AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Ethel Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 534
≡ arrivée : 03/09/2015
≡ célébrité : Emma Watson.

MessageSujet: TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan) Ven 23 Oct - 14:24


take a deep breath
I wonder how bad that tastes when you see my face. Hope it gives you hell, hope it gives you hell, when you walk my way.

Les jours s'écoulent, et la routine commence à s'installer dans la vie d'Ethel. Elle la brise, parfois, en mettant en place une sortie imprévue, en prenant deux doses plutôt qu'une. Le manque, elle ne l'a pas connu depuis quelques jours. Pas depuis qu'elle a reçu sa première paye depuis son retour en ville. Sans doute ses maigres économies ne tiendront-elles pas le coup bien longtemps. Elle a tout juste eu de quoi acheter quelques grammes pour tenir une semaine ou deux. Avec ce qu'il restait, elle a payé son loyer. Et, maintenant, elle se retrouve plus ou moins sans rien. Quand elle va au bar, elle ne paye rien. Et heureusement. Parce qu'il lui faut garder un peu de quoi manger ... de temps à autre. Dans son cerveau étriqué, rendu plus lent par des années de consommation, ce n'est pas sa priorité. Sa priorité, c'est d'avoir de quoi tenir le choc. D'avoir des stocks de drogue. Tout le reste, elle l'emmerde. Elle fait un fuck géant à l'univers si cela peut lui permettre d'avoir la paix. Elle ne veut pas rentrer dans les rangs. Elle ne veut pas être bien vue par untel et untel. Au boulot, elle se contente de faire son job. Il est hors de question qu'elle se plie aux quatre volontés du patron qui l'a, une fois ou deux, incitée à jouer les serveuses. Si cela lui plaît d'avantage que de se foutre à poil sur scène, ce n'est pas ce pour quoi elle a été engagée. Et si elle n'a pas d'argent supplémentaire en conséquence, elle refuse de jouer les potiches. Hors de question qu'elle se fasse berner. Du fric, elle en a désespérément besoin. Et si elle n'a pas toujours eu la même notion de l'argent que le commun des mortels, elle a finit par se faire une raison. Et par réaliser à quel point chaque centimes est précieux.

Elle ne gâche plus rien. Sauf sa vie, sans but depuis toujours. Mais ça, c'est une toute autre histoire. Une histoire sur laquelle elle ne désire guère s'arrêter. En revanche, d'autres problèmes tout aussi importants traînent dans sa tête depuis un moment. Depuis des mois, lorsqu'elle a appris pour la maladie de son père. Elle a, dans un premier temps, franchement hésité. Y aller ? Jouer les mortes ? Pendant un moment, elle a pesé sur la balancer les deux possibilités. Et puis, la réponse s'est imposée à elle comme une évidence. Bien sûr, qu'elle allait y aller. Essayer de revoir cet homme qui l'a virée de sa vie sans scrupules, deux ans auparavant. Parce que, cet homme, ce n'est pas n'importe qui. C'est son père, quoi qu'il ait fait, et quoi qu'il ait pu dire d'elle. Tant pis s'il refuse de la voir, elle aura au moins essayé et elle aura la conscience tranquille. Mais pour cela, encore faudrait-il qu'elle soit capable de le trouver. Les difficultés qu'elle a rencontrées lorsqu'elle a dû chercher un appartement puis un job en ville, ont rapidement laissé place à l'incrédulité. Où et comment le trouver ? Comment savoir dans quel hôpital il est ? Dans quelle chambre ? Elle aurait pu y aller au culot, et appeler, demander à l'accueil où il se trouve. Le fait est qu'elle ne l'a pas fait. Et puis, une fois de plus, la réponse l'a frappée un beau matin : c'est vers Dylan qu'elle doit d'abord se diriger. A tous les coups, il doit savoir où est leur père. En fait, c'est sûr à 100%. Ils sont si proches, tous les deux. Reste encore à savoir si c'est parce qu'elle veut voir mesurer la température avant d'affronter son père en passant par Dylan, ou si elle a d'autres projets derrière la tête.

Toujours est-il que c'est la seule et unique solution plausible qui s'est imposée à elle. C'est la plus sûr, aussi. Celle qui lui évitera d'aller rendre visite à quelqu'un dont elle ne sait rien, depuis deux ans. A quel point est-il malade ? Acceptera-t-il de la faire entrer ? Que de questions laissées sans réponses. Et seul Dylan semble à même de l'éclairer. Il le fera, hein ? Ethel ne veut pas y aller pleine de doutes, c'est pourquoi elle évite d'y penser, depuis quelques heures. Ce soit, elle est de congé, elle ne bosse pas. Alors, elle en profitera pour aller le voir. C'est un mardi soir, il devrait être chez lui. Et son adresse, elle l'a trouvée dans les pages jaunes, heureusement que cela a été faisable. Armée de courage et de tous ses masques dont elle se pare habituellement, Ethel se prépare rapidement à partir de chez elle. Il est vingt heures, elle ose espérer qu'il ne sera pas en vadrouille on ne sait trop où. Avant d'y aller, la jeune femme se prépare un joint qu'elle fumera en route. Il y a de quoi assommer pas mal de gens là-dedans, mais pas elle : son corps s'y est fait avec le temps. Au pire, elle sera assez calmée pour ne pas s'énerver contre son frère. Mais elle a peu d'espoirs que cela ait un tel effet. La situation est trop délicate pour ça. Heureusement - ou pas - pour elle, il se trouve que Dylan a un appartement pas loin de chez elle. Alors, en dix minutes à pieds, elle y est. Désinvolte, décontractée en apparence, elle donne quelques coups contre la porte juste après avoir lancé son joint sur le sol, quelque part sur la droite. S'il n'est pas là, elle risque fort de s'exciter toute seule. Mais au moins, Dylan ne sera pas là pour assister à ça.

copyright crackle bones

_________________


    Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout (...) autrement tu passes forcément pour un con... ► vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dylan Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 114
≡ arrivée : 16/10/2015
≡ célébrité : Jamie Dornan.

MessageSujet: Re: TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan) Mar 10 Nov - 18:53

Take a deep breath

ft. Ethel Ludsen


« There's such a difference between us and a million miles. »
La routine était quotidienne dans la vie tumultueuse de Dylan. C'était un cycle infernale, vicieux et parfois interminable ses journées étaient longues, éprouvantes et répétitives et ne parlons pas de ses nuits, c'était devenu rare qu'il prenne le temps de se reposer un temps soit peu, cela faisait pratiquement une semaine qu'il ne dormait presque plus, une nuit sur deux parce que son corps le réclamait mais sinon il restait éveillé. S'il ne traînait pas chez lui, il prenait l'air sur son balcon ou dans le parc. C'était un schéma reproductif, dés que l'aube se levait Dylan se changeait en tenue de sport pour aller courir à tout rompre, se vider la tête, le cœur, les poumons. Son esprit divaguait alors, où il ne le savait pas, ailleurs certainement en réalité c'était là le seul moment de la journée où il ne pensait à rien si ce n'était qu'à élancer ses jambes devant lui le plus vite possible, capuche sur la tête, visage légèrement baissé vers le sol et regard viré droit devant lui, écouteurs et musiques dans les oreilles.
Une fois que sa course folle se terminait, ses obligations lui revenait en pleine face, une bonne grosse gifle pour le réveiller et lui rappeler qu'il avait désormais une sorte d'empire à contrôler et à guider. Trente et un ans et toute sa vie tournait maintenant autour de son entreprise acquise de son propre père, décédé il y a peu. Même s'il avait été préparé bien avant son décès à gérer la société, le fait de se retrouver seul sans le soutien et l'aide de son défunt, qui lui avait de l'expérience, le professionnalisme et les compétences pour, c'était un peu plus difficile mais il ne lâchait rien. Un jour il finira par avoir le contrôle total sur son entreprise et Dylan ne se laissait certainement pas démonter. Tout était brouillé dans son esprit mais en apparence il était vu comme un patron autoritaire, abrupt et sûr de lui. C'était donc le principal pour lui d'être perçu comme ce genre d'homme et non comme étant quelqu'un de totalement errant et dépaysé.

Dépaysé Dylan l'était certainement. Passant des urgences à pdg, cela faisait tout de même une très grosse différence, la tension était certes toujours là, rien n'avait changé mais tout était différent. Plus de responsabilités, plus de travail, plus de... Mais Dylan aimait les défis, il avait été préparé un temps soit peu et il comptait bien relever ce défi d'être un patron exemplaire, puissant et influent. Cela ne faisait réellement que six petits mois qu'il était devenu le directeur général de l'entreprise et il était certain que beaucoup attendait de lui qu'il n'y parvienne pas et qu'il croule tout ce que son père tout-puissant avait bâti. Chose qui ne se produirait décemment pas, il se l'était promis. En honneur à son père mais aussi pour lui. Dylan était un grand admirateur de ce dernier, depuis tout jeune et malgré qu'il ne se soit jamais occupé de son fils, il n'en restait pas moins qu'il avait toujours eu de l'adoration et du ravissement pour ce qu'il accomplissait chaque fois.

En réalité Dylan s'était toujours dis, intérieurement parlant, que si son père ne s'était jamais occupé de lui et de sa soeur, Ethel c'était exactement pour qu'ils vivent de façon correcte et qu'ils n'aient pas de difficulté pour être heureux. Du point de vue d'Ethel, c'était tout-à-fait différent cependant. Si l'on mettait Dylan et Ethel l'un à côté de l'autre on ne serait dire qu'ils étaient de la même famille et encore moins qu'ils étaient frère et sœur. Totalement différents sous divers aspects. Le physique, le caractère, les attitudes, les liens de famille. Ethel était une fille plutôt bohème, artistique, rêveuse et n'ayant pas les pieds sur terre contrairement à Dylan qui aimait diriger les choses en quelque sorte, comme leur père. Dans la vie familiale du jeune pdg il était difficile de ne pas penser à tous les déboires de cette dernière. Lorsque ses parents ont appris la nouvelle du fait que leur fille était une junkie, cela a jeté un froid littéral au sein du groupe. Après qu'ils aient renié Ethel, Dylan n'a pas tenté de faire quoi que ce soit, cela aurait été le comble de contredire l'autorité même qu'était leur géniteur. Même s'il n'aimait pas le fait qu'elle puisse être seule, sans rien ni argent, ni toit il n'avait pipé mot et avait laissé faire. Depuis son départ ils ne parlaient jamais d'elle, c'était un tabou dans la famille Ludsen. Tout ce qui touchait la drogue et Ethel était banni de la maison familiale.

Dylan n'avait plus de nouvelles de sa sœur, il ne savait ni où elle se trouvait ni si elle avait un travail, une rentrée d'argent, si elle allait bien. C'était silence radio depuis deux années au moins et le comble dans tout cela c'était qu'il ne cherchait même pas à prendre des nouvelles. Il ne connaissait ni son adresse et encore faudrait-il qu'elle en ait une, ni son numéro de téléphone, la dernière fois qu'il a tenté de la joindre le numéro n'était plus attribué il en avait conclut qu'elle avait changé. Il n'avait aucune piste pour la revoir alors il avait laissé coulé en attendant d'avoir de ses nouvelles. Dylan s'inquiétait énormément pour elle, mais ses émotions il ne les montraient pas alors il était difficile pour quiconque de croire qu'elle lui manquait. Pourtant il avait une sorte de trou béat dans la poitrine rien qu'en y pensant alors il se forçait à ne pas le faire. Il était très tard, le crépuscule prenait petit à petit place lorsque Dylan se gara dans son sous-sol et monta dans l'ascenseur pour rejoindre son appartement. Veste de smoking sous le bras, cheveux débraillés dans tous les sens, lorsqu'il vit en sortant, celle qui avait occupé ses dernières pensées, au pas de sa porte, il n'en croyait pas ses yeux. « Ethel? » Elle était différente de la dernière fois qu'il l'avait croisé. Amincie, blanche, terne, ses cheveux étaient coupés courts, ses yeux étaient blafards et vides. Ce n'était pas sa sœur qui se trouvait face à lui, mais une inconnue... Le choc fut total. « Qu'est-ce que tu fais là? » Dylan n'avait pas bougé d'un pouce, il s'était seulement avancé vers elle, mais il n'avait pas pensé à ouvrir sa porte et à la faire entrer. La surprise prenait le dessus sur la joie. « Quelque chose ne va pas? » L'inquiétude prenait place aussi, tout était confus dans son esprit tant il était heureux et triste de la revoir.
 

code by ORICYA.


_________________
"j'étais juste derrière toi"
Il me faudra du temps pour que je t'ouvre mon coeur. C'est important que tu le saches. Ce sera pas toujours facile, je vais te repousser et il faudra que tu m'empêches de te laisser partir, il faudra que tu t'accroches, que tu restes.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ethel Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 534
≡ arrivée : 03/09/2015
≡ célébrité : Emma Watson.

MessageSujet: Re: TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan) Mer 11 Nov - 15:38


take a deep breath
I wonder how bad that tastes when you see my face. Hope it gives you hell, hope it gives you hell, when you walk my way.

L'anxiété est bien là. Ethel va revoir son frère après plus de deux ans sans avoir eu, ou même pris, de ses nouvelles. Forcément, il y a de quoi se poser un millier de questions, et s'inquiéter. Elle ne sait pas elle-même quelles seront ses réactions. Va-t-elle avoir envie de le frapper ? Elle ne voudra pas l'enlacer déjà, c'est une certitude. Il ne le mérite pas. Et, de toute façon, ce n'est pas dans les habitudes de la famille. Chez les Ludsen, on ne discute pas, on s'engueule ou, lorsqu'on est un adolescent immature et incapable de prendre ses décisions, on ferme sa gueule. Et on suit les ordres. Chez les Ludsen, on ne se fait pas des câlins, on se salue vaguement d'un signe de la tête lorsqu'on se croise, l'occasion. Chez les Ludsen, on ne s'embrasse pas, et on ne parle pas des sujets importants. Jamais. Tout cela, ça appartient à une autre dimension, une dimension qu'Ethel ne connaît pas. A laquelle elle n'a jamais goûté, et à laquelle elle ne goûtera jamais. Sa destruction est en marche depuis sa naissance, elle a juste quelque peu été précipitée ces dernières années. Et ce, pour plein de raisons. Enfin bref, elle ne peut pas prévoir ses propres réactions avant qu'elles n'arrivent. Il y a bien longtemps qu'elle a compris que son corps, elle ne le contrôle finalement pas tant que ça. Idem pour sa tête. De l'extérieur, cependant, elle peut sembler très digne, très fière, et toujours sûre d'elle. Elle l'est. Mais elle a ses moments de doute, de faiblesse. Et elle sait que le fait de se retrouver face au fantôme de son frère va forcément faire partie de cette catégorie-là. Elle peut s'effondrer ou s'énerver. Avec, c'est tout ou noir. Toujours blanc ou noir. Jamais entre les deux. Rien de tout cela. Pour l'heure, c'est l'agacement qui prédomine. Où est-il bon sang ? Elle a sonné à sa porte et n'a toujours pas obtenu la moindre réponse. Elle n'a plus qu'à croiser les doigts et espérer ne pas débarquer en son absence ...

Trop occupée à essayer de comprendre ce qu'il pourrait être en train de faire plutôt que de traîner chez lui, elle ne remarque pas tout de suite qu'une autre personne vient de débarquer dans le couloir. Et il ne s'agit pas de n'importe qui. Sa voix, elle l'entend et la reconnaît immédiatement. Dylan. Elle se retourne vers lui, ses doigts plus serrés que jamais autour de la lanière de son sac à main. Tiens, lui n'a pas changé d'un pouce. Ses cheveux sont peut-être un peu plus longs, et sa tenue plus classe encore qu'autrefois. Mais le reste, son visage, sa carrure, son expression, tout est parfaitement à l'identique. Elle a l'impression de n'être jamais partie, ou de n'être partie qu'une semaine tout au plus. Il a l'air ... surpris de la découvrir là, sur le pas de sa porte. Dans le fond, elle peut le comprendre. Mais elle ne peut, néanmoins, pas l'accepter. Dans quel genre de fratrie est-il à ce point étonnant de se retrouver les uns et les autres et de se comporter ... de cette façon ? Ils sont deux parfaits étrangers, le temps a fait son oeuvre. Qu'est-ce qu'elle fait là ? Quelle excellente question ! A laquelle elle n'a pas le temps de répondre, Dylan ayant visiblement - et bizarrement - décidé de s'intéresser à son état de santé. « Si quelque chose ne va pas ... ?! » Répète-t-elle, incrédule et à voix basse, sans doute sous le coup du choc. Il doit se moquer d'elle, n'est-ce pas ? Le sang pulse à ses tempes alors que son rythme cardiaque s'accélère. Si ses yeux lancent des éclairs, elle réussit néanmoins à rester parfaitement droite et digne. Comme toujours. « Tu dois te foutre de ma gueule, c'est pas possible. » Elle lève les yeux au ciel, agacée mais encore maître d'elle-même. Rien ne dit que cela durera. Avec Ethel, il est difficile de se faire une idée claire et précise. Elle peut péter un plomb à tout moment, perdre tous ses moyens d'un instant à l'autre.

Dylan, lui, a tout hérité de leur père : sa dignité et sa fierté sont tout aussi présentes que celles d'Ethel. Mais la maîtrise de lui-même qu'il a est impressionnante, et n'a sans doute pas d'égale. Il est capable de rester calme en toutes circonstances. A dire vrai, Ethel ne peut même pas se rappeler un jour où il ait perdu les pédales. Un véritable chef d'affaires. Il est tout à fait digne de l'héritage qui est le leur, enfants Ludsen. « Ça ne t'a pas traversé l'esprit que je t'étais peut-être venue pour une simple visite de courtoisie ? » Sans doute pas, et il aurait parfaitement raison : ce n'est pas le cas. Si elle avait eu le choix, Ethel ne serait sans doute pas passée par chez Dylan. Si leur père n'était pas tombé malade, elle ne serait peut-être même pas revenue en ville. Mais à ce niveau-là, rien n'est moins sûr, elle aurait finit par trouver une excuse pour expliquer son retour dans le coin. S'en tirer seule, elle n'est pas certaine d'en être capable. Cela dit, elle l'a fait pendant deux ans, alors qui sait ? « Tu comptes ouvrir la porte ou nous laisser poireauter là toute la soirée ? » Sèche, froide et directe, au moins : les bases sont posées. C'est loin d'être une visite de courtoisie et il ne fait nul doute que Dylan s'en est déjà rendu compte. Avec un peu de chance, il ne la foutra pas dehors. Mais pourquoi ne le ferait-il pas ? Après tout, il n'a rien tenté pour empêcher leurs parents - leur père, pour être plus précis et spécifique - de la jeter hors de chez eux. Rien n'a changé, depuis.

copyright crackle bones

_________________


    Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout (...) autrement tu passes forcément pour un con... ► vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dylan Ludsen
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 114
≡ arrivée : 16/10/2015
≡ célébrité : Jamie Dornan.

MessageSujet: Re: TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan) Mar 8 Déc - 20:19

Take a deep breath

ft. Ethel Ludsen


« There's such a difference between us and a million miles. »
Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal. C'était fou à quel point cette phrase pouvait être véridique lorsque Dylan se mettait à penser à sa sœur. Ethel et lui ne s'étaient ni croisés ni parlés depuis maintenant deux longues et interminables années. Deux ans dans toute une vie ce n'était certainement pas grand-chose, certes, mais quand il ne vous reste que des souvenirs rien d'autres que des putains de souvenirs alors cela devenait démesuré jusqu'à ne plus se rappeler de sa voix, de son sourire... C'était une chose trop douloureuse et trop profonde dans le cœur et l'esprit de Dylan et pourtant rien dans ses attitudes, son comportement, sa physionomie ne montraient qu'il était triste et qu'une partie de son âme était loin, loin de lui, il ne savait où. Leur complicité n'a jamais été extraordinaire mais cela dit ils ne se détestaient pas, le caractère taciturne et inexpressif de Dylan ne lui avait jamais permis de se dévoiler totalement même vis-à-vis de sa propre sœur, il l'aimait par dessus tout, au fond de lui, elle obtenait la première place... Cependant il n'a jamais su le lui exprimer. Parce qu'il n'était pas ce genre de type à déclarer sa flamme, à s'épancher sur ses sentiments et ses émotions. Son défunt père lui avait, dans un sens, interdit de ressentir les choses, il disait simplement que dés lors où l'on se mettait à éprouver des choses trop personnelles, on devenait alors une personne faible et dans cette société actuelle ce n'était pas une bonne chose d'être une personne comme telle. Dylan a toujours su renier tout ça, parce qu'il avait été appris de cette façon là. C'était difficile pour lui voire impossible de s'exprimer sur ses profondes pensées, sur son passé. Tout était enterré à l'intérieur et rien n'en ressortirait. Les gens qui le côtoyaient ne connaissait en lui que sa part d'ombre, d'homme d'affaire implacable. Ni plus ni moins et c'était ce que Dylan espérait, qu'on le voit comme un homme sans peur, sans faiblesse. Un cœur de pierre qu'il était impossible de briser.

La nuit était tombée sur Memphis. Dylan avait eu une journée on ne peut plus fulgurante, sans pause, la fatigue se faisait ressentir de plus en plus, cela faisait trois longues nuits qu'il n'avait pas fermé l’œil voire très peu. C'était plutôt des mini siestes pour se maintenir une petite forme histoire de ne pas flancher en arrivant au bureau. Le trajet du retour s'était fait sans encombre mais il lui avait paru éternel, comme une longue route sans fin. Lorsque Dylan chassa ses pensées loin de lui, ce fut alors la surprise sur son visage au moment où il vit sa sœur, au pas de sa porte, différente de la dernière fois, amincie, étrangère. Il resta stoïque pendant quelques secondes avant de prononcer son prénom et terminer par lui demander si quelque chose n'allait pas, chose complètement stupide. Au lieu de lui dire à quel point il était heureux de la revoir, à quel point elle lui avait manqué, non, automatiquement il pensait à mal. Que faisait-elle là, quelque chose n'allait pas. Dylan était seulement surpris de la voir, ici près de lui, deux ans après. « Si quelque chose ne va pas ... ?! » Sa voix. Il avait tant rêvé d'entendre de nouveau sa voix, mais cette dernière était froide, étrangère même, méconnaissable. « Tu dois te foutre de ma gueule, c'est pas possible. » Malgré qu'il soit miné au fond de lui par le changement immense de cette femme qui n'était autre que sa sœur, il ne dévoila rien et sa maîtrise de lui-même l'étonna d'autant plus, il ne se sentait pas capable d'être aussi fort pour combattre tout ce qu'il ressentait. Cela ne servait strictement à rien de crier, il n'était pas prêt à se battre avec elle. « Ça ne t'a pas traversé l'esprit que je t'étais peut-être venue pour une simple visite de courtoisie ? » Loin de là cette pensée, intérieurement parlant il rigolait, parce qu'il était évident qu'elle n'était pas là que par simple courtoisie. Dylan était tellement concentré sur Ethel qu'ils restaient tous les deux devant cette porte, ne prenant pas la peine d'entrer lui-même et de la faire rentrer à son tour. « Au bout de deux ans d'absence? Laisse-moi réfléchir... » Il se laissa le temps de réfléchir vraiment. « Non à vrai dire ça ne m'a pas du tout traversé l'esprit. Donc j'ai tous les droits d'être surpris de te voir ici présente. » Il l'aimait par dessus tout et putain qu'est-ce qu'elle lui avait manqué, réellement, c'était l'euphorie dans son corps, juste dans son corps. Son visage ne montra rien. « Tu comptes ouvrir la porte ou nous laisser poireauter là toute la soirée ? » Si Ethel était là ce soir, ce n'était pas pour simple visite, quelque chose au fond d'elle-même voulait connaître des choses. Et la question de savoir si Ethel savait pour la mort de leur père s'immisça immédiatement dans son esprit. Elle ne savait pas! « Je suis content de te voir, petite sœur. » Elle était froide, lui était serein. Il aimait répondre par l'opposée, si elle voulait être ainsi, c'était son choix, lui aussi. Il passa à côté d'elle, ouvra la porte de son appartement et entra en premier, sachant pertinemment qu'elle rentrera derrière lui. Dylan ne se tourna même pas pour voir si elle le suivait, le bruit de la porte claquée lui confirma sa pensée. « Alors que souhaites-tu faire ou dire pour ta simple visite de courtoisie? » Déposant ses affaires sur la chaise de son salon, il ne prit pas la peine de la regarder et se dirigea directement vers la cuisine.
 

code by ORICYA.


_________________
"j'étais juste derrière toi"
Il me faudra du temps pour que je t'ouvre mon coeur. C'est important que tu le saches. Ce sera pas toujours facile, je vais te repousser et il faudra que tu m'empêches de te laisser partir, il faudra que tu t'accroches, que tu restes.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan)

Revenir en haut Aller en bas

TAKE A DEEP BREATH (ft Dylan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Austin | Take a deep breath
» take a deep breath | Minho
» Take a deep breath, and go to your destiny [LIBRE]
» (M) STEFANO MASCIOLINI | Take a deep breath and...
» Take a breath, take it deep (05/07 à 22h34)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: Downtown, Mud Island :: Hometown-