AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies Jeu 22 Oct - 15:15

Sans amis, la vie ne mérite pas d'être vécue
When the road looks rough ahead and you're miles and miles from your nice warm bed. You just remember what your old pal said, boy you've got a friend in me. Yeah you've got a friend in me
Le bon continuait à aller de pair avec l’agréable. Des sentiments nouveaux dans le cœur de la jeune fille, des sensations qu’elle apprenait à envisager et dont les bienfaits commençaient tout juste à percer par delà son visage. Son regard exprimait quelques nouvelles entités, de nouveaux caractères qui veillaient à installer délicatement des petites étoiles dans le fond de ses yeux. A croire que l’obscurité finissait toujours par s’estomper ou du moins laisser entreprendre à l’éclaircie une nouvelle lignée de bonté. Quelque chose de nouveau parvenait à s’immiscer dans la vie de la jeune fille, ou du moins l’écoutait-elle plus que ce qu’elle avait pu lui laisser comme attention jusqu’alors. L’espoir la guidait enfin, comme si sa délivrance résultait de ce simple fait, comme si il était son propre soleil et qu’elle courait pour le rejoindre et ainsi le laisser l’illuminer entièrement. Les nuages s’estompaient, s’éloigner de plus en plus, alors que leur teinte noirâtre et menaçante n’en devenait que grisâtre. Les démons fuyaient à mesure que les amis de Shae se montraient présents et lui laissaient ainsi présager d’une vie normale. La normalité de pouvoir exister. Juste elle. Bien entendu, les quelques épisodes douloureux qu’elle parvenait encore à ressentir n’en n’étaient que plus grands, mais quelque chose la poussait à vouloir se battre davantage. Quelque chose ? Ou quelqu’un ? Les visages de Talisa, Chance mais surtout Oliver arrivaient toujours à l’aider d’une quelconque manière. Ils étaient là, lui tendant les bras et ce de manière allégorique, la guidant vers cette sortie, cette liberté qu’elle méritait. Enfin, elle pouvait accepter cela. Son mérite. Autant dire que cela n’en fut que très ardu, mais elle voulait y croire, elle voulait surtout les croire et leur rendre cette bonté et cette amitié qui la rendait plus forte encore. Comme Chance lui avait dit, Talisa était celle qui parvenait à faire ressortir le meilleur en nous. Sa meilleure amie n’avait pas faillis à sa tâche et ne le ferait jamais, tant Shae se trouvait à l’aise à ses côtés. A croire que le temps avait enfin réussi à effacer toutes les peines qu’elles avaient pu connaître, que ce dernier les avait enfin pris sous son aile de manière à alléger les situations. Le pardon avait fait son œuvre et avec lui de nouvelles complicités avaient pu voir le jour. La confiance s’était immiscé de manière naturelle et délicate entre elles, tant est si bien que la jeune fille apprenait ainsi à voir les choses d’une autre façon. Certes, elle n’était pas dupe et gardait tout de même en mémoire ce passé douloureux, mais il n’en restait pas moins qu’avancer leur faisait du bien. D’ailleurs, plus le temps passait et plus la petite brunette arrivait à rire, à développer un certain humour propre à quelques occasions. Ce dernier résultait bien plus de la relation qu’elle entretenait avec ce charmant infirmier, celui là même qui aspirait à la faire rougir dès lors que Talisa prononçait son prénom. Oh elle s’en amusait bien oui, laissant échapper des Oliver par-ci, Oliver par-là, elle lui avait même expliqué qu’elle irait le voir un jour, juste pour s’assurer que tout allait bien. Chose à quoi Shae rougissait de plus belle et telle une petite fille cherchait à dissuader sa meilleure amie de cette volonté. Heureusement pour elle, son argument de taille ne tardait jamais à venir à sa rescousse. Chance et Tali étaient eux aussi tout aussi compliqués et la relation qu’ils entretenaient n’en était que des plus mignonnes aux yeux de Shae. D’autant plus, qu’elle avait eu l’occasion de parler avec le barman et de cet entretien, la jeune fille avait pu ressentir la sincérité dans les sentiments du jeune homme. Ainsi veillerait-il à ne pas rendre malheureuse sa meilleure amie. Ainsi lui permettrait-il de s’épanouir par sa présence et ses attentions. Ainsi n’en serait-elle plus heureuse encore. Car rien n’était plus agréable aux yeux de la jeune fille que de pouvoir assister de manière quotidienne, à l’épanouissement de sa meilleure amie.

« Je pars en cours de self, je reviens dans deux heures à peu près. A toute à l’heure. » Shae venait tout juste de fermer doucement la porte d’entrée de l’appartement, non sans faire une caresse à Spooki au passage, alors que sa voix commençait à peine à se porter un peu plus loin qu’à un mètre. Comme à son habitude, elle préférait avertir Talisa de l’endroit où elle se trouvait, mais surtout lui donnait des tranches horaires de ses retours. Ce biais était rassurant pour elle, mais d’autant plus une habitude qu’elles avaient appris à prendre toutes les deux. Ainsi donc, munie de son survêtement ample et de son sweat-shirt tout aussi grand, la jeune fille se dirigea vers sa voiture afin de prendre la route qui la mènerait jusque vers la salle de sport. Depuis ces événements, mais surtout depuis les maux qui ne cessaient de la tourmenter, la jeune fille avait décidé d’apprendre à se défendre. Non pas pour se venger, ou même pour faire du mal, mais juste pour fuir plus rapidement et ne plus laisser l’occasion à quiconque de porter sa main sur elle. Peut être était-ce une erreur de sa part, de se confronter ainsi face à ses démons ? Peut être cela lui jouerait-il des tours ? La jeune fille n’en connaissait pas du tout la réponse, en revanche, elle trouvait dans cet apprentissage quelques bases qui lui auraient servis plus tôt. Si elle avait su, elle aurait pu user de sa force pour ainsi la retourner contre lui et s’enfuir plus vite. Courir jusqu’à ce que l’oxygène ne vienne à lui manquer et qu’elle s’effondre, tant elle ne voulait plus sentir ces mains là sur son corps. D’ailleurs, certains exercices étaient trop difficiles pour elle. Certaines prises étaient telles, qu’elles lui rappelaient les bleus sur son bras aujourd’hui disparus. Des maux qu’elle aurait voulu oublier, mais qui serait toujours présent en elle. Il l’avait réduite à l’état de chose. Et pourtant, elle devait continuer. Garant sa voiture au parking prévu à cet effet, la jeune fille prit son sac contre elle et le serra aussi fort qu’elle le pouvait. Les parois de sa voiture se rapprochaient un peu, et elle ferma ses yeux pour ainsi se donner du courage. « Pense à quelque chose de bien. » chuchotait-elle doucement alors qu’elle sentait ses jambes tremblaient doucement. Ses pensées l’amenèrent à aller vers Talisa et Spooki et sur ce qu’ils étaient en train de faire tous les deux. La scène quant au fait que sa meilleure amie cuisine un gâteau avec le chiot à ses pieds était assez drôle à imaginer, tellement qu’elle parvint à lui donner le sourire. Soufflant pour ainsi laisser sortir l’angoisse de son être, Shae ouvrit à nouveau ses yeux et s’extirpa doucement de sa voiture, qu’elle referma, avant de se diriger vers le gymnase.

Comme d’ordinaire, le gymnase se séparait en plusieurs salles et Shae baissait la tête pour ainsi regarder ses pieds alors qu’elle prenait le chemin habituel vers les vestiaires. La bas, elle laissa son sac dans un casier et releva ses cheveux de manière à les attacher avant de rejoindre le professeur chargé de ce cours du soir. Elle échangea un petit sourire avec ce dernier en guise de salutations avant de prendre connaissance de l’ensemble du groupe. Et c’est presque de manière naturelle qu’elle se dirigea vers la personne qu’elle apprenait à affectionner depuis quelques cours maintenant. « Bonsoir… » laissa t-elle échapper timidement entre ses lèvres alors qu’elle souriait doucement en coin tout en essayant d’affronter le regard bleuté du jeune homme. « Vous voulez toujours de moi en coéquipière ? » Les mains de Shae se rejoignaient alors que l’envie de ne pas s’imposer mais surtout ne pas déranger Dylan était bien forte. A vrai dire, elle ne voulait pas le soustraire à lui faire manquer une autre opportunité, celle d’une fille nettement meilleure qu’elle et avec qui l’amusement n’en serait que plus enrichissant pour lui. Ses yeux se rivèrent vers le sol pour quelques secondes, désireuse encore une fois de s’y laisser enfoncer pour disparaître, à mesure que sa main se remonter pour venir serrer celle du jeune homme. « Vous avez passé une bonne semaine ? » A nouveau un léger sourire se dessinait sur ses lèvres alors qu’elle arrivait à croiser ses émeraudes avec les saphirs de son coéquipier. « Promis, cette fois je vais essayer de vous mettre par terre, pour de vrai. » Son sourire se transformait petit à petit en quelque chose de plus franc et de plus joueur, un peu comme à chaque fois qu’elle se trouvait face à lui. Il l’intimidait mais une fois les quelques secondes d’appréhension passées, ils étaient plus à l’aise.

_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dylan Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 114
≡ arrivée : 16/10/2015
≡ célébrité : Jamie Dornan.

MessageSujet: Re: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies Lun 26 Oct - 20:55

Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies.

ft. Shae Woodstock


« Garde tes peines pour toi, elles sont tout ce qu'il te reste lorsque tu as tout perdu. »
Le temps, petit à petit, commençait à rendre le deuil plus facilement gérable, en outre parce qu'il défilait à une vitesse fulgurante de façon à ce qu'il soit désormais passer au second plan dans la vie de Dylan, son défunt père restait présent dans sa tête, dans son corps et même dans ses tripes mais son souvenir s'amoindrissait au fur et à mesure que le temps passait laissant ainsi place à la vraie vie, celle qu'il avait mise de côté pendant un certain temps. C'était à la fois effrayant et saisissant de pouvoir faire en sorte de continuer à avancer, de faire en sorte que cette personne reste fière malgré sa disparition et surtout de ne pas la décevoir même si elle n'est plus là pour le voir. Le cerveau humain étonnera toujours il est d'une telle complexité. En réalité Dylan n'avait pas eu d'autres choix que de continuer à vivre, à sourire et transmettre puisque son père lui avait déposé entre ses mains ce qu'il avait eu de plus important au monde. Encore plus important que ses propres enfants, ce qu'il a mis des années à construire. Une entreprise connue et reconnue internationalement parlant et c'était peu dire de l'enjeu immense qu'il venait d'avoir sur les épaules et des responsabilités à venir lorsqu'il a appris qu'il était l'héritier, neuf mois auparavant.
Voilà maintenant neuf mois que Dylan était à la tête d'une importante entreprise, à trente et un ans, sa vie allait tourner autour de cette dernière jusqu'à sa mort. Son père ne s'était aucunement gêné pour lui dire ce qu'il avait à faire ou ne serait-ce que lui indiquer ce qu'il devait entreprendre comme actions jusqu'au jour où son père s'en alla. Trois moins auront été nécessaires pour se remettre, non pas totalement, de sa mort, les séquelles et les blessures seront toujours intenses mais il ne pouvait se permettre d'abandonner, ce n'était ni dans son tempérament ni dans sa façon d'être. Dylan se contentait seulement de travailler, et de travailler bien avec sérieux et de manière réfléchie et appliquée autant parce qu'il était ainsi que pour garder en mémoire la fierté qu'il pouvait lire dans les yeux de son père lorsqu'il le regardait.

Cela dit son nouveau statut de président-directeur général lui donnait beaucoup de pression, de responsabilités et lui prenait énormément de son temps et de son énergie. Dylan s'adonnait donc à des plaisirs et des activités en dehors de son travail pour se détendre mais aussi pour se canaliser, son caractère impétueux, bouillant et fougueux lui jouait parfois de mauvais tours, dans sa vie professionnelle et dans sa vie privée aussi. Tous les matins, dés le réveil, le jeune homme allait courir, une heure voire plus quand il pouvait se le permettre et trois fois par semaine, le soir, généralement, il allait à son cours de combat parce qu'il se devait d'évacuer, tout ce qu'il n'osait dire passait par les poings dans un sac parce que Dylan n'était pas le genre d'homme qui se confiait beaucoup tout passait donc par là, c'était son point d'ancrage et lorsqu'il sortait de sa séance il était comme libéré, son cœur battait différemment, sa tête pensait différemment et il se sentait plus enclin à être agréable aussi. Ce qui n'était pas le cas en ce moment même, une réunion, comme toutes celles qui se déroulaient régulièrement, interminable, Dylan s'ennuyait fermement et pourtant son attitude professionnel n'en démordait pas, il restait neutre, répondait lorsqu'il le fallait, hausser le ton lorsqu'il n'était pas d'accord ou hocher seulement la tête lorsqu'il était d'accord et ceci durant deux longues heures qui lui avait paru longue comme jamais auparavant. Le jeune homme était on ne peut plus énervé, par le fait d'avoir été assis trop longtemps, d'avoir écouté des gens discuter encore et encore, il avait la tête qui allait explosée s'il ne sortait pas maintenant.

Une bonne bouffée d'air frais lui fit le plus grand bien, Dylan s'installa ensuite dans sa voiture mettant la voiture en route et prenant la direction de la salle de gym à l'est de Memphis. Le soleil s'était déjà couché depuis quelques minutes déjà, si ce n'était plus étant donné l'heure qui s'affichait sur son tableau de bord, dix neuf heures passées. Il arriva très vite au point de rendez-vous, éteignant le contact de la voiture, il attrapa son sac à la volée avant de se diriger vers la porte d'entrée qu'il poussa d'un coup de pieds. Il était un peu comme chez lui dans ce gymnase, la plupart des personnes s'y trouvant le connaissait, parce qu'il était un Ludsen. Dylan salua un par un d'une poignée de mains chaque personne qu'il croisa tout en allant vers les vestiaires pour se changer. Fin prêt il prit sa bouteille d'eau et alla rejoindre son coach et d'autres. Instinctivement il glissa ses doigts dans ses cheveux et pivota vers cette jeune femme avec qui, sans savoir pourquoi, il s'était mis doucement à discuter. Ce qui était d'une rareté sans nom puisque Dylan n'était pas un homme à dialoguer aussi facilement. Avec elle, c'était différent. Il lui semblait qu'elle ne lui parlait pas parce qu'il était un Ludsen mais parce qu'elle le souhaitait, il était même persuadé qu'elle ne le connaissait pas parce qu'il tenait une des plus grandes entreprise. Avec elle il était un inconnu comme tout ceux qui se trouvait ici et c'était cela qu'il avait tout de suite apprécié. « Bonsoir... Vous voulez toujours de moi comme équipière? » Sa voix était douce, timide. Aux yeux de Dylan, cette fille lui paraissait tellement fragile, comme du cristal. Il serra alors délicatement sa main qu'elle lui tendait, affichant un léger sourire en guise de bonjour. Dylan n'était pas quelqu'un de très réceptif, ni d'expressif mais avec Shae il ne pouvait faire autrement, c'était naturel, son sourire, léger certes, était sincère. « Bien sûr, je n'aurais pas fait le cours si je ne vous avez pas eu comme coéquipière si vous voulez tout savoir. » lui répondit-il alors aussi sincèrement que possible en inclinant légèrement son visage sur le côté, son regard rivé dans celui de la demoiselle. « Vous avez passé une bonne journée? » D'ordinaire il aurait souffler et il n'aurait certainement pas apprécié qu'on lui pose ce genre de question qui ne faisait que de l'irriter davantage, mais pas cette fois. « Ennuyeuse et dépourvue de sens. Et la vôtre? » Le professeur commençait déjà à parler, à expliquer aux nouveaux arrivants ce en quoi le cours consistait mais peu important à Dylan si ce n'était Shae. C'était un véritable bonheur pour lui que de venir le soir et de croiser son visage. Encore une fois sans qu'il ne sache les raisons. « Promis, cette fois je vais essayer de vous mettre par terre, pour de vrai.  » Un large sourire s'afficha instinctivement sur son visage et même dans son regard bleuté on pouvait y lire l'amusement. Jusqu'à présent Shae n'était jamais parvenu à mettre au tapis Dylan, cela faisait trois quatre séances qu'ils étaient partenaires et le mauvais joueur qu'il pouvait être ne lui permettait pas de la laisser faire, mais pourquoi pas cette fois-ci. « Et moi j'essaierai de faire en sorte que vous y parvenez. » Il haussa les sourcils en lui faisant un clin d’œil avant de se mettre en place plus à ses côtés puisque le cours n'allait pas tarder à débuter. Même si sa journée s'était mal terminée il pouvait espérer que sa soirée finirait comme sur des roses.
 

code by ORICYA.


_________________
"j'étais juste derrière toi"
Il me faudra du temps pour que je t'ouvre mon coeur. C'est important que tu le saches. Ce sera pas toujours facile, je vais te repousser et il faudra que tu m'empêches de te laisser partir, il faudra que tu t'accroches, que tu restes.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies Ven 30 Oct - 10:53

Sans amis, la vie ne mérite pas d'être vécue
When the road looks rough ahead and you're miles and miles from your nice warm bed. You just remember what your old pal said, boy you've got a friend in me. Yeah you've got a friend in me
L’air de la pièce commençait doucement à circuler dans les poumons de la jeune fille, lui laissant ainsi percevoir de cette non-agression qu’elle allait connaître. L’idée même de suivre un tel apprentissage lui restait encore sans réponse, tant ce sentiment d’être complètement perdue dans les méandres d’une violence qu’elle voulait fuir persistait encore dans son âme. Etait-ce réellement une bonne idée que de désirer une telle défense ? A chacune des postures d’agression mimée par le professeur en charge de ce cours, Shae revivait une scène qu’elle ne connaissait que trop bien. Et même si le jeu de cette dernière restait vraisemblablement un mensonge à part entière, il n’en restait pas moins que le blocage qu’elle essayait de vaincre revenait la battre à chaque fois. Cela ne faisait que deux séances auxquelles la jeune fille parvenait à terminer convenablement le cours. Deux pauvres heures, durant lesquelles le supplice était tel qu’elle ne voyait pas le fin mot de tout ceci. A chaque fois, son visage lui revenait en mémoire, ses yeux inquisiteurs qui l’avaient tant rendu coupable d’exister. A chaque fois, il la battait à mesure qu’elle désirait se sortir de son étreinte. A chaque fois le mal revenait de plus belle et avec lui des souvenirs qu’elle aurait tant désiré oublier. Pourtant, elle ne voulait plus connaître tout cela. Elle ne désirait plus être la victime de son passé, mais plutôt faire en sorte que ce passé la laisse tranquille. Peut être était-ce là la réponse de son questionnement quant à connaître les raisons de sa présence dans ce cours ? Fuir aussi loin qu’elle le puisse, mais avant de le faire, il fallait qu’elle assouvisse cette vengeance. Non pas qu’elle désirait faire du mal à qui que ce soit, mais simplement pouvoir vaincre ses craintes et ainsi avancer de plus belle. Aussi difficiles pouvaient se trouver les gestes quant au cheminement interne et naturel d’une bouffée d’oxygène, il n’en restait pas moins que ce dernier s’en trouvait véritablement moins lourd que précédemment. La raison de ceci, s’expliquait simplement par la présence du jeune homme, vers qui Shae n’avait pas hésité à se diriger. Inconnus pendant les premières séances, il n’en restait pas moins qu’ils avaient réussi à forger quelque chose qui semblait les lier d’amitié. Mais encore une fois, le caractère inquiet et d’autant plus gêné de la jeune fille n’avait pas tardé à rejaillir, si bien qu’elle espérait au fond d’elle ne pas le gêner dans ses requêtes. Après tout, qui voudrait d’une fille comme elle en coéquipière ? Quelqu’un avec qui, il est difficile de pouvoir progresser, tant la crainte de blesser l’autre ou même les démons qui la hantaient lui empêchaient les manœuvres les plus aisées. Timide, elle avait osé laisser quelques unes de ses pensées franchir la barrière de ses lèvres et comme à son habitude, Dylan su répondre d’une manière qui lui permit de retrouver délicatement le sourire. Une réponse qui était banale et témoignait d’une réelle politesse à son égard, mais peut être bien bien plus que cela. Une réponse sincère, qui se voulait encourageante et veillait ainsi à serrer un peu plus sa main dans la sienne alors qu’ils se saluaient. « Merci. » laissa t-elle échapper doucement, tel un murmure alors que la pleine reconnaissance des mots qu’il avait employé à son égard la touchait pleinement. Ses yeux se rivèrent vers le sol, à mesure que le temps passait, à mesure que ce dernier lui rappelait que le moment fatidique finirait par arriver et qu’elle devrait essayer de combattre tout cela.  Mais pour essayer de retrouver une certaine contenance et ainsi partager avec le jeune homme une certaine complicité. C’est avec cette même gêne dans la voix qu’elle osa lui demander des subtilités que les gens partageaient naturellement. D’ailleurs, au court de leurs dernières rencontres, la jeune fille avait noté que parler intimement n’était pas ce qui faisait le plus plaisir à Dylan. Et elle pouvait noter les efforts qu’il parvenait à faire envers elle. Quelques attentions qui veillèrent à le toucher davantage, à mesure qu’il lui répondait avec un ton certes un peu froid, mais empli de cette sincérité qu’elle appréciait lui retrouver. « Alors, on va essayer de faire en sorte que la soirée vous égaye un peu. » Souriant délicatement, la jeune fille haussait ensuite ses épaules afin d’exprimer les agissements de sa journée. « La mienne était plus bonne, je vous remercie. » lui répondit t-elle avant d’entendre les quelques recommandations données par le professeur de cette séance. Le temps de l’échauffement semblait être arrivé. Mais avant de commencer, Shae ne put s’empêcher d’essayer de détendre l’atmosphère par le biais de cette petite phrase. En effet, il lui était quasiment impossible de parvenir de mettre Dylan par terre, ou qui que ce soit d’ailleurs. C’est pour cette raison qu’elle essayait de se donner du courage et avec lui, une certaine détermination. La réaction de son équipier la fit sourire un peu plus alors que la jeune fille remarquait les yeux joueurs de ce dernier. Dylan était véritablement gentil avec elle et elle espérait lui rendre un peu de cette compassion par ses attentions. « Merci. » chuchota t-elle doucement entre ses lèvres alors qu’elle portait son attention sur le professeur. Inspirant un grand coup, la jeune fille ferma ses yeux pour essayer de chasser l’angoisse naissante contre sa poitrine. Ne sachant si elle y parviendrait cette fois, elle préférait ramener l’image de Talisa, Spooki mais surtout Oliver devant ses yeux, afin de parvenir à retrouver l’espoir. Ses yeux s’ouvrirent doucement et déjà l’impression que la lumière était trop forte et que ses oreilles n’entendaient rien si ce n’était un bruit sourd commençait à se faire ressentir dans son être. Elle n’allait pas y arriver. Un mince mouvement de recul lui fit heurter le torse de Dylan. Un contact fragile mais qui avait le don de pouvoir la rassurer. Elle n’était pas seule et elle allait réussir cette fois. Ses yeux cherchèrent à rencontrer les siens, juste pour trouver un visage ami, juste pour garder intact le souvenir d’un présent certain. Mais déjà, le professeur s’avançait vers elle. « Shae, ce soir tu vas vraiment le mettre par terre ! Tu ne nous fais pas le coup de la fille qui s’inquiète de faire du mal. Tu donnes ce que t’as, d’accord ? » Détournant ses yeux pour ainsi regarder le sol, la jeune fille n’osait même pas répondre tant l’angoisse la saisissait. Acquiesçant simplement d’un signe de tête, elle déglutit avec difficulté. « Je sais que c’est difficile pour toi. Mais je suis persuadé qu’au fond de toi, tu peux y arriver. » Visiblement, le professeur venait de se rendre compte qu’il venait de lui faire peur, puisque par le biais de ses paroles, Shae comprenait ses excuses. « Dylan, tu la ménages comme toujours hein, je compte sur toi. » Le regard toujours rivé vers le sol, la jeune fille n’osait même plus relever ses yeux alors que l’impression d’être un poids ne cessait de l’assaillir. Elle prit tout de même connaissance du recul du professeur pour ainsi se remettre au centre de la pièce et expliquer les prises à travailler pour cette soirée. « Je suis désolée… » Laissa t-elle échapper alors que ses yeux ne bougeaient pas de la scène qui se déroulait devant eux. Un sentiment de gêne mais surtout de dégout d’elle-même s’en prenait à son âme. Une âme meurtrie qui ne méritait rien si ce n’était de rester invisible au monde entier.


_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dylan Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 114
≡ arrivée : 16/10/2015
≡ célébrité : Jamie Dornan.

MessageSujet: Re: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies Ven 13 Nov - 20:28

Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies.

ft. Shae Woodstock


« Garde tes peines pour toi, elles sont tout ce qu'il te reste lorsque tu as tout perdu. »
La salle de gym était on ne peut plus bondée, certaines personnes se contentaient seulement de faire des altères, du tapis de course ou du vélo elliptique, d'autres comme Dylan participaient au cours donnés par l'entraîneur. C'était du self défense, non pas qu'il en ait forcément besoin c'était seulement parce qu'il appréciait le combat, cela le défoulait tellement qu'il en oubliait tous ses soucis, infimes mais colossaux à la fois. Ce n'était que des problèmes liés au travail la plupart du temps mais les plus difficiles à gérer étaient on ne peut plus différents voire imposants qui se rapportaient à sa vie personnelle et familiale. Même s'il tentait à chaque fois de les projeter loin dans son esprit et dans son cœur, ils revenaient sans cesse à la charge, une pique pour lui rappeler qu'il ne devait pas les oublier, qu'ils étaient ancrés en lui et qu'il ne pourrait pas s'en défaire aussi facilement qu'il le voudrait. Dylan n'aimait pas exposé ses soucis à qui que ce soit et le plus étrange dans tout cela c'était qu'il n'aimait pas se les exposer à lui, il les chassa d'un revers de la main, ni vu ni connu et s'arrangeait pour ne pas revenir là-dessus. Mais il faut dire que par moment c'était impossible de passer à côté sans y penser. Ce qui tourmentait Dylan plus que tout c'était sa relation, si relation il y avait, complexe, douloureuse et délicate avec Ethel, sa sœur. Sœur qu'il n'avait plus revue depuis deux années et qu'est-ce que cela pouvait être long deux ans sans pouvoir regarder une personne chère à son cœur, la voir grandir, mûrir, s'épanouir, sourire... C'était un véritable vide dans le cœur de Dylan lorsqu'il pensait à Ethel, un trou immense que personne ne pouvait combler mise à part la personne concernée. Dylan pensait énormément à elle, tous les jours d'ailleurs il ne pouvait le nier. Lorsqu'il allait rendre visite à sa mère pourtant il ne parlait jamais d'elle, comme si cette dernière n'avait jamais existé, comme si elle n'avait jamais fait partie de la famille parce que c'était un tabou énorme de parler d'elle au sein de la famille Ludsen, depuis que leur père l'avait reniée.  Il ne montrait jamais à sa génitrice qu'il était touché par son absence, parce qu'il ne voulait pas paraître un faible à ses yeux mais peut-être l'était-il en vérité, c'était un faible qui se cachait sous une carapace d'un homme puissant et contrôlable afin qu'on ne puisse ni le briser ni l'approcher. C'était toujours les mêmes choses quotidiennes qui se répétaient inlassablement dans sa tête, à longueur de temps il en avait pris désormais l'habitude. Dylan ressassait énormément aussi les souvenirs minimes qu'il avait avec son aïeul. Depuis son décès c'était comme s'il s'était dressé des barrières devant lui, déjà qu'auparavant personne ne l'atteignait, dorénavant c'était devenu encore pire. Rien ne le touchait, rien ne le brisait si ce n'était ses pensées.
Le jeune pdg s'était tellement plongé dans ses souvenirs qu'il ne faisait littéralement plus attention à se qui se passait autour de lui, petit à petit il reprenait conscience et refaisait la connaissance de la salle de gym, du cours qui avait commencé, de Shae cette inconnue qu'il appréciait, si fragile, si douce et si petite à ses côtés. Peut-être que son absence avait été plus rapide qu'il le pensait, personne ne s'était vraiment aperçu qu'il n'était plus parmi eux, personne exceptée Shae, puisqu'elle était la personne la plus proche de lui en cet instant, cela dit elle ne pipa mot et surtout elle ne posa aucune question ce qu'il appréciait tout particulièrement. Le cours n'allait pas tarder à commencer, il ne restait plus qu'à l'entraîneur d'expliquer les règles de base à respecter impérativement sous peine d'être expulsés. La jeune femme aussi timide que distraite avait redonné le sourire à Dylan, bien que sa journée ait été longue il était heureux de savoir qu'ensemble ils essaieraient de rendre la soirée on ne peut mieux et il savait que cela aboutirait réellement à quelque chose d'agréable. Dylan était un mauvais joueur et il aimait particulièrement être le premier dans tous les domaines, cela dit ce qu'il avait dit à l'encontre de Shae était vrai, il tentera véritablement qu'elle parvienne à le mettre au sol, parce qu'il savait que cela lui donnera du courage, de la détermination et une certaine admiration même s'il n'était pas dupe, il se laisserait faire et elle en était pleinement consciente. Enfin le cours commença, tout le monde se mettait en place quand doucement Dylan se fit heurter par la demoiselle, quelque chose d'inquiétant traversait ses jolies yeux verts, paniquait-elle? Une question sans réponse il aura, car il ne lui demanderait pas. Entre eux tout était naturel, ils n'avaient pas besoin de faire semblant, de s'épancher sur leurs vies privées, c'était juste l'instant présent en oubliant tout ce qui se passait dehors. « Shae, ce soir tu vas vraiment le mettre par terre ! Tu ne nous fais pas le coup de la fille qui s’inquiète de faire du mal. Tu donnes ce que t’as, d’accord ? » Shae avait tendance à ne pas vouloir trop faire de peur d'agir mal, de faire mal et c'était exactement ce que l'entraîneur venait de lui dire, Dylan le lui avait déjà assez répété aussi qu'il ne fallait surtout pas qu'elle hésite, qu'il n'aurait pas mal et qu'il lui donnait la permission. « Je sais que c’est difficile pour toi. Mais je suis persuadé qu’au fond de toi, tu peux y arriver. Dylan, tu la ménages comme toujours hein, je compte sur toi. » Ce dernier ne répondit pas mais acquiesça  simplement d'un hochement de tête avant de se détourner de lui et de capturer le regard de Shae mais c'était impossible car il était rivé sur le sol. « Je suis désolée... » Instinctivement Dylan attrapa délicatement le menton de la jeune femme afin de lui relever son visage vers le sien et y plonger son regard. Regard pénétrant, insaisissable et pourtant qui se voulait rassurant et protecteur. « Non pas d'excuses, pas avec moi. Vous ne devez pas être désolée pour quelque chose qui n'a pas lieu d'être Shae, soyez sûre de vous et de ce que vous faîtes et soyez fière surtout. » Dylan relâcha doucement son visage de sa main, lui adressant au passage un léger sourire. « Prête? On va y aller calmement. » Le pdg se recula d'un pas et positionna ses mains à hauteur de son visage, insistant Shae à taper dedans. « Surtout ne te retient pas et donne tout ce que tu as en toi. » Sans se rendre compte, Dylan s'était mis à la tutoyer, lorsqu'il s'en était aperçu, c'était déjà trop tard et le mal était fait.

code by ORICYA.


_________________
"j'étais juste derrière toi"
Il me faudra du temps pour que je t'ouvre mon coeur. C'est important que tu le saches. Ce sera pas toujours facile, je vais te repousser et il faudra que tu m'empêches de te laisser partir, il faudra que tu t'accroches, que tu restes.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies Mar 17 Nov - 15:14

Sans amis, la vie ne mérite pas d'être vécue
When the road looks rough ahead and you're miles and miles from your nice warm bed. You just remember what your old pal said, boy you've got a friend in me. Yeah you've got a friend in me
L’aspect pourtant bruyant de la salle de sport n’en devenait que des plus sourds au fur et à mesure que le temps passait. La raison s’en trouvait simple : Shae avait peur. Et cette panique qui ne cessait de la saisir tendait à lui renvoyait les images floues de ce visage qu’elle essayait d’oublier. Y parviendrait-elle un jour ? La réponse quant à cette volonté lui paraissait si éloignée et tellement dérisoire qu’elle n’osait laisser cet infime espoir lui apporter un peu de réconfort. Non, elle n’y arriverait pas, tout comme elle ne parviendrait jamais à battre ses démons intérieurs. Ils l’accableraient toujours, lui renvoyant ainsi des images qui veillaient à raviver les douleurs internes, l’enfermaient dans cette pièce aussi sombre que le néant et dont la lumière n’arrivait jamais à percer. Le noir serait toujours à ses portes et avec lui cette désolation qui ne cessait de lui laisser comprendre qu’elle n’était rien. Qu’une pauvre fille dont les volontés seraient toujours vouées à l’échec. Déjà, elle avait l’impression d’entendre ses mots. Ces mêmes termes qu’elle avait pu apprendre à côtoyer pendant de longues années. Des années interminables. Tu ne seras jamais rien toute seule. Même sa voix l’affligeait de ces coups involontaires mais surtout de cette sensation qui veillait à lu donner envie de fuir. Courir aussi vite qu’elle le pouvait pour ainsi s’enfermer dans un placard, n’importe où, mais un espace confiné, dans lequel elle serait enfin seule et loin de lui.  Ses lèvres se mettaient déjà frémir à mesure que le professeur s’approchait d’elle. Au fond d’elle, elle avait conscience qu’il ne voulait que son bien et ainsi la sortir de ses tourments, mais y arriveraient-ils tous ensemble ? Le son revenait doucement, d’abord éloignées, les paroles à son encontre n’en devinrent qu’un peu plus audibles et d’autant plus compréhensibles alors que le message qu’elles renfermaient parvenait à éveiller son espoir.  Ils y arriveraient tous ensemble. Déjà, les visages de Talisa et d’Oliver venaient à se dessiner devant ses yeux. Lui laissant ainsi croire en de nouveaux messages. Des paroles rassurantes en découlaient et avec elles, cette impression que cette fois-ci, elle y arriverait.  Et puis avec l’aide de Dylan, ce garçon qui lui paraissait comme étant gentil et d’une aide certaine quant à sa situation, elle n’avait plus le droit de douter. Acquiesçant faiblement d’un signe de tête, Shae déglutit en premier lieu avec cette même difficulté qui l’empêchait de respirer convenablement. Si elle était ici, c’était son choix et elle n’avait pas le droit d’infliger ses mésaventures à ce pauvre garçon. Une part infime victorieuse et d’autant plus combattante, celle là qui l’avait poussé à se libérer seule de cette histoire, tambourinait contre sa poitrine et se battait intensément avec cette autre par qui lui laissait encore croire en une culpabilité quant à son existence dans ce monde. L’envie de fuir restait présente, néanmoins elle arrivait à s’évaporer petit à petit à mesure que ses yeux essayaient de trouver du réconfort dans le regard anthracite du jeune homme. Qui était-elle pour lui infliger cela ? Il n’était pas là pour ça… Bien au contraire, il serait bien mieux avec une autre, et pourtant… Il la rassurait encore en lui avouant qu’il la désirait elle. Instinctivement, ses paroles trouvèrent un refuge certain au creux de son cœur, alors que la gêne n’arrivait pas à se dissiper. Les remords la rongeaient un peu plus, si bien qu’elle s’excusa une nouvelle fois au sujet de sa présence à ses côtés. Dylan serait bien mieux avec une autre fille. Le souffle qui se dégageait d’entre ses lèvres après ses excuses dévoilaient bien sa déception quant à la frustration qu’elle allait lui infliger. Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il réagisse de la sorte à son tour. Sentant sa main au niveau de son menton, la jeune fille n’eut d’autre choix que de relever ses yeux pour ainsi venir trouver les siens. Le regard qu’elle y admira parvint à la rassurer. Elle ne pouvait expliquer comment ni même pourquoi. Mais dès lors qu’elle croisait ses yeux, un sentiment de compassion l’envahissait. Un peu comme si, elle percevait derrière tout cela, des secrets qui l’avaient blessé lui aussi. Des non dits qui ne trouveraient peut être jamais son oreille attentive, mais qu’elle veillerait à garder aussi secrets que les siens. Les mots qu’il employait trouvèrent une véritable écoute auprès de la jeune fille.

« …soyez sure de vous… de ce que vous faîtes … soyez fière… » Ses termes résonnaient encore dans sa tête à mesure que la signification essayait de se frayer un chemin vers ses propres persuasions. Comment pouvait-il croire en elle alors qu’elle-même n’y parvenait pas ? Comment agir de cette manière ? Comment être fière alors que ce qu’on désirait le plus était de fuir ? La bouche entre ouverte, Shae se contenta de partager l’incompréhension de ses émeraudes avec la confiance de ses saphirs. Elle ne voulait pas le décevoir, et bien au-delà de cela, elle désirait simplement croire en ce qu’il lui conseillait. Aussi et par soucis de bien laisser envisager sa bonne compréhension, la jeune fille se contenta de hocher la tête de manière affirmative au moment même où il lui demandait si elle était prête. Consciente de ce que cela devait probablement impliquer dans le caractère un peu brut de son coéquipier, la jeune fille se mit à lui sourire en réponse au sien. Une infime part d’elle voulait se convaincre qu’elle y arriverait. D’ailleurs, elle apprécia qu’il se mette à la tutoyer à ce même instant. Cela l’aidait à prendre confiance en elle, mais aussi dans cette situation assez tendue qu’ils pouvaient connaître ensemble. « Je vais essayer… » laissa t’elle échapper doucement entre ses lèvres à l’instant même où Dylan lui faisait front en levant ses mains au niveau de son visage. Autant l’avouer, cette position elle l’avait déjà vu mais pas sur lui. Mais cette fois, l’ombre ne la toucherait pas, elle ne lui ouvrirait plus l’arcade comme elle l’avait déjà fait dans le passé. L’image de son ex petit ami était en train de se figer sur le visage de Dylan, ce qui eut comme effet, ce recul qu’elle s’empressa de prendre. Néanmoins, la jeune fille essaya de plisser ses yeux, juste pour chercher à effacer ce visage. Il n’était pas là, pas dans ce gymnase, ni même dans cette ville. C’était Dylan. « Dylan… » chuchotait-elle comme pour se persuader elle-même. Elle le répéta encore deux fois de plus avant de reconnaître enfin le regard de son coéquipier. Cela lui permit de faire un pas en avant et ainsi de chercher à trouver le moyen de le déstabiliser. Le souvenir des heures déjà passées à cet office vinrent à apporter quelques réponses quant à la meilleure réaction qu’elle devait prendre. Aussi attendit-elle qu’il fende l’air avec son poing pour ainsi le prendre entre ses deux mains et lui tourner doucement le poignet, sans pour autant le lui briser, de manière à le neutraliser. Une technique que le professeur leur avait fait apprendre et qui devait amener l’assaillant à se retrouver à genoux devant elle. Enfin, lorsque cela fonctionnait… « Tu n'as pas mal ? »



_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies

Revenir en haut Aller en bas

Dylan (+) Les amis sont le baume qui panse toutes les plaies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les ennemis de mes amis sont mes ennemis (Déa)
» Les amis sont la famille qu'on se choisit.
» Les amis sont comme des diamants. Précieux et rares. | Feat Stiles Stilinski
» Les amis sont la famille qu'on se choisit.
» Trois sortes d'amis sont utiles. Un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé ♣ L. Grimes & S. Gomez PRIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: The Village, East Memphis :: UFC Gym-