle se sentait à la fois perdue, impuissante, et pour la première fois en sa compagnie, effrayée aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Mer 2 Sep - 10:01

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
« Il n’est pas comme ça en temps normal, je ne sais pas ce qui lui a pris ce soir … » Ca, elle le répète depuis le début de la soirée, comme si ça allait rendre les faits plus vrais. Il n'insiste pas, il va finir par devenir lourd à force. Et puis, la jalousie n'a jamais rendu Erwan meilleur, au contraire, il l'est trop. « Mais ce n’est pas mon type si ça peut te rassurer. J’ai déjà été en couple avec des hommes issus du milieu de la nuit, et ça ne m’a pas réussi. Je préfère les gens simples, normaux, qui sauront me surprendre. » Une pointe de tristesse dans la voix. Il la regarde, perplexe mais elle n'avoue pas plus. Ce rapprochement qui a lieu, le bel irlandais en a envie depuis qu'il l'a croisé dans ce bar il y a des mois de ça. Il était sur le point de conclure et sa colocataire ne semble pas indifférente. Il s'approche d'elle, leurs doigts entrelacés mais tout vire au drame lorsque son téléphone sonne et que le numéro de Shana s'inscrit en grosses lettres. « Tu peux décrocher si tu veux.  » Il n'a pas envie de décrocher, il n'a aucune envie d'entendre Shana le bassiner avec ce putain de deuil, sa froideur et sa gaminerie face à la situation. Erwan ne répond plus de rien. Il pète littéralement un plomb et son mobile vient s'écraser contre le sol dans un fracas assourdissant. Une main passe dans ses cheveux, et gratte doucement le dessus de ses boucles sous le regard effaré de Beth. Elle ne comprend, comment le pourrait elle, après tout, elle ne sait rien de lui, de son passé. Enfin, seulement ce qu'il a laissé entendre, donc pas grand chose. « Erwan, je …  » Il fixe son regard pour y lire de la peur. Il a tout fait foiré, à ce rythme là, elle va déménager rapidement. Il observe une seconde les débris de son téléphone hors de prix et pousse un soupire d'exaspération. « Est-ce que … tu préfères que je te laisse ? » Il tourne le dos, il vient s'appuyer contre la rambarde juste derrière lui, les larmes aux yeux. « Je voudrais juste que ça s'arrête... » Un léger silence s'installe, la pauvre. Elle est d'ailleurs la première à qui il se confie, à qui il avoue souffrir. Prétendre qu'il va bien depuis un an alors que la vérité c'est qu'il est complètement démuni et qu'il ne sait plus comment se sortir de cette situation. « On pense avoir le temps... Que la vie est immuable, l'amitié aussi mais on se plante lourdement. Je voudrais ne rien ressentir, c'est ce dont j'essaie de convaincre tout le monde, c'est ce dont j'essaie de me persuadé... » Les poings serrés. Ca fait mal, et ce soir, il parle, il communique sur tout ça et il a l'impression que son coeur s'écrase dans sa poitrine. Il a mal, terriblement, si bien qu'il en a le souffle coupé. Rien n'est très clair dans ce qu'il dit et la pauvre Beth ne doit rien comprendre à ce charabia. De ces mots balancés à la va vite, de ces expressions non abouties. C'est un putain de bordel et il ne sait plus comment se sortir de tout ça. En parler n'aidera pas. Il le savait. Il cherche à rassurer la belle blonde, à tenter de trouver une explication à ce comportement étrange, voir flippant... « Désolé... Je... Je vais te raccompagner. » Il ne va pas la laisser rentrer seule, et puis dans le fond. Ils vivent ensemble. Ils rentrent au même endroit, ce serait clairement débile qu'ils rentrent chacun de leurs côté.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Mer 2 Sep - 12:25


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Elle vivait une scène irréelle, comme dans les films. L’image du héros se craquelait devant les yeux de sa promise. De la violence qui provoquait un électrochoc. « Je voudrais juste que ça s'arrête... » Beth avait toujours été le genre de fille généreuse, réconfortante et tactile, incapable de voir de la tristesse dans les yeux des autres, à tel point qu’il lui est déjà arrivé de prendre un client complètement inconnu dans ses bras pour lui apporter un peu de douceur et de réconfort. Ce n’était pas n’importe qui qui se dressait devant elle, c’était Erwan son colocataire, certes que depuis que semaines, mais quelqu’un qui lui avait tendu la main – les clés de son appartement – quand elle en avait eu besoin, malgré la tête qu’elle avait dû faire à la vue de la fille à moitié nue qui était sortie de la chambre du jeune homme le jour de leur première rencontre. Elle mourrait d’envie de s’approcher de lui, de lui passer une main dans le dos, de créer un contact avec lui pour lui faire sentir qu’elle était là, qu’elle pouvait faire plus si il le souhaitait, l’écouter, qu’il puisse déverser tout ce qu’il avait sur le cœur. Presque timidement, elle fit un pas vers lui. « On pense avoir le temps... Que la vie est immuable, l'amitié aussi mais on se plante lourdement. Je voudrais ne rien ressentir, c'est ce dont j'essaie de convaincre tout le monde, c'est ce dont j'essaie de me persuader... » « Personne ne peut tout garder pour lui indéfiniment. » Aurait-elle pu lui dire. Le propre de l’homme était justement d’avoir des sentiments, des émotions, des moments et joie et de tristesse. Elle le pensait très fort. Elle le savait bien. Son secret à elle la brûlait aussi de l’intérieur. Un jour, elle allait exploser. Elle tentait de garder la tête de l’eau, de rester elle-même autant que possible, cette fille souriante que tout le monde appréciait. Et pourtant, elle savait que tout pouvait basculer, que les gens se détourneraient d’elle et la montrerait du doigt si son « secret » était découvert. Et elle n’aurait que ce qu’elle méritait. «  Désolé... Je... Je vais te raccompagner. » Finalement, la soirée allait quand même se terminer plus tôt que prévu. Elle hésitait à lui dire que ce ne serait pas nécessaire, qu’elle pouvait se débrouiller toute seule, qu’elle allait passer un coup de fil à Niels ou Cait’ pour leur demander ce qu’ils faisaient en ce moment même – il était peut-être encore temps de les rejoindre à nouveau. Mais curieusement, malgré le fait qu’un tout autre homme se dressait à présent devant elle, avec une face plus sombre dont elle ne se serait jamais doutée, elle se sentait incapable de l’abandonner. Elle s’en voudrait, ne cesserait de penser à lui de toute la soirée, se demandant s’il allait bien, s’il n’allait pas faire une bêtise … ou vider une bouteille entière de vodka pour oublier ce coup de téléphone qui avait été le point de départ de sa subite transformation. Elle hocha juste la tête à sa proposition et le suivit à nouveau dans le couloir, puis dans l’ascenseur. Elle ne savait toujours pas quoi dire. Mais l’espace clôt et restreint, ses yeux humides qu’elle avait entraperçus, son geste de désespoir, sa façon d’être à elle, elle ne pouvait rester là les bras ballants juste à le suivre dans le dédale des rues jusqu’à leur appartement. Il lui tournait encore le dos. Doucement, elle s’approcha de lui. Et posa sa main droite sur son bras droit. Sans savoir si ce geste lui conviendrait ou non. Elle se sentait gauche. Peu sûre d’elle. « Tu n’as pas à t’excuser … » Elle le pensait. Tout le monde a le droit de laisser tomber son masque et de se montrer un peu plus faible. C’était le propre de l’homme. « On … » On se rattrapera plus tard. « Ce n’était qu’une soirée, il y en aura plein d’autres…» Elle se sentait maladroite. Peut-être aurait-elle mieux fait de ne rien dire et de rester dans son coin de l’ascenseur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Ven 4 Sep - 11:07

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Erwan pète littéralement un plomb, il baragouine quelques mots qu'elle ne peut saisir sans avoir les paramètres de son histoire. Ceux qu'il préfère taire. Il doit avoir l'air d'un junkie en manque de sa dose. Déboussolé. Le regard vide. « Personne ne peut tout garder pour lui indéfiniment. » Il déteste ne rien contrôler. Il ne supporte plus de devoir vivre avec cette compagne indésirable qu'est la douleur. Ce soir, alors qu'il n'a pas craqué depuis des semaines, il se laisse un peu aller à ses émois. L'ambiance devenue torride redevient glace, tout ça par sa faute. Il s'en veut. La culpabilité l’étouffe, pas celle là, pas ce soir, ce n'est qu'un dommage collatéral. La vérité c'est qu'il s'en veut ne pas avoir été là, d'avoir été complètement impuissant dans le décès de son meilleur pote. Il n'explique pas. Il n'a pas nécessairement envie d'en dire plus même s'il sait qu'il pourrait se confier. Il reste convaincu que la jolie Beth serait une oreille des plus attentives. Il coupe court. Il dit qu'il va la raccompagner parce qu'il est hors de question qu'elle rentre seule à une heure si tardive. C'est une jolie fille. N'importe quoi pourrait arriver. « Tu n’as pas à t’excuser … » Sa gentillesse finira par lui faire faux bond. Elle a eu peur de lui tout à l'heure, de ce démon qu'il devient parfois, quand il n'arrive plus à contenir sa peine. « On … Ce n’était qu’une soirée, il y en aura plein d’autres… » Il se souvenait. De ce soir où le verdict avait été rendu, où l’horrible accident avait quémandé sa vie, sans rançon ni sursis. Laissant Erwan sur le carreau. Perdu. Anéanti. Ce n'était aussi qu'une soirée. Il pensait qu'il y en aurait d'autres. S'il il y bien une chose que l'irlandais à apprit au cours de son existence, c'est l'inéluctabilité de la mort. Cette dernière frappe quand elle veut, sans trop se soucier des dégâts engendrés sur ceux qui restent. « Tu dois me prendre pour un fou. » La peur de ne pas être armée pour affronter une réalité cruelle avait prit possession de lui. La peur d'être en rupture et de ne plus rien maîtriser. Le peur de ne pas réussir à affronter ce putain de deuil qui le brutalise de l'intérieur depuis déjà un an. La main de la blonde vient se blottir contre la sienne dans un réconfort insolent. Erwan s'efforce d'apparaitre le plus naturel du monde après cette scène digne des plus grand Shakespeare. Avec elle, c'est simple. Il ne connait à peine Beth et a l'impression de l'avoir rencontré il y a des millénaires. Il tire sa colocataire à lui. Ils ont été interrompus quelques minutes plus tôt. Il avait tout gâché mais la réparation peut encore avoir lieu non ? Fermer les yeux. Pour voir, ce sentiment qui gonfle la poitrine jusqu’à s’enivrer la tête d’illusions, de désir. Deux souffles qui se mêlent dans un accord parfait et deux lèvres qui se joignent l'instant de quelques secondes. Il recule légèrement, rougissant à cause de la promiscuité de leurs deux visages. Peut être aussi à cause de ce qu'il vient de faire. Il lui caresse le visage et lui confie: « J'en avais envie depuis le jour où mon regard s'est posé sur toi. » Une phrase digne d'un roman à l'eau de rose ou d'un film dont la cible serait les adolescentes. Pourtant, elle respire la sincérité. Il le pense. Penser à elle fait battre son cœur plus vite, et c'est la seule chose qui compte pour lui. Pas question qu'il laisse passer sa chance. Quitte à se prendre le vent le plus terrible de sa vie.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Ven 4 Sep - 17:44


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Beth hésita à retira sa main, celle qu’elle voulait rassurante, parce qu’elle ne savait pas s’il faisait partie des hommes à apprécier ce type de contact au moment où ils se montrent plus faibles. Jusqu’au moment où il pose sa main à lui sur la sienne, et qu’il se retourne, l’attirant un peu plus vers lui. Elle sent sa main se poser juste en bas de ses reins, la chaleur de sa peau transperce le tissu de son chemisier. Elle ne comprend plus. Mais arrête de se poser des questions quand elle le voit rapprocher son visage du sien. Instinctivement, elle ferma les yeux, offrant ses lèvres à celles de son colocataire. Elle ne pensait pas qu’un autre rapprochement aurait lieu ce soir, elle pensait que le moment était passé, qu’il ne se représenterait pas de sitôt, voire pas du tout. Et là voilà en train de se laisser embrasser dans un ascenseur, en plein nuit, dans un immeuble complètement vide où ils n’avaient certainement pas le droit de se trouver à pareille heure. Il rompit le contact, s’écarta un peu d’elle. Elle se rendit compte qu’elle avait retenu son souffle, et laissa à nouveau entrer l’air dans ses poumons. Erwan lève son autre main et la pose doucement sur sa joue. Comme une caresse. «  J'en avais envie depuis le jour où mon regard s'est posé sur toi. » Le rose de ses joues vira à nouveau à une couleur bien plus rouge, mais cette fois-ci, ce n’était pas la peine de camoufler son visage dans la pénombre. Elle n’avait pas reçu de compliment sincère de ce type, venant d’un homme, depuis sa dernière rupture, plus de trois mois auparavant. Elle s’était menti à elle-même, c’était dans les yeux d’un homme qu’elle se trouvait la plus belle, et quand une voix grave prononçait son nom qu’elle était la plus heureuse. C’était dans des bras masculins qu’elle parvenait le mieux à oublier l’accident et toute la culpabilité qui l’engloutissait à intervalles réguliers depuis. Et il avait fallu une soirée ratée pour s’en apercevoir. Il ne s’était certainement pas rendu compte du bien que ce simple baiser venait de provoquer au plus profond de Beth. Il avait fait le premier pas, elle mourrait d’envie à présent d’être responsable du deuxième. L’ascenseur arriva au rez-de-chaussée de l’immeuble, et ses portes s’ouvrirent. Mais elle n’avait pas envie de bouger tout de suite. Pas encore. Elle sourit, touchée par ce qu’il venait de lui avouer, bien consciente que les hommes gardaient souvent enfouies au plus profond d’eux ce genre de phrase, et posant ses mains sur son torse, le fit doucement reculer jusqu’à ce que son dos touche la paroi métallique derrière lui. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle décolla légèrement ses talons du sol pour prendre de la hauteur et qu’à son tour, elle appuya ses lèvres sur les siennes. Un baiser un peu plus long cette fois-ci. Un baiser qui signifiait qu’elle était prête à aller plus loin. Un baiser qui le suppliait de la faire frissonner encore comme tout à l’heure, au bar, quand il l’avait surprise en collant ses lèvres aux siennes, pour se jouer d’Ezio. Elle se força à décoller ses lèvres des siennes. Ce n’était pas un lieu pour aller plus loin, il servait juste d’amuse-bouche à la rigueur. « Et si on rentrait chez nous ? » Presque naturellement, comme si ce geste avait fait partie de son quotidien ces derniers temps, elle glissa sa main dans la sienne et l’attira hors de l’ascenseur jusque dans le hall. Dans un coin de la tête, elle se nota qu’il faudrait un jour qu’elle lui fasse comprendre que l’épisode du toit l’avait intriguée, qu’elle voulait l’aider, qu’elle voulait comprendre ce qui l’avait mis dans cet état. Mais ils avaient le temps. Demain était un autre jour. Ils avaient encore toute la nuit pour profiter l’un de l’autre avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Ven 4 Sep - 20:02

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Il se lance, quitte à se prendre un vent. Soulagé de voir qu'elle ne le repousse pas, il se laisse aller à dire des mots trop pressée. Il avoue quelque chose d'intime. Il la voit rougir et son sourire s'élargit. C'est toujours bon de savoir qu'il a de l'effet sur elle. Que son petit jeu fonctionne. Elle est bien loin de toutes les filles qu'il a pu fréquenter avant. Elle a ce petit plus, ce truc inexplicable qui le rend fou. Il est tombé sous son charme sans qu'il ne puisse rien y faire. Contre son gré. Sans qu'il puisse se défendre. Elle est arrivé à un moment de sa vie où il était en complète rupture, il avait besoin qu'on le repêche. Les portes de l’ascenseur s'ouvrent et fait légèrement redescendre Erwan sur terre. Pas longtemps ceci dit alors que les mains de sa colocataire viennent le pousser contre la rambarde de l'appareil. Il vient mettre ses mains autour de sa taille, la serrant à l'en étouffer tandis qu'elle vient s'emparer de ses lèvres. Elle laisse entendre qu'elle veut plus: «  Et si on rentrait chez nous ?  » Et la main de Beth qui s’empare de celle de son copain, serre ses doigts. Sourire niaiseux. Les euphories presque grotesques des débuts mais qui rendent heureux. Pour la première fois depuis un an, il se sent à sa place contre elle. La vie lui offre peut être une seconde chance, celle de se reconstruire -d'essayer en tout cas-. « Avec plaisir. » Ils quittent l'enceinte de l'établissement et marchent de longues minutes en silence pour arriver jusqu'à l'appartement. Quelques conversations futiles pour combler les blancs mais en vérité, ils n'ont qu'une hâte, se retrouver chez eux. Avides de contact. La main qui ne quitte plus celle de sa colocataire. Arrivés devant l'entrée, il fouine dans sa poche pour trouver les clés. Le regard centré sur les iris océaniques de sa compagne de jeu pour la soirée. Pour la vie ? Trop tôt pour effectuer des pronostics sur cette relation naissante. Il finit par sortir les clés de sa poche et l’insère dans la serrure. Une fois à l'intérieur et avant même de refermer la porte, il reprend ses lèvres contre les siennes. Il vogue sur son visage, redécouvre ses traits avec joie. Le cœur du bel irlandais s'emballe. Beth pouvait avoir tous ceux qu’elle voulait. L’aimer, c'est prendre un risque, celui de s’enfoncer un poignard dans cet organe pulpeux qui lui permet d’exister. Il ne recule pas pour autant. La peur de ressentir l'a empêcher de vivre toute cette année. Pas ce soir. Ses gestes sont impatients. Il n'a qu'une hâte, découvrir ce qui se cache sous ces vêtements, persuadé qu'il ne sera pas déçu. Le bout de flanelle passe au dessus du visage de la belle et tombe au sol. Ses pupilles louchent du côté de sa poitrine, petite mais rebondie, mise en valeur dans un soutien gorge en dentelle noir. On ne peut jamais prévoir. Ni comment les choses vont se dérouler, ni pourquoi des trucs simples prennent soudain des proportions démentes. Jamais il n'aurait pensé que la soirée se terminerait ainsi. Il pensait plutôt être le spectateur bien impuissant qu'acteur omniprésent. Ses doigts effleurent sa peau tandis que son regard, empli d'un désir foudroyant, observe la vue sans retenue aucune. Elle est belle. Aussi belle qu'il l'avait imaginé.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Ven 4 Sep - 22:07


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Beth ne s’attendait pas vraiment, en partant de chez elle, que la soirée se finirait comme ça. Elle ne pensait même pas être déjà rentrée chez elle, encore moins d’être sur le point de faire l’amour avec son colocataire. Tout le long du chemin qui séparait Ludsen Pharma et leur appartement, il avait tenu sa main serrée dans la sienne. Geste qui pouvait paraître maladroit, un peu adolescent, mais qui curieusement, ne la dérangea guère. Elle était même contente de maintenir ce contact pendant leur marche au cœur de la nuit. Peu de mots échangés, et pourtant, pas de silence gênant cette fois-ci. Elle le laisse fouiller dans la poche de son jean pour trouver la clé d’entrée, sans même penser qu’elle l’avait aussi sur elle, dans un endroit plus facile d’accès. Mais fébrile, elle oublia ce détail. La porte d’entrée n’est même pas tout à fait fermée que déjà la bouche d’Erwan s’empare à nouveau de la sienne. D’un coup de pied, elle la fait claquer, tant pis pour les voisins, avant de s’y adosser. Il semble pressé, comme s’il s’était contenu de faire tous ces gestes pendant bien trop longtemps. Comme un enfant avide d’avoir sa récompense. Elle le laisse déboutonner son chemisier pendant qu’elle passe la main dans ses boucles brunes. Quelques secondes plus tard, le bout de tissu git à même le sol et sa poitrine moulée dans un soutient gorge noir s’offre au regard du jeune homme. Intérieurement, elle pense qu’elle a eu une bonne intuition en enfilant des dessous coordonnées, plutôt récents, avant de partir. C’était une petite folie qu’elle s’était offerte après sa dernière rupture, grâce à un pourboire plutôt généreux. La seule - et surement unique fois - qu’elle était entrée dans un magasin Victoria Secret. Mais il était hors de question qu’elle reste la seule à moitié dévêtue. Pendant que les doigts de son colocataire se promenaient à présent sur sa peau dévêtue, provoquant quelques frissons qu’elle essaya de contrôler du mieux qu’elle le pouvait, elle glissa ses mains sous le tee-shirt d’Erwan afin de faire passer le vêtement au-dessus de sa tête. Leurs lèvres rompirent le contact pendant quelques secondes, avant de se jeter avidement l’une contre l’autre à nouveau, incapables de se laisser trop longtemps. Sa peau bronzée contrastait avec la blancheur de la sienne. Elle le repoussa légèrement, et avant qu’il prenne les devants, lui prit à nouveau la main pour l’attirer dans sa chambre à elle.  Elle n’était pas du genre timide, encore moins pudique, mais elle préférait passer leur première nuit ensemble dans un endroit où elle se sentait à l’aise. Nul besoin de fermer la porte cette fois-ci, personne ne pourrait les surprendre. Elle retira d’elle-même son soutien-gorge, libérant sa poitrine, en profitant pour jeter un coup d’œil vers son amant pour capter son regard. Elle aimait voir le désir dans les yeux des hommes, cela lui donnait souvent les dernières gouttes de courage dont elle avait besoin pour aller plus loin. Beth reprit ensuite possession des lèvres d’Erwan avant d’approcher ses doigts de son pantalon, se préparant à en faire sauter le bouton. Elle n’eut ensuite plus qu’à s’abandonner dans ses bras, s’abandonner à lui tout court … Dire qu’en arrivant, elle lui avait dit qu’il lui arrivait de temps en temps d’avoir des aventures d’un soir, mais qu’elle ne comptait pas ramener d’hommes dans l’appartement dans l’appartement. Même si techniquement, il n’était pas n’importe quel homme. Et qu’après cette nuit, ils n’auraient plus grand’chose d’inconnu l’un pour l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Erwan Taggart
admin + vous allez adorer me détester.
≡ messages : 538
≡ arrivée : 07/08/2015
≡ célébrité : Rami Malek

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 6 Sep - 11:51

one more night.
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans le chagrin ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
La tension se fait palpable, la pièce entière regorge de cette électricité entre eux. Il l'a su à l'instant où ses pupilles se sont posés sur elle. Dans ce bar où il comptait se prendre une cuite. Le voilà donc, quelques mois plus tard, serrant contre lui la fille de ses rêves. Jamais il n'aurait pensé séduire une fille de son acabit, drôle, simple, douce et terriblement attirante. Trop bien pour lui sans nul doutes. Il ne sait pas, qu'elle dupe son monde, qu'elle va mal elle aussi mais qu'elle est bien meilleure que lui pour le cacher. Le tee shirt de l'irlandais tombe au sol à son tour, dévoilant un corps musclé et bronzé, parce qu'il est vrai que le contraste est flagrant. Ses doigts entrelacent de nouveau ceux de son amant et Beth vient chérir l'orée de ses lèvres avant de l'attirer jusqu'à sa chambre. Il la laisse faire. Il aime la voir prendre les devants. Elle dénude sa poitrine et Erwan ne peut que se délecter d'un spectacle aussi réjouissant, elle est exactement comme il l'avait imaginé sous le soutien gorge: petite mais ferme. C'est officiel, il ne répond plus de rien. Le regard qui lorgne la poitrine et la jolie Beth qui vient reprendre ses lèvres d'assaut. Il est prêt à exploser à l'intérieur. Un brasier qui le consume. Ses mains sont moites, il tremble légèrement, jamais il n'a été dans cet état second avant de faire l'amour. Ses doigts qui défient la braguette du bel irlandais avec une dextérité déroutante. Lui aussi, en tant normal, se débrouille à merveille dans cette situation, capable de retirer un soutien gorge d'une main et de déboutonner un jean en quelques secondes mais ce soir, le stress le gagne. Il livre une bataille de longues secondes pour réussir à venir à bout de ce jean et le retirer entièrement. Il espère sincèrement qu'elle ne remarque pas qu'il est particulièrement gauche ce soir. Il l'oblige à reculer jusqu'au lit derrière eux. Reste le dernier rempart qui les séparent. Ce sous vêtement noir qu'il retire avec plus d'aisance. Ses muscles se tendent alors qu'il vient se hisser au dessus d'elle. Il replace une mèche de la chevelure blonde de sa colocataire et l'observe une dernière fois. Leurs deux corps sont tendus, prêt à s'unir dans cette douce agonie qui provoque l'orgasme -enfin, espérons le-. Ils sont peut être en train de faire la plus grosse connerie de leurs vies, ils vivent ensemble, ils se connaissent à peine. Mais si c'est le cas, pourquoi est ce que ça lui semble aussi naturel ? La jouissance atteint son apogée dans une grimace au bout de quelques minutes à peine. Il aurait pu se montrer plus performant mais il est trop excité pour réussir à se contenir plus longtemps. Il retombe lascivement sur le côté et plante son regard dans le sien. Le souffle saccadé. Alors c'est vrai. Que quand les sentiments s'en mêlent, tout est plus intense, plus puissant. Il s'endort à ses côtés, comme une masse, sans un mot, dans ce lit qu'il a souvent aperçu mais sur lequel il n'avait jamais posé une fesse. Une sonnerie de téléphone qui retentit et le sort de ses rêveries. Étant donné que le téléphone d'Erwan est toujours en haut du batiment de Pharma Ludsen, écrasé contre le bitume. Ça ne peut pas être lui. Alors qu'il la voit réagir. Il grogne. « Reste là. On s'en fout... » dit il, la voix endormie. Il vient l'attraper et la coller tout contre lui avant de couvrir son cou de baiser.

_________________

DON'T BREAKEVEN

still alive but barely breathing. i'm wide awake she's no problem sleeping. what am i supposed to do when the best part of me was you. I'm falling to pieces. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: One more night [Bethan] Dim 6 Sep - 16:30


   Erwan & Beth
   And I know I said it a million times
But I'll only stay with you one more night

   
Son pantalon à lui gisant à présent à même le sol, Beth se colle à son colocataire, peau nue contre peau nue. La sienne est chaude, et c’est non sans peine qu’elle recule pour laisser à nouveau quelques centimètres entre, pour qu’à son tour il puisse la débarrasser de son jean. Il sembla avoir quelques difficultés à en faire sauter les boutons, mais elle s’en rend à peine compte, bien trop occupée à apprécier ses baisers et à laisser ses mains courir dans le bas du dos du jeune homme. Il semblait à présent prendre les devants, reprenant un peu d’assurance, la faisant légèrement reculer jusqu’à ce que ses jambes entrent en contact avec le matelas derrière elle. Ils ne portaient plus qu’un simple sous-vêtement chacun, il n’y avait plus qu’un dernier rempart avant le peau à peau ultime. Il fit glisser la dentelle de son boxer à elle le long de ses hanches avant de se débarrasser de son propre caleçon. A présent allongés l’un sur l’autre dans son lit à elle, ils pouvaient se laisser aller au simple plaisir sans retenue. Après un dernier soupir, il se retira et s’allongea juste à côté d’elle. Un simple sourire éclaire le visage de la jeune blonde. Elle le voit tout doucement s’assoupir à ses côtés. Elle n’arrive pourtant pas à trouver le sommeil tout de suite, mais pour ne pas risquer de le réveiller, elle reste collée à son corps encore chaud. Maintenant que l’excitation était passée et retombée venait le temps des questions. Ils avaient suivis leurs instincts et leurs envies jusqu’ici mais aucun d’entre eux n’avait songé à la suite, trop égoïstes pour penser au futur. Elle se demandait encore ce qu’il s’était passé sur le toit, qui était au bout du fil et ce qui avait poussé Erwan à exploser son téléphone sur le sol, de rage il lui avait semblait. Lui aussi cachait quelque chose, mais elle n’avait aucune idée de quoi. Mais si un jour il lui confiait ses idées noires, elle avait peut-être devoir faire de même, et la magie serait alors rompue. Elle le regarder dormir, jouant avec les mèches bouclées qui lui retombaient sur le front, écoutant sa respiration régulière. Elle réussit finalement à s’endormir, bien longtemps après son amant, collée tout contre lui.
Ce fut la sonnerie d’un téléphone qui la réveilla presque en sursaut. Pendant la nuit, les images cauchemardesques de l’accident s’étaient insinuées dans ses rêves, et elle eut besoin de quelques secondes pour reprendre ses esprits et se rappeler des dernières heures qui venaient de s’écouler. Elle allait se lever pour voir où se trouver son portable, pour savoir qui cherchait çà la joindre lorsque la main d’Erwan, toujours étendu sous les draps la retient avant de l’attirer vers lui. «  Reste là. On s'en fout... »  Elle ne put retenir un petit rire quand elle sentit ses lèvres chatouiller sa nuque avec de petits baisers. Il acheva de renvoyer loin d’elle les images qui l’avaient tant traumatisée. Elle se tourna vers lui et le voyant encore à moitié endormi, poussant légèrement les draps pour s’asseoir à califourchon sur son bassin. Ses cheveux basculèrent sur le visage sur jeune homme pendant qu’elle se penchait pour l’embrasser, elle les replaça dans son dos. « Je laisse sonner, on n’a qu’à jouer les morts aujourd’hui, mais j’ai besoin de me lever. Je reviens dans deux minutes. »  Elle réussit à fuir son étreinte, amusée et se glissa hors du lit. Elle songea d’abord à mettre un peignoir ou un tee-shirt pour couvrir sa nudité, avant de se rendre compte que ça ne servait plus à rien. Il l’avait vue dans son plus simple appareil et elle n’avait plus à rien à lui cacher. Physiquement parlant. Elle sortit de la chambre pour rejoindre la cuisine, et se remplit un grand verre d’eau fraiche. Elle resta debout, adossée à l’évier pour le boire. Près de la porte d’entrée gisaient les tee-shirts qu’ils portaient quelques heures auparavant, elle ne put s’empêcher de sourire en repensant à leurs folies de la nuit. Puis elle reposa le verre à présent vide sur la table et fit une halte sur le pas de la porte de sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: One more night [Bethan]

Revenir en haut Aller en bas

One more night [Bethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 05 + POWER IT UP :: les rps-