AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

( ft. Jude ) electric feel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Summer Atkins
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 93
≡ arrivée : 08/07/2015
≡ célébrité : Clémence Poésy

MessageSujet: ( ft. Jude ) electric feel Ven 4 Sep - 23:43


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

La fatigue. Cela doit être ça. Cela ne peut être que ça. Ce sentiment amer qui me poursuit, qui rend tous mes rires factices, tous mes bonheurs éphémères, toutes ces couleurs vives qui deviennent pastel... Cela ne peut être que la fatigue. La fatigue de ces sentiments trop forts qui me dépassent, qui sont trop grands pour moi, trop hauts pour que je puisse les retenir, trop lourds pour que je puisse tenir. Je suis fatiguée depuis toujours. Depuis qu'il est parti, et depuis que je l'ai vu, sans vie, devant moi. Je suis fatiguée de me battre. Et cette pensée me terrifie. Parce que je sais que mon père aussi était fatigué, usé, vide, qu'il n'avait plus l'énergie de tenir face à ce monde, et que c'est pour cela qu'il nous a abandonné. Je ne veux abandonner personne tout comme je ne veux pas que l'on m'abandonne. Alors tous les jours, je tâche de sourire, je tâche de rire, et de m'émerveiller de toutes ces choses qui m'entourent, je tâche de remarquer toute la beauté de ce monde. Toute cette beauté qui me tourne parfois la tête. Le monde, malgré toutes ces choses si sombres sait se teindre de couleurs splendides. Et ils sont pour moi ces couleurs splendides. Depuis que leur musique a résonné au creux de mes oreilles pour la toute première fois. La fatigue est moins lourde quand je les écoute, et je tente de me concentrer là-dessus, sur ce bonheur qu'ils me procurent à juste m'avoir intégrée à leurs vies, à leur monde, et à me considérer « la leur ».
Oui, la fatigue est parfois lourde parce que ses yeux ne se posent jamais réellement sur moi, et même si c'est fatiguant d'avoir l'impression qu'il regarde à travers moi sans me voir, je suis là. Je peux m'enrichir de lui, d'eux, de leurs blagues stupides ou de leurs grands débats philosophiques. Je suis comme un mec au milieu de cette bande de bad boy, ils ne m'infantilisent pas. Peut-être parce que je suis spéciale. Je n'ai jamais su par quel miracle j'ai réussi à m'intégrer dans ce groupe de manière si récurrente mais lorsque la fatigue est vraiment trop lourde, je me rappelle que c'est le cas, que je les ai à portée de main, à portée de voix et qu'ils sont attachés à moi.

J'ai toujours eu peur que Jude finisse par détester cette part de moi, je suis persuadée qu'au début il en voulait pas mal à Kellan de me laisser m'intégrer aussi facilement à leur cercle, et j'imagine aussi qu'il ne me prenait que pour une fan de plus hystérique. Peut-être que j'en suis une, mais je n'ai pas l'impression d'agir comme telle. Je craignais également qu'il ne supporte pas que je devienne au fil des années si proche de son meilleur ami. Jamais cela n'a été une tentative de l'approcher lui, Kellan et moi, c'est juste devenu évident, tout comme pour eux. Nos relations n'étaient pas les mêmes, bien sûr, et ce n'était pas mon objectif. Mais maintenant je me rends compte que tout cela n'a pas du m'aider à gagner l'estime de Jude. Pourtant il est rarement désagréable, et même au bout de 10 ans, je n'arrive toujours pas à le cerner, à savoir ce qu'il pense, pourquoi il le pense, et comment il réagirait dans telle ou telle situation. Et cette énigme ne fait qu'attiser mon envie, qu'attiser mes sentiments. Je pensais que je pourrais y faire face, rester célibataire toute ma vie car incapable d'aimer quelqu'un d'autre. Mais je reste une humaine fragile aux besoins tels que le besoin d'affection, de reconnaissance, d'appui. Alors aimer Jude me fatigue également, sans que j'y puisse y remédier.

Aujourd'hui encore, je suis confrontée à ces sentiments trop forts, car aujourd'hui encore, nous sommes tous ensemble. Bien sûr, je sais passer au dessus de mes sentiments, je sais éviter de le dévorer des yeux à chaque seconde, même si je brûle d'envie de sentir les siens sur moi. Je sais passer au dessus de cette chaleur qu'il me procure quand il me tend une bière et que je frôle ses doigts, tout comme je sais tenir une grande conversation avec tout le monde sans ne fixer que ses lèvres qui s'agitent, n'écoutant que ce qu'il a à dire. Je sais faire tout cela, sans trop d'effort, parce que je les aime tous, parce que je passe toujours des moments qui me font du bien à l'âme.
Aujourd'hui encore, nous avons trop bu, alors nous rions pour des conneries. La musique résonnant dans l'appartement de Jude me fait danser, j'adore danser quand je suis éméchée, cela me permet de ne pas me sentir honteuse de ce que je fais. Ils me connaissent tellement que cela m'indiffère maintenant, je ne cherche plus à « plaire » depuis longtemps. Mais la réserve de boisson commence à s'épuiser et c'est une nouvelle qui n'est pas bonne à entendre. Je réagis au quart de tour : « Je vais en racheter ! Quelqu'un vient avec moi ? » Mon enthousiasme semble arracher un ou deux rires, je crois même en entendre un me traîter d'alcoolique. Puis Kellan réagit : « Allez, Jude ! Vas-y, c'est ton tour ! » Si intérieurement, je suis persuadée que c'est une très mauvaise idée et qu'il ne la suivra sans doute pas, je feins de n'avoir rien entendu, me penchant juste pour prendre le pull de Kellan, l'enfilant car à cette heure, la fraîcheur a du envahir la ville, et moi, dans mon débardeur, dans mon short court, je ne tiendrai pas jusqu'au magasin sans crever de froid. Je prends également ma pochette contenant mon paquet de clope, entre autres. Ce n'est qu'une fois en dehors de l'appartement que je réalise que Jude me suit vraiment. Un léger sentiment d'angoisse me prend, sans doute exacerbé par l'effet de l'alcool. La porte fermée et une fois descendus, je tente un regard dans sa direction : « Tu veux une clope ? » Je lui tends le paquet que je viens d'ouvrir, glissant une des cigarettes entre mes lèvres.
Je repense à ces personnes qui savent pour ce que je ressens, et à toutes les fois où l'on m'a conseillé d'au moins lui avouer. Je ne sais pas si c'est vraiment une bonne idée, et je finirai sans doute la soirée comme à chaque fois, à me demander si c'est vraiment une bonne idée et à repousser le moment où cette fatigue me dépassera vraiment et que tout ce que je pense finira par déborder pour de bon. J'espère que ce ne sera pour ce soir, vraiment.

_________________


summer.a

Just a perfect day. Problems all left alone. Weekenders on our own, It's such fun. Just a perfect day. You make me forget myself, I thought I was someone else, Someone good.   byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jude Williams
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 24
≡ arrivée : 28/08/2015
≡ célébrité : Luke Grimes

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel Mar 8 Sep - 1:22


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

Une autre soirée où les bières s’écoulent à une vitesse folle. L’appartement est plein à craquer, et Jude est nonchalamment installé sur un fauteuil, tirant doucement sur un joint avant de le repasser à son voisin. Rien qu’une bouffée, rien pour trop embrumer son esprit déjà légèrement affecté par l’alcool. La musique est entraînante, les conversations sont hilarantes. Une soirée réussie. Il n’est pas rare que Jude invite ses copains à passer la soirée chez lui. Il vit seul, n’a de compte à rendre à personne, et sa voisine du bas est à moitié sourde. Depuis quelques heures déjà, les copains sont réunis, et Jude se félicite d’avoir réussi à se créer un tel réseau amical. Il aime chacune des personnes qui se trouve sur place, et apprécie chacun des moments passés en leur compagnie. À certains moments, son regard se pose sur Summer. De brefs instants, lorsqu’il est certain que son attention est occupée ailleurs. Des coups d’œil vifs, furtifs, juste pour s’assurer qu’elle semble en pleine forme, heureuse. Il ne saurait expliquer son comportement, c’est sans doute parce qu’il se sent coupable de cette soirée où il a fait une grosse connerie. Ils n’en ont jamais vraiment reparlé, sauf le lendemain, où il a maintenu le fait qu’il ne se rappelait plus rien. Mais le souvenir est vif, brûlant, honteux. Alors, de temps à autre, il la couve du regard, pour tenter de se convaincre qu’elle ne lui en tient pas rigueur. Et le reste du temps, il se laisse emporter par l’ambiance, tout simplement. À un moment, il fait même quelques pas de danse alors qu’il se dirige vers le réfrigérateur, pour constater qu’il n’y a malheureusement plus de bière. Il soupire, hoche la tête. « Je vais en racheter ! Quelqu'un vient avec moi ? » Il lève le regard vers Summer, qui vient de se proposer avec enthousiasme. Un sourire naît sur ses lèvres, mais il l’efface bien aussitôt, espérant que personne ne l’a remarqué. Et il reprend sa place sur le fauteuil, battant la tête au rythme de la musique, faisant celui qui n’a rien entendu. « Allez, Jude ! Vas-y, c'est ton tour ! » Jude tourne la tête vers Kellan, son meilleur pote. Son frère. Mais le regard qu’il lui envoie n’a rien de fraternel, c’est plutôt un regard noir, assassin. Il n’a absolument aucune envie de quitter son appartement, surtout en compagnie de Summer. Pour être honnête, il se sent trop mal à l’aise pour supporter sa présence. Mais, ne trouvant aucun argument justifiant un refus, il se lève en silence, et suit la jeune femme à l’extérieur. « Tu veux une clope ? » Il pose son regard sur elle, esquisse de nouveau un sourire. « Merci. », répond-il machinalement en prenant une cigarette dans le paquet qu’elle lui tend, sortant de sa propre poche un briquet pour allumer leur deux clopes.

Sans rien ajouter, il se met en route vers le liquor store qui se trouve à dix minutes de marche de chez lui. La nuit est agréablement fraîche, un bon contraste avec l’ambiance un peu étouffante offerte par l’appartement rempli de gens. Il s’étire, fait craquer ses jointures, pousse un soupir de soulagement. Durant quelques minutes, il marche dans le plus parfait des silences, jusqu’à ce qu’il termine sa cigarette, l’envoyant balader vers le sol. Puis, tout en continuant la marche, son regard se pose sur Summer alors qu’un sourire amusé égaie soudainement son visage. « On devrait leur acheter de la bière sans alcool, pour rire. Mais aussi prendre de la vraie, pour toi et moi. » Une idée débile, immature. Mais c’est tout ce qu’il a trouvé à dire pour rompre le silence qui s’était doucement installé entre eux. « Bon, ça ne fonctionnerait sans doute pas, ils risqueraient de remarquer l’étiquette sur les bouteilles. Mais n’empêche que ce serait drôle, je suis sûr que deux-trois personnes feraient semblant d’être complètement ivres. » Il rigole, imaginant la scène. Mais son hilarité s’envole bien vite, parce que ça lui rappelle la dernière fois où lui-même a justement été complètement bourré. Ce moment où il a failli forcer la main de Summer, juste pour obtenir ce qu’il voulait. Il secoue la tête, furieux contre lui-même. Il est grand temps qu’il cesse de penser à cette histoire, bon sang! Il a merdé, c’est vrai, mais Summer ne semble pas lui en vouloir outre mesure. La preuve : elle est ici ce soir, chez lui. Si elle le détestait, elle ne serait pas venue, pas vrai? Et puis, il n’a jamais été du genre à se soucier des sentiments des autres, et il s’en est toujours très bien porté. Pourquoi rompre une si belle habitude? Il refuse d’accepter la culpabilité qui le ronge de l’intérieur, il tente continuellement de se convaincre qu’au fond, il n’a rien fait de mal. Peut-être qu’il est temps qu’il allège sa conscience. Des excuses ne feront de mal à personne, sinon à son orgueil. Mais cela aura sans doute le mérite de le faire cesser de s’en faire avec si peu. « Tu sais, je t’ai jamais dit, mais je me souviens de la soirée où… enfin. La soirée. » Il espère qu’elle comprendra ce à quoi il fait référence, sans qu’il ne doive fournir plus de détails que nécessaire. « J’ai vraiment agi en connard. J’espère que tu ne m’en veux pas trop. » Voilà, c’est le mieux qu’il peut faire en guise d’excuses. Il ne peut pas prononcer les mots « je suis désolé » ou encore « je te demande pardon », ce serait comme avouer la faute qu’il n’assume pas. Au fond, tout ce qu’il souhaite, c’est qu’elle le rassure en lui disant qu’il n’a aucune raison de s’en vouloir, que toute cette histoire est bien oubliée.

_________________
take your time
I don't wanna steal your freedom, I don't wanna change your mind, I don't have to make you love me, I just wanna take your time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Summer Atkins
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 93
≡ arrivée : 08/07/2015
≡ célébrité : Clémence Poésy

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel Mer 16 Sep - 16:51


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

Jude. Si j'avais été dotée du talent d'écriture, combien de livres aurais-je pu écrire sur lui? Combien de feuilles blanches aurais-je pu noircir de cette fascination malsaine qui m'anime, de ces sentiments obscurs qui me rongent, de cette soifs qui ne s'étanche jamais ? Combien aurais-je pu en souiller de son ignorance ? Il avait capturé cette chose en moi, de sa seule présence, de son seul regard, et j'avais du constater ma perte à l'instant même où il avait ouvert la bouche pour la première fois. Longtemps mon corps avait brûlé rien qu'à se trouver dans la même pièce que lui, ne désirant qu'un faible contact. Je m'étais longtemps sentie comme une vierge qui n'avait jamais eu droit au moindre contact, tant je demeurais un brasier à l'intérieur, tant cette présence me faisait souffrir. J'avais beau secouer la tête, tenter de vider cette obsession, elle était omniprésente, et ce, depuis 10 ans. La seule chose qui avait changé, c'était que je m'étais faite à cette idée. A l'idée qu'il ne me quitterait jamais, mais aussi à l'idée qu'il ne s'intéresserait jamais à moi. Jude. C'était le nom de toute la passion accumulée, mon amour de l'art, mon amour de la vie, du monde, je lui devais à lui. Si j'étais capable de m'animer ainsi pour un homme, pourquoi ne pas m'animer de cette énergie folle pour ce qui m'entourait. Jude me rendait humaine, c'était tout simplement ça.
L'ironie du sort m'avait frappée, lorsqu'un jour, une amie à qui je parlais de lui, m'avait évoqué « Saint-Jude », m'apprenant que ce dernier était le Saint-Patron des causes désespérées. Je n'étais pas croyante, cela ne m'intéressait pas vraiment, mais cette anecdote me faisait sourire de temps à autre, quand elle me revenait en tête, me rappelant à quel point j'étais face à un mur. Alors oui, aujourd'hui, j'étais là, dehors, avec lui. Peut-être un peu fébrile, comme à chaque fois que je me retrouvais seule en sa présence, mais j'avais fini par agir comme avec Kellan, autant que je le pouvais, parce que je ressentais bien que c'était sans doute ce qu'il attendait. Il me remercie, avec ce léger sourire qui lui va si bien. Je me sens si mièvre et futile de penser ainsi, mais c'est plus fort que moi. Je le remercie d'un hochement de tête quand il allume ma cigarette ainsi que la sienne. Je tire profondément. Je suis un peu pétée, en plus d'avoir trop bu, mais j'ai encore de quoi nous faire un ou deux pétards sur la route si l'envie s'en ressent. C'est le cadeau des courageux partant à la conquête de la boisson, bravant le froid. J'avance silencieusement, glissant ma main libre dans la poche du sweat de Kellan. Je le remercie intérieurement d'avoir eu l'idée de le prendre, parce qu'il fait froid, le vent frôle doucement mes jambes, j'aurais du m'habiller plus chaudement. Malgré tout l'air est agréable, et puis, je suis avec Jude. Je regarde devant moi, mais je sens sa présence, et c'est amplement suffisant. La cigarette me fait du bien, au moins cela ne me monte pas à la tête. L'air de la nuit me tourne un peu les idées, heureusement je marche encore droit. Encore heureux.

La voix de Jude transperce soudain le silence et je dresse la tête, d'abord surprise.  « On devrait leur acheter de la bière sans alcool, pour rire. Mais aussi prendre de la vraie, pour toi et moi. » Un sourire nait sur mes lèvres, je ris même légèrement à l'idée. « Bon, ça ne fonctionnerait sans doute pas, ils risqueraient de remarquer l’étiquette sur les bouteilles. Mais n’empêche que ce serait drôle, je suis sûr que deux-trois personnes feraient semblant d’être complètement ivres. » Mon rire se concrétise : « Ils seraient bien capables ! Ou alors on leur dit qu'il n'y avait plus que ça, et on garde le plus intéressant pour nous ! » Nos rires s'évanouissent lentement tous deux après quelques secondes, ainsi que le sujet de conversation. Le malaise semble hyper palpable, et je n'arrive même pas à définir d'où il vient vraiment. Je jette mon mégot et enfonce mes poings froids dans mon pull. « Tu sais, je t’ai jamais dit, mais je me souviens de la soirée où… enfin. La soirée. » Je redresse la tête vers lui, mon coeur s'arrêtant tout d'un coup de battre, comprenant directement de quelle soirée il parle. Je tente d'émettre des réserve, au cas où il parle d'un autre jour. Mais tout défile. Cette dernière année, cette terrible dernière année. Si j'avais réussi, auparavant, à passer au dessus, cette dernière année avait été plus insupportable, car j'avais la sensation qu'il avait compris mes sentiments depuis longtemps et qu'il en faisait une véritable boulette, chiffonnant mon coeur et le faisant valser. J'avais aussi longuement regretté de n'avoir pas juste accepté, m'être laissée faire, pour une seconde de bonheur, avant de finir plus bas que je ne l'avais été. Je ne savais plus ce que je préférais être dans sa vie. Longtemps j'avais imaginé cette nuit si je n'étais pas partie. « J’ai vraiment agi en connard. J’espère que tu ne m’en veux pas trop. » Jude semble confirmer ce que je pense. Il me laisse déstabilisée de me parler de ça maintenant, de me dire ça, comme s'il s'inquiétait vraiment de mon avis. Je secoue la tête négativement mais ne sait pas quoi dire directement. Ce n'est que près du magasin, dans la rue qui y menait que je finis pas lâcher en regardant mes pieds qui avançaient toujours : « Je ne t'en veux pas. Je ne t'en ai pas voulu une seconde. » D'un geste de main, je glissais mes doigts sur mon crâne, ramenant mes longs cheveux en arrière, d'un air mal à l'aise. « Enfin, c'est toi qui pourrais m'en vouloir de m'accrocher comme ça... Je sais que je suis un peu collante, tu aurais pu ne pas vouloir me laisser m'intégrer au groupe. J'essaye de ne pas trop te saouler, enfin, j'espère que j'y arrive.  » Pour moi, c'est évident, Jude doit savoir ce que je ressens, compte tenu de tout ça, alors c'est une manière de le confirmer et de m'en excuser. Je me sens depuis toujours terriblement embarrassée à l'idée d'encombrer l'esprit de Jude avec des futilités pareilles, je n'ai pas envie que mes sentiments, que d'avoir cette groupie amoureuse de lui dans ses pattes le dérange. Je tentais d'être discrète, mais ce qui était arrivé l'année passée m'avait finalement confirmé qu'il savait. A aucun instant je n'aurais pu croire le contraire. Et pourtant.

_________________


summer.a

Just a perfect day. Problems all left alone. Weekenders on our own, It's such fun. Just a perfect day. You make me forget myself, I thought I was someone else, Someone good.   byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jude Williams
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 24
≡ arrivée : 28/08/2015
≡ célébrité : Luke Grimes

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel Mer 14 Oct - 4:56


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

Ça lui fait du bien, de rigoler comme ça, pour un truc aussi immature. L’idée de fournir des faux alcools à ses copains est une idée qui date de son adolescence, une idée qu’il n’a jamais mise à exécution. Ce soir n’est peut-être pas la bonne soirée pour ça, après tout, la plupart des gens ont déjà bu pas mal de bières, fumé par mal de pétards. Ce serait gaspiller une belle idée pour pas grand-chose, au final. Mais bon, dans quelques semaines, peut-être. Il se contente donc de faire écho au rire de Summer, avant qu’un silence imposant s’installe entre eux. C’est idiot, ils sont toujours ensemble, vu que Summer s’est peu à peu taillée une place de choix dans leur bande d’amis. Mais, au fond, il ne la connaît pas vraiment, parce qu’il n’a jamais cherché à en savoir davantage sur cette fille un peu collante et omniprésente. Il a appris à tolérer sa présence, à l’apprécier même. Mais c’est maintenant qu’ils sont seuls qu’il réalise qu’il n’a jamais cherché à en savoir davantage sur la jeune femme. Et le silence s’impose. Silence bien vite rompu, cependant, par l’évocation de cette soirée dont ils n’ont jamais parlé.

« Je ne t'en veux pas. Je ne t'en ai pas voulu une seconde. » Réellement surpris par cette affirmation, Jude tourne vivement la tête vers elle, sourcils légèrement froncés en guise d’incompréhension. Summer est vraiment une fille spéciale. N’importe quelle autre fille aurait été furieuse de cet assaut. Pour être totalement honnête, Jude avait presque craint qu’elle porte plainte, ne se rassurant qu’après quelques semaines en voyant que ses actes n’avaient d’autres conséquences que sa conscience un peu lourde. Il l’observe, alors qu’elle glisse une main sur sa nuque, remarquant le malaise qui semble s’être emparé d’elle. Peut-être qu’évoquer cette soirée était une mauvaise idée, finalement. Peut-être que certaines choses sont mieux lorsqu’elles restent sous silence. Mais c’est tout ce qu’il a trouvé pour meubler ce silence dont il ne voulait pas, et maintenant, il doit assumer. « Enfin, c'est toi qui pourrais m'en vouloir de m'accrocher comme ça... Je sais que je suis un peu collante, tu aurais pu ne pas vouloir me laisser m'intégrer au groupe. J'essaye de ne pas trop te saouler, enfin, j'espère que j'y arrive. » Il hausse les épaules avec nonchalance, un petit sourire animant ses lèvres alors qu’il expire un petit rire. « Je n’ai pas trop eu le choix, pas vrai? » Il se rappelle bien au départ, comment il était flatté de toute l’attention qu’il obtenait d’elle, parce qu’elle était leur fan la plus assidue. Puis, peu à peu, la flatterie s’est transformée en agacement, alors qu’elle était trop présente dans sa vie, se liant d’amitié avec Kellan, attirant légèrement sa jalousie. Avec le temps, il a bien vu l’amitié qui s’est liée entre Summer et son frère de cœur n’a en rien entachée la relation qu’il entretient avec son meilleur ami, mais au départ, il avait peur que Summer prenne sa place, du moins en partie. L’agacement a peu à peu disparu, preuve qu’on peut s’habituer à toutes les situations. « Mais ne t’inquiète pas, tu fais partie de la bande. Tu n’es plus que « la groupie », tu es Summer. Une amie, au même niveau que les autres. » Il réalise qu’il est honnête en avançant ses propos, il ne s’agit pas que d’un truc pour alléger l’ambiance. Il ignore encore s’il peut réellement considérer leur relation comme amicale, mais il n’en reste pas moins que Summer est une partie intégrante de toute cette bande qui traîne présentement chez lui.

Il semble qu’ils éprouvent beaucoup de difficulté à définitivement chasser le silence, celui-ci reprend rapidement ses droits, alors que Jude marche toujours, jetant à Summer de petits coups d’œil en biais. Il réfléchit à ce qu’elle lui a affirmé, au fait qu’elle ne lui en veuille pas une miette. Dans son esprit, c’est l’incompréhension totale, décidément les femmes sont trop compliquées. Arrivés devant le magasin, il arrête sa marche, portant toute son attention sur la jeune femme. « En tout cas, tu es vraiment unique. », lâche-t-il soudainement, l’observant longuement, détaillant chacun de ses traits. « Tu imagines pas les scénarios que je me suis fait après la soirée, j’étais certain que tu allais me le faire payer cher. » Mais quel con, qu’est-ce qu’il a, à encore ramener ce sujet désagréable?! C’est juste qu’il a envie d’en savoir plus, il ne comprend pas la réaction de Summer, et il désire vraiment savoir pourquoi elle semble sereine avec la situation. Au fond, il devrait s’en réjouir, et complètement oublier ce souvenir, mais voilà, il n’y arrive tout simplement pas. Pour alléger ses propos, il rit doucement, passant un bras autour des épaules de Summer, avançant d’un pas vers la porte de la boutique. Un geste familier, auquel ils ne sont pas habitués. Étrange proximité.


_________________
take your time
I don't wanna steal your freedom, I don't wanna change your mind, I don't have to make you love me, I just wanna take your time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Summer Atkins
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 93
≡ arrivée : 08/07/2015
≡ célébrité : Clémence Poésy

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel Mer 28 Oct - 17:58


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

Il se souvient. La soirée n'a pas quitté sa mémoire. J'ignore si la sensation que ça me procure et quelque chose ressemblant à du soulagement ou à de la panique. Je ne pensais pas en réalité qu'il était possible de ressentir les deux en même temps. Jude se souvient de cette soirée. J'ai l'impression que le frisson qui traverse mon échine n'est pas du à la fraîcheur du soir, cette fois. Je lui ai répondu sincèrement, mais maintenant les questions se bousculent en moi. Je ne comprends pas pourquoi tout à coup cela lui revient, depuis un an nous avions pourtant eu l'occasion d'en parler. Je me sentais à nouveau confrontée au mystère que constituait cet homme. Depuis 10 ans, je n'avais pas l'impression d'avoir saisi un dixième de ce qu'il était réellement. Et j'étais forcée de constater que c'était ce mystère qui m'attirait le plus chez lui. Cette manière habile de parler des choses sérieuses d'un ton plus léger et de sembler passer à côté des choses les plus limpides. Cette soirée revenait en ma mémoire, je me souvenais de ses mots et de ses gestes comme si nous n'avions été qu'au lendemain des faits. Je sentais encore son corps se pencher vers moi, me bloquer, et son souffle se rapprocher du mien. Combien de fois n'avais-je pas regretté d'avoir tourné le visage à cet instant. Alors que mon corps brûlait encore du même désir. Le fait que Jude se souvienne me semblait effrayant. Il savait les sentiments que j'éprouvais et en jouait ou était-ce simplement de la maladresse ? Le plus gros mystère était qu'il n'en avait jamais reparlé. Jusqu'à maintenant. Pourquoi en parler si ça ne le travaillait pas un minimum ?

« Je n’ai pas trop eu le choix, pas vrai? » Son léger rire et cette phrase. J'ai appris à ne plus être blessée à ce genre de réaction, cela fait dix ans que je suis confrontée à ce genre de plaisanterie, je ne le prends plus mal, encore moins quand cela vient de lui. Je sais qu'il n'a aucun tact. En fait, la réflexion me fait sourire. Je préfère qu'il me parle ainsi, parce que ses mots ne sonnent jamais hypocrites envers moi, c'est un des avantages que j'ai en tant qu'ancienne, j'imagine. Ca me rassure. Il semble s'en soucier, car il ajoute : « Mais ne t’inquiète pas, tu fais partie de la bande. Tu n’es plus que « la groupie », tu es Summer. Une amie, au même niveau que les autres. » La panique se calme finalement. Je crois que c'est une des premières fois que Jude me parle ainsi, de manière aussi gentille, et sans sous-entendus, juste sincère. Sachant que je n'ai aucune chance avec lui, le fait qu'il me considère au moins comme une amie me réconforte. J'ai obtenu plus de lui en dix minutes ici qu'en 10 ans auparavant. Ma soirée est réussie. Alors je souris, calmée de ce chamboulement provoqué par la nouvelle précédente. Alors je dis un simple « Merci », ne pensant pas nécessaire d'ajouter que je ne m'attendais vraiment pas à entendre pareils mots sortir de sa bouche un jour. Les surprises s'accumulent. Peut-être qu'il est encore trop éméché, en tout cas, ça doit aider.

Pourtant, je sens bien une tension chez lui, quelque chose le gène, le tracasse. Il n'a pas l'air satisfait de la conversation, comme s'il en attendait plus. Je le sens réfléchir alors que le silence s'est réinstallé. Je sens parfois son regard sur moi, alors que j'ai grand mal à ne pas diriger le mien dans sa direction. Nous arrivons tout doucement vers le magasin, et tandis que je me dirige vers la porte, il s'arrête et se tourne entièrement vers moi. Je l'imite alors, craignant un peu ce qu'il peut avoir dans la tête. Pour la première fois, j'ai l'impression qu'il me regarde vraiment. Et cela me déstabilise. « En tout cas, tu es vraiment unique. », ses mots m'interpèlent, et ses yeux aussi. Je n'ai pas l'habitude qu'il porte tant d'attention sur moi, je soutiens ses yeux à grand peine mais je ne cède pas. Même si à l'intérieur de moi, j'ai l'impression que mon regard va se liquéfier dans le sien. Si l'incident devait se reproduire. Je ne résisterai pas. Pas cette fois. Je n'en ai pas la force.  « Tu imagines pas les scénarios que je me suis fait après la soirée, j’étais certain que tu allais me le faire payer cher. » Un sourire nait sur mes lèvres, un léger rire en passe d'ailleurs la barrière. « N'importe quoi. T'es con. » Je détourne la tête mais maintenant je comprends. Si Jude est un mystère pour moi, j'en suis un pour lui aussi, il ne me comprend pas, ne m'a jamais comprise, et ça le perturbe lui qui a l'impression de toujours tout contrôler. Cela l'a perturbé que je le repousse pour ne rien en dire par la suite. En fait, Jude est idiot, il n'a jamais rien compris, et ne comprendra jamais rien, malgré ce qu'il m'a dit ce soir là, il ne sait pas à quel point il me dévore. Et quand il passe son bras autour de mes épaules pour rentrer dans le Liquor Store, il ne sait toujours pas. A quel point ce geste me chamboule. Il n'a jamais été aussi proche de moi. Depuis cette fois là. A la différence qu'ici, il n'a aucune mauvaise intention, c'est juste spontané et agréable. Je suis une amie, au même titre que les autres.

La chaleur de l'intérieur réchauffe mes joues et leur donne sans doute une couleur un peu rosée suite au contraste avec le dehors. Je salue le gérant qui a l'habitude de nous voir, à force et nous nous séparons, je vais vers les bouteilles d'alcool. « Tu prends les bières ? Je prends le whisky et les clopes ! »

Après avoir fait nos emplettes et plaisanté quelques instants avec le mec du magasin, nous sortons finalement. J'ai l'impression que cet épisode a relâché la pression, alors quand nous nous retrouvons dehors, la tension est retombée, je me sens soudainement plus légère et audacieuse. « Attends... » Je m'arrête comme il l'a fait, sortant un pétard pré-roulé de ma pochette dans ma poche, lui lançant un sourire malicieux « On a bien mérité une petite récompense pour le trajet... » Je l'allume et tire une bouffée avant de lui tendre le bédot, c'est en expirant la fumée et l'observant tirer à son tour que je poursuis : « Tu sais, je suis désolée de revenir encore à ça, mais je sens que ça te perturbe. Mais si j'ai rien fait après cette soirée-là c'est parce que t'avais raison. Au fond, j'en crevais juste d'envie. Et pour tout te dire, j'ai souvent regretté de pas m'être laissée faire ce soir là. » Je tente de soutenir son regard, heureusement, la sensation de la beuh sur mon organisme me détend un peu. « Mais voilà, peu importe ce que je ressens. Je tiens trop à vous pour foutre la merde donc on peut juste... Faire comme si il ne s'était rien passé, ok ? » J'ai pas assez de cran pour lui dire clairement, pour lui signifier qu'il me dévore de l'intérieur, que c'est insupportable. J'ai trop peur que ça brise tout, tout ce qu'on a créé, tout ce qui est beau dans ce qu'on vit depuis si longtemps. J'ai déjà l'impression que ces mots-ci étaient de trop, et que je vais devoir me préparer à une nouvelle année d'incompréhension, de question et de douleur à tenter de reconstituer ce que je viens de briser. Il aurait peut-être fallu que cette histoire continue de le travailler plutôt que confirmer ses plus grosses craintes.


_________________


summer.a

Just a perfect day. Problems all left alone. Weekenders on our own, It's such fun. Just a perfect day. You make me forget myself, I thought I was someone else, Someone good.   byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jude Williams
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 24
≡ arrivée : 28/08/2015
≡ célébrité : Luke Grimes

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel Ven 6 Nov - 2:22


with your electric feel
So leave me in the cold. Wait until the snow covers me up.

« N'importe quoi. T'es con. » Il l’observe un moment en silence avant que ses lèvres ne forment un sourire amusé. Il hausse finalement les épaules, et entre enfin dans le Liquor Store, accueillant avec joie la chaleur ambiante de l’endroit. Un signe de tête au vendeur qu’il connaît bien, à force, et Summer se sépare de lui. « Tu prends les bières ? Je prends le whisky et les clopes ! » Sans prendre la peine de répondre à la jeune femme, il se dirige machinalement vers les réfrigérateurs à l’arrière, choisissant deux caisses de ses marques préférées. Clairement, il regrettera cette décision lorsqu’il devra traîner les deux caisses dans le froid sans pouvoir réchauffer ses mains, mais au moins, on ne pourra jamais l’accuser de ne pas être un bon hôte. Il passe à la caisse, et une fois retourné à l’extérieur, il envisage avec optimisme l’avenir de sa relation avec Summer. Enfin… « Relation » est un mot beaucoup trop fort pour désigner ce qu’ils sont. Malgré tout le temps passé ensemble, ils ne se connaissent pas vraiment, et même s’il s’est forgé un avis sur elle au fil du temps, il n’arrive pas complètement à la considérer comme l’une de ses proches. Et pourtant, elle est de celles qu’il côtoie le plus régulièrement. « Attends... » Il cesse sa marche, jetant vers elle un coup d’œil intéressé, et son sourire s’élargit lorsqu’il voit le pétard entre ses doigts fins. « On a bien mérité une petite récompense pour le trajet... » Il hoche la tête, déposant l’une des caisses sur le sol alors qu’il se saisit du joint, en prenant une longue bouffée. « Tu sais, je suis désolée de revenir encore à ça, mais je sens que ça te perturbe. Mais si j'ai rien fait après cette soirée-là c'est parce que t'avais raison. Au fond, j'en crevais juste d'envie. Et pour tout te dire, j'ai souvent regretté de pas m'être laissée faire ce soir là. » Il l’écoute, pensif, tirant une ou deux touches sur le pétard avant de le lui offrir de nouveau, et reste silencieux un moment. Il sent déjà la fumée lui monter à la tête, il est partagé entre l’envie de rire et celle de céder à l’angoisse sournoise qui le tenaille depuis trop longtemps déjà. « Mais voilà, peu importe ce que je ressens. Je tiens trop à vous pour foutre la merde donc on peut juste... Faire comme si il ne s'était rien passé, ok ? »

« T’as regretté? T’es sérieuse, là? » Aucune agressivité dans ses paroles, il ne s’agit que d’une réelle expression de sa surprise. Car, il faut bien l’avouer, Jude s’est souvent demandé pourquoi elle l’avait repoussé avec tellement d’ardeur. Certes, il était trop entreprenant pour créer un réel désir, il le sait bien. Mais il s’est tout de même demandé qu’est-ce qui avait bien pu se passer pour qu’une femme se refuse à lui. Un beau salaud, ce Jude. Trop habitué à obtenir toutes les femmes qu’il désire, à un point tel qu’un simple refus remet en doute sa confiance en lui. Il était finalement arrivé à la conclusion que Summer s’était refusée à lui parce qu’elle éprouvait des sentiments pour Kellan. Tout cela lui semblait logique, après tout, elle passait encore plus de temps avec son meilleur pote qu’avec le reste de la bande. Mais voilà, Kellan la considérait presque comme une sœur, c’était complètement mort pour elle. « T’es pas amoureuse de Kellan, toi? » Les paroles qui vont plus vite que la pensée. Il n’arrive quand même pas à complètement regretter sa question, réellement curieux de la réponse. « Mais ouais. On peut faire comme si ça c’était jamais passé. Ça me va. » En fait, c’est la meilleure des solutions à ses yeux. N’empêche, il restera toujours la petite déception de ne pas avoir réussi à la glisser dans ses draps. Jude n’est pas habitué à l’échec, et Summer représente à ses yeux un défi. « En tout cas, si tu n’as rien à faire en fin de soirée, tu peux toujours passer la nuit avec moi. Histoire de repartir sur de nouvelles bases. », ajoute-t-il finalement, lui adressant un sourire en coin, le regard joueur. Impossible de savoir si l’offre est sérieuse, ou s’il ne fait que délirer à cause du pétard. Lui-même ignore d’où cette idée lui est venue, mais maintenant qu’il l’a énoncée à voix haute, il se dit que ouais, ce serait bien. Ça fait plusieurs jours qu’il n’a pas ramené de filles chez lui, ce serait vraiment agréable. Mais bon. Il pousse sans doute l'audace un peu trop loin, là.

_________________
take your time
I don't wanna steal your freedom, I don't wanna change your mind, I don't have to make you love me, I just wanna take your time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ( ft. Jude ) electric feel

Revenir en haut Aller en bas

( ft. Jude ) electric feel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: Downtown, Mud Island :: Hometown-