AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ
NOUVEAU PROJET

Partagez|

Oliver (+) Devons nous croire au destin ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Dim 11 Oct - 11:22


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

L’oxygène apprenait petit à petit à apporter de nouvelles aspirations à la jeune fille.  Lui prodiguant ainsi de nouvelles sensations ou du moins des sentiments qu’elle avait déjà connu mais dont la crainte et la douleur lui avaient fait oublié les moindres ressentis. L’automne se découvrait doucement devant ses yeux curieux. Lui permettant ainsi d’être témoin d’une transition pour le moins resplendissante entre deux types de couleur. La palette de ce temps n’en devenait pas moins attirante et époustouflante dès lors qu’elle prenait un peu plus la route pour s’éloigner quelques instants de la ville et qu’elle s’engouffrait dans des bois. Le calme, la quiétude mais surtout le confinement de cet espace donnait la sensation à Shae d’être en sécurité. Une protection naturelle qui savait l’entourer de ses bras invisibles et ainsi lui prouver que le monde n’était pas un simple chaos. Non, il pouvait être autre chose de plus bienveillant mais aussi de plus réconfortant. Ce monde ne pouvait certes pas être contrôlé, néanmoins il lui laissait croire en l’idée qu’il n’avait peut être plus rien contre elle. Elle ressentait déjà les prémices d’un sentiment visant à lui faire croire qu’elle n’était plus prisonnière de ses tourments, mais plutôt qu’ils la libéraient doucereusement. Et si elle pouvait songer à cela, c’est parce qu’elle en avait eu la preuve il n’y avait que quelques jours de cela. En effet, elle était parvenue à atteindre son objectif. Celui là même dont elle ne songeait même pas à en entreprendre le chemin il n’y avait de cela qu’un mois en arrière. Mais elle y était arrivée. Certes, il s’agissait là d’une moindre affaire, d’une banalité pour els yeux de tous, mais qui s’avérait être une très grande étape pour elle. Parvenir à marcher seule dans les rues de la ville, à se rendre d’un point A à un point B sans assistance quelle qu’elle soit, pouvoir à nouveau ressentir la sensation d’une normalité bien présente. Bien sûr cet exercice ne fut pas sans encombre ni même difficulté, car elle avait désiré rebrousser chemin à maintes reprises. Mais finalement, elle y était parvenue. Petit à petit, cette crainte qui l’empêchait de respirer avait su prendre son envol pour être remplacée par une légère fierté : celle de vivre d’elle-même et d’être libre de ce passé. La joie avait su venir percer par delà les obscurités qui l’enveloppaient pour quelques heures. Une sensation qui avait su lui manquer dès que les ombres revinrent à nouveau. Car naïve, la jeune fille avait osé croire que tout s’arrêterait enfin et que ses démons cesseraient enfin de l’assaillir, malheureusement les jours qui succédèrent cette étape furent douloureux. Si bien, qu’elle en portait encore les marques de fatigue sur son visage et que ses yeux s’en trouvaient en permanence humides. A chaque fois que la nuit approchait, à chaque fois qu’elle laissait le sommeil la faire tomber dans ses méandres, à chaque fois … ses yeux inquisiteurs et mauvais venaient la hanter. Accompagnés de ses paroles on ne peut plus explicites sur la colère qu’il avait envers elle et qui se joignaient derechef à  une violence déjà vécue. Shae en ressentait les moindres maux, celui de son dos était le plus vif et coriace comme à chaque fois d’ailleurs. Jusqu’à ce qu’elle ne ressente ses mains sur son cou. Des mains dures et froides qui serraient telles un étau en fer jusqu’à l’instant où n’en pouvant plus, la jeune fille se réveillait en sursaut et en nage dans son lit. Dormir n’en devenait qu’une difficulté de plus, si bien qu’elle n’osait plus l’attendre et veillait à travailler sans relâche la nuit pour ainsi ne plus vivre cela. C’était également un prétexte pour elle d’avancer un peu plus dans sa thèse. Et elle osait croire que ce mal n’en deviendrait qu’un bien sur le long terme. Bien sûr, sa meilleure amie avait remarqué ses tourments, Talisa était réellement affectée par ce qu’elle voyait. Néanmoins, Shae veillait toujours à la rassurer en lui avouant savoir qu’elle ne risquait rien, que ce n’était que des cauchemars, rien de plus. Sa meilleure amie n’en restait que des plus perplexes et au fond d’elle, la jeune fille savait très bien que Talisa cherchait elle aussi un moyen de pouvoir l’aider. Elles avaient déjà tenté quelques expériences en regardant des films à l’eau de rose avant d’aller se coucher, en s’amusant avec des jeux de société, en discutant de tout et n’importe quoi.  D’ailleurs leurs conversations les avaient naturellement porté sur un chemin de confidences mais surtout de confiance.

En effet, soucieuse du bien être de sa meilleure amie, Shae avait veillé à s’inquiéter de son propre état d’âme et de ses ressentis vis-à-vis d’une seule et même personne. Celle là même, qui au détour d’un orage incontrôlable, lui avait offert son hospitalité pour quelques minutes et avec laquelle la conversation était allée bon train. Chance était lui aussi un des amis sur lesquels la petite brunette pouvait compter sans le moindre problème. Néanmoins, elle s’était bien vite aperçue que quelque chose était en train de se passer entre Talisa et lui. Une chose imperceptible pour les yeux de tout un chacun mais qui n’avait pas laissé Shae insouciante sur le sujet. En effet, elle avait nettement remarqué que sa meilleure amie avait des tendances à se mettre sur la défensive dès lors que le prénom de Chance venait à s’insinuer dans la conversation. Prénom, qui de l’autre point de vue, avait exactement le même effet. D’ailleurs, la jeune fille avait pu apprendre la raison de ce mal être avec les confidences du jeune homme. Chose qui l’avait faite sourire dans un premier temps et lui avait ainsi laissé présager que le bonheur venait enfin frapper aux portes de sa meilleure amie. Shae était heureuse pour elle, et y voyait là un mérite qu’elle se devait de se laisser accorder tant elle avait pu souffrir elle aussi dans sa vie. D’ailleurs, une idée lui avait traversé l’esprit au court de laquelle réunir les deux protagonistes pour un dîner pouvait être une très bonne chose pour eux. Bien sûr, elle s’attendait à ce que Talisa refuse catégoriquement cette dernière, mais l’avantage quand on est colocataire réside dans le fait qu’on peut nous même inviter des personnes à dîner. Un petit sourire malicieux avait pris place sur ses lèvres alors même que Talisa était en train de lui demander où est –ce qu’elle en était avec sa thèse. Perdue dans ses pensées, la jeune fille revint assez rapidement à la réalité afin de lui répondre avec son ton timide et assez confus. « J’avance assez bien. » Inutile de lui dire la manière dont elle s’y prenait pour terminer ses travaux, de toutes les manières Talisa le savait. Mais elle était loin de se douter du stratagème de sa meilleure amie pour détourner le sujet initial et l’amener vers une route qu’elle ne pensait pas emprunter. Autant le dire, Shae avait tendance à tout dire à sa meilleure amie. De ce fait, le sujet du charmant infirmier qui avait su l’aider et lui apporter un certain soutien sans même s’en rendre compte avait été abordé. D’ailleurs, la jeune fille lui avait également conté la dernière rencontre qu’ils avaient pu connaître ensemble. Bien sûr, Shae lui avait expliqué les choses telles qu’elle les avait perçues, lui rapportant ainsi l’état de santé de son chat et son espérance quant au fait que ce dernier se porte mieux. Instinctivement, la jeune fille baissait son regard et venait à se triturer les mains, alors que ses paroles allaient un peu plus loin et qu’elle lui expliquait qu’elle l’avait invité à sa thèse. Talisa lui avait demandé simplement pourquoi une telle demande et Shae avait simplement répondu qu’il était curieux et que peut être ce pourrait être intéressant et enrichissant pour lui. Cette réponse eut le don de faire rire sa meilleure amie, qui en profita pour se moquer un peu de son comportement. Acquiesçant d’un signe de tête, Shae ne quitta pas un instant le sol de ses yeux et se contenta de répondre sur ce même ton un petit « Je sais. » tout en haussant ses épaules. Cette sensation étrange qui mêlait à la fois le bien être et la délivrance revint s’immiscer dans son cœur, comme à chaque fois qu’elle osait se rappeler une chose qui la ramenait à Oliver.

Gênée de part cette situation, la jeune fille se leva d’un bond du canapé et en profita pour ainsi appeler Spooki tout en cherchant sa laisse. Ce dernier, qui commençait à bien grandir, arriva à grande vitesse et commençait à japper devant l’entrée tout en sautant partout. Se mettant à rire, la jeune fille veilla à le calmer au son de sa voix, toujours amusée de le voir ainsi enjoué. « Doucement mon grand, tu vas te faire mal. » tenta t-elle de le calmer doucement tout en caressant le sommet de sa tête. Heureusement pour Talisa et elle, Spooki n’avait pas encore assez de force pour arriver à les tirer assez brutalement. Et étant vétérinaire, la jeune fille avait pu lui inculquer quelques règles quant à son dressage. Bien sûr cela s’avérait parfois délicat et tortueux à réaliser, mais elle avait tout de même réussit à lui apprendre les rudiments de bases. Cela étant, c’est donc avec un cœur léger et une sensation de pouvoir bien respirer que la jeune fille sortit de l’appartement et se dirigea vers le parc de la ville. Une des habitudes qu’elle avait su prendre avec cette petite boule de poil qui savait la rendre heureuse rien que par sa présence. D’autant plus qu’il contribuait lui aussi à participer à sa survie dans ce monde. Quelque part la jeune fille se sentait chanceuse d’avoir pu poser ses bagages dans cette ville, tant elle lui apportait enfin une vie normale mais surtout qui lui laissait croire que sa présence n’était pas nécessairement un poids. Le chemin pour se rendre au parc commençait à devenir une habitude aussi bien pour Spooki que pour elle et déjà tous les deux s’amusaient à courir un peu pour s’y rendre au plus vite. Lorsqu’ils furent enfin arrivés à destination, la jeune fille emprunta le chemin qu’elle connaissait et qui les séparait un peu du mouvement de foule et de passage pour ainsi se rendre dans un endroit plus reculé. « Allez hop, on va courir un peu. » lança t-elle à Spooki alors qu’elle détachait la laisse de son harnais et qu’elle s’amusait à chercher du regard un morceau de bois. Le chiot en profita pour commencer à courir un peu partout. Seuls, Shae savait qu’elle pouvait se permettre de le laisser gambader de cette manière là pour qu’ils puissent ainsi se dégourdir les pattes. Elle ne tarda pas à trouver un morceau de bois et s’empressa de le ramasser avant d’appeler le chien à ses pieds. Joueuse avec lui, la jeune fille avait la sensation de pouvoir agir naturellement avec les animaux, tant ils savaient lui rendre ce qu’elle leur offrait. « Tu le ramènes cette fois ! » Son sourire n’allait vraiment pas avec cette volonté de vouloir donner des ordres à Spooki, mais elle s’en fichait car ils s’amusaient ainsi. Le chien jappa une première fois en sautant dans les airs pour essayer de lui prendre le bâton des mains et ni une ni deux, Shae lui jeta de l’autre côté et se mit à rire en voyant Spooki partir à grande vitesse pour aller le chercher. « C’est bien mon beau, ramène le maintenant. » Lui intima t-elle doucement alors que Spooki revenait avec le morceau de bois dans la gueule. Ce dernier s’approcha doucement d’elle. « C’est très bien, donne. » Elle lui montra ses pieds pour qu’il puisse le poser, mais rien qu’en prenant conscience de sa posture, la jeune fille se rendit compte que ce ne serait pas une mince affaire. « Spooki ! » Cette fois-ci le ton qu’elle employait se voulait un peu plus autoritaire alors que le chiot commençait à courir partout. « Donne le bâton. » Cherchant dans sa poche, Shae parvint à sortir de la poche de sa veste une friandise pour chien qu’elle lui montra. « Si tu me donnes le bâton, je te donne un bonbon. » Bien sûr, le chien lâcha le morceau de bois là où il se trouvait, c'est-à-dire à deux mètres, avant de se ruer vers la jeune fille pour avoir la friandise, ce qu’elle ne lui donna pas. « Non ! Le bâton ! » Lui ordonna t-elle en lui montrant le morceau de bois. Mais Spooki était du genre très têtu, tellement, qu’elle replaça la friandise dans sa poche et qu’elle se baissait pour reprendre le dit bâton et lui lancer à nouveau.


_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oliver Harlestown
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 36
≡ arrivée : 03/08/2015
≡ célébrité : Jake Gyllenhaal

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Dim 18 Oct - 12:32

Oliver passait beaucoup de temps à l’hôpital, son boulot voulait ça et s’il était toujours très dévoué pour exercer sa profession le trentenaire n’en aimait pas moins pouvoir se changer les idées en faisant totalement autre chose que d’arpenter les couloirs blancs de l’établissement hospitalier. Et sa routine favorite était sans aucun doute son footing quotidien, ou presque puisque certains jours à cause de ses heures de garde et la fatigue il ne trouvait pas le courage d’aller courir. Mais pour que cette routine n’en soit pas totalement une, l’infirmier avait plusieurs parcours qu’il alternait afin de changer de paysage mais aussi d’adapter la longueur et la difficulté de sa course en fonction de son envie et son état de forme. Bon en gros c’était quand même une routine dans la routine comme le lui répétait parfois son meilleur ami, mais ça lui convenait comme ça, c’était bien l’essentiel, non ? Et puis il n’y avait pas que du boulot dont Oliver avait parfois besoin de s’éloigner, les taches administratives avaient le don de l’agacer et il n’était pas des plus organisé pour tout ce que l’on appelle familièrement : la paperasse. Pourtant arrivait toujours un moment où il devait se forcer à y plonger le nez le temps de faire ce qui devait l’être sans risquer de s’attirer des ennuis pour cause d’un trop grand laxisme. Mais après une heure trente de compte et de règlement de factures en tout genre, le trentenaire estimait avoir gagné son moment de détente. Maximus l’avait aidé avec ses moyens… c’est à dire en se couchant plus ou moins sur ce qu’il était en train de faire en le regardant avec un air de dire « Tu en as assez fait. ». Oliver avait acquiescer à cette remarque du félin, dit comme cela il pouvait paraître fou mais c’était tout ce dont il avait besoin pour terminer de le convaincre qu’aller prendre l’air lui ferait le plus grand bien.
L’infirmier se sentait l’âme d’aller un peu se ressourcer dans la nature, l’endroit le plus indiqué pour cela étant le parc Overton qui lui donnait l’avantage de pouvoir s’y rendre à pied. Se parant de sa tenue de joggeur et enfilant rapidement ses baskets, le beau brun avait quitté son domicile et prit la direction du parc. L’endroit était pas mal fréquenté, à croire que beaucoup de gens avaient le même jour de congé que lui et pourtant ce n’était même pas le week-end ! Mais Oliver ne s’incommodait pas qu’il y ai du monde, il connaissait des endroits du parc moins fréquentés parce que plus reculés et c’était dans cette direction qu’il s’était dirigé tout naturellement. Écouteurs dans les oreilles, la musique l’aidait à s’évader d’avantage au rythme de ses foulées régulières, il maintenant une cadence relativement soutenue se sentant en très bonne forme.

Abordant un endroit où il ne croisait guère que quelques joggeurs qui comme lui venaient courir plus au calme, c’est à dite sans avoir à zigzaguer entre les autres visiteurs du parc. Cette partie là était plus boisée et très agréable de l’avis de Oliver qui adorait venir courir ici. Il ne se préoccupait pas vraiment depuis combien de temps durait sa course, il avait entamé un deuxième tour de son circuit et se sentait parfaitement bien. Ses jambes n’étaient pas lourdes et il n’avait pas l’impression de se mettre vraiment à rude épreuve. L’effort lui apportait un vrai bien être et il se laissait même aller à quelques accélérations quand la musique qui se jouait dans ses oreilles le motivait d’avantage. Et alors que le trentenaire était en plein élan quand au détour d’un virage il vit arriver un bâton dans sa direction. Le bout de bois lui arrivait tout droit dans les tibias et il dû sauter pour l’esquiver « Wow ! ». L’infirmier venait d’agir par pur réflexe et encore sous le coup de la surprise failli se faire bousculer par un jeune chien qui visiblement courrait derrière le fameux bâton. Après une seconde esquive, Oliver repérait un peu plus loin la responsable de cet imprévu. Stoppant sa course il fronçait légèrement les sourcils en pensant la reconnaître. C’était cette jeune femme venue se faire soigner à l’hôpital pour une morsure. En effet étant interne vétérinaire, un chien l’avait mordu assez sévèrement. Ils s’étaient ensuite recroisés au cabinet où elle travaillait lorsqu’il y avait emmené Maximus pour une blessure à la patte. Retirant ses écouteurs et coupant la musique il s’approchait d’elle « Vu future Docteur Woodstock ! » commençait-il les sourcils toujours froncés alors qu’un sourire étirait progressivement ses lèvres « Vous avez essayé de me faire tomber… » c’était une fausse accusation bien entendu et son ton le reflétait bien. « Quel hasard. Vous venez prendre l’air aussi ? » question stupide, elle se baladait dans le parc donc évidemment elle prenait l’air. « Le monde est petit comme on dit. Alors Memphis n’en parlons pas. » faisait-il remarquer « C’est le chien de votre colocataire ? » disait l’infirmier en désignant la boule de poils qui ramenait fièrement le bâton. Il se souvenait qu'elle l'avait mentionné lors d'une de leur précédente discussion, disant qu'elle le promenait souvent. « Vous allez bien ? » finissait-il par demander véritablement intéressé par la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Lun 19 Oct - 10:17


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run

Dès que Shae se trouvait dans un espace avec Spooki, la sensation que tous ses tracas filaient entre ses doigts pour ainsi prendre leurs envols vers ce ciel si éloigné, était toujours au rendez-vous. Lui laissant ainsi le privilège de se sentir apaisée, peut être même libérée de toutes les contraintes qui avaient le don de l’accabler. Les ombres disparaissaient à mesure que le chiot courait à grande enjambées dans ce grand espace. Il paraissait si heureux, mais surtout aimé, que la jeune fille se plaisait à sourire à la moindre occasion. Autant l’avouer, ce chiot était probablement l’animal le plus heureux sur Terre tant il avait droit à des traitements de faveur bien particulier. Certes, il lui arrivait de se retrouver seul dans l’appartement et de faire quelques bêtises, il s’en faisait gronder, mais dès que Talisa ou elle étaient dans les environs, il ne restait jamais bien longtemps tout seul. Elles s’appliquaient toutes les deux à le promener dès qu’elles le pouvaient, le choyer à la moindre occasion, le câliner, bref elles lui laissaient entendre qu’il était bel et bien présent pour elles et non pas un vulgaire objet de la maison, comme beaucoup de personnes avaient tendance à faire. Shae n’aimait pas ce genre de personnage. Ceux qui avaient voulu acquérir un chien ou un chat ou même un autre animal. Acquérir rien que ce terme prouvait qu’ils n’avaient pas de cœur et que les animaux qui allaient partager leurs vies avec eux n’en seraient jamais heureux. Plus d’une fois, la jeune fille avait eu l’occasion de croiser ce genre de personne au cabinet. Ils avaient tous la même allure, fiers, droits comme des piquets, tenant la laisse avec cette même arrogance et expliquant avec plusieurs défauts les symptômes qu’ils avaient cru apercevoir sur leurs amis. C’était parfois difficile de rester stoïque et de ne pas demander à ce que cette personne s’éloigne de la table d’auscultation de manière à ce qu’elle puisse ainsi prouver à l’animal qu’il était un être vivant et non pas une chose. Mais son caractère lui empêchait d’aller en avant de ses pensées, d’autant plus que sa condition ne lui permettait pas non plus de dire quoi que ce soit. Elle ne devait porter aucun jugement à ce sujet, et ce même si c’était très difficile. Voilà pourquoi, dès qu’elle rentrait, dès qu’elle franchissait la pore de leur appartement, il lui arrivait de se laisser tomber à genoux de manière à ce que cette petite boule de poil qu’elle aimait tant vienne se cajoler contre elle. Shae avait pris l’habitude de lui parler, de lui demander comment sa journée s’était passée et s’il avait été sage. Des mots que beaucoup auraient jugés comme idiot, mais c’était un comportement qui la rassurait. Et cela veillait à établir ce lien si particulier qu’elle pouvait avoir avec ce chien. « Cette fois, c’est la bonne Spook. » Son sourire ne se tarissait pas, bien au contraire, il restait intact alors qu’elle regardait le chiot s’impatientait devant elle. Il sautait encore et encore, tout en laissant entendre quelques jappements amusés. « T’es prêt ? » Shae venait tout juste de tendre son bras devant elle pour essayer de faire un contrepoids et ainsi lancer le bâton un peu plus loin que la dernière fois. Son regard se porta loin, assez pour se rendre compte que personne ne passait de ce côté-là. « Va chercher ! » Elle venait de lancer le bâton et regardait avec attention la trajectoire qu’il prenait. Mais bien vite ses mains se portèrent au niveau de sa bouche alors qu’elle reconnut une silhouette humaine qui se rapprochait à grande vitesse. « Oh non non non non non… » Son cœur se serrait alors qu’elle ne pouvait rien faire de plus. Même en criant, elle n’arriverait pas à porter sa voix assez loin pour qu’on l’entende. L’angoisse la saisissait de plus belle, alors qu’elle était témoin d’un spectacle qu’elle n’avait pas voulu créer. Cachant toujours sa bouche, la jeune fille priait intérieurement pour que le bâton ou encore Spooki ne fasse pas tomber le passant. Et contre toute attente, elle cru comprendre que cette personne en question était parvenue à esquiver les obstacles sans mal. Baissant l’une de ses mains pour la porter au niveau de sa poitrine, Shae souffla un grand coup, soulagée que rien de grave ne soit arrivé par sa faute.

Son cœur battait à tout rompre contre sa poitrine, si bien qu’elle avait l’impression que ses tempe allaient exploser. Si elle avait su, elle aurait lancé ce morceau de bois de l’autre côté. S’apprêtant à s’excuser, la jeune fille n’avait pas encore fait attention à la personne qui avait sa victime d’une certaine manière. Mais dès qu’elle reconnut la démarche et la stature du charmant infirmier, son cœur eut l’impression de s’arrêter. L’oxygène venait à lui manquer mais surtout ses joues s’embrasèrent à une vitesse qu’elle ne connaissait même pas. A croire que c’était elle qui venait de courir et non l’inverse. Bien sûr, elle comprenait tout à fait le regard qu’il lui lançait. Ses yeux accusateurs et chargés d’une légère pointe de colère quant au rythme qu’elle venait de lui briser. « Je… je… je… » Il fallait qu’elle inspire, elle pouvait le faire. « Pardon. » Oui bon au moins, elle était arrivée à dire le mot le plus important sans avoir à se soucier du sujet, du verbe et du complètement. Elle espérait que la sincérité soit juste passée comme elle le devait dans son ton. Ses yeux se baissèrent pour venir croiser l’herbe humide de ce sol dans lequel elle aurait voulu s’enfoncer pour ne plus être vue. Cependant, elle réussit à entendre un rire dans la voix du jeune homme. Un rire qu’elle avait pu déjà entendre dès qu’il plaisantait. Peut être que finalement, il ne lui en tenait pas tant rigueur que cela ? « J’aurai dû faire plus attention. Je suis vraiment désolée… » Son sourire à elle commençait à percer doucement un coin de ses lèvres. Si bien, qu’elle parvint à relever un peu son regard pour oser croiser ses deux iris azurés qui avaient le don de l’apaiser dès qu’ils croisaient ses émeraudes. « Oui, une pause n’était pas de refus. » Elle haussa légèrement ses épaules, comme si elle venait de se faire prendre la main dans le sac quant à cette volonté de désirer s’échapper un peu de son quotidien. Après quoi, elle accueillit la remarque du charmant infirmier avec un sourire un peu plus franc. Toujours timide, elle parvenait néanmoins à oser lui faire un peu plus confiance. Elle sentait qu’elle le pouvait, puisqu’ils se connaissaient un peu plus maintenant. Son regard se détourna en vitesse du sien, dès que la présence de Spooki fut relevée. « C’est bien lui. » Se mit t-elle à sourire plus franchement en direction du chiot, alors qu’elle tapotait légèrement sur ses cuisses pour qu’il revienne à ses côtés. « C’est bien mon chien. Allez viens aux pieds maintenant. » Autant Shae était très timide dès qu’il s’agissait des personnes, autant Spooki était ce qu’il y avait de plus à l’aise à ce sujet. En effet, revenant fièrement avec son morceau de bois dans la bouche, ce dernier vint se poster à côté d’Oliver et laissa échapper le bâton de sa gueule pour avoir droit à des caresses. « Monsieur Harlestown, je vous présente Spooki. » Elle marqua une légère pause et fit un signe négatif de la tête en concevant les attentions demandées par le chiot. « Ou le chien le plus malheureux au monde, comme vous pouvez le constater. » Elle chercha la friandise dans sa poche et releva la main pour la tendre au jeune homme. « Tenez, il vous en appréciera davantage. » Ses yeux alternèrent entre le charmant infirmier et Spooki, désireux de graver dans sa mémoire cet instant qui se révélait être assez inoubliable. A vrai dire, Shae avait pu comprendre que monsieur Harlestown, Oliver, aimait les animaux. Une chose qu’elle appréciait beaucoup et qui se prouvait en cet instant alors qu’ils faisaient connaissance Spooki et lui. Mais cet instant fut de très courte durée, puisque la conversation se reporta sur elle. Comment allait t-elle ? A vrai dire, elle ne savait plus trop comment répondre à cette broutille. « Je crois que j’irai mieux, quand je saurai que vous n’avez rien. Je suis vraiment désolée pour ça. Ça vous a coupé dans votre élan et ça va vous retarder… » Ses yeux se perdirent à nouveau vers le sol alors que les pensées ne cessaient de s’enchaîner dans son esprit. « Vous allez bien n’est ce pas ? » s’enquit-elle de manière délicate alors que ses yeux remontaient doucement pour regarder les jambes du jeune homme. Elle ne voulait pas lui causer du tort, ni même rien du tout. D’autant plus que sa gentillesse et tout ce qu’il lui renvoyait, ne cessait d’être mis à rude épreuve à cause d’elle. Shae s’en voulait de sa malchance, ou peut être était-ce une chance, puisqu’elle le croisait à nouveau ? Si elle voulait lui faire honneur et ainsi lui prouver que ses attentions n’avaient pas été vaines, la jeune fille se devait d’adopter un comportement plus positif. Oui, c’était une chance qu’il soit là en face d’elle et qu’ils puissent se parler en dehors de leurs professions respectives. « Vous courez depuis longtemps ? » Oups, sa curiosité venait de lui faire faux bond. « Enfin je veux dire, je trouve ça courageux… Avec le métier et toutes les heures que vous faîtes, que vous trouviez du temps pour courir. Ça doit aider… à décompresser ? » Spooki profitait de cet intermède pour trouver le moyen de s’éloigner un peu et ainsi se promener, même si la jeune fille veillait à le suivre du regard pour s’assurer qu’il restait dans les parages. Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’une nouvelle idée lui venait en tête. « Hum… Si mes souvenirs sont bons, je me rappelle qu’il ne faut pas que les muscles se refroidissent de manière nette après avoir couru. Et… en restant là… Fixes… c’est peut être pas bon… Je vais aller le promener de l’autre côté, si vous voulez vous pouvez vous joindre à nous. » La jeune fille sentait déjà la chaleur se repartir inégalement dans son corps et venir trouver refuge au niveau de ses joues. « Mais si vous venez, vous avez l’interdiction de m’appeler Docteur Woodstock. » Shae se pinça les lèvres pour retenir son rire de s’y échapper. Puis, relevant son regard pour ainsi le poser dans les yeux du charmant infirmier, elle lui tendit la main. « Je m’appelle Shae. » Bien sûr il le savait, mais par ce biais, la jeune fille lui accordait le droit de se montrer plus amical avec elle, différemment des protocoles qu’ils se plaisaient à remplir l’un et l’autre à cause de leurs professions.

_________________


   
I hope I'll see you here
A pure feeling, I'm invisible and magical.If only for a moment, a pure feeling, I'm scared to control it. Stretching out my arms, I let it comfort me. Our bodies moving in the dark, it takes the pain from me. by fantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oliver Harlestown
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 36
≡ arrivée : 03/08/2015
≡ célébrité : Jake Gyllenhaal

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Ven 23 Oct - 17:10

La jeune femme se confondait déjà en excuses quand Oliver s’approchait. Ils ne s’étaient vu qu’à trois reprises mais l’infirmier ne comptait déjà plus le nombre de fois qu’il avait entendu la brunette lui dire qu’elle était désolée. Bien sûr si le trentenaire ne prenait pas si mal cet attentat involontaire contre sa personne c’était totalement en rapport avec l’identité de la fautive. Tous deux avaient eu besoin d’air, de faire une pause, laisser leurs esprits s’évader et voilà qu’ils se retrouvaient au même endroit. Et si la coïncidence était totale, Oliver était ravi que le hasard fut un si bon farceur. Étonnement il se sentait aussi content de croiser l’interne vétérinaire, qu’il aurait eu plaisir de rencontrer un de ses amis. Elle faisait toujours preuve d’une certaine timidité mais l’infirmier remarquait les efforts fait afin de sourire et lui accorder un regard de temps à autre. Il n’avait pas la prétention de dire qu’ils se connaissaient mais il ressentait à son égard toujours cette même curiosité, et cela le poussait à agir comme s’ils commençaient à devenir des connaissances et non plus de parfaits inconnus. En revanche Oliver n’avait pas encore l’honneur de connaître le chiot qui accompagnait la demoiselle. Il tiquait légèrement lorsqu’elle fit les présentations en l’appelant Monsieur Harlestown mais ne fit aucune remarque, s’accroupissant pour caresser le jeune chien visiblement très affectueux « Et bah au moins on peut dire que t’es plutôt joyeux toi. » commentait-il ravi de recevoir l’enthousiasme du chiot. Il prenait la friandise donné par la jeune femme et l’offrait à l’animal avant de se redresser « Il est adorable. ».
Mais si le chien était tout à fait sympathique, Oliver se souciait d’avantage de son interlocutrice. Véritablement curieux de savoir comment elle se portait il n’hésitait pas à lui poser la question. Inquiète quant à savoir si lui même allait bien suite à l’incident du bâton le trentenaire ne put retenir un rire « Oui ne vous en faites pas. Je suis intact. » confirmait-il alors qu’une fois encore le regard de la jolie brune s’était dirigé vers le sol avec une gêne palpable. Néanmoins elle osait le questionner sur sa pratique de la course, question qu’il accueillait avec le sourire « Oui depuis très longtemps. » percutant le double sens de la question il précisait « Enfin d’une manière globale. Aujourd’hui ça fait bientôt une heure je crois. » affirmait-il en regardait sa montre. Et effectivement la jeune femme voyait juste, c’était pour lui l’occasion de décompresser « Je cours quand j’en ai envie. Si je suis trop fatigué je ne me force pas, mais ça m’aide beaucoup pour me changer les idées. Et puis ça entretient la forme physique. » Oliver allait demander à l’interne vétérinaire si elle aussi faisait du sport dans son temps libre mais elle prenait la parole la première. Mettant en avant que le trentenaire risquait de brutalement se refroidir en restant sans bouger, la jolie brune lui proposait de se joindre à elle et Spooki dans sa promenade. S’apprêtant à accepter Oliver fut coupé dans son élan par l’étrange interdiction de la jeune femme. Il arquait d’abord un sourcil c’était un large sourire qui fendait ses lèvres quand son interlocutrice se présentait de manière officielle mais surtout plus personnelle.

« Hum ok ça me va. Mais je vous interdis de m’appeler encore une fois Monsieur Harlestown. » il serrait sa main « Enchanté Shae. Je m’appelle Oliver. » désormais qu’ils s’étaient autorisés mutuellement à s’appeler par leurs prénoms, l’infirmier décidait d’aller plus loin encore « Et je propose que l’on se tutoie. Je n’ai pas cinquante ans et toi encore moins… Nous ne somme pas dans le cadre du travail. Ça sera plus sympa, non ? » son regard s’était fixé dans celui de la jeune femme et il ne s’était pas défait de son sourire. Tandis qu’il lâchait délicatement la main de la brunette ses yeux se posaient à présent sur le chiot « T’es ok pour qu’on se tutoie Spooki ? » demandait-il à l’animal qui attendait seulement que quelqu’un veuille bien lui lancer à nouveau son bâton ce que fit l’infirmier dans la direction vers laquelle prévoyait de se diriger Shae. « Vous ve… tu viens souvent ici ? » questionnait le trentenaire s’amusant de sa propre difficulté à se défaire de l’habitude de vouvoyer la jeune femme. « Ah et Maximus va très bien. Je pense ne pas me tromper en disant qu’il te passe le bonjour. » déclarait Oliver sur un ton léger en marchant aux côtés de la jolie brune.
Ils avaient parcouru à peine quelques mètres que le téléphone de Oliver se mettait à sonner. Consultant l’écran de l’appareil d’un regard le trentenaire vit le nom de sa meilleure amie s’afficher et rangeait l’appareil dans sa poche, elle laisserait un message. « C’est pas important. » informait-il à l’intention de Shae « Ta thèse ça avance ? » sa nature de curieux n’était jamais loin et puisque lors de leur dernière rencontre la jeune femme avait abordé le sujet il souhaitait savoir où elle en était. En vérité il était même impressionnée par le parcours de la jeune femme, il fallait faire preuve de beaucoup de courage et de sérieux pour se lancer dans les études vétérinaire « J’imagine que ça représente beaucoup d’heures de travail. Je crois que j’aurais été incapable de faire tant d’années d’études. Il paraît que les deux premières sont particulièrement difficiles, c’est vrai ? » véritablement intéressé, le trentenaire pouvait devenir un vrai moulin à parole il adressait un petit sourire gêné à la brunette « Je peux être un peu trop bavard parfois. N’hésite pas à me couper. » il disait cela avec un ton amusé, cette rencontre l’avait mis de bonne humeur et plus encore il était ravi de pouvoir d’avantage faire la connaissance de Shae dans un tout autre contexte que leurs professions respectives.

Une nouvelle fois la sonnerie du téléphone de Oliver retentissait, Chantry insistait, peut-être était-ce important finalement. « Désolé je dois répondre. » s’excusait-il auprès de son interlocutrice avant de décrocher « Hey ! Comment ça va ? » « Ah bah quand même tu te décides à décrocher ! » « Je suis occupé là. Tu avais besoin de quelque chose ? » même à travers le téléphone il pouvait deviner la moue dubitative de sa meilleure amie, il la connaissait par cœur « Occupé, hein ? T’es dehors non ? Au parc ? » « Oui Chantry je suis au parc et je courrais. Donc tu voulais ? » « T’es même pas essoufflé… t’es tout seul ? Tu te balades ? » la curiosité de la jeune femme n’avait d’égale que son imagination, aussi Oliver préférait être honnête « Non je ne suis pas tout seul. Allez abrège. » d’un regard il s’excusait auprès de Shae laquelle devait se sentir un peu exclue à cet instant. « Oh donc tu n’es pas seul. Je t’appelais pour ce soir, c’est toujours ok pour le resto ? Tu n’as pas oublié n’est-ce pas ? » Oliver levait les yeux « Non je n’ai pas oublié et oui c’est toujours ok. » « Elle est jolie ? » « Hein ? » le trentenaire fronçait les sourcils « Cette femme avec qui tu te balade. » « Mais comment tu sais que… » il comprit un quart de seconde trop tard que sa meilleure amie venait de le piéger et elle riait déjà aux éclats d’avoir réussi son coup « C’est trop facile avec toi Oli. » le concerné eu un petit sourire gêné à l’intention de Shae, est-ce qu’elle captait des bribes de la conversation ? Chantry n’était pas la personne la plus discrète qui soit et dommage, dans cette circonstance là, pour lui son téléphone était doté d’un bon son. « Propose lui de venir. » « Bon on se voit ce soir de toute façon. Bye Chantry. » abrégeait-il avant de raccrocher. Oliver se passait la main dans les cheveux après avoir rangé son téléphone, un peu mal à l’aise « Désolé. C’était ma meilleure amie. » il avait failli mentionner qu’elle était folle mais ce détail n’avait pas vraiment d’importance à cet instant « Euh donc nous parlions de.. ? » il espérait qu’elle l’aide à reprendre le fil de la conversation et surtout à chasser de son esprit l’idée donnée par sa meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shae Woodstock
+ i spend my all life hiding my heart away
≡ messages : 299
≡ arrivée : 13/07/2015
≡ célébrité : kristen stewart

MessageSujet: Re: Oliver (+) Devons nous croire au destin ? Lun 26 Oct - 14:46


Oliver&Shae
It's been a long time coming since I've seen your face. I've been everywhere and back trying to replace, everything that I had 'til my feet went numb. Praying like a fool that's been on the run