AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

Oliver (+) Devons nous croire au destin ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Dim 11 Oct - 11:22


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

L’oxygène apprenait petit à petit à apporter de nouvelles aspirations à la jeune fille.  Lui prodiguant ainsi de nouvelles sensations ou du moins des sentiments qu’elle avait déjà connu mais dont la crainte et la douleur lui avaient fait oublié les moindres ressentis. L’automne se découvrait doucement devant ses yeux curieux. Lui permettant ainsi d’être témoin d’une transition pour le moins resplendissante entre deux types de couleur. La palette de ce temps n’en devenait pas moins attirante et époustouflante dès lors qu’elle prenait un peu plus la route pour s’éloigner quelques instants de la ville et qu’elle s’engouffrait dans des bois. Le calme, la quiétude mais surtout le confinement de cet espace donnait la sensation à Shae d’être en sécurité. Une protection naturelle qui savait l’entourer de ses bras invisibles et ainsi lui prouver que le monde n’était pas un simple chaos. Non, il pouvait être autre chose de plus bienveillant mais aussi de plus réconfortant. Ce monde ne pouvait certes pas être contrôlé, néanmoins il lui laissait croire en l’idée qu’il n’avait peut être plus rien contre elle. Elle ressentait déjà les prémices d’un sentiment visant à lui faire croire qu’elle n’était plus prisonnière de ses tourments, mais plutôt qu’ils la libéraient doucereusement. Et si elle pouvait songer à cela, c’est parce qu’elle en avait eu la preuve il n’y avait que quelques jours de cela. En effet, elle était parvenue à atteindre son objectif. Celui là même dont elle ne songeait même pas à en entreprendre le chemin il n’y avait de cela qu’un mois en arrière. Mais elle y était arrivée. Certes, il s’agissait là d’une moindre affaire, d’une banalité pour els yeux de tous, mais qui s’avérait être une très grande étape pour elle. Parvenir à marcher seule dans les rues de la ville, à se rendre d’un point A à un point B sans assistance quelle qu’elle soit, pouvoir à nouveau ressentir la sensation d’une normalité bien présente. Bien sûr cet exercice ne fut pas sans encombre ni même difficulté, car elle avait désiré rebrousser chemin à maintes reprises. Mais finalement, elle y était parvenue. Petit à petit, cette crainte qui l’empêchait de respirer avait su prendre son envol pour être remplacée par une légère fierté : celle de vivre d’elle-même et d’être libre de ce passé. La joie avait su venir percer par delà les obscurités qui l’enveloppaient pour quelques heures. Une sensation qui avait su lui manquer dès que les ombres revinrent à nouveau. Car naïve, la jeune fille avait osé croire que tout s’arrêterait enfin et que ses démons cesseraient enfin de l’assaillir, malheureusement les jours qui succédèrent cette étape furent douloureux. Si bien, qu’elle en portait encore les marques de fatigue sur son visage et que ses yeux s’en trouvaient en permanence humides. A chaque fois que la nuit approchait, à chaque fois qu’elle laissait le sommeil la faire tomber dans ses méandres, à chaque fois … ses yeux inquisiteurs et mauvais venaient la hanter. Accompagnés de ses paroles on ne peut plus explicites sur la colère qu’il avait envers elle et qui se joignaient derechef à  une violence déjà vécue. Shae en ressentait les moindres maux, celui de son dos était le plus vif et coriace comme à chaque fois d’ailleurs. Jusqu’à ce qu’elle ne ressente ses mains sur son cou. Des mains dures et froides qui serraient telles un étau en fer jusqu’à l’instant où n’en pouvant plus, la jeune fille se réveillait en sursaut et en nage dans son lit. Dormir n’en devenait qu’une difficulté de plus, si bien qu’elle n’osait plus l’attendre et veillait à travailler sans relâche la nuit pour ainsi ne plus vivre cela. C’était également un prétexte pour elle d’avancer un peu plus dans sa thèse. Et elle osait croire que ce mal n’en deviendrait qu’un bien sur le long terme. Bien sûr, sa meilleure amie avait remarqué ses tourments, Talisa était réellement affectée par ce qu’elle voyait. Néanmoins, Shae veillait toujours à la rassurer en lui avouant savoir qu’elle ne risquait rien, que ce n’était que des cauchemars, rien de plus. Sa meilleure amie n’en restait que des plus perplexes et au fond d’elle, la jeune fille savait très bien que Talisa cherchait elle aussi un moyen de pouvoir l’aider. Elles avaient déjà tenté quelques expériences en regardant des films à l’eau de rose avant d’aller se coucher, en s’amusant avec des jeux de société, en discutant de tout et n’importe quoi.  D’ailleurs leurs conversations les avaient naturellement porté sur un chemin de confidences mais surtout de confiance.

En effet, soucieuse du bien être de sa meilleure amie, Shae avait veillé à s’inquiéter de son propre état d’âme et de ses ressentis vis-à-vis d’une seule et même personne. Celle là même, qui au détour d’un orage incontrôlable, lui avait offert son hospitalité pour quelques minutes et avec laquelle la conversation était allée bon train. Chance était lui aussi un des amis sur lesquels la petite brunette pouvait compter sans le moindre problème. Néanmoins, elle s’était bien vite aperçue que quelque chose était en train de se passer entre Talisa et lui. Une chose imperceptible pour les yeux de tout un chacun mais qui n’avait pas laissé Shae insouciante sur le sujet. En effet, elle avait nettement remarqué que sa meilleure amie avait des tendances à se mettre sur la défensive dès lors que le prénom de Chance venait à s’insinuer dans la conversation. Prénom, qui de l’autre point de vue, avait exactement le même effet. D’ailleurs, la jeune fille avait pu apprendre la raison de ce mal être avec les confidences du jeune homme. Chose qui l’avait faite sourire dans un premier temps et lui avait ainsi laissé présager que le bonheur venait enfin frapper aux portes de sa meilleure amie. Shae était heureuse pour elle, et y voyait là un mérite qu’elle se devait de se laisser accorder tant elle avait pu souffrir elle aussi dans sa vie. D’ailleurs, une idée lui avait traversé l’esprit au court de laquelle réunir les deux protagonistes pour un dîner pouvait être une très bonne chose pour eux. Bien sûr, elle s’attendait à ce que Talisa refuse catégoriquement cette dernière, mais l’avantage quand on est colocataire réside dans le fait qu’on peut nous même inviter des personnes à dîner. Un petit sourire malicieux avait pris place sur ses lèvres alors même que Talisa était en train de lui demander où est –ce qu’elle en était avec sa thèse. Perdue dans ses pensées, la jeune fille revint assez rapidement à la réalité afin de lui répondre avec son ton timide et assez confus. « J’avance assez bien. » Inutile de lui dire la manière dont elle s’y prenait pour terminer ses travaux, de toutes les manières Talisa le savait. Mais elle était loin de se douter du stratagème de sa meilleure amie pour détourner le sujet initial et l’amener vers une route qu’elle ne pensait pas emprunter. Autant le dire, Shae avait tendance à tout dire à sa meilleure amie. De ce fait, le sujet du charmant infirmier qui avait su l’aider et lui apporter un certain soutien sans même s’en rendre compte avait été abordé. D’ailleurs, la jeune fille lui avait également conté la dernière rencontre qu’ils avaient pu connaître ensemble. Bien sûr, Shae lui avait expliqué les choses telles qu’elle les avait perçues, lui rapportant ainsi l’état de santé de son chat et son espérance quant au fait que ce dernier se porte mieux. Instinctivement, la jeune fille baissait son regard et venait à se triturer les mains, alors que ses paroles allaient un peu plus loin et qu’elle lui expliquait qu’elle l’avait invité à sa thèse. Talisa lui avait demandé simplement pourquoi une telle demande et Shae avait simplement répondu qu’il était curieux et que peut être ce pourrait être intéressant et enrichissant pour lui. Cette réponse eut le don de faire rire sa meilleure amie, qui en profita pour se moquer un peu de son comportement. Acquiesçant d’un signe de tête, Shae ne quitta pas un instant le sol de ses yeux et se contenta de répondre sur ce même ton un petit « Je sais. » tout en haussant ses épaules. Cette sensation étrange qui mêlait à la fois le bien être et la délivrance revint s’immiscer dans son cœur, comme à chaque fois qu’elle osait se rappeler une chose qui la ramenait à Oliver.

Gênée de part cette situation, la jeune fille se leva d’un bond du canapé et en profita pour ainsi appeler Spooki tout en cherchant sa laisse. Ce dernier, qui commençait à bien grandir, arriva à grande vitesse et commençait à japper devant l’entrée tout en sautant partout. Se mettant à rire, la jeune fille veilla à le calmer au son de sa voix, toujours amusée de le voir ainsi enjoué. « Doucement mon grand, tu vas te faire mal. » tenta t-elle de le calmer doucement tout en caressant le sommet de sa tête. Heureusement pour Talisa et elle, Spooki n’avait pas encore assez de force pour arriver à les tirer assez brutalement. Et étant vétérinaire, la jeune fille avait pu lui inculquer quelques règles quant à son dressage. Bien sûr cela s’avérait parfois délicat et tortueux à réaliser, mais elle avait tout de même réussit à lui apprendre les rudiments de bases. Cela étant, c’est donc avec un cœur léger et une sensation de pouvoir bien respirer que la jeune fille sortit de l’appartement et se dirigea vers le parc de la ville. Une des habitudes qu’elle avait su prendre avec cette petite boule de poil qui savait la rendre heureuse rien que par sa présence. D’autant plus qu’il contribuait lui aussi à participer à sa survie dans ce monde. Quelque part la jeune fille se sentait chanceuse d’avoir pu poser ses bagages dans cette ville, tant elle lui apportait enfin une vie normale mais surtout qui lui laissait croire que sa présence n’était pas nécessairement un poids. Le chemin pour se rendre au parc commençait à devenir une habitude aussi bien pour Spooki que pour elle et déjà tous les deux s’amusaient à courir un peu pour s’y rendre au plus vite. Lorsqu’ils furent enfin arrivés à destination, la jeune fille emprunta le chemin qu’elle connaissait et qui les séparait un peu du mouvement de foule et de passage pour ainsi se rendre dans un endroit plus reculé. « Allez hop, on va courir un peu. » lança t-elle à Spooki alors qu’elle détachait la laisse de son harnais et qu’elle s’amusait à chercher du regard un morceau de bois. Le chiot en profita pour commencer à courir un peu partout. Seuls, Shae savait qu’elle pouvait se permettre de le laisser gambader de cette manière là pour qu’ils puissent ainsi se dégourdir les pattes. Elle ne tarda pas à trouver un morceau de bois et s’empressa de le ramasser avant d’appeler le chien à ses pieds. Joueuse avec lui, la jeune fille avait la sensation de pouvoir agir naturellement avec les animaux, tant ils savaient lui rendre ce qu’elle leur offrait. « Tu le ramènes cette fois ! » Son sourire n’allait vraiment pas avec cette volonté de vouloir donner des ordres à Spooki, mais elle s’en fichait car ils s’amusaient ainsi. Le chien jappa une première fois en sautant dans les airs pour essayer de lui prendre le bâton des mains et ni une ni deux, Shae lui jeta de l’autre côté et se mit à rire en voyant Spooki partir à grande vitesse pour aller le chercher. « C’est bien mon beau, ramène le maintenant. » Lui intima t-elle doucement alors que Spooki revenait avec le morceau de bois dans la gueule. Ce dernier s’approcha doucement d’elle. « C’est très bien, donne. » Elle lui montra ses pieds pour qu’il puisse le poser, mais rien qu’en prenant conscience de sa posture, la jeune fille se rendit compte que ce ne serait pas une mince affaire. « Spooki ! » Cette fois-ci le ton qu’elle employait se voulait un peu plus autoritaire alors que le chiot commençait à courir partout. « Donne le bâton. » Cherchant dans sa poche, Shae parvint à sortir de la poche de sa veste une friandise pour chien qu’elle lui montra. « Si tu me donnes le bâton, je te donne un bonbon. » Bien sûr, le chien lâcha le morceau de bois là où il se trouvait, c'est-à-dire à deux mètres, avant de se ruer vers la jeune fille pour avoir la friandise, ce qu’elle ne lui donna pas. « Non ! Le bâton ! » Lui ordonna t-elle en lui montrant le morceau de bois. Mais Spooki était du genre très têtu, tellement, qu’elle replaça la friandise dans sa poche et qu’elle se baissait pour reprendre le dit bâton et lui lancer à nouveau.


_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oliver Harlestown
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 36
≡ arrivée : 03/08/2015
≡ célébrité : Jake Gyllenhaal

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Dim 18 Oct - 12:32

Oliver passait beaucoup de temps à l’hôpital, son boulot voulait ça et s’il était toujours très dévoué pour exercer sa profession le trentenaire n’en aimait pas moins pouvoir se changer les idées en faisant totalement autre chose que d’arpenter les couloirs blancs de l’établissement hospitalier. Et sa routine favorite était sans aucun doute son footing quotidien, ou presque puisque certains jours à cause de ses heures de garde et la fatigue il ne trouvait pas le courage d’aller courir. Mais pour que cette routine n’en soit pas totalement une, l’infirmier avait plusieurs parcours qu’il alternait afin de changer de paysage mais aussi d’adapter la longueur et la difficulté de sa course en fonction de son envie et son état de forme. Bon en gros c’était quand même une routine dans la routine comme le lui répétait parfois son meilleur ami, mais ça lui convenait comme ça, c’était bien l’essentiel, non ? Et puis il n’y avait pas que du boulot dont Oliver avait parfois besoin de s’éloigner, les taches administratives avaient le don de l’agacer et il n’était pas des plus organisé pour tout ce que l’on appelle familièrement : la paperasse. Pourtant arrivait toujours un moment où il devait se forcer à y plonger le nez le temps de faire ce qui devait l’être sans risquer de s’attirer des ennuis pour cause d’un trop grand laxisme. Mais après une heure trente de compte et de règlement de factures en tout genre, le trentenaire estimait avoir gagné son moment de détente. Maximus l’avait aidé avec ses moyens… c’est à dire en se couchant plus ou moins sur ce qu’il était en train de faire en le regardant avec un air de dire « Tu en as assez fait. ». Oliver avait acquiescer à cette remarque du félin, dit comme cela il pouvait paraître fou mais c’était tout ce dont il avait besoin pour terminer de le convaincre qu’aller prendre l’air lui ferait le plus grand bien.
L’infirmier se sentait l’âme d’aller un peu se ressourcer dans la nature, l’endroit le plus indiqué pour cela étant le parc Overton qui lui donnait l’avantage de pouvoir s’y rendre à pied. Se parant de sa tenue de joggeur et enfilant rapidement ses baskets, le beau brun avait quitté son domicile et prit la direction du parc. L’endroit était pas mal fréquenté, à croire que beaucoup de gens avaient le même jour de congé que lui et pourtant ce n’était même pas le week-end ! Mais Oliver ne s’incommodait pas qu’il y ai du monde, il connaissait des endroits du parc moins fréquentés parce que plus reculés et c’était dans cette direction qu’il s’était dirigé tout naturellement. Écouteurs dans les oreilles, la musique l’aidait à s’évader d’avantage au rythme de ses foulées régulières, il maintenant une cadence relativement soutenue se sentant en très bonne forme.

Abordant un endroit où il ne croisait guère que quelques joggeurs qui comme lui venaient courir plus au calme, c’est à dite sans avoir à zigzaguer entre les autres visiteurs du parc. Cette partie là était plus boisée et très agréable de l’avis de Oliver qui adorait venir courir ici. Il ne se préoccupait pas vraiment depuis combien de temps durait sa course, il avait entamé un deuxième tour de son circuit et se sentait parfaitement bien. Ses jambes n’étaient pas lourdes et il n’avait pas l’impression de se mettre vraiment à rude épreuve. L’effort lui apportait un vrai bien être et il se laissait même aller à quelques accélérations quand la musique qui se jouait dans ses oreilles le motivait d’avantage. Et alors que le trentenaire était en plein élan quand au détour d’un virage il vit arriver un bâton dans sa direction. Le bout de bois lui arrivait tout droit dans les tibias et il dû sauter pour l’esquiver « Wow ! ». L’infirmier venait d’agir par pur réflexe et encore sous le coup de la surprise failli se faire bousculer par un jeune chien qui visiblement courrait derrière le fameux bâton. Après une seconde esquive, Oliver repérait un peu plus loin la responsable de cet imprévu. Stoppant sa course il fronçait légèrement les sourcils en pensant la reconnaître. C’était cette jeune femme venue se faire soigner à l’hôpital pour une morsure. En effet étant interne vétérinaire, un chien l’avait mordu assez sévèrement. Ils s’étaient ensuite recroisés au cabinet où elle travaillait lorsqu’il y avait emmené Maximus pour une blessure à la patte. Retirant ses écouteurs et coupant la musique il s’approchait d’elle « Vu future Docteur Woodstock ! » commençait-il les sourcils toujours froncés alors qu’un sourire étirait progressivement ses lèvres « Vous avez essayé de me faire tomber… » c’était une fausse accusation bien entendu et son ton le reflétait bien. « Quel hasard. Vous venez prendre l’air aussi ? » question stupide, elle se baladait dans le parc donc évidemment elle prenait l’air. « Le monde est petit comme on dit. Alors Memphis n’en parlons pas. » faisait-il remarquer « C’est le chien de votre colocataire ? » disait l’infirmier en désignant la boule de poils qui ramenait fièrement le bâton. Il se souvenait qu'elle l'avait mentionné lors d'une de leur précédente discussion, disant qu'elle le promenait souvent. « Vous allez bien ? » finissait-il par demander véritablement intéressé par la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Lun 19 Oct - 10:17


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

Dès que Shae se trouvait dans un espace avec Spooki, la sensation que tous ses tracas filaient entre ses doigts pour ainsi prendre leurs envols vers ce ciel si éloigné, était toujours au rendez-vous. Lui laissant ainsi le privilège de se sentir apaisée, peut être même libérée de toutes les contraintes qui avaient le don de l’accabler. Les ombres disparaissaient à mesure que le chiot courait à grande enjambées dans ce grand espace. Il paraissait si heureux, mais surtout aimé, que la jeune fille se plaisait à sourire à la moindre occasion. Autant l’avouer, ce chiot était probablement l’animal le plus heureux sur Terre tant il avait droit à des traitements de faveur bien particulier. Certes, il lui arrivait de se retrouver seul dans l’appartement et de faire quelques bêtises, il s’en faisait gronder, mais dès que Talisa ou elle étaient dans les environs, il ne restait jamais bien longtemps tout seul. Elles s’appliquaient toutes les deux à le promener dès qu’elles le pouvaient, le choyer à la moindre occasion, le câliner, bref elles lui laissaient entendre qu’il était bel et bien présent pour elles et non pas un vulgaire objet de la maison, comme beaucoup de personnes avaient tendance à faire. Shae n’aimait pas ce genre de personnage. Ceux qui avaient voulu acquérir un chien ou un chat ou même un autre animal. Acquérir rien que ce terme prouvait qu’ils n’avaient pas de cœur et que les animaux qui allaient partager leurs vies avec eux n’en seraient jamais heureux. Plus d’une fois, la jeune fille avait eu l’occasion de croiser ce genre de personne au cabinet. Ils avaient tous la même allure, fiers, droits comme des piquets, tenant la laisse avec cette même arrogance et expliquant avec plusieurs défauts les symptômes qu’ils avaient cru apercevoir sur leurs amis. C’était parfois difficile de rester stoïque et de ne pas demander à ce que cette personne s’éloigne de la table d’auscultation de manière à ce qu’elle puisse ainsi prouver à l’animal qu’il était un être vivant et non pas une chose. Mais son caractère lui empêchait d’aller en avant de ses pensées, d’autant plus que sa condition ne lui permettait pas non plus de dire quoi que ce soit. Elle ne devait porter aucun jugement à ce sujet, et ce même si c’était très difficile. Voilà pourquoi, dès qu’elle rentrait, dès qu’elle franchissait la pore de leur appartement, il lui arrivait de se laisser tomber à genoux de manière à ce que cette petite boule de poil qu’elle aimait tant vienne se cajoler contre elle. Shae avait pris l’habitude de lui parler, de lui demander comment sa journée s’était passée et s’il avait été sage. Des mots que beaucoup auraient jugés comme idiot, mais c’était un comportement qui la rassurait. Et cela veillait à établir ce lien si particulier qu’elle pouvait avoir avec ce chien. « Cette fois, c’est la bonne Spook. » Son sourire ne se tarissait pas, bien au contraire, il restait intact alors qu’elle regardait le chiot s’impatientait devant elle. Il sautait encore et encore, tout en laissant entendre quelques jappements amusés. « T’es prêt ? » Shae venait tout juste de tendre son bras devant elle pour essayer de faire un contrepoids et ainsi lancer le bâton un peu plus loin que la dernière fois. Son regard se porta loin, assez pour se rendre compte que personne ne passait de ce côté-là. « Va chercher ! » Elle venait de lancer le bâton et regardait avec attention la trajectoire qu’il prenait. Mais bien vite ses mains se portèrent au niveau de sa bouche alors qu’elle reconnut une silhouette humaine qui se rapprochait à grande vitesse. « Oh non non non non non… » Son cœur se serrait alors qu’elle ne pouvait rien faire de plus. Même en criant, elle n’arriverait pas à porter sa voix assez loin pour qu’on l’entende. L’angoisse la saisissait de plus belle, alors qu’elle était témoin d’un spectacle qu’elle n’avait pas voulu créer. Cachant toujours sa bouche, la jeune fille priait intérieurement pour que le bâton ou encore Spooki ne fasse pas tomber le passant. Et contre toute attente, elle cru comprendre que cette personne en question était parvenue à esquiver les obstacles sans mal. Baissant l’une de ses mains pour la porter au niveau de sa poitrine, Shae souffla un grand coup, soulagée que rien de grave ne soit arrivé par sa faute.

Son cœur battait à tout rompre contre sa poitrine, si bien qu’elle avait l’impression que ses tempe allaient exploser. Si elle avait su, elle aurait lancé ce morceau de bois de l’autre côté. S’apprêtant à s’excuser, la jeune fille n’avait pas encore fait attention à la personne qui avait sa victime d’une certaine manière. Mais dès qu’elle reconnut la démarche et la stature du charmant infirmier, son cœur eut l’impression de s’arrêter. L’oxygène venait à lui manquer mais surtout ses joues s’embrasèrent à une vitesse qu’elle ne connaissait même pas. A croire que c’était elle qui venait de courir et non l’inverse. Bien sûr, elle comprenait tout à fait le regard qu’il lui lançait. Ses yeux accusateurs et chargés d’une légère pointe de colère quant au rythme qu’elle venait de lui briser. « Je… je… je… » Il fallait qu’elle inspire, elle pouvait le faire. « Pardon. » Oui bon au moins, elle était arrivée à dire le mot le plus important sans avoir à se soucier du sujet, du verbe et du complètement. Elle espérait que la sincérité soit juste passée comme elle le devait dans son ton. Ses yeux se baissèrent pour venir croiser l’herbe humide de ce sol dans lequel elle aurait voulu s’enfoncer pour ne plus être vue. Cependant, elle réussit à entendre un rire dans la voix du jeune homme. Un rire qu’elle avait pu déjà entendre dès qu’il plaisantait. Peut être que finalement, il ne lui en tenait pas tant rigueur que cela ? « J’aurai dû faire plus attention. Je suis vraiment désolée… » Son sourire à elle commençait à percer doucement un coin de ses lèvres. Si bien, qu’elle parvint à relever un peu son regard pour oser croiser ses deux iris azurés qui avaient le don de l’apaiser dès qu’ils croisaient ses émeraudes. « Oui, une pause n’était pas de refus. » Elle haussa légèrement ses épaules, comme si elle venait de se faire prendre la main dans le sac quant à cette volonté de désirer s’échapper un peu de son quotidien. Après quoi, elle accueillit la remarque du charmant infirmier avec un sourire un peu plus franc. Toujours timide, elle parvenait néanmoins à oser lui faire un peu plus confiance. Elle sentait qu’elle le pouvait, puisqu’ils se connaissaient un peu plus maintenant. Son regard se détourna en vitesse du sien, dès que la présence de Spooki fut relevée. « C’est bien lui. » Se mit t-elle à sourire plus franchement en direction du chiot, alors qu’elle tapotait légèrement sur ses cuisses pour qu’il revienne à ses côtés. « C’est bien mon chien. Allez viens aux pieds maintenant. » Autant Shae était très timide dès qu’il s’agissait des personnes, autant Spooki était ce qu’il y avait de plus à l’aise à ce sujet. En effet, revenant fièrement avec son morceau de bois dans la bouche, ce dernier vint se poster à côté d’Oliver et laissa échapper le bâton de sa gueule pour avoir droit à des caresses. « Monsieur Harlestown, je vous présente Spooki. » Elle marqua une légère pause et fit un signe négatif de la tête en concevant les attentions demandées par le chiot. « Ou le chien le plus malheureux au monde, comme vous pouvez le constater. » Elle chercha la friandise dans sa poche et releva la main pour la tendre au jeune homme. « Tenez, il vous en appréciera davantage. » Ses yeux alternèrent entre le charmant infirmier et Spooki, désireux de graver dans sa mémoire cet instant qui se révélait être assez inoubliable. A vrai dire, Shae avait pu comprendre que monsieur Harlestown, Oliver, aimait les animaux. Une chose qu’elle appréciait beaucoup et qui se prouvait en cet instant alors qu’ils faisaient connaissance Spooki et lui. Mais cet instant fut de très courte durée, puisque la conversation se reporta sur elle. Comment allait t-elle ? A vrai dire, elle ne savait plus trop comment répondre à cette broutille. « Je crois que j’irai mieux, quand je saurai que vous n’avez rien. Je suis vraiment désolée pour ça. Ça vous a coupé dans votre élan et ça va vous retarder… » Ses yeux se perdirent à nouveau vers le sol alors que les pensées ne cessaient de s’enchaîner dans son esprit. « Vous allez bien n’est ce pas ? » s’enquit-elle de manière délicate alors que ses yeux remontaient doucement pour regarder les jambes du jeune homme. Elle ne voulait pas lui causer du tort, ni même rien du tout. D’autant plus que sa gentillesse et tout ce qu’il lui renvoyait, ne cessait d’être mis à rude épreuve à cause d’elle. Shae s’en voulait de sa malchance, ou peut être était-ce une chance, puisqu’elle le croisait à nouveau ? Si elle voulait lui faire honneur et ainsi lui prouver que ses attentions n’avaient pas été vaines, la jeune fille se devait d’adopter un comportement plus positif. Oui, c’était une chance qu’il soit là en face d’elle et qu’ils puissent se parler en dehors de leurs professions respectives. « Vous courez depuis longtemps ? » Oups, sa curiosité venait de lui faire faux bond. « Enfin je veux dire, je trouve ça courageux… Avec le métier et toutes les heures que vous faîtes, que vous trouviez du temps pour courir. Ça doit aider… à décompresser ? » Spooki profitait de cet intermède pour trouver le moyen de s’éloigner un peu et ainsi se promener, même si la jeune fille veillait à le suivre du regard pour s’assurer qu’il restait dans les parages. Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’une nouvelle idée lui venait en tête. « Hum… Si mes souvenirs sont bons, je me rappelle qu’il ne faut pas que les muscles se refroidissent de manière nette après avoir couru. Et… en restant là… Fixes… c’est peut être pas bon… Je vais aller le promener de l’autre côté, si vous voulez vous pouvez vous joindre à nous. » La jeune fille sentait déjà la chaleur se repartir inégalement dans son corps et venir trouver refuge au niveau de ses joues. « Mais si vous venez, vous avez l’interdiction de m’appeler Docteur Woodstock. » Shae se pinça les lèvres pour retenir son rire de s’y échapper. Puis, relevant son regard pour ainsi le poser dans les yeux du charmant infirmier, elle lui tendit la main. « Je m’appelle Shae. » Bien sûr il le savait, mais par ce biais, la jeune fille lui accordait le droit de se montrer plus amical avec elle, différemment des protocoles qu’ils se plaisaient à remplir l’un et l’autre à cause de leurs professions.

_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oliver Harlestown
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 36
≡ arrivée : 03/08/2015
≡ célébrité : Jake Gyllenhaal

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Ven 23 Oct - 17:10

La jeune femme se confondait déjà en excuses quand Oliver s’approchait. Ils ne s’étaient vu qu’à trois reprises mais l’infirmier ne comptait déjà plus le nombre de fois qu’il avait entendu la brunette lui dire qu’elle était désolée. Bien sûr si le trentenaire ne prenait pas si mal cet attentat involontaire contre sa personne c’était totalement en rapport avec l’identité de la fautive. Tous deux avaient eu besoin d’air, de faire une pause, laisser leurs esprits s’évader et voilà qu’ils se retrouvaient au même endroit. Et si la coïncidence était totale, Oliver était ravi que le hasard fut un si bon farceur. Étonnement il se sentait aussi content de croiser l’interne vétérinaire, qu’il aurait eu plaisir de rencontrer un de ses amis. Elle faisait toujours preuve d’une certaine timidité mais l’infirmier remarquait les efforts fait afin de sourire et lui accorder un regard de temps à autre. Il n’avait pas la prétention de dire qu’ils se connaissaient mais il ressentait à son égard toujours cette même curiosité, et cela le poussait à agir comme s’ils commençaient à devenir des connaissances et non plus de parfaits inconnus. En revanche Oliver n’avait pas encore l’honneur de connaître le chiot qui accompagnait la demoiselle. Il tiquait légèrement lorsqu’elle fit les présentations en l’appelant Monsieur Harlestown mais ne fit aucune remarque, s’accroupissant pour caresser le jeune chien visiblement très affectueux « Et bah au moins on peut dire que t’es plutôt joyeux toi. » commentait-il ravi de recevoir l’enthousiasme du chiot. Il prenait la friandise donné par la jeune femme et l’offrait à l’animal avant de se redresser « Il est adorable. ».
Mais si le chien était tout à fait sympathique, Oliver se souciait d’avantage de son interlocutrice. Véritablement curieux de savoir comment elle se portait il n’hésitait pas à lui poser la question. Inquiète quant à savoir si lui même allait bien suite à l’incident du bâton le trentenaire ne put retenir un rire « Oui ne vous en faites pas. Je suis intact. » confirmait-il alors qu’une fois encore le regard de la jolie brune s’était dirigé vers le sol avec une gêne palpable. Néanmoins elle osait le questionner sur sa pratique de la course, question qu’il accueillait avec le sourire « Oui depuis très longtemps. » percutant le double sens de la question il précisait « Enfin d’une manière globale. Aujourd’hui ça fait bientôt une heure je crois. » affirmait-il en regardait sa montre. Et effectivement la jeune femme voyait juste, c’était pour lui l’occasion de décompresser « Je cours quand j’en ai envie. Si je suis trop fatigué je ne me force pas, mais ça m’aide beaucoup pour me changer les idées. Et puis ça entretient la forme physique. » Oliver allait demander à l’interne vétérinaire si elle aussi faisait du sport dans son temps libre mais elle prenait la parole la première. Mettant en avant que le trentenaire risquait de brutalement se refroidir en restant sans bouger, la jolie brune lui proposait de se joindre à elle et Spooki dans sa promenade. S’apprêtant à accepter Oliver fut coupé dans son élan par l’étrange interdiction de la jeune femme. Il arquait d’abord un sourcil c’était un large sourire qui fendait ses lèvres quand son interlocutrice se présentait de manière officielle mais surtout plus personnelle.

« Hum ok ça me va. Mais je vous interdis de m’appeler encore une fois Monsieur Harlestown. » il serrait sa main « Enchanté Shae. Je m’appelle Oliver. » désormais qu’ils s’étaient autorisés mutuellement à s’appeler par leurs prénoms, l’infirmier décidait d’aller plus loin encore « Et je propose que l’on se tutoie. Je n’ai pas cinquante ans et toi encore moins… Nous ne somme pas dans le cadre du travail. Ça sera plus sympa, non ? » son regard s’était fixé dans celui de la jeune femme et il ne s’était pas défait de son sourire. Tandis qu’il lâchait délicatement la main de la brunette ses yeux se posaient à présent sur le chiot « T’es ok pour qu’on se tutoie Spooki ? » demandait-il à l’animal qui attendait seulement que quelqu’un veuille bien lui lancer à nouveau son bâton ce que fit l’infirmier dans la direction vers laquelle prévoyait de se diriger Shae. « Vous ve… tu viens souvent ici ? » questionnait le trentenaire s’amusant de sa propre difficulté à se défaire de l’habitude de vouvoyer la jeune femme. « Ah et Maximus va très bien. Je pense ne pas me tromper en disant qu’il te passe le bonjour. » déclarait Oliver sur un ton léger en marchant aux côtés de la jolie brune.
Ils avaient parcouru à peine quelques mètres que le téléphone de Oliver se mettait à sonner. Consultant l’écran de l’appareil d’un regard le trentenaire vit le nom de sa meilleure amie s’afficher et rangeait l’appareil dans sa poche, elle laisserait un message. « C’est pas important. » informait-il à l’intention de Shae « Ta thèse ça avance ? » sa nature de curieux n’était jamais loin et puisque lors de leur dernière rencontre la jeune femme avait abordé le sujet il souhaitait savoir où elle en était. En vérité il était même impressionnée par le parcours de la jeune femme, il fallait faire preuve de beaucoup de courage et de sérieux pour se lancer dans les études vétérinaire « J’imagine que ça représente beaucoup d’heures de travail. Je crois que j’aurais été incapable de faire tant d’années d’études. Il paraît que les deux premières sont particulièrement difficiles, c’est vrai ? » véritablement intéressé, le trentenaire pouvait devenir un vrai moulin à parole il adressait un petit sourire gêné à la brunette « Je peux être un peu trop bavard parfois. N’hésite pas à me couper. » il disait cela avec un ton amusé, cette rencontre l’avait mis de bonne humeur et plus encore il était ravi de pouvoir d’avantage faire la connaissance de Shae dans un tout autre contexte que leurs professions respectives.

Une nouvelle fois la sonnerie du téléphone de Oliver retentissait, Chantry insistait, peut-être était-ce important finalement. « Désolé je dois répondre. » s’excusait-il auprès de son interlocutrice avant de décrocher « Hey ! Comment ça va ? » « Ah bah quand même tu te décides à décrocher ! » « Je suis occupé là. Tu avais besoin de quelque chose ? » même à travers le téléphone il pouvait deviner la moue dubitative de sa meilleure amie, il la connaissait par cœur « Occupé, hein ? T’es dehors non ? Au parc ? » « Oui Chantry je suis au parc et je courrais. Donc tu voulais ? » « T’es même pas essoufflé… t’es tout seul ? Tu te balades ? » la curiosité de la jeune femme n’avait d’égale que son imagination, aussi Oliver préférait être honnête « Non je ne suis pas tout seul. Allez abrège. » d’un regard il s’excusait auprès de Shae laquelle devait se sentir un peu exclue à cet instant. « Oh donc tu n’es pas seul. Je t’appelais pour ce soir, c’est toujours ok pour le resto ? Tu n’as pas oublié n’est-ce pas ? » Oliver levait les yeux « Non je n’ai pas oublié et oui c’est toujours ok. » « Elle est jolie ? » « Hein ? » le trentenaire fronçait les sourcils « Cette femme avec qui tu te balade. » « Mais comment tu sais que… » il comprit un quart de seconde trop tard que sa meilleure amie venait de le piéger et elle riait déjà aux éclats d’avoir réussi son coup « C’est trop facile avec toi Oli. » le concerné eu un petit sourire gêné à l’intention de Shae, est-ce qu’elle captait des bribes de la conversation ? Chantry n’était pas la personne la plus discrète qui soit et dommage, dans cette circonstance là, pour lui son téléphone était doté d’un bon son. « Propose lui de venir. » « Bon on se voit ce soir de toute façon. Bye Chantry. » abrégeait-il avant de raccrocher. Oliver se passait la main dans les cheveux après avoir rangé son téléphone, un peu mal à l’aise « Désolé. C’était ma meilleure amie. » il avait failli mentionner qu’elle était folle mais ce détail n’avait pas vraiment d’importance à cet instant « Euh donc nous parlions de.. ? » il espérait qu’elle l’aide à reprendre le fil de la conversation et surtout à chasser de son esprit l’idée donnée par sa meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Lun 26 Oct - 14:46


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

Spooki avait cette faculté à savoir se rapprocher des gens ou du moins à transmettre sa bonne humeur par le biais de ses agitations et ses affections. A croire que le monde était aussi simple qu’il n’y paraissait selon les excitations du canidé, qui se réfugiait déjà dans les bras de charmant infirmier. Cette rencontre, du moins ces présentations n’en furent pas moins bienveillantes, tant elles permettaient à la jeune fille de trouver un nouveau refuge dans cette scène. Son sourire perçait déjà, malgré ses appréhensions quant à la colère, pourtant sur jouée du jeune homme. Le bien être semblait l’accueillir à nouveau alors qu’il se relevait enfin et qu’il la regardait de cette manière. Elle était incapable de définir ce qu’il lui apportait, tout ce qu’elle savait était le fait que cela lui faisait du bien et que la joie l’envahissait à mesure que la conversation s’enchérissait. La bonne fortune était son alliée, puisqu’elle lui avait permis de le rencontrer à nouveau de partager quelques instants à ses côtés et ainsi pouvoir profiter de cet altruisme qui le définissait. A croire que la bulle parvenait à se créer dès que leurs regards arrivaient à se capter, tant Shae avait l’impression qu’ils étaient seuls dans ce grand espace. Cette sensation était plaisante au point, qu’elle se laissait un peu plus aller dans son comportement et qu’elle trouvait ainsi un aspect bien rassurant et sincère dans la réponse qu’il venait de lui donner. Soufflant légèrement en signe de cet apaisement, la jeune fille ne tarda pas à retrouver un peu ses esprits, profitant ainsi de cette occasion pour que la parole prenne le dessus. Le rosissement de ses joues s’accentua de plus belle, alors qu’elle prenait conscience de sa curiosité. Peut être qu’il ne désirerait pas lui répondre à ce sujet, même si une part d’elle commençait à comprendre que ce charmant infirmier se plaisait à rester à ses côtés. Timidement, Shae parvint à relever ses yeux pour ainsi croiser ses azurs alors qu’elle gardait intacte l’information qu’il lui donnait quant à la course qu’il pratiquait depuis un bon moment. Osant sourire doucement en coin, Shae accueillit le reste des informations avec la plus grande des attentions. Oliver était non seulement altruiste, gentil, curieux, intelligent, mais il savait trouver un moyen de se détendre par la course. Une qualité que la jeune fille trouvait honorable au vue de son passé. « Quand on peut profiter, c’est toujours enrichissant de faire ce qu’on aime. » lui répondit-elle avec ce même sourire amical et empli d’une réelle franchise quant aux mots qu’elle venait de prononcer. Mais alors qu’elle prenait ainsi en considération de son activité, la réalité sembla la frapper de plein fouet, si bien que son caractère bienveillant prit le dessus, invitant par la même occasion ce charmant jeune homme à partager quelques pas en sa compagnie. Rougissant de plus belle, Shae avait l’impression de vivre à nouveau, alors que le naturel s’immisçait de cette manière si banale au creux de son âme. C’était comme si rien ne s’était passé, comme si en compagnie d’Oliver, elle pouvait se révéler entièrement, sans avoir à craindre une quelconque gêne ou du moins quelque chose qui y ressemblait. Même, si elle ressentait tout de même quelques réserves, ce naturel là n’était pas prêt de s’enfuir. Il n’en restait pas moins qu’elle venait de franchir une barrière et ressentir que ce pas était si bien accueilli, lui laissait ainsi présager en quelque chose de meilleur encore. Elle remarqua d’ailleurs la surprise sur le visage du jeune homme, surprise qu’elle accompagné d’un geste délicat à son égard, alors qu’elle lui tendait la main pour ainsi mieux se présenter. Shae. Un prénom court, simple, elle n’avait jamais compris pourquoi on l’avait appelé de la sorte, néanmoins le présenter à Oliver éveilla en elle une légère timidité. Est-ce qu’il apprécierait ce geste ? Avait-il lui aussi envie de laisser de côté le professionnalisme qu’ils avaient pris pour habitude de côtoyer ? Le sourire qu’il lui offrait en échange de cette présentation tendit à la rassurer rapidement, si bien que le sien n’en devint que plus grand alors que ses yeux cherchaient à croiser les siens. « Le plaisir est partagé, Oliver. » Prononcer son prénom contribua à agrémenter un peu plus cette sensation de bien être qui ne cessait de la parcourir. La bulle n’en devenait que plus épaisse, tant est si bien qu’elle s’en trouvait encore un peu plus forte alors même qu’il proposait l’idée de se tutoyer. Acquiesçant doucement d’un signe de tête, Shae quitta les azurs d’Oliver pour ainsi retrouver Spooki, qui cherchait un nouveau compagnon de jeu. Souriant de plus belle en constatant de la réelle complicité qui arrivait à naître entre eux, la jeune fille haussa doucement ses épaules. « Si en plus Spooki est d’accord. »

Après quoi, elle regarda les moindres gestes que Oliver avait à l’égard de Spooki et suivit de près le bâton qui fendait l’air vers la direction qu’ils allaient prendre. Gardant par la même, ce même sourire, la jeune fille dévia son regard du chiot pour ainsi faire attention à l’endroit où elle mettait ses pieds. « Au moins une fois par semaine. Ca lui fait du bien de pouvoir courir un peu, et puis comme… » elle marqua quelques secondes d’arrêt et se trouva bête à sourire alors que le pronom arrivait doucement. « … tu l’as dis toute à l’heure, ça nous permet de décompresser. Et quand je peux, je le sors une seconde fois. » Ses yeux cherchèrent Spooki et s’en trouvèrent rassurer alors que le chiot revenait fier de lui avec le bâton dans la gueule. Mais ses yeux se détournèrent bien vite de ce dernier alors que le charmant Oliver lui donnait des nouvelles de Maximus. Instinctivement, la jeune fille se mit à sourire alors qu’elle accueillait avec joie ces dernières, se rappelant très bien de l’état dans lequel, elle avait laissé le meilleur ami du jeune homme rentrer chez lui. « J’allais justement te demander si il allait bien. Je suis contente de l’apprendre et j’espère qu’il peut refaire toutes ses galipettes sans difficulté. » La vision du chat en quête de caresses et gentil comme tout lui revint en mémoire, alors qu’elle continuait sur sa foulée. « Tu lui rendras avec une belle caresse s’il te plaît ? » Lui demanda t-elle avec ce même ton timide qui veillait à lui rappeler sa place. Baissant un peu le regard pour ainsi cacher sa gêne, la jeune fille ne dit mot alors qu’elle entendit le téléphone du jeune homme sonner. Elle espérait intimement que la raison de cet appel ne fut pas en rapport avec son travail, pour lui laisser ainsi un peu de répit quand à ce dernier. Et visiblement, ce n’était pas le cas, puisqu’il veillait déjà à couper le son qui émanait de ce dernier en spécifiant le fait que ce n’était pas important. Silencieuse, la jeune fille regardait encore une fois où se trouvait Spooki et se mit à siffler pour qu’il revienne vers eux. Monsieur semblait avoir pris la décision d’aller se promener tout seul apparemment. Heureusement, il commençait à bien répondre aux ordres que les filles lui inculquaient et déjà, elle pouvait remarquer une masse noirâtre se mouvoir un peu plus loin. « Hum… J’ai un bon rythme oui. » répondit t-elle timidement alors que le sujet de sa thèse venait d’être évoquée. A cet instant, Shae se rendit compte de son paraître et des cernes qui devaient probablement être bien visibles sous ses yeux. Honteuse quant à cette image, elle se rendait compte que ce bien être qu’elle voulait renvoyer devait être entravé par ce physique dégradé. « … Je crois que je deviens une victime parfaite pour les insomnies. » Elle espérait qu’en se justifiant, Oliver ne lui tiendrait pas trop rigueur de tout ce qu’elle était. Et visiblement, ce qu’elle pensait être une honte n’en parut pas du tout une aux yeux de ce charmant jeune homme. Surprise par ce qu’il venait d’avancer, Shae fronça légèrement ses sourcils pour comprendre. « Tu en aurais été capable. Tu as été capable de passer le concours d’infirmier et crois moi, je pense que c’est nettement plus compliqué. Certes, on a les deux premières années en médecine générale, mais le reste… Il suffit de suivre et de s’accrocher. Quand on a un rêve, ce n’est pas si difficile que ça de s’y accrocher. » Haussant à nouveau ses épaules, la jeune fille essaya d’attirer le regard d’Oliver pour ainsi lui offrir un sourire empli de compassion et croyance quant à ce qu’elle avançait. Ses yeux n’en devinrent que des plus étincelants alors qu’elle appréhendait sa gêne et la gardait contre son cœur pour ainsi le rassurer au mieux. « Ne t’en fais pas, tu parles comme il faut. » Cette vérité lui fit chaud au cœur tant elle la trouvait adaptée à la situation. Elle ne pouvait encore lui confier mais en réalité sa voix contribuait à l’apaiser et à taire les mauvais démons qui l’assaillaient tant. Coupant le contact visuel qu’elle avait gardé quelques secondes, Shae essayait de taire les palpitations de son cœur en retrouvant les allures cadencées de Spooki un peu plus loin. Rassurée, de sa présence, elle s’écarta doucement d’Oliver alors qu’il s’excusait une nouvelle fois, alors qu’il décrochait son téléphone.

La jeune fille chercha à s’éloigner un peu plus, pour lui permettre plus d’intimité, alors qu’elle appelait Spooki à l’aide de ses mains pour qu’il la rejoigne. Chose qu’il fit sans se faire attendre, alors que Shae s’agenouillait pour mieux l’accueillir. Jouant avec lui, elle se mettait à le caresser en essayant de montrer à Oliver qu’elle comprenait. Après tout, ils ne connaissaient rien de la vie l’un de l’autre et aux bribes qu’elle pouvait entendre un peu, elle voulait bien admettre que sa petite amie pouvait s’inquiéter de son absence. Car cela ne pouvait être que ça et même si cette pensée lui fit mal au cœur, elle préférait qu’il soit heureux de cette manière. Elle se releva quelques instants plus tard et reprit le bâton de Spooki pour lui lancer un peu plus loin, avant que son regard ne croise celui d’Oliver. Elle se mit à lui sourire doucement, alors qu’elle lisait la gêne dans ses yeux. Il ne fallait pas qu’il le soit, elle n’était rien qu’une banale connaissance, à qui il ne devait rien, c’était plutôt à elle de lui devoir tant de choses. Rassemblant ses esprits, la jeune fille inspira doucement en regardant en direction du sol. Elle perçut nettement les éclats de rire de cette fille à l’autre bout du fil, visiblement contente d’avoir eu Oliver sur une histoire, qu’ils avaient mis en place tous les deux. Une complicité parfaite se dégager de cette conversation, une de celle qu’on ne voulait pas du tout entraver, tant elle était belle. Elle entendit une dernière phrase Propose lui de venir., probablement parlaient-ils d’une tierce personne qu’ils connaissaient tous les deux. Shae attendit patiemment que le jeune homme revienne vers elle, apparemment mal à l’aise. « Y a pas de mal. » le rassura t-elle, alors qu’elle prenait tout juste conscience de l’identité de la personne qui venait de l’appeler. Sa meilleure amie. Une sensation étrange l’envahit alors qu’elle remettait les choses dans l’ordre. Cependant, elle eut tôt fait de revenir à la réalité pour essayer d’apporter ce même réconfort qu’Oliver savait lui offrir lorsque les rôles étaient inversés. « Tu étais en train de me donner ta théorie quant au fait que les zèbres sont blancs avec des rayures noires. C’est pas mal comme vision des choses. » Peut être allait-il la prendre pour une folle, aussi veilla t-elle à chasser le léger rire qui émanait d’entre ses lèvres pour ainsi revenir sur leur conversation initiale. « En réalité, on était en train de parler de nos vies. » Spooki revenait avec le bâton dans sa gueule et le présentait à Oliver, alors que Shae en profitait pour ainsi reprendre la parole. « Tu es né ici ? Je veux dire à Memphis ? » Après tout, cette question était anodine, tant elle se prêtait à ce qu’il venait de se dérouler. Si il avait une meilleure amie, cela signifiait qu’il était ici depuis des années. Quelque part la réponse à cette question intriguait beaucoup la jeune fille, qui pourrait ainsi en apprendre davantage sur lui et ce de manière naturelle. « Je crois que Spooki t’apprécie beaucoup. » Et en effet, le chiot était en train de chercher à attirer l’attention d’Oliver. « Spooki doucement, tu vas lui faire mal. » La jeune fille connaissait assez le chien pour savoir où étaient les limites. Et elle ne voulait pas que dans un excès de zèle, il ne vienne à griffer Oliver.


_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oliver Harlestown
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 36
≡ arrivée : 03/08/2015
≡ célébrité : Jake Gyllenhaal

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Sam 7 Nov - 22:35

Oliver avait perçu l’endroit neutre que représentait le parc comme étant un élément facilitateur pour faire d’avantage connaissance avec la jeune interne vétérinaire. Lors de leurs précédentes rencontres ils étaient l’un ou l’autre dans l’exercice de leur profession et si cela n’avait pas empêcher qu’ils sympathisent, une rencontre comme celle-ci était bien plus propice pour lever les barrières du professionnalisme. Ce n’était plus l’infirmier ou la future vétérinaire qui discutaient mais bel et bien Oliver et Shae. Leur poignée de main avait un petit quelque chose d’officiel dans le passage de ce cap, ils décidaient de partager ce moment de détente ensemble plutôt que chacun de son côté. Le trentenaire faisait part de son habitude de faire un peu de course à pied pour se détendre, la jeune femme de son côté laissait le sport à Spooki, du moins dans ce contexte là et c’était cette balade qui l’aidait à se changer les idées. Tout le monde au parc pour une bonne séance de décompression ! « J’imagine qu’il a de l’énergie à revendre. » en tout cas le chiot en avait tout l’air et Oliver appréciait son côté joueur. Il avait toujours aimé les chiens même si sa préférence allait d’avantage vers les félins qui représentaient un peu moins de contraintes que les canidés. Avec ses horaires de travail l’infirmier se savait dans l’incapacité d’accueillir un chien, il aurait été bien trop malheureux à rester seul une bonne partie du temps et ce de manière totalement aléatoire.
A cette pensée Oliver prenait le parti de donner des nouvelles de Maximus à celle qui l’avait soigné, c’était la moindre des choses après tout. Shae se réjouissait que le chat ai retrouvé la forme et chargeait le trentenaire de lui transmettre quelques caresses en guise de salutations « Quand je disais qu’il était le plus séducteur de nous deux… » plaisantait-il en riant « Ça sera fait. Et il sera ravi. » Maximus était de toute façon toujours pour quelques gratouilles derrière les oreilles. C’était à ce moment là que Chantry avait fait une première tentative de joindre son ami qui avait ignoré son appel. Il avait prévu de la rappeler plus tard lorsqu’il serait seul, et puis si c’était une urgence elle laisserait un message. L’important à cet instant pour l’infirmier se passait dans ce parc avec la future vétérinaire, qu’il questionnait sur l’avancé de sa thèse. Sa curiosité lui facilitait la tâche pour relancer la discussion et son intérêt n’était pas feint. Bien sûr il remarquait les traits fatigués de la jeune femme, rien de vraiment anormal pour quelqu’un qui entamait la dernière ligne droite de ses études, l’ultime épreuve afin d’accéder à une profession qui lui tenait à cœur. « Ça doit pas être facile de trouver le sommeil, ton esprit continue à travailler quand tu essaye de te reposer et c’est mission impossible pour s’endormir. » Oliver avait connu cela lorsqu’il avait passé ses examens finaux pour devenir infirmier « Tu pourras dormir des jours entiers une fois tout cela terminé. » il fit un sourire « Mais ne t’épuises pas trop à la tâche non plus. Penses à te reposer même si tu as du mal à dormir. » sa bienveillance n’était jamais loin et pour continuer dans son soutien à la jeune femme le trentenaire affirmait combien il la trouvait courageuse d’avoir choisi cette voie, lui même doutant de sa capacité à avoir pu faire de même.

Shae avait ce petit quelque chose d’étonnant et d’attachant, cette façon de ne mettre personne de côté… si ce n’est elle par moment, de mettre en avant ce qu’il avait accompli et qui pourtant à ses yeux à lui paraissait bien moins difficile que ce qu’elle faisait. Ils ne se connaissaient que très peu et pourtant c’était presque comme si elle agissait en amie de longue date, celle qui vous redonne du courage quand vous doutez de vous, c’était aussi plaisant qu’inattendu. Oliver ne retint pas son rire « C’est gentil de vouloir nous mettre sur un pied d’égalité, mais vraiment les études vétérinaire sont difficiles. Ne te prive pas de ce mérite. » il adressait un clin d’œil à la jeune femme, porté par un élan de complicité qu’il avait ressentit en recevant ses propos. Ils furent interrompu par la meilleure amie de l’infirmier qui insistait en le rappelant et cette fois il avait décroché. Shae c’était éloignée comme si elle avait peur de le déranger mais il ne s’en étonnait pas vraiment. Depuis leur première rencontre Oliver avait tout de suite perçu cette tendance qu’elle avait à se mettre en retrait et toujours craindre d’être de trop. Mais étant donné les propos de Chantry et la manière dont elle avait mis en boite son meilleur ami il était presque soulagé que la future vétérinaire fut à une certaine distance de lui.. même si son amie parlait si fort que peut-être avait elle tout entendu.
Gêné parce qu’ils avaient été coupé mais aussi un peu perturbé par ce qu’avait évoqué sa meilleure ami, Oliver s’excusait auprès de la jeune femme. Il était gêné et jugeait cela ridicule mais c’était plus fort que lui. Pour chasser son trouble il trouvait comme solution de reprendre la discussion où elle s’en était arrêtée et pour cela il mettait Shae à contribution. Il ne s’était attendu à une telle réponse de sa part mais appréciait qu’elle fasse preuve d’humour. Premièrement parce que ça prouvait que petit à petit elle était plus détendue et deuxièmement parce que lui même usant souvent de l’humour il se réjouissait qu’ils soient sur cette même longueur d’onde. « Et tu argumentais qu’ils sont en réalité noirs avec des rayures blanches, c’est ça ? » plaisantait-il en retour. Rapidement la jeune femme remit la conversation sur les rails en questionnant Oliver sur un aspect plus personnel que son avis quant aux zèbres et leur robe. « Non pas du tout je suis arrivé à Memphis il y a une dizaine d’années pour le travail. » il adressait un sourire à son interlocutrice « Je suis originaire d’Atlanta. Et toi ? » questionnait-il alors que Spooki lui posait le bâton sur les pieds afin qu’il le relance, un geste aussitôt remarqué par la jeune femme qui soulignait l’intérêt du chiot pour l’infirmier « Il apprécie mes qualités de lanceur de bâton. Enfin quelqu’un qui reconnaît mon talent… mon prof d’athlétisme au lycée n’a jamais su voir ça. » encore une fois Oliver laissait son humour s’inviter dans ses propos.

Shae tentait de tempérer les ardeurs du jeune chien qui se montrait quelques peu impatient à l’idée que Oliver lui relance à nouveau son jouet improvisé. Le trentenaire n’était le moins du monde dérangé par l’attitude de l’animal et rassurait la jeune femme d’un sourire « Oh ça va t’en fais pas. Il est pas pire que certains patients très alcoolisés qui arrivent à l’hôpital durant les gardes de nuit. » faisait-il remarquer tout en effectuant son lancé alors que le chien partait en trombe en direct du point de chute du morceau de bois « Donc ces zèbres ? » demandait-il avec un air malicieux afin de reprendre leur discussion. C’était lui l’impatient désormais et il se surprenait à être toujours aussi intrigué par la jolie brune, si curieux d’en apprendre plus à son sujet. Dans son esprit, en arrière plan l’idée de Chantry tournait encore en boucle bien qu’il essayait de la chasser. Ne serait-ce pas un peu déplacé d’inviter la jeune femme à se joindre à lui et ses deux meilleures amis pour diner ? Ils se connaissaient à peine, elle se sentirait sans doute intimidé et à la fois vu son attitude polie et réservée peut-être n’oserait-elle pas refuser. Oliver secouait la tête pour se reconcentrer sur le moment présent « Tu as quelque chose de prévu ce soir ? »… est-ce qu’il venait vraiment de dire ça ? Oui il l’avait dit et se demandait déjà comment noyer le poisson « Enfin je veux dire… tu vas travailler ta thèse ou… je ne sais pas. » il y avait mieux comme rattrapage mais c’était tout ce qu’il avait trouvé à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Dim 15 Nov - 15:00


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

L'atmosphère parvenait à recréer cet espace privilégié qui veillait à rassurer aussi bien la jeune interne vétérinaire que le charmant infirmier. Le parc, mais surtout l’agréable quant à cette sensation de partager une intimité amenait Shae à se détendre un peu plus quant à ses comportements. A vrai dire, le comportement altruiste et d’autant plus bienveillant d’Oliver lui permettait ainsi d’oser croire en quelques bonnes augures. Peut être que le monde tournait enfin à sa mesure et qu’elle parvenait à en anticiper ne serait-ce qu’un simple mouvement ? Peut être même qu’elle n’était plus celle qui se confondait dans les ombres pour ainsi laisser la lumière envahir les autres ? La présence du jeune homme à ses côtés rapportait petit à petit quelques traits lumineux de son côté. Encore timides, ils éclairaient seulement les pieds de la jeune fille, lui rappelant au passage ce que la chaleur d’un tel évènement pouvait prodiguer dans le fond de son âme. Le sourire perçait derechef, alors que son regard osait enfin se relever sans craindre d’y percevoir une quelconque culpabilité. Ainsi se sentait-elle plus à l’aise dans ce contexte, avec Oliver, avec Spooki, alors que d’aucune façon le jugement ne venait à s’immiscer dans les comportements de l’un ou de l’autre. Le naturel prenait le dessus et les conduisait ainsi vers des chemins, qui, pourtant minces encore, les amenaient à partager leur présence et à les apprécier à leur juste valeur. Aussi, c’est dans cette optique, que la jeune fille essayait de démontrer à Oliver, cette personne qui avait su lui montrer son désir quant à se sortir de ses tourments, qu’elle essayait de le rendre fier. La conversation allait bon train, si bien que la sympathie qu’elle ressentait à l’égard du jeune infirmier se dévoilait un peu plus encore. Shae désirait le rassurer à son tour, lui prouver qu’il n’était pas rien. Mais au contraire, qu’il pouvait représentait bien plus que ce qu’il pensait. Après tout, n’était-il pas en train de trouver sa place dans le cœur de la jeune fille ? Bien sûr qu’il l’avait trouvé et à vrai dire, même si cela parvenait à étonner Shae quant à ce fait, il n’en restait pas moins qu’elle s’en trouvait apaisée et rassurée. La réponse qu’il lui donna en échange de ses encouragements trouva sa place naturelle à ce même endroit et lui intima le courage de lui sourire de manière plus franche. Elle retrouvait dans ses dires quelques uns des traits de caractère qu’elle avait déjà pu côtoyer. Ceux-là même qui lui avaient déjà ouvert les yeux sur le fait qu’il était une bonne personne. Et c’est ce qui amena la jeune fille à oser croire qu’elle ne le laisserait penser en quelque chose qui aurait un impact néfaste sur lui. Il ne le méritait pas, bien au contraire, cette âme ne devait connaître que ce qui manquait au sein même de la vie de la jeune fille : le bonheur et la quiétude qui en découlait. Peut être avait-il connu des épreuves au court de son existence et à vrai dire, elle se doutait qu’il en était de cet ordre. Néanmoins, elle osait croire que la vie allait enfin savoir lui accorder quelque chose de meilleur, qui tendrait ainsi à garder intact ce sourire qu’il savait lui offrir. Mais le contact qu’ils savaient s’offrir fut interrompu pendant quelques minutes. En effet, Oliver semblait devoir prendre un appel téléphonique qui se voulait insistant, chose à quoi Shae se contenta de prendre du recul afin de lui laisser quelques instants isolés. Jouant avec Spooki, elle ne put cependant, faire une abstraction totale des paroles qui se portaient un peu plus loin et entendit par ce biais, quelques unes des paroles échangées. Mais même si, elle retrouvait sa place du début et ainsi laisser l’ombre chasser un peu la lumière qui lui léchait les pieds, il n’en restait pas moins qu’elle trouva assez de force pour repousser ces démons. Pour lui, pour Oliver. Ce fut d’ailleurs, avec cette intention bien décidée, qu’elle n’hésita pas un seul instant et qu’elle laissa enfin les bienfaits du naturel agir. Cela lui fit appréhender doucement les réactions d’Oliver, mais cette dernière s’évaporait à mesure que le sourire qui se dessinait sur ses lèvres pouvait également se lire dans son regard azur. Ainsi, peut être avait-elle réussi à lui offrir une once de ce bien être qu’il savait lui donner à son tour ? La jeune fille osait croire en cette probabilité et laissa à son tour le sourire franchir la barrière de ses lèvres, pour venir partager une complicité naissante avec le charmant jeune homme.

Sa curiosité l’emporta à nouveau, l’entraînant par ce biais, vers une direction qu’elle tâtonnait encore, mais dons les réactions d’Oliver, lui laissaient croire en une bonne réception. Cela lui permit alors d’apprendre des origines de l’infirmier. Atlanta. L’état de Géorgie lui était complètement inconnu, mais elle osait croire que cette dernière devait renfermer beaucoup de bontés. Surtout à présent qu’elle y associait Oliver. « Je n’ai jamais mis les pieds à Atlanta, c’est beau ? Enfin, je me doute que c’est très urbanisé, mais c’est comment ? » Elle lui paraîtrait très certainement naïve, mais elle espérait quelque part que la conversation qu’ils avaient déjà eu au sujet de la curiosité lui apporterait une petite excuse pour se justifier. Elle nota également des informations quant au fait qu’il était à Memphis depuis dix ans à présent. Ainsi cette ville semblait avoir eu raison de sa vie et peut être même qu’elle lui apportait un réconfort certain quant à son existence passée. Cette pensée eut tendance à rassurer Shae, tant elle essayait de reconstruire tout ce qu’elle avait pu perdre. « Je suis arrivée ici, il n’y a que… » Son regard se porta en direction de Spooki pour ainsi vérifier de sa bonne présence. « … je pense que ça doit faire six mois maintenant. » C’était la première fois qu’elle prenait conscience de ce laps de temps qui avait su raison d’elle depuis son départ. Un soulagement, qui devait certainement se lire dans son regard, alors que la liberté lui paraissait être enfin palpable. « Je viens de Vancouver. » Son sourire s’agrandit à mesure que ses mains se déliaient et que la confiance lui revenait comme toute à l’heure. Néanmoins, elle ne put que constater de l’excitation du jeune chiot avec son nouvel ami et amusée de cette situation, la jeune fille en profita pour ainsi transmettre un message subliminal au jeune homme. Surprise par la réponse qu’il lui donna, Shae se pinça la lèvre avec ses dents pour retenir son rire. Peut être n’était-elle pas encore autorisée à un tel comportement. L’humour d’Oliver lui plaisait énormément, tant il avait tendance à la rassurer sur de nombreuses choses. Suivant le trajet du bâton alors qu’il venait tout juste de le lancer une nouvelle fois, Shae osa répondre tout en gardant ce sourire intact sur ses lèvres. « Tout dépend de la direction dans laquelle tu avais lancé ce bâton à l’époque, non ? » Un léger coup d’œil sur le côté en direction d’Oliver amena une sorte d’amusement à cette situation. « Ton professeur avait juste du mal à reconnaître le vrai talent en réalité. »  Elle désirait partager encore cette complicité qu’ils apprenaient à bâtir ensemble grâce à des bases qui se voulaient ou du moins qui paraissaient à la jeune fille comme étant solides. Mais la réalité vint à retrouver sa place au moment même où Spooki s’excitait davantage et aurait pu risquer de blesser le charmant infirmier. Le ton autoritaire qu’elle employait, présageait de ses intentions bienveillantes. « Je ne veux juste pas qu’il te fasse mal. » avoua t-elle en baissant son regard vers le sol alors que Spooki partait en vitesse en suivant la trajectoire de son dû.  Les joues rosies par la gêne qui naissait à la suite de cette révélation, la jeune fille se contenta d’admirer le sol comme à son habitude. Mais c’était sans compter la gentillesse de celui qui veillait sur elle d’une certaine manière. « Je crois que tu as raison. Ils sont plutôt blancs à rayures noires. » se contenta t-elle de répondre comme pour laisser l’espoir finir sa course et l’inciter à relever le regard. Ils déambulèrent encore quelques pas, des pas qui veillèrent à calmer ainsi la gêne qu’elle ressentait encore un peu. D’ailleurs elle s’apprêtait à lui demander les raisons pour lesquelles il appréciait Memphis, mais son impatience fut arrêtée au même instant où celle d’Oliver prenait le dessus.

« Quoi ?... » L’esprit de Shae venait probablement de lui jouer des tours à cet instant, puisqu’elle avait cru entendre une question qui n’avait pas lieu d’être. Pourquoi pensait-elle à cela ? Elle était pourtant certaine d’avoir mal entendu, mais apparemment sa capacité d’audition était maximale puisque Oliver continuait en essayant de se justifier. « Hum… Ce que je vais faire ce soir ?... » Il fallait qu’elle inspire pour essayer de rassembler ses idées correctement et qu’elle trouve rapidement le moyen de les rassurer tous les deux vis-à-vis de cette situation. « Je crois que je vais suivre les conseils de mon infirmier. » Oui c’était un début pour ainsi calmer les palpitations de son cœur et retrouvait un ton beaucoup plus correct. Souriant timidement, Shae baissa son regard. « Il m’a dit de me reposer pour ne pas m’épuiser à la tâche. Qu’est ce que tu en penses ? » Intérieurement, la jeune fille espérait que cette attention veillerait à rassurer le jeune homme quant à la bonne écoute qu’elle pouvait avoir dès lors qu’il lui confiait quelque chose. Mais bien plus que cela, elle lui laissait entrevoir le fait qu’elle le considérait autrement que comme une simple connaissance. Tel un ami, il savait trouver les bons mots et les bons comportements avec elle, c’est ce qui l’incitait à vouloir faire de même pour lui. « Et toi ? » Elle haussait les épaules légèrement et sentit ses joues s’enflammer doucement à mesure que la conversation téléphonique de toute à l’heure lui revenait en mémoire. « C’est une soirée entre meilleurs amis, c’est ça ? » Elle releva doucement ses yeux pour croiser ceux d’Oliver et exprima alors une moue désolée. « J’ai entendu quelques bribes, je suis désolée. » A nouveau, elle perdit son regard en direction de ses pieds, alors que ses épaules s’affaissaient comme si le poids du monde entier venait tout juste de peser sur ses épaules menues et frêles. « Au moins tu passeras une excellente soirée. C’est toujours apaisant d’être avec les siens. » Sa voix se perdait dans ses remords, la culpabilité l’assaillait alors qu’elle était persuadée décevoir Oliver. « Peut être que tu te mets en retard en restant avec moi… Je suis désolée si … Tu n’auras qu’à dire que c’est de ma faute… » Persuadée que la raison de ce questionnement était en réalité ce gain de temps qu’Oliver désirait pour se préparer, le jeune fille retrouvait bien là les côtés polis et gentils du charmant infirmier. Et comme toute bonne amie, elle ne voulait pas mettre un frein à ses intentions ainsi que ses projets. Bien au contraire, peut être avait-elle usé de sa présence et de sa personne bien assez selon les goûts du jeune homme et devait-elle maintenant simplement le laisser partir ? Cette idée arrivait à trouver sa place naturelle dans son esprit, néanmoins une autre part aurait voulu le retenir, juste pour profiter encore un peu de tout ça. Juste pour apprendre encore un peu à le connaître, juste pour se sentir encore un peu exister aux travers de ses yeux.



_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ?

Revenir en haut Aller en bas

Oliver (+) Devons nous croire au destin ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nous aurons le destin que nous méritons. ✗ caly
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» DEVONS-NOUS ATTENDRE LE PIRE ??APRES ARISTIDE,PREVAL ,JUDE VOICI LE CHOLERA !
» La pensee magique, realisme merveilleux qui tue le peuple
» "Le destin ne nous lâche pas"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD CASE LOVE ♥ :: 03 + MEMPHIS CITY :: The Village, East Memphis :: Overton Parc-