AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Dim 30 Aoû - 22:02

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».







Putain mais pourquoi Charles avait accepté cette soirée ? Quand Beth lui avait proposé de participer à un speed dating, jamais il n'aurait pensé que ça se terminerait en dîner avec quelqu'un pour lui comme pour Beth, et pourtant c'était effectivement ce qui était en train de se passer. Et il le vivait très mal,  vraiment très, très mal. Parce que même si la femme qu'il avait devant lui était très charmante, niveau conversation ce n'était pas une lumière, il dirait même qu'elle n'était pas sortie de la cuisse de Jupiter et n'avait pas non plus inventé le fil à couper le beurre.
Sérieusement pourquoi il avait accepté ce diner ? Ah oui parce que Beth était parti avec un type qu'il semblait tout à fait charmant, et pourtant tout au long de la soirée ils s'étaient envoyé des messages de SOS parce que de son côté aussi ça se passait pas super bien.
Répondre à ses messages alors qu'il était à un rencard n'était pas très gentleman mais en même temps il avait le choix entre ça ou regarder le plafond. Ou alors le fond de son verre qui était désespérément vide. Pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé de lancer la conversation. Il lui avait demandé d'où elle venait, ce qu'elle faisait dans la vie, et ce genre de chose, mais elle avait répondu et n'avait jamais rebondi sur autre chose alors Charles avait tout simplement fini par abandonner la partie. Aussi jolie que soit cette demoiselle jamais il ne la ramènerait chez elle. D'ailleurs il venait de lui proposer de ne pas prendre de dessert et elle était amplement d'accord pour dire que cette soirée était un fiasco. Okay très bien, bonne soirée, on se téléphone pas, au revoir.

Sa première réaction en sortant du resto ? Respirer à plein poumon, il avait l'impression d'être enfin libre. Pour un peu il en chanterait la chanson de la reine des neiges, mais bon il voulait quand même rester sérieux et surtout il ne voulait pas se faire lapider. Non à la place, il se dirigeait d'un pas décidé vers le resto où se trouvait Beth. Elle en avait marre de sa soirée et clairement en excellent ex-copain qu'il était, il ne pouvait pas la laisser galérer comme ça. Après lui avoir envoyé un message pour avoir l'adresse du resto, il était enfin arrivé devant.
Un serveur avait bien essayé de lui dire qu'il ne pouvait pas entrer, blablabla, plus de place, blablabla, trop de monde. Mais après avoir expliqué que Charles voulait juste retrouver quelqu'un il l'avait laissé passer sans problème.
Rapidement il avait réussi à repérer Beth qui avait l'air de se faire chier comme pas possible, et puis parce qu'il était fourbe et qu'il avait envie de s'amuser, Charles c'était dirigé droit vers elle et dans dire quoi que ce soit l'avait directement embrasser. Oui il était comme ça, tant pis si c'était pas crédible, il trouvait ça sympa comme entrée en matière auprès de l'autre gars. Après de long instant à embrasser Beth passionnément, il avait enfin fait mine de voir l'autre mec qui pour le coup lui n'en revenait pas de ce qui était en train de se passer.

« Salut je me présente je suis Charles le petit ami de Beth. Quoi ? Elle ne vous a pas expliqué, en fait on pratique l'échangisme et en ce moment on cherche un homme qui coucherait avec elle pendant que moi je regarderais. Mais désolé de vous le dire vous ne correspondait absolument pas à ce qu'on veux »
« Ma parole mais vous êtes complètement cinglé tout les deux. Je me casse. »

Oh mais non c'était trop dommage, le gars était parti beaucoup trop tôt au goût de Charles, ils auraient pu continuer à s'amuser encore longtemps. Et puis oh ça va, avec Beth ils n'étaient pas si cinglé que ça quand même ? Mais non à voir la tête que faisait son amie en prenant la place de son ancien prétendant, elle avait apprécié la blague. Ou peut être le baiser ? Charles devait l'avouer le baiser c'était en souvenir du bon vieux temps. Avec Beth ils avaient fait un essai en tant que couple mais avait lamentablement échoué, et c'était pas plus mal comme ça. Leur amitié était tout simplement plus forte.

« J'ai adoré voir la tête du mec se décomposer. Il a pris quoi comme dessert ? Ca serait dommage de le rapporter en cuisine. »

Et encore « adorer » était trop faible pour décrire la situation. D'ailleurs en parlant Charles avait eu du mal à garder son sérieux tant la tête du gars était magique. Et maintenant il était tranquillement en train de demandé ce qu'il avait commandé comme dessert. Bah quoi ? Autant en profiter non ? Surtout qu'il allait offrir le resto à Beth alors qu'il n'avait absolument rien mangé ici. Pour le coup il s'était fait arnaquer en beauté. Un rencard pourri, deux restos pourris, et au final aucune petite amie au bras. Baaaah c'était pas si grave que ça au final.

« Alors raconte moi à quel point Monsieur Muscle était nul »

Le serveur était arrivé avec les desserts et Charles devait avouer que le gars avait très bon goût. Il avait pris un 3 chocolats qui étaient aussi léger qu'une plume. Un vrai délice. Tout en dégustant son gâteau, il attendait la réponse de Beth en souriant.



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Lun 31 Aoû - 17:24


   Charles & Beth
   
« J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler »

   
C’était plutôt drôle : elle passait son temps à dire qu’être célibataire ne la dérangeait pas plus que ça, que ça faisait du bien de ne pas avoir à s’occuper d’un homme en plus, qu’elle pourrait tout à fait signer pour trois mois de plus. Et pourtant, elle participait aux événements spéciaux pour célibataires organisés par un célèbre site de rencontre. Pire, elle s’amusait à y trainer Charles, un ex avec qui elle avait par plusieurs fois dans le passé tenté une relation, mais avec qui il était impossible d’aller plus loin une fois tous leurs vêtements éparpillés sur le sol de l’un de leurs appartements respectifs. Ils se sont rendus compte qu’ils étaient bien plus doués en amis qu’en amant et appréciaient de passer du temps ensemble. Ce soir, elle l’avait convaincu d’assister à une soirée speed-dating. Le principe était simple, dix prétendants chacun, dix têtes à têtes de dix minutes et à la fin, il fallait noter de 1 à 10 chacun de ses rendez-vous. Sauf que ce soir, si vous et quelqu’un d’autre vous étiez attribué la même note, la plus haute possible, il y avait un dîner à la clé. Qui ne risquait rien n’a rien s’était dit la jeune femme. Mais elle s’était abstenue d’évoquer cette particularité avec Charles, elle n’était pas sûre qu’il soit sorti avec elle sinon.

Ils se trouvaient à présent chacun dans un restaurant différent, en tête à tête avec le « meilleur » prétendant de la soirée. Celui de Beth se prénommait Tiago et avait tout du parfait stéréotype du séducteur latin : bronzé, les cheveux mi-longs frôlant les épaules, musclé grâce à des heures passées en salle de sport comme le laissait apercevoir son tee-shirt un peu trop moulant et un léger accent indiquant ses origines brésiliennes. Si la jeune femme l’avait choisi, c’est parce qu’il jouait de la musique tout comme elle, même si c’était là leur seul et unique point commun. Car Tiago aimait le sport, et Tiago aimait parler de sport. De football surtout, il était un fervent supporter du Real Madrid et de l’équipe nationale brésilienne, mais aussi de kayak, sa deuxième passion. Le site de rencontre avait choisi pour eux un restaurant italien, pour encore plus renforcer le cliché surement. Curieusement, l’addition n’était pas payée par les organisateurs, mais par les participants. Soit. La jeune femme se disait qu’elle réussirait bien à se faire offrir le repas. Après tout, les statistiques montraient qu’il y avait bien plus d’hommes que de femmes célibataires aux États-Unis. Le temps ne passait pas très vite, Tiago parlait beaucoup de lui, elle se contentait de l’écouter, de répondre à ses questions, et de profiter de son burger californien et de ses frites tout en essayant d’éviter de tâcher sa chemise blanche par la sauce. Son portable n’était pas rangé dans son sac comme les bonnes manières l’auraient voulu par contre, mais posé sur ses genoux. Elle y recevait de plus en plus régulièrement des nouvelles de Charles, dont le rendez-vous arrangé semblait bien pire que le sien puisque ni lui, ni la fille, une certaine Penny, ne prononçait un mot. Elle ne put s’empêcher de sourire. Mais ce ne fut qu’une fois que le brésilien commença à évoquer les prochains mondiaux de football qu’elle décida qu’elle en avait plus qu’assez de se forcer à se montrer intéressée par Cristiano Ronaldo et David Bekham. « Viens me chercher asap. » C’était parti, elle avait laissé sa demande au secours à Charles. Puis elle commanda son dessert auprès du serveur venu leur demander leur choix.

Dix minutes plus tard, elle sentit une main se poser sur son épaule droite. Elle eut à peine le temps de se tourner à demi que ses lèvres s’écrasèrent sur les siennes. Une seconde lui suffit pour reconnaître la tignasse brune de son ami, puis elle ferma les yeux pour complètement jouer le jeu. Il sortait le grand jeu ce soir, un vrai baiser de cinéma, passionné comme il le fallait. Dire que c’était avec lui qu’elle avait commencé ce truc du faux-couple qui l’avait sauvée bien plus d’une fois. Deux minutes plus tard, il décolla enfin ses lèvres de celles de la jeune femme. « Salut je me présente je suis Charles le petit ami de Beth …  » Elle ne put s’empêcher d’afficher un grand sourire. « Ma parole mais vous êtes complètement cinglé tous les deux. Je me casse. »  « Bonne soirée Tiago, c’était sympa de faire ta connaissance. » Le brésilien sorti à grand pas dans la salle du restaurant, sous le regard étonné de certains clients qui avaient suivi une partie de la sienne. Charles prit place en face d’elle. « Tu étais inspiré ce soir dis-moi. »« J'ai adoré voir la tête du mec se décomposer. Il a pris quoi comme dessert ? Ça serait dommage de le rapporter en cuisine. » Elle but une gorgée d’eau. «  Quelque chose avec du chocolat je crois… je ne me rappelle plus de quoi. J’étais occupée à envoyer un sos. Au pire, je partagerais le mien avec toi. »  Au vue de la mine réjouie de son ami lorsque le serveur déposa devant lui un gâteau aux trois chocolat, elle sut qu’elle pourrait garder son tiramisu rien que pour elle. Elle y planta sa cuillère pour en prendre une première bouchée. « Alors raconte-moi à quel point Monsieur Muscle était nul. » Monsieur Muscles, en voilà un surnom qui lui correspondait bien. « Disons qu’il avait plus de conversation que ce que je pensais la première fois que je l’ai vu, mais j’aurai préféré qu’il s’y connaisse moins en sport. » Les sportifs, ce n’était pas son genre. « Il m’a appâtée en disant qu’il jouait de la guitare. Ça doit être un truc pour attirer les filles dans ses filets. Je me suis faite avoir comme une bleue. » Il n’avait pas parlé de musique pendant tout le repas, enfin la moitié de repas qu’ils avaient partagée. Elle jeta un coup d’œil sur l’assiette de Charles. Il n’avait pas l’air mauvais son dessert vu la vitesse à laquelle il replongeait sa cuillère dedans. « Je peux goûter un bout de ton gâteau ? »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Mer 2 Sep - 16:34

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».







Dire que Charles était inspiré, était un euphémisme. Il était arrivé dans le restaurant tel un conquérant prêt à défendre son territoire contre l'ennemie. Sauf que pour le coup il devait sauver Beth et elle n'était pas son territoire. Alors bien sur ils avaient souvent essayé d'être ensemble, d'être plus que des amis, mais ils n'avaient jamais réussi. Pourtant vraiment ils avaient fait des efforts, et en plus Beth était super canon et il était certain que le sexe avec elle devait être génial, mais entre eux ça n'avait jamais fonctionné. L'amitié c'était ce qui leur convenaient le mieux, et c'était très bien comme ça.
Mais ce soir pour sauver sa princesse en détresse, Charles avait sorti le grand jeu, il était arrivé sur de lui et sans un mot il avait embrassé sa belle. L'espace d'une seconde, il avait eu peur qu'elle n'entre pas dans son jeu, mais en fait non pas du tout. Au contraire, elle jouait le jeu à merveille et ce baiser donnait presque envie à Charles de refaire un essai avec elle, de la raccompagner chez elle, de l'entendre rire et voilà. Mais ça c'était pour après, parce que d'accord il devait de débarrasser du gars qui était en train de les regarder avec des yeux de merlan frit.
Le baiser lui avait déjà mis un coup sur la tête, mais alors l'histoire de couple échangiste qui essayait de trouver un troisième partenaire avait eu raison de lui et c'était enfui sans demander son reste et sans payer non plus. C'était un peu un goujat le gars quand même.

Cependant, ça aurait été dommage de ne pas profiter du repas jusqu'à la fin, et puis en plus les desserts allaient arriver. Il avait questionné sur le dessert que le fameux Tiago avait pris. La pauvre n'avait même pas eu le temps de répondre que le gâteau était devant lui. Trois chocolats miaaam. Ce gars était peut être un boulet fini, mais au moins pour le dessert il avait beaucoup de goût, et Charles se faisait vraiment plaisir en le mangeant, tout en demandant à Beth plus d'info sur sa soirée et sur Monsieur Muscle.

« Je comprendrais jamais ce truc de la guitare. Tu crois que je devrais m'y mettre aussi pour attirer des jeunes filles innocentes dans mes filets ? »

En quoi la musique pouvait attirer les femmes ? Parce que en plus en faisant de la guitare on avait les bouts de doigts tout fripé et donc quand on voulait juste toucher quelqu'un c'était pas agréable pour un sou. Ou alors c'était l'idée que le gars pouvait écrire des chansons romantique ? Si c'était ça, Charles pouvait très bien se mettre à écrire des poèmes et hop hop hop. Mais bon si il était tout à fait honnête, savoir jouer d'un instrument de musique c'était quand même la classe.

« Mais qu'est ce qu'il t'as dit au speed dating qui aurait pu retenir ton attention ? Parce que même physiquement il était pas terrible. Bon d'accord il doit certainement être beau gosse pour les femmes, mais pas autant que moi soyons sérieux »

Charles ou le gars qui ne se le pétait absolument pas du tout !! Evidemment il disait ça en rigolant, enfin il savait qu'il pouvait plaire aux femmes mais il n'en jouait pas forcément, enfin en tout cas il ne collectionnait pas les conquêtes tout les soirs même si il en profitait. Mais avant tout, il était plus que curieux de savoir ce qui avait pu pouvoir plaire à Beth chez ce mec. Généralement la première impression était toujours la bonne, mais là pour une fois l'instinct de Beth ne l'avait pas aidé pour passer une bonne soirée.
Enfin dans leur malheur, ils avaient de la chance, ils finissaient la soirée ensemble.

  « Oui bien sur, je peux goûter le tiens en échange ? »

Il avait bien remarqué que depuis qu'il était arrivé elle était en train de baver dessus. Poussant son assiette vers Beth, Charles en avait profité aussi pour prendre la sienne avec un tiramisu. Huum mais c'était qu'il n'était pas mauvais non plus.

« La prochaine fois que tu me fais ce genre de plan, je te jette dans l'eau, où je te rappelle à quel point tu t'es fais chier ce soir »

Parce que clairement, si dès le début Beth lui avait dit qu'il aurai du aller au resto et tout cela, il ne serait sûrement pas venu, même pour ses beaux yeux.



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Mer 2 Sep - 20:40


   Charles & Beth
   
« J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler »

   
« Je comprendrais jamais ce truc de la guitare. Tu crois que je devrais m'y mettre aussi pour attirer des jeunes filles innocentes dans mes filets ? » Elle ne put s’empêcher de rire. Il était vrai que pas mal de filles aimaient les musiciens. Sans vraiment qu’elle ne puisse l’expliquer. Elle, préférait les hommes normaux et simples. Mais les musiciens devaient avoir un petit truc en plus … l’appel du show-biz peut-être. Même si les trois quarts n’entreraient jamais dans la lumière. Elle le savait bien, sa carrière – façon de parler – restait au point mort. Elle se tâtait parfois même à auditionner pour the Voice ou X Factor. Avant de devenir de trop vieille pour le faire. Un jour … « T’as pas des mains à jouer de la guitare … du piano à la rigueur. Non, il faut que tu joues sur ton côté intello, ça marche aussi. C’est ce qui m’avait attirée chez toi. » Pas de signe de rougeur ou de gêne apparu sur ses joues quand elle prononça cette phrase. Elle était capable de faire des compliments sincères à Charles, sans aucune arrière-pensée. Elle s’y attendait. Elle sentait qu’il allait faire preuve d’un peu de curiosité. Grâce aux nombreux sms de son ami pendant la soirée, elle savait que son rendez-vous avait été un vrai désastre. Elle avait déjà presque tous les détails. Pour sa part, elle avait été plus concise. Il ne connaissait que les grandes lignes de sa soirée à elle. « Mais qu'est-ce qu'il t'as dit au speed-dating qui aurait pu retenir ton attention ? Parce que même physiquement il était pas terrible. Bon d'accord il doit certainement être beau gosse pour les femmes, mais pas autant que moi soyons sérieux. » L’insécurité masculine … « Il avait … un certain charme. J’aimais bien son accent … » A bien y réfléchir, avec le recul, elle-même ne savait pas pourquoi elle lui avait donné une si bonne note. Le numéro trois aurait très bien faire l’affaire. Mais il était comptable, métier ennuyant au possible pour elle qui avait toujours détesté les maths au lycée - ses additions pas toujours justes en étaient une preuve - et il n’avait pas l’air d’avoir beaucoup de conversation. Mais ses lunettes rondes lui donnaient pas mal de charme, il fallait l’avouer. Mais il lui avait donné une mauvaise note, elle l’avait espionné. Le côté « je suis serveuse dans la vie, et non ce n’est pas juste un métier fait pour les étudiants qui veulent payer leurs études » n’attire pas toujours. Charles ne l’avait jamais jugée. Erwan non plus d’ailleurs. « Oui, je sais c’est futile. » Et puis, les goûts et les couleurs… « D’ailleurs, je ne savais pas que tu aimais les rousses … qu’est-ce qui t’as fait dire oui à … Cassandra c’est ça ? » Elle ne l’imaginait pas non plus avec ce genre de filles. En attendant sa réponse, elle demanda le droit de prendre un morceau de son gâteau. « Oui bien sûr, je peux goûter le tiens en échange ? » Elle n’eut même pas le temps de dire oui qu’il attirait son assiette vers lui et en prenait une énorme bouchée. A croire qu’il n’avait rien mangé pendant son propre rendez-vous. Et pourtant, rencard raté ne voulait pas forcément dire rentrer avec le ventre vide non ? A son tour, elle plongea sa cuillère dans le dessert aux trois mousses qu’avait commandé Tiago et savoura sa portion. Elle reviendrait dans ce restaurant, c’était sûr. Les burgers et les desserts étaient à tomber. Cette soirée aura au moins eu un côté positif. « Pas mal non plus. » Elle poussa l’assiette de Charles devant lui et récupéra la sienne avant qu’il ne termine entièrement sa part. « La prochaine fois que tu me fais ce genre de plan, je te jette dans l'eau, où je te rappelle à quel point tu t'es faite chier ce soir. » Elle ne put s’empêcher de lui sourire. Rancunier lui ? Non. « Oh arrête … tu ne sortirais jamais le nez de tes livres si je ne te poussais pas de temps en temps mon cher … » Il n’avait qu’à choisir une fille moins jolie mais avec une conversation plus intéressante. Elle n’était pas responsable de son choix final. Elle termina son dessert en mettant en bouche la dernière cuillère de son tiramisu.« Et puis il valait le coup ce dessert non ? » Apparemment oui, son assiette était vide. « Si t’es sage, je t’offre à boire après. On m’a parlé d’un nouveau bar l’autre jour … » Pour se faire pardonner. Et enlever cette moue un peu boudeuse qui avait envahie son visage. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Ven 4 Sep - 14:02

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».







« J'ai aucun sens du rythme alors je doute pouvoir jouer du piano un jour. Je vais garder mon côté intello je pense, surtout si ça fonctionne »

Et surtout si il avait réussi à faire craquer Beth comme ça. Mais oui il était clair que ce n'était pas avec ses qualités musicales – qu'il n'avait d'ailleurs pas – que Charles pouvait espérer draguer ou impressionner quelqu'un. D'ailleurs il n'y avait qu'à voir sa façon de danser pour comprendre qu'il n'avait aucun sens du rythme et qu'il n'était pas du tout coordonné non plus. C'était bien simple, quand il dansait – parce que même si il le faisait mal il s'en foutait – on avait l'impression que ses bras et ses jambes étaient indépendantes de son corps et en gros il ressemblait à une poupée de chiffon. Mais au delà de ça, il était quand même curieux de savoir ce qui avait attiré Beth chez l'autre gars.

« Ah putain oui l'accent. Ca peut faire tourner la tête de n'importe qui. Tu es pardonné pour ton erreur mon enfant »

Chaque personne sur cette bonne vieille terre était sensible aux accents des gens. D'ailleurs Charles était en train de se poser la question si apprendre une langue étrangère ne serait pas un bon plan. Ouais voilà, il allait se mettre à parler français et aller en France et biiim faire tomber n'importe qu'elle femme célibataire ou pas. Donc oui il pouvait comprendre la tentation de Beth qui était complètement normale. Et puis tout le monde avait le droit à l'erreur, tout le monde était faible. Et si lui était curieux, Beth ne l'était pas moins et voulait savoir à son tour ce qu'il l'avait plus chez Cassandra. Haha si elle savait.

« Cette chère Cassandra. Tu me tapera pas ? Elle m'avait promis une nuit de folie avec elle. Je suis un homme je résiste difficilement. Mais bon elle avait autant de conversation qu'une moule et d'accord je parle pas en couchant avec les femmes, mais bon au resto avoir un minimum de conversation ça me semble être la base. »

Il savait qu'il avait était faible de se laisser avoir par ce genre de promesse et puis il était vrai – comme l'avait fait remarqué Beth – il n'était pas très porté sur les rousses, mais là elle aurait pu être rousse, brune, blonde, les cheveux rouges, Charles aurait accepté dans tout les cas. Parce qu'il était un homme, parce qu'il était faible et qu'il ne refusé jamais quand on lui proposé une partie de jambes en l'air de folie. Seulement rien ne s'était passé comme prévu, et quand bien même cette Cassandra était très belle, elle n'avait aucune conversation et c'était bien pour cela que Charles avait préféré l'abandonnait et voler au secours de Beth pour savourer un merveilleux dessert.

« Genre je sors jamais. Et dit toi que les livres sont la nourriture de l'âme. Oui, oui je deviens philosophique »

Après l'échange de gâteau – d'ailleurs celui de Charles était bien meilleur – il avait fait remarqué à Beth que plus jamais il ne se laisserait prendre à ce genre de plan pas très foireux. Pas que cela l'embêtait, mais bon quand même et puis elle avait presque pas tort en disant qu'il ne sortait pas beaucoup le nez de ses bouquins. C'était tout simplement une déformation professionnelle et puis il devait avouer qu'il préférait faire ça, plutôt que de sortir. Donc bon oui Beth avait raison, sans elle il resterait sûrement cloîtré chez lui. C'était d'autant plus vrai depuis le départ de Rayan à New-York en plus. Mais au final son petit boudin avait eu du bon, parce qu'elle proposait d'aller boire un verre ailleurs.

« Comme je suis toujours sage, je te propose d'y aller tout de suite, et parce que je suis gentleman je t'invite. »

Leurs gâteaux englouties, Charles s'était levé pour aller payer, avant de venir retrouvé Beth et de l'aidé à lui enfiler sa veste avant de se diriger vers la sortie.
Prenant son bras, Charles et Beth partaient bras dessus, bras dessous vers le fameux bar dont elle avait entendu parler.

« Alors dit moi tout ma petite Beth, est ce que ce soir tu veux toujours trouvé l'homme de ta vie ? »



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Ven 4 Sep - 21:39


   Charles & Beth
   
« J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler »

   
« Ah putain oui l'accent. Ça peut faire tourner la tête de n'importe qui. Tu es pardonné pour ton erreur mon enfant »  Mon enfant ? C’était vrai qu’elle avait tendance à oublier, lorsqu’elle ne le voyait pas régulièrement, que Charles aimait profiter des deux petites années de plus qu’il avait pour jouer les ainés, celui qui en savait plus qu’elle, lui faire quelques sermons sur ses fréquentations parfois. Une raison de plus qui l’avait confortée dans son idée qu’elle le prenait plus pour un grand frère que pour un petit ami lorsque la question de leur futur en couple s’était posée. Et pourtant, elle n’était pas sûre qu’elle parlerait de ce qu’elle faisait dans l’espace privé de sa chambre – encore moins avec qui – avec un frère. « Genre les italiennes ne te feraient pas craquer ? C’est genre, un des accents les plus sexy du monde non ? »  A ses yeux, tous les accents l’étaient. Même celui irlandais de son colocataire, que pourtant, elle avait parfois du mal à comprendre quand elle ne l’écoutait que d’une oreille. Mais en curieuse, elle tenait à savoir ce qui avait « tant » plu à Charles chez sa conquête du soir. « Cette chère Cassandra. Tu ne me taperas pas ? Elle m'avait promis une nuit de folie avec elle. Je suis un homme je résiste difficilement. »  Elle ne le frappa pas, se contentant de lever les yeux au ciel tout en souriant. Ah les hommes. Il avait au moins le mérite d’être sincère et de ne pas se cacher, ce qu’elle appréciait chez lui. « Tu aurais pu lui dire que tu avais bien trop envie d’elle pour attendre un repas entier. Je ne suis pas sûr qu’il y ait des caméras cachées quelque part pour nous obliger à rester sagement assis dans les restaurants. Ou un petit coup vite fait aux toilettes entre deux plats, non ? »  Pourquoi n’avait-elle pas eu cette idée plus tôt ? Elle aussi aurait pu ne passer forcer à rester sagement assise et voir plus rapidement si Tiago valait le coup d’un second rendez-vous ou pas, d’une manière pas vraiment prévue initialement par le site de rencontre. « Ça pourrait être un tout nouveau concept en fait. Speed-dating, puis clé d’une chambre d’hôtel pour ceux qui se correspondent le plus … Genre, si la musique ne marche pas pour moi, je pourrais toujours me reconvertir là-dedans … »  Elle haussa les épaules. Son rendez-vous n’avait pas terminé son verre de vin, elle n’avait pas voulu en commander pour elle, comme d’habitude. Peut-être qu’avec un verre, il aurait paru plus intéressant. Elle ne le saurait jamais, mais par curiosité, elle se saisit du ballon et le porta à ses lèvres. Avant de faire une grimace. Non, ce genre de boisson n’était décidemment pas fait pour elle. Ce geste clôtura leur repas du soir. « Comme je suis toujours sage, je te propose d'y aller tout de suite, et parce que je suis gentleman je t'invite. »   « Si j’avais su ça plus tôt, je t’aurais appelé plus tôt … tu aurais du goûter aux burgers … bien meilleurs que ceux de Shake Shack. »  Elle termina la bouteille d’eau pétillante pour faire passer le vin qui lui avait laissé un mauvais goût dans la bouche pendant que Charles s’était levé pour aller payer au comptoir. Lorsque ce dernier revient, en vrai gentleman, il lui tendit sa veste et l’aida à l’enfiler. Geste dont elle ne put s’empêcher de rire. Si tenir une porte, ou payer l’addition pouvait encore tout à fait passer de nos jours – sauf aux yeux des plus pures féministes – aider une femme à enfiler sa veste était un peu plus vieux jeu dirons-nous. Elle le remercia avec une petite courbette, et ils sortirent du restaurant, recommençant à jouer les couples en se tenant par le bras. Arrivés dans la rue, elle prit la direction des évènements. Il ne leur suffirait que dix minutes de marche pour arriver au bar. « Alors dit moi tout ma petite Beth, est ce que ce soir tu veux toujours trouver l'homme de ta vie ? » Ne pas penser à Erwan, ne pas penser à Erwan … « L’homme de  ma vie ? Je n’en demandais pas tant de cette soirée, j’avais surtout besoin de me changer les idées. … »  Elle avait besoin d’une soirée sans prise de tête, avec son Charles à proximité. Elle se doutait que son sourire, sa chaleur et sa bonne humeur réussiraient à lui faire tout oublier. Et passer une bonne soirée. « Pour l’homme de ma vie, j’ai encore un peu le temps tu ne crois pas ? A moins que tu penses que j’ai une date de péremption … »
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Mar 8 Sep - 13:36

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».







Coucher avec Cassandra dans les toilettes ? Mais bordel pourquoi est ce qu'il n'y avait pas pensé ? Dans tout les films ils faisaient ça l'air de l'air avec que des gens continuaient à faire leurs ablutions et se contentait juste de mettre une main sur la bouche de la femme pour l'empêcher de crier tellement elle prenait du plaisir. Sauf qu'on était pas dans un film et pendant le dîner Charles s'était tellement fait chier, qu'il n'avait absolument pas pensé à ça. Des fois il se demandait s'il n'était pas un peu con sur les bords. Mais dans ce cas ici présent, il préférait dire qu'il avait été gentleman et puis honnêtement il ne pensait pas avoir perdu grand chose. D'accord il aurait pu tirer son coup mais après ça ? Il serait rentré chez lui tranquillement, se serait installer dans son lit comme un gros panda et aurai pris un bouquin. Alors que là du coup il passait une bonne fin de soirée avec Beth. C'était quand même bien mieux que son programme il devait se l'avouer .

« Tu sais que c'est pas une mauvaise idée ça ?  Je suis sûr que ça pourrait fonctionner du tonnerre, parce que les gens ne l'avouent pas forcément, mais les coups d'un soir c'est quand même génial »

C'était même du génie !! Peu de gens osait l'avouer qu'ils aimaient les coups d'un soir, enfin surtout les femmes. Parce que dès qu'elle disait ça tout le monde se mettait à penser qu'elle était des salopes ou ce genre de chose alors qu'en fait pas du tout. Les hommes faisaient la même chose et pourtant eux était considéré comme des Don Juan. Charles n'avait jamais compris pourquoi on faisait un tel différence entre hommes et femmes. Par contre l'idée de Beth, oui il y avait potentiel à se faire une blinde de fric. Enfin encore fallait-il réfléchir un peu plus au concept, à l'étude de marché et tout ça. Et rien que ça c'était beaucoup trop pour Charles.
Cependant Charles n'avait pas oublié sa dernière phrase et il comptait bien rebondir la dessus, pour qu'elle ne perde pas courage.

« Mais je te rassure, tu n'aura pas besoin de ça, parce que je sais que tu vas réussir dans la musique. Ne t'inquiète pas pour ça »

Si quelqu'un devait percer dans la musique, c'était elle et personne d'autre. Elle avait un talent fou et il ne pensait pas ça uniquement parce que Beth était son amie, non, non, il était persuadé que très bientôt son heure de gloire viendrait et que le monde entier serait fou d'elle et de sa musique. Souvent Charles avait eu envie de l'inscrire à des émissions musicales genre The Voice où Nouvelle Star sans en parler à Beth, mais comme il ne regardait pas vraiment ce genre de programme, il ne savait pas quand était les inscriptions.
Mais il comptait bien le faire un jour, mais pas tout de suite, parce que pour l'instant il avait un verre à boire dans un autre bar, et même si Beth lui assurait qu'ici ils faisaient des burgers à tomber par terre, pour l'instant il voulait juste boire et profiter de la fin de soirée. Le bar de Beth n'était pas si loin que ça, en 10 minutes même pas ils étaient arrivé tranquillement et Charles avait été commandé des verres avant de revenir vers Beth qui avait réussi à trouver un endroit tranquille.

« Tout va bien toi ? Tu sais que si tu as besoin de parler je suis là »

C'était le fait d'avoir loupé son rencard avec Pedro ou Tiago ou qu'importe son prénom qui la rendait si mélancolique ? Ou alors il y avait vraiment quelque chose qui n'allait pas ? Charles n'aimait pas trop beaucoup ça, parce que Beth c'était un rayon de soleil et une Beth pas en forme ce n'était pas possible. Alors il voulait être sur qu'elle savait qu'elle pouvait compte sur lui à tout moment.

« Bien sur que non tu n'as pas de date de péremption, tu es belle comme un cœur »

Alors quand on regardait les photos d'un vrai cœur ce n'était pas ce qu'il y avait de plus beau, mais par contre les dessins imagés étaient magnifiques et c'était ça que voulait dire Charles. Beth était tout simplement magnifique et adorable et gentille et douce et bref elle était tout simplement géniale.

« Je te propose quelque chose. Si à 40 ans on est toujours pas marié l'un et l'autre et ben on aura qu'à se marier ensemble »

Ca laissait une marge assez importante à Charles et encore plus important à Beth. C'était un bon plan non ? Et puis entre ami ça se faisait souvent ce genre de pacte. Soit Beth trouverait que c'était une idée de génie, soit elle prendrait pour un fou et rigolerait, soit elle le prendrait pour un taré. Dans les 3 propositions il y avait du vrai dans tout les cas.

« Ceci dit, si tu trouves personne pour te rendre heureuse c'est que vraiment le monde tourne mal et que les mecs ne savent pas ce qu'ils perdent »

C'était parce qu'après plusieurs essai Charles savait qu'entre Beth et lui ce n'était pas possible, l'amour n'était pas compatible entre eux, mais pas avec les autres hommes qui peuplaient cette bonne vieille terre. Et il était persuadé que dans peu de temps elle finirait par trouver l'homme de sa vie.


lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Jeu 10 Sep - 22:30


   Charles & Beth
   
« J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler »

   
« Tu sais que ce n’est pas une mauvaise idée ça ? Je suis sûr que ça pourrait fonctionner du tonnerre, parce que les gens ne l'avouent pas forcément, mais les coups d'un soir c'est quand même génial. » Les coups d’un soir faisaient du bien au moral surtout. Ils permettaient de se revaloriser, de se sentir attirant, séduisant. C’était un excellent moyen pour avoir à nouveau confiance en soi. Enfin, c’était de cette façon que Beth voyait les choses, et à cause de ses raisons qu’elle avait réussir à passer outre l’appréhension de passer pour une fille facile et juste profiter de la soirée, et de l’homme qui allait l’accompagner. Et lui donner du plaisir. Puisque finalement, quand on ne se pose pas de question, quand on ne se demande pas comment se passera le réveil, quand il n’y a aucune pression, il était beaucoup plus simple de prendre son pied. « On va faire une campagne de pub pour les en informer. Genre en devanture de ta librairie, je suis sure que ça le ferait. » Elle songeait parfois à une reconversion. « Mais je te rassure, tu n'auras pas besoin de ça, parce que je sais que tu vas réussir dans la musique. Ne t'inquiète pas pour ça. » Elle ne l’avait pas confié à beaucoup de monde, mais elle se laissait encore deux ans pour percer. Si à trente ans, elle se rendait compte qu’elle continuait à jouer de la guitare et à chanter dans des petits bars, que ce qu’elle gagnait de sa passion ne lui permettait pas de payer un loyer, elle songerait à se chercher un vrai travail, quitte à faire une formation ou à reprendre des études. Deux ans, c’est long et rapide à la fois. L’an prochain, ça ferait dix ans qu’elle était arrivée à Memphis avec l’envie de se faire connaître. Peu de choses avaient changé depuis. « Et puis je préfère me reconvertir dans la vente de livres si jamais plutôt. » Même si elle n’était pas une lectrice assidue, par manque de temps. Elle avait proposé cette soirée pour prendre l’air, se changer les idées, éviter Erwan. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’elle avait appris ce dimanche matin. Et la mélancolie venait la surprendre un peu plus souvent que d’ordinaire. Charles s’est rendit compte assez rapidement, maintenant qu’elle n’avait pas à se concentrer sur ses tentatives de conversation avec Tiago. « Tout va bien toi ? Tu sais que si tu as besoin de parler je suis là. » Elle sourit à son ami. Bien sûr qu’elle savait qu’il serait là en cas de besoin. Elle pourrait l’appeler en plein milieu de la nuit, et il décrocherait et l’écouterait parler des heures s’il le fallait. Il serait capable de venir chez elle et de la prendre dans ses bras pour la rassurer. Malheureusement, pour ce qui lui encombrait l’esprit, ce qui lui minait le moral depuis quelques jours, il ne pourrait rien faire. Elle était dans un cul-de-sac. Pire, un labyrinthe dont toutes les sorties étaient piégées. Elle serait perdante dans tous les cas, et perdrait des gens à qui elle tenait énormément. Il valait mieux qu’il croit qu’elle allait bien. Faire comme toujours. Il savait parfaitement comment la rassurer. Et comme la faire sourire. Elle se pencha pour saisir le verre de limonade qu’il lui avait ramené. Elle lui avait dit qu’elle lui payerait un verre et pourtant, c’était lui qui les avait cherchés au bar. Il était irrécupérable. « Je te propose quelque chose. Si à 40 ans on est toujours pas marié l'un et l'autre et ben on aura qu'à se marier ensemble. » Curieusement, alors que d’autres filles auraient éclaté de rire à cette proposition plus que saugrenue, elle se surprit à y réfléchir. L’idée n’était pas mauvaise. Se dire qu’on pouvait être encore seul, célibataire, vieille fille était loin d’être une idée très réjouissante. Mais finir avec l’un de ses plus proches amis pouvait rendre la vie bien plus douce. « Pourquoi pas … » Mme Bethany Trainor, ça ne sonnait pas si mal. « Mais je vais peut-être avoir des goûts de luxe d’ici là, ça pourrait être risqué pour ton portefeuille … » Elle allait peut-être se transformer en bridezilla aussi si ça se trouve. « Ceci dit, si tu trouves personne pour te rendre heureuse c'est que vraiment le monde tourne mal et que les mecs ne savent pas ce qu'ils perdent. » Elle haussa les épaules et but une gorgée de son verre à l’aide de la paille arc-en-ciel glissée dans le verre. « Je suis peut-être trop exigeante. Ou pas douée au lit. Ca tu ne pourrais pas juger … »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥] Jeu 17 Sep - 13:34

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».







Vraiment cette idée de speed dating qui pouvait se finir à l'hôtel était une idée de génie, surtout que pour être sûre d'épouser la bonne personne il fallait être compatible niveau sexe. Parce que les gens avaient beau dire que ce n'était pas le plus important et que si on était amoureux tout se passerait bien et blablabla mais c'était des foutaises. Le sexe c'était primordiale, au moins 50 % de la relation si ce n'était pas plus. Mais oui à ses heures perdues Charles réfléchirait ardemment à tout cela, et comment mettre en place et tout ce que cela impliqué.
Mais pour l'instant ce n'était pas le moment de penser à tout cela, maintenant qu'ils avaient un nouveaux verres devant eux, il était entièrement et pleinement consacré sur Beth qui lui assuré que tout allait bien. Il avait un peu de doutes sur ça, mais il insistait ne servirait à rien et il la surveillerait de près. Et quand il aurait 40 ans et qu'il se mariait avec il pourrait la surveillait d'encore plus près. Parce que c'était l'avantage avec Beth, elle considérait les choses avant de dire non tout de suite. Et puis c'était un bon arrangement entre eux que de faire ça.

« Je n'ai peur de rien, et puis d'ici là j'aurai bien trouvé quelque chose pour être riche »

Que Beth puisse devenir quelqu'un de superficielle avec des goûts de luxe ne l'inquiétait absolument pas, parce que Charles savait que cela n'arriverait jamais. Elle était bien trop bien pour devenir ce genre de personne, mais il elle commençait à avoir des goûts de luxe d'ici là peut-être que Charles aurait trouvé l'élexir de longue vie qu'il pourrait vendre à prix d'or, ou alors il proposerait des cours de licorne, ou encore mieux il serait un écrivain à succès et tout le monde s'arracherait ses bouquins. Enfin pour ça encore fallait-il écrire ce qui n'était absolument pas son cas, mais sur un malentendu on ne savait jamais. Le basketteur dans les frères Scott avait bien écrit un bouquin dans la série alors pourquoi pas lui ?
Mais bon il avait quand même émis l'hypothèse que si ils en arrivaient là c'était que le monde ne tournait absolument pas rond, parce que Beth était la femme parfaite. Pas sa femme parfaite à lui, mais elle l'était forcément pour quelqu'un, et sinon tant pis ça serait lui le plus chanceux.

« J'avoue j'en ai aucune idée, mais je m'inquiète pas vraiment. »

Ce n'était pas faute d'avoir essayer, mais à chaque fois qu'ils avaient voulu coucher ensemble, ça ne leur semblait absolument pas naturel et plutôt que de se forcer et tout foiré ils en étaient tout simplement resté là. Mais il ne doutait pas des compétences de Beth, tout comme il ne doutait pas des siennes.

« Et puis si vraiment on arrive pas à coucher ensemble on pourra faire un mariage libre haha »

Ce n'était absolument pas comme ça qu'il envisageait le mariage – d'ailleurs il ne savait pas vraiment si il envisageait le mariage vraiment – et du coup cette proposition lui semblait presque contre nature. Pour lui c'était en contradiction avec tout ce que représenté le mariage, mais après tout pourquoi pas.

« D'ailleurs, depuis tout à l'heure il y a un gars qui n'arrête pas de te regarder. Il doit penser que je suis ton ami gay. Tu veux que je fasse ton ami gay pour voir si il vaut le coup ? »

Ca pourrait être très drôle de jouer les gays, et puis si cela pouvait aider Beth à trouver l'homme de sa vie, Charles était vraiment prêt à tout.



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥]

Revenir en haut Aller en bas

Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ». [Beth ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Imagine que Martin Luther King ait dit : « J’ai fait un rêve... mais j’ai pas envie d’en parler ».
» Le rêve de Martin Luther King sera réalisé...enfin.
» Le rêve de Martin Luther King; Obama va-t-il le réaliser ?
» Le député Lutherking Emmanuel Macardieu explique la position politique de l'OPL
» Il avait fait un rêve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 05 + POWER IT UP :: les rps-