AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Dim 27 Sep - 21:50

L’avion venait d’atterrir dans une ville que l’américain ne connaissait pas du tout, 12h de vol pour se retrouver dans la capitale anglaise. Londres défilait sous les yeux à peine ouvert et attentionné de Julian. Ce voyage avait été complètement improvisé, pris à la dernière minute, un saut dans le pays de la reine pour voir Philip. Il stressait, le cœur battant, il jouait nerveusement de ses mains qu’il se triturait. Qu’est ce qu’il faisait là ? A quel point était-il fou pour courir vers un homme qui ne voulait certainement pas le voir ? Il ‘était même pas sur que Philip soit là, ou qu’il lui ouvre. Il n’aimerait sans doute pas la surprise ! Tout avait tant changé entre eux. Ils étaient loin les jours dans la villa de Philip, quand il se sevrait de la cocaïne auprès de cet homme. Aussi dur avait été cette épreuve, ces jours passés avec Philip semblait être de joyeux souvenir.

Pour leur couples, ses jours de rémission l’avaient été, car maintenant, leur couple battait cruellement de l’aile. S’il pouvait au moins considérer cela. La vérité c’était que Philip était fâché contre lui, à juste titre sans doute, mais il ne voulait plus le voir. Julian avait aucune idée de comment se faire pardonner, ni même si c’était possible. Apprendre qu’il dealait avait détruit la confiance de Philip en lui, c’est ce qu’il lui avait dit avant de l’ignorer jusque dans le travail. La tension était palpable de tous entre deux, comme s’ils étaient retourné au début de leur collaboration et encore. Philip ne passait plus du tout son temps avec le groupe, il passait rapidement comme un groupe quelconque. Il était parti à Londres depuis quelques semaines, suivre James et sa tournée. Mais Julian avait besoin de le voir.

Il y avait des rumeurs qui le rendait malade. la relation entre James et Philip n’était pas nouvelle. C’était un baiser de cet anglais qui avait déjà rendu jaloux Julian et avait grandement facilité leur mise en couple. James avait poussé Julian dans les bras de Philip, et les lui avait repris. Mais Julian en était fou, malade, il ne savait pas quoi faire vis-à-vis de l’homme qu’il aimait. Que pouvait-il faire face à un homme qui l’évitait, qui se fermait, et qui était maintenant à l’autre bout du monde. Il ne répondait même pas au téléphone, seul les rumeurs semblaient circuler entre eux. James et Philip serait en couple. En couple… ca ne lui semblait même pas impossible, depuis combien de temps couchait il ensemble ? Philip lui avait été fidèle pendant toute sa convalescence, mais il était en colère contre lui maintenant. C’était sans doute ce qui le poussait à cette folie, 24h de voyage en deux jours pour le voir juste parce que c’était possible que Philip est avancé, est rayé leur histoire. Ca effrayait Julian. Il ne voulait pas le perdre, ca l’effrayait plus que la fatigue d’un aller retour à Londres, plus qu’une porte à son nez. Il avait besoin de voir Philip.

Le taxi s’arrêta devant un immeuble assez typique en lui indiquant qu’il était arrivé. La gorge de Julian se serra, son cœur se mit à palpiter un peu plus fort. Il paya l’homme et sorti de la voiture. Il avait quasiment rien ave lui, était parti si précipitamment. Que faire s’il n’était pas la, il n’avait même pas l’adresse d’un hôtel ou dormir. Juste cette adresse. Il soupira et chercha le nom de Philip sur l’interphone . La voix de Philip s’éleva par l’interphone.

« -Philip ! C’est…Julian… » arriva t’il seulement à dire ,les oreilles battantes au rythme de son cœur. Il ne savait pas à quoi s’attendre, peut être que ce petit boitier serait son seul interlocuteur. Il ne poquait que sentir la surprise de Philip par le silence avant que la porte s’ouvre. Il entra et monta les escaliers à la recherche de l’appartement dont il avait le numéro. Ce ne fut pas bien compliqué. Une porte était ouverte, Philip dans l’encadrement. Il avait envie de se jeter dans ses bras, mais ne le fit pas. Pas sur que cette visite était bienvenue.
« - Philip ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Dim 27 Sep - 23:51

I travel half of the world to see you, let's talk
JULIAN & PHILIP

« Salut toi ! Alors, ça fait quoi de marcher sur les planches de sa ville natale en véritable star du moment !? » Il avait décroché immédiatement lorsqu’il avait vu le prénom de son protégé s’afficher. Il faut dire qu’il avait suivi James au Royaume-Uni pour l’accompagner dans sa tournée européenne. Une bonne surprise pour le lancement international de son ami et amant. Il n’était pas sans savoir que des rumeurs circulaient sur leur compte, mais cela les laissait totalement indifférents. Après tout, un scandale du genre ne semblait nullement entacher la réputation grandissante de son ami, ce qui voulait dire que son style musical plaisait et que sa vie personnelle importait peu à ses nouveaux fans. Il faut dire que les rumeurs n’étaient pas totalement infondées. Ils avaient toujours eu une relation ambiguë, rien d’étrange entre deux passionnés de musique tels qu’eux, qui n’avaient aucune limite dans leur art. Ils avaient passé de nombreuses nuits dans les draps de l’autre et les derniers mois n’avaient pas changé la donne. Besoin de se vider l’esprit, d’évacuer toute cette frustration, cette colère muette qui grondait au creux de ses reins. Il s’en voulait de s’être fait duper de la sorte en faisant aveuglement confiance à son rival de toujours. Il avait vraiment cru à cette histoire, avait mis de côté son travail pour le soutenir dans une dure épreuve, laissant son meilleur ami et amant voler de ses propres ailes en le suivant de loin. Il avait mis beaucoup de choses de côté pour éviter à Julian d’être jaloux, s’aveuglant dans cette passion, cette fougue qu’il avait eue pour cet homme.

Désormais, tout était fini. Il ignorait les appels, les SMS de l’Asiatique, se contentait de le voir que pour des raisons purement professionnelles, même si cela faisait quelques mois qu’il avait quitté Phoenix pour Londres. Besoin de se ressourcer, de se couper de cette ville où il avait évolué durant près de quatre ans. Cela lui avait fait du bien de retrouver les rues londoniennes, de retrouver tous ces amis d’une époque enrichissante en compagnie de cet homme qui travaillait d’arrache-pied. « J’ai le cœur qu’il palpite comme un fou. C’est comme le jour où je suis monté pour la première fois sur scène. C’est dommage que tu ne sois pas là. J’aurais voulu partager ça avec toi. » La voix de son ami était tremblante. Cela le fit sourire. Il l’imaginait le regard brillant, excité comme un gosse de quatre ans. Cela lui mettait du baume au cœur. « Je sais. » Souffla-t-il dans un fin sourire. « J’ai encore pas mal de boulot sur les bras. Mais je suis content pour toi. Je suis sûr que tu vas gérer comme un maître. Tu es le meilleur et tu le sais. T’es à la tête de tous les charts, quoi, James ! » Il avait prédestiné un tel succès de son protégé, mais jamais à une telle ampleur. Son album était à la tête de toutes les ventes du monde, son style jazz, rnb plaisait à tout le monde, que ce soit le monde musical commercial ou d’artiste. James était la plus belle de ses réussites et cela le rendait très heureux. Cela lui permettait de s’échapper de ses problèmes personnels, de cette douleur lassante de sa jambe qui se faisait de plus en plus terrible. « Arg. » Grommela-t-il en glissant ses doigts fermement sur sa cuisse comme si cela pouvait avoir un effet. « Ta jambe ? » Demanda alerté James dans une voix inquiète.

« Oui, mais ne t’inquiète pas. Je prends quelques comprimés, c’est la fin de la journée et j’ai pas mal marché aujourd’hui. Cela va passer ! » Du moins, il espérait, mais la douleur persistait depuis quelques jours et il devait reconnaitre que cela l’inquiétait même s’il le cachait admirablement bien. Il referma la boite, la laissa sur la table alors qu’il venait avaler les deux comprimés qu’il avait extirpés. C’est à cet instant que la sonnerie de l’interphone, venant le surprendre par la même occasion. « Tu attends de la visite ? » Demanda curieux James de l’autre côté du combiné. « Non, personne. Attends. » Il glissa le téléphone contre son épaule en venant prendre la canne qu’il utilisait uniquement chez lui pour soulager sa jambe en privé. Son expression se figea lorsque son regard rencontra le visage de Julian. « Julian ? » Lâcha-t-il malgré lui alors que son cœur ratait un battement et que sa colère se réveillait. « Fais chier ! » Ajouta-t-il en se massant la nuque. Cela l’énervait, il devait bien le reconnaitre. « Qu’est-ce qu’il fait à Londres, lui ! » Lança James à l’autre bout du téléphone. « Attends. » Il appuya sur le bouton de l’interphone « Oui ? » Sa voix était ferme, bien que surprise. Il sentit son corps frémir à l’attente de sa voix. Il avait beau lui en vouloir, ses sens étaient encore envoutés par le ton de sa voix, ce regard noir. Sa voix hésitante réveillait quelque chose en lui. Il finit par lui ouvrir avant de raccrocher l’interphone. « Je ne sais pas ce qu’il fait là, mais je vais le découvrir. Je dois te laisser pour mettre ça au clair. Bon courage pour le concert. Tu vas gérer ! » Sa voix s’était faite douce. « OK ! Tiens-moi au courant ! » Lança la voix agacée de James alors qu’il ajoutait de son côté. « J’ai retenu ma leçon James. Ne t’inquiète pas ! » Il raccrocha à la suite de cela, venant ranger sa cane dans la penderie de l’entrée pour éviter que Julian ne tombe dessus.

Il ouvrit la porte de son appartement, mit son téléphone dans la poche de son pantalon alors qu’il venait l’accueillait en simple bas de jogging, mis pour être à l’aise, le visage ferme. Julian prononça son prénom lorsqu’il le vit. Il ne vint dire mot, se contenta de le dévisager en venant se décaler pour le laisser entrer et refermer derrière lui. Il n’avait pas spécialement envie que ses voisins entendent sa discussion avec un de ses protégés. « Salut. » Sa voix était calme, mais nullement accueillante, ni bienveillante. « Que fais-tu à Londres ? Je te pensais à Phoenix. » Sa voix se fit plus assassine sur la fin alors qu’il venait l’observer avec intensité, le regard ferme. Il avait intérêt d’avoir une bonne explication. « T’as eu de la chance. » Dit-il en venant croiser les bras en s’appuyant contre le dos de son canapé. « Je devais être à Birmingham pour le concert de James. J’ai eu un rendez-vous important à la dernière minute. » Il tentait de combler le silence, sa voix ne gagnait pas en douceur, bien que son cœur était troublé par sa présence. Pourquoi diable était-il venu à Londres, sans prévenir ?  

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Lun 28 Sep - 0:55

Le son de sa voix faisait toujours battre son cœur avec émoi, le stress, la folie, la fatigue du voyage n’aidait nullement Julian à se calmer. Il ne savait pas vraiment ce qu’il faisait là, il était fou, désespéré. Philip ne voulait pas le voir, il l’avait trahi et cette pensée alourdissait ses pas à chaque marche qu’il montait. Il crevait d’envie de le voir, de l’embrasser, de retrouver ses bras qui lui manquait tant, l’effleurement de sa main. Rien de tout cela ne lui était accessible, il avait entendu l’étonnement froid de son ancien amant, il doutait qu’il se laisse atteindre. Il n’avait sans doute rien à faire là, ca ne changerait sans doute rien entre eux deux. Il avait la sensation qu’il était perdu, mais ne pouvait se satisfaire à cette idée, ne pouvait l’accepter. Ca lui faisait trop de mal. Il ne pouvait pas laisser Philip lui échapper sans réagir. L’imaginer avec un autre homme poignardait son cœur, coupait sa respiration. Julian ne pouvait renoncer, pas sans lui parler, pas sans l’affronter. Il ignorait si c’était vrai, mais le craignait suffisamment pour avoir pris le premier vol pour Londres.

Le voir dans l’encadrement de cette porte était à la fois un bonheur et une torture. Il était toujours aussi beau, torse nu, sexy au possible même dans un simple jogging. Le regard de Philip n’était pas vraiment tendre, loin de tout ce dont il avait eut droit quand ils étaient ensemble. Il se poussa pour le laisser entrer et c’était presque une victoire qu’il ne lui ferme pas la porte au nez. Il le salua froidement après avoir refermé la porte. Il s’étonna de le voir là, le pensant à Menphis. Il parlait d’une voix assassine en le fixant intensément, d’une manière qui mettait Julian particulièrement mal à l’aise. Il avait de la chance concéda Philip, il aurait du être au concert de James à Birmingham mais il avait eu un rendez vous important à la dernier minute. Julian senti sa volonté s’affermir au nom de James, sa jalousie pour cet homme vint lui fournir une piqure de rappel sur la raison qui l’avait poussé à acheter un billet aller retour pour Londres la veille.

« -Oh! Il y a encore des choses qui te retiennent de voir James ! » dit il d’un ton sarcastique et légèrement jaloux. Ca le rendait tellement dingue, il avait conscience qu’il passait pour un con, qu’il ‘avait pas à lui dire ca mais il ne put s’en empêcher. C’était trop tard, c’était lâché à cet instant. Il ne pouvait que continuer sur sa lancée. C’était après tout la vraie raison de son déplacement, ca n’avait rien de professionnel.

« - Il y a des rumeurs qui circulent dans les médias et… c’est parvenu jusqu’à l’agence, tout le monde parle que de ca ! et…tu ne répondais pas au téléphone ! »
La logique était presque enfantine en disant cela, il ne répondait pas à son téléphone donc il était venu le voir, comme il l’aurait fait s’ils étaient au bureau ou tout deux à Memphis. Le fait qu’il y ait un océan entre eux deux n’avait pas vraiment d’importance, le besoin de le voir était bien plus fort. Il fixait Philip le regard quelque peu implorant, désespéré. Il se massa la nuque, tentant de calmer son corps et son cœur.

« - J’ai pris le premier vol ! Désolé de venir à l’improviste comme ça, je dois te déranger ! Je sais que c’est dément, que j’aurais du je ne sais pas t’envoyer un mail...mais j’avais vraiment besoin de te voir Philip. » Il se mordit les lèvres en le fixant, bouleversé. Il avait besoin de savoir la vérité, de savoir si la presse à scandale avait pour une fois dit juste, ca lui mettait un insupportable doute en tête.

« - Est-ce que c’est vrai Philip ? Tu es avec James à présent ? » La question lui brulait les lèvres et le cœur, ca le rendait tellement jaloux. Il était jaloux de cette seule pensée, de cette simple rumeur, même si elle était fausse. Il ne voulait pas qu’on pense son ex avec un autre homme. Il ne saurait se résoudre à le donner à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Jeu 1 Oct - 0:53

I travel half of the world to see you, let's talk
JULIAN & PHILIP

La venue de Julian était déconcertante. Il ne s’était pas préparé à cette éventualité. Sans doute qu’il aurait dû l’envisager s’il y avait réfléchi deux secondes. Il connaissait Julian, mais pour le coup, il semblait plein de ressource pour contrecarrer ses plans. Quelle idée de traversée la moitié du monde pour atterrir dans une ville où il ne connaissait personne ! Qu’aurait-il fait s’il n’avait pas été dans son appartement, s’il s’était retrouvé à l’autre bout du pays et qu’il s’était retrouvé seul, perdu dans cette grande métropole qu’était Londres. Avait-il perdu la tête ? Que cherchait-il en venant s’imposer à lui. Bien sûr, cette entrée en matière ne le laissait pas indifférent. Faire face à son ancien amant qu’il avait aimé au point de perdre un certain sens de sa raison bouleversait un peu son cœur. Un cœur partagé entre la joie d’apercevoir ses traits et la déception d’avoir été trahi de la sorte. Malgré cela, il ne comptait pas revenir en arrière, les décisions qu’il avait prises. C’était mieux ainsi, même si son inspiration allait en prendre un coup. Il n’avait plus aveuglement confiance en lui, alors à quoi bon faire semblant. Rien ne serait plus comme avant.

Il le fixait donc avec intensité, le regard froid, presque inexpressif. La remarque assassine de Julian le fit soulever à peine un sourcil de façon imperceptible. Il ne releva même pas la remarque sarcastique et légèrement jalouse du rockeur. Il se contenta d’inspirer doucement dans une respiration calme alors qu’il ne bougeait pas de sa place. Julian continua sur le sujet de James, les rumeurs et les scoops qu’ils avaient dévoilés pour éviter que justement la presse ne divulgue un scandale concernant les méfaits d’un protégé du label. Il avait négocié pour obtenir tous les orignaux des preuves incriminant Julian, qui pourraient être utilisées par la presse, la police même. Il l’avait fait en secret, avec James, véritable soutien comme toujours dans les périodes sombres. Il l’écouta en silence se justifiait sur son comportement impulsif qui l’avait mené jusqu’à Londres. C’était à la fois adorable et pitoyable. Ces deux ressentis se livraient bataille au sein de sa poitrine, de son esprit. Aucun ne semblait prévaloir sur l’autre, laissant Philip dans un état de neutralité presque parfaite. Le regard implorant de Julian venait bien entendu chambouler quelque chose en lui, mais sa rancune était vive, tenace.

Il n’aimait pas être pris pour un con et il l’avait été dans cette histoire. Il n’était pas prêt de l’oublier. De ce fait, malgré toute l’émotion qui submergeait l’Asiatique, son expression ne vint pas s’adoucir. Elle resta ferme et il se contentait d’inspirer profondément en ne le quittant pas du regard. « Cela ne te regarde pas. » Sa voix s’était faite intransigeante à ce propos. Il haussa les épaules. « C’est mon problème si je suis avec lui. On n’est plus ensemble. » Une vérité qu’il ne pouvait pas réfuter, qui interdisait même toute protestation. « Tu as de la chance que je sois là. Tu as été inconscient de venir jusqu’ici également. » Le ton de sa voix était calme, mais empreinte de serments vis-à-vis de son action et de son comportement. « Les gars savent que tu es là où t’es parti comme un voleur ? » A vrai dire, il n’aimait pas qu’un de ses protégés se soient fais la malle sans qu’il ne soit tenu au courant de cela. Ce n’était pas comme si Julian et son groupe était en phase de lancement et que l’agence devait garder un œil sur eux. « T’es donc venu juste pour savoir si j’étais avec James ? Vraiment ? » Cela le laissait sur le cul, il devait bien le reconnaitre. « Tu comptes rester à Londres jusqu’à quand ? » Il voulait savoir ce qu’il avait réellement projeté faire en venant ici. Son regard ne quittait pas le sien. « Tu as mangé ? Un lieu où dormir où t’as été si inconscient que tu es venu sans prévoir quoi que ce soi ? »

Il ne savait pourquoi il posait toutes ses questions, les réponses étaient évidentes. Il poussa un soupir d’exaspération en venant se redresser alors qu’il faisait de son mieux pour ne pas boiter alors qu’il se dirigeait vers sa cuisine pour ouvrir son frigidaire, sortir un plat de traiteur qu’il n’avait pas consommé. Il le mit à chauffer en venant sortir un verre, le remplir d’eau fraiche qu’il déposa sur le plan de travail pour Julian. Il ne disait mot, agissait. « Je te fais réchauffer un plat. Tu pourras manger, prendre une douche et dormir dans une des chambres de l’appartement, pour ce soir. » Il énonçait sans y mettre les formes, ni même la moindre émotion. Il n’allait pas le laisser à la rue. C’était une évidence, mais sa rancœur n’était pas prête de s’amoindrir à ce sujet. Une fois chaud, il vint déposer le plat sur le plan de sa cuisine américaine alors qu’il venait boire un verre d’eau pour tenter de s’aérer l’esprit.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Ven 2 Oct - 13:40


Ce qu’il faisait là, Julian n’en avait lui-même aucune idée réelle. Il aimait cet homme qui se tenait face à lui mais n’avait réagi que sous la violence de sa jalousie, de cette peur inaliénable de le perdre, qu’il tombe amoureux d’un autre, de ne plus avoir aucun droit à son regard. Julian avait lutté pour le détester, avait lutté contre l’amour que Philip lui portait et aujourd’hui luttait pour le récupérer comme s’il avait encore une chance. Lui avait il fait trop mal. Sans doute ! Il avait bafoué sa confiance et ses sentiments. Le jeune asiatique n’arrivait nullement à se satisfaire de l’idée que c’était fini. Il ne pouvait baiser les bras et laisser son ex petit ami reprendre son envol. Il avait besoin de lui, en était encore accro. Cette dépendance ne s’estompait pas avec le temps comme la cocaïne. Philip pouvait se trouver aussi loin que l’Angleterre, il n’arrivait pas à se débarrasser de cette violente passion pour lui. Le regard de Philip n’était pas clément, certainement pas apte pour accepter cette folie qu’il venait de commettre. Julian avait presque envie de disparaitre sous terre mais il était là, face à l’homme avec lequel il voulait parler, alors il le fit. Son discours, sa jalousie, il avait conscient d’être vraiment ridicule, mais Philip le rendait ainsi. Il ignorait comment son ancien petit ami allait accueillir ses mots si vains et désespérés. Julian n’avait pas la prétention de croire que ça changerait quoi que ce soit à leur situation, qu’il pourrait même toucher son ancien amant. Sa jalousie, sa passion pour cet homme n’avait pas grand pouvoir sur le regard de Philip. Avait-il sérieusement pensé qu’il pourrait atteindre l’anglais par cette simple apparence. Philip lui fit bien comprendre qu’il n’avait aucun pouvoir. Ca ne le regardait pas, c’était son seul problème s’il était avec James, Philip et lui n’était plus ensemble. Chacun de ses mots brisait un peu plus son cœur, il y sentait sa colère et sa fermeté, sa détermination à ne plus jamais se rendre à lui. Ils n’étaient plus ensemble… Julian ne pouvait rien répondre à cela, Philip avait été clair sur ce point, mais il ne voulait croire.

Son ex lui fit donc la leçon, l’informant qu’il avait de la chance, il avait été inconscient de venir jusqu’ici. Il demanda si ses gars savaient au moins qu’il était là ou s’il avait fui comme un voleur. Julian approuva d’un signe de tête. Philip hocha la tête de façon négative. Il se mordait les lèvres, comme Philip demandait tout aussi froid et ferme s’il était venu que pour savoir s’il était avec James. Il le questionna quand il repartait, demain matin, s’il avait un endroit où dormir, s’il avait mangé. Julian n’avait rien prévu de tout cela, sans doute se serrait il débrouiller s’il avait été absent, mais il ne pouvait répondre positivement à son ex petit ami. Celui-ci sembla plus qu’exaspéré par lui et Julian se tritura les mains de nervosité. Il soupira avant de se diriger vers la cuisine, pour lui réchauffer un plat.

« - Je prends un vol pour New York demain matin et retourne directement à Memphis. J’ai juste envoyé un sms au gars pour pas qu’ils ne s’inquiète de pas me voir. Mais je ne leur ai pas dit que je venais te voir ! Honnêtement ! Comment tu voulais que je dise cela.»

C’était plus facile de l’affronter quand il lui tournait le dos, de ne pas voir son visage si froid, indifférent et pourtant, il ne pouvait qu’y lire colère, incompréhension et rancunier. Il l’autorisa cependant à rester ici mais Julian ne considérait pas cela comme une réelle victoire. Il obéit sans rien dire, vint s’installer pour manger même s’il n’avait pas vraiment faim et le remercia faiblement. Lui dire qu’il ne voulait pas le déranger, qu’il pouvait aller chercher un hôtel semblait anecdotique parce que c’était ce qu’il était déjà en train de faire. Il l’avait installé sur le bar de la cuisine à l’américaine. Julian vint fixer le fond de son assiette.

« - Je sais que tu as rompu avec moi, que tu ne veux plus me voir. Je ne vois pas la moindre possibilité que tu me pardonne un jour, que t’accepte même de me reparler. Je sais que ne t’en a absolument plus rien à faire de moi ! Tu me l’as assez répété, qu’on était plus ensemble, que je n’ai plus le moindre droit sur toi, que j’ai trahi ta confiance. Que je ne peux même pas espérer une seconde chance. Que je peux bien mettre ma fierté de côté mais que je ne saurais abaisser la tienne pour moi. J’ai compris ca… je te souhaite bien du bonheur avec James… ou qui tu veux. C’est sûr que t’es plus amoureux de moi. que je ne compte plus pour toi si ce n’est qu’en tant que protégé et encore... peut-être que tu regrettes même de m’avoir convaincu de rejoindre ton agence… qui sait ! » Il avait dit ceci en fixant son assiette, dans un murmure. Il était fou de jalousie et se sentait impuissant, incapable de récupérer cet homme qu’il aimait. Julian s’enfonçait, il le savait mais il se sentait détruit sans lui. Il avait l’impression de se sevrer de la cocaïne mais avec des effets qui durait encore et encore, plus violent et plus persistant. Ca s’endurcissait et en venant ici, il venait juste s’avouer trop faible. Il cherchait sa violence, il cherchait sa colère, il cherchait à le bouleverser parce que c’était le seul pouvoir qui pouvait lui rester.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Dim 4 Oct - 1:37

I travel half of the world to see you, let's talk
JULIAN & PHILIP

Philip se détachait de cette conversation pour éviter de ressentir son émotion de se retrouver face à l’homme. Cela ne le laissait nullement indifférent en dépit de ce qu’il montrait. Philip était passé maitre dans cet art d’aborder les choses avec désinvolture pour se protéger. Il l’avait appris dès sa tendre enfance et usait de cette capacité pour ne pas se sentir atteindre par les échecs, les paroles accusatrices et blessantes. Il y parvenait la plupart du temps. C’était facile. Il suffisait de ne plus se considérer comme une personne sensible, facilement atteignable et il avait développé cette facette de sa personnalité qui agaçait la plupart du temps son assaillant. Il voyait clairement que ses réponses frustraient Julian. Il faisait face à un côté de sa personnalité qu’il ne connaissait pas. Il faut dire qu’il n’y avait eu aucune raison à ce qu’il en soit victime. Cela avait été plutôt lui l’assaillant en temps normal. Une époque désormais révolu, puisqu’il fuyait toute conversation avec lui depuis des mois. Il avait ignoré ses SMS, ses appels et il venait de fermer une demande d’explication sans lui donner la possibilité de poursuivre. Son ton était assez froid pour l’en dissuader. Il le blessait, il le savait. Cela ne le rendait pas plus triste, ni plus heureux. Il avait juste besoin de temps pour passer au-dessus et revenir à une relation plus stable avec son ancien petit ami.

La situation actuelle lui était imputable. Il avait été celui qui l’avait trahi en lui cachant une vérité fondamentale qui pourrait jeter le discrédit sur le label. Il lui en voulait tellement, se sentait tellement frustré d’avoir manqué de discernement, de s’être laissé aveugler par une passion aveugle, au point de se perdre lui-même. Il avait fait énormément de concessions ces derniers mois pour tenter de retrouver l’essence de son inspiration grâce à cette relation charnelle, amoureuse. Il avait laissé James se lancer sans lui, avait délaissé ses autres protégés pour le sevrer d’une addiction à la cocaïne. Comment avait-il pu lui cacher un fait aussi important ? Ces explications n’avaient pas su apaiser son agacement, sa colère. Il était toujours aussi irrité par toute cette histoire, mais gardait son calme, devenant passablement irritant et frustrant pour son ex-amant qu’il envoyait subtilement sur les roses. Il devait déjà se sentir heureux qu’il ne le foute pas à la porte. Du moins, c’est ce qu’il laissait clairement sous-entendre par ses remarques peu aimables. Il s’était dirigé vers la cuisine pour s’éloigner de lui, rompre le contact visuel avec lui. Il faut dire qu’il y avait une part de son être qui avait cruellement envie de l’embrasser, le déshabiller pour le dévorer de ses lèvres, de ses reins comme il avait tant pris plaisir à le faire par le passé.

Une envie qu’il dissimulait parfaitement, à laquelle il ne comptait pas succomber tandis que Julian lui avouait qu’il repartait à Memphis dès le lendemain matin. Il avait juste envoyé un SMS aux gars pour qu’ils ne s’inquiètent pas de ne pas le voir, mais il leur avait caché sa venue à Londres. Après tout, comment voulait-il qu’il leur dise cela. Il ne répondit même pas à ce sujet, se contenta de hausser les épaules avec nonchalance en venant attraper une assiette, une fourchette et un couteau. Il remplit deux verres, en but un pour se rafraichir les idées et conserver sa posture relativement froide. Il le laissa manger, ne dit mot, le fixant avec intensité. Julian avait plongé son regard dans le plat, ne le quittait pas du regard. Dans un murmure, il le confronta de nouveau. Il fit mouche rapidement, vint fissurer sa carapace en quelques mots. « N’importe quoi ! » Lâcha-t-il froidement malgré lui en se pinçant la lèvre. Il inspira profondément pour tenter d’amoindrir sa colère. « Ne cherche pas à me confronter, s’il te plait. Je sais que tu es très doué dans le domaine, mais je n’ai absolument pas envie de jouer à ça, ce soir, Julian. » Sa voix était froide, assassine. « Fais marcher ton cerveau pour une fois, à moins que tu ais replongé dans la cocaïne, ce qui t’empêche de réfléchir, sans doute. » Il n’y avait aucune douceur dans ses paroles. Il n’y mettait pas les formes, n’avait aucune intention de le faire. C’était lui qui balançait des conneries comme des évidences.

« Je ne t’aime plus et je ne tiens plus à toi. » Il énonça cela de façon franche, dans un ton cassant. « T’es content. C’est ce que tu voulais entendre, je suppose. » Son regard était sombre, perçant, colérique. « Si c’est ce que tu crois, tant mieux. C’est bien mieux, ainsi. » Il but une gorgée de son verre avant d’ajouter. « T’aurais dû t’éviter ce voyage, cela t’aurai fait économiser du pognon pour t’acheter ta prochaine cargaison. Histoire que ton mensonge ait un sens. » Il était sarcastique, avait même un sourire mauvais sur les lèvres alors qu’il venait poser son verre sur le plan de travail. Il n’avait pas quitté son regard un instant. Il n’avait aucune envie de plaisanter. Il ne faisait que rendre sa colère encore plus forte.  

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant Mer 7 Oct - 0:31

I travel half of the world to see you, let's talk
JULIAN & PHILIP

Julian ne pensait pas qu’il irait jusqu’à le confronter à ses pires craintes, à ses mots qui lui faisaient si mal comme il les prononçait. Il souffrait de son éloignement, de leur rupture qu’il n’avait jamais souhaité, qu’il avait provoqué pourtant en omettant de lui avouer qu’il vendait de la drogue. Il détestait James pour avoir vendu la mèche à son petit ami sans le moindre préavis. C’était pas quelque chose qui se criait sur les toi, il n’avait pas voulu faire de mal à son amant, lui porter préjudice. Il avait juste l’habitude de n’en parler à personne, il avait craint de le perdre pour cela, jamais de le perdre pour ne pas le lui dire. Il avait sans doute eut tort mais il se voyait le perdre et ça le frustrait, l’effrayait plus que tout. Il ne pouvait le laisser lui filer entre les doigts sans essayer une dernière fois de le retenir. Pourtant comme il se trouvait là à lui expliquer ce qu’il ressentait, l’impression que lui donnait l’homme qu’il aimait plus que tout, il réalisait qu’il ne se faisait qu’un peu plus de mal à tous les deux.

Peut-être que ce voyage était stupide après tout. Il se faisait plus de mal que de bien face à Philip. Il exprimait ses doutes, ses craintes, ce qui lui déchirait le cœur sans se rentre compte combien c’était irrationnel. Il le rendait fou, lui faisait perdre son bon sens, aliéné à cet homme. Il avait à peine conscience de l’infamie qu’il proférait en venant exprimer ses terribles sentiments sur leur histoire, sur leur couple, sur lui. Philip ne voulait plus de lui, avait tiré un trait sur eux, à quel point regrettait-il qu’il y ait quoique ce soit entre deux, cette histoire si belle qu’ils avaient partagé. Arrivait-il à vivre sans lui. Croyait-il les mots qu’il affirmait ? Peut-être, il ne savait pas trop, c’était loin d’être clair. Il était au moins sûr de ne pas laisser Philip de marbre, il le provoquait volontairement dans ses mots malgré sa voix basses. Sa gorge s’était serrée comme il prononçait ces mots, étranglant davantage sa voix.

A la fin de sa tirade, Philip lui dit sur un ton froid et empli de colère, Julian pouvait le sentir, qu’il disait n’importe quoi. Il lui dit de ne pas chercher à le confronter même s’il le savait vraiment doué dans ce domaine. Il n’avait pas envie de jouer à cela ce soir. Il lui dit de faire marcher son cerveau pour une fois à moins qu’il n’ait replongé dans la cocaïne ce qui l’empêcherait de réfléchir. Julian baissa encore plus le regard, n’osant pas affronter le regard de son ancien amant, ses paroles se faisaient suffisamment assassines. Il n’avait pas replongé dans la drogue quoique la tentation ait été écrasante. Il se mordit les lèvres, terriblement mal à l’aise, il avait la sensation qu’on tirait des balles à bout portant sur son corps. Il sentait son esprit se décomposer, son regard vacillé, son cœur saigner.

« Je ne t’aime plus et je ne tiens plus à toi. » Même faux, ses mots frappèrent ses tympans comme un coup de massue. Comment pouvait-il dire ça, sans doute comme Julian venait lui dire qu’il savait que Philip ne l’aimait plus. Mais c’était des mots terribles. Il lui demanda s’il était content puisque c’était ce qu’il voulait, que c’était tant mieux s’il le croyait. Julian hocha la tête, pitoyable, la gorge plus serrée que jamais, incapable de parler à son producteur. Philip lui dit qu’il aurait du éviter ce voyage, ça lui aurait économisé du pognon pour s’acheter sa prochaine cargaison. Julian leva le regard vers lui, le regard brillant mais déterminé.

« - Je ne deal plus Philip ! Et je suis clean depuis que tu m’as aidé. »lui dit-il d’un ton sec. « Enfin si ça t’intéresse de le savoir ! » Il doutait que ce soit le cas. Il devait avoir raison, ce voyage devait être vain. Il mit la tête dans ses mains, il n’osait pas vraiment affronter le regard de son ex petit ami. Il avait envie de pleurer mais retint celles-ci. Il voulait se terrer sous terre, il voulait lui crier dessus, il voulait le pousser contre le plan de travail, de l’embrasser. Il mourrait d’envie de l’embrasser, de le retrouver, mais ne le pouvait pas. Il mangea un peu le plat avant de demander à Philip.

« -Je peux prendre un douche ! » Il attendit à peine sa réponse, juste qu’il lui montre la porte pour s’y enfuir. Il ferma la porte de la salle de bain derrière lui, s’y enfermant, il fit couler l’eau et se déshabilla pour y entrer. Il laissa l’eau de la douche rejoindre ses larmes couler sur sa peau. Cet homme le troublait tant, cette situation le tiraillait tant. Ses paroles le heurtaient au plus profond mais une stupide fierté l’empêchait de craquer face à lui, puis Philip ne voulait surement pas le voir ainsi. Julian craquait, la fatigue, le stress, l’impression de ne pouvoir récupérer l’homme qu’il aimait, que tout était fini. Tout ce dont il l’avait accusé ne faisait pas vraiment sens bien sûr mais ça lui faisait vraiment mal, ça lui crevait le cœur comme s’il réalisait soudain qu’il n’y avait plus d’espoir. Pourquoi était-il venu si ce n’était pour creuser un peu plus l’animosité que son coproducteur lui portait. Julian sorti de la douche quand il reprit contenance et remis que son jean, laissant ses cheveux mouillé en bataille, pour ce que ça pouvait faire et rejoint Philip dans le salon.
« - Désolé d’être venu d’embêter ce soir. Tu as raison, c’était vraiment une folie. »


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant

Revenir en haut Aller en bas

I travel half of the world to see you, let's talk - PV Philip Grant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Zimbabwe Issues Half-Billion Dollar Bill
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 05 + POWER IT UP :: les rps-